Liverpool – Manchester United (0-0) : La Raide et Vile Academy a regardé Numero 23

 

Alors c’est ça avoir son équipe entraînée par José Mourinho ?

C’est se résigner au 0-0 un peu heureux, un peu honteux, en disant que l’on aurait pu aussi faire mieux (retrouvez mes plus grandes rimes dans mon prochain livre à paraître aux éditions du Vigneron Albert). C’est devoir défendre, avec mauvaise foi, forcément, la performance globale de l’équipe, la mise en place tactique et les choix du Special One face à l’armée des moines shaolin du beau jeu, ulcérés par le « fameux » bus Mourinho.

C’est devoir se justifier à soi-même que « ce n’est pas un si mauvais résultat », « un point pris à Anfield, peu d’équipes y parviendront cette saison », « l’an dernier contre une équipe pareille on aurait craqué », « bien sûr que tu peux reprendre un verre, tu n’es pas ivre », « non flirter avec la serveuse ce n’est pas mal, madame ne t’en voudra pas », « mais évidemment que tu peux la racompagner chez elle, les rues de Paris ne sont pas sûres », »bien sûr qu’il faut que tu montes jusqu’à son appartement, ce serait dommage qu’il lui arrive quelque chose si près de chez elle », « tu peux tout à fait rentrer pour un café à condition que ce soit un déca (rires) », « oui tu peux l’attendre pendant qu’elle passe quelque chose de plus décontracté », « attend décontracté ça peut vouloir dire nu elle ne t’a pas piégé » « non tu n’es pas obligé de parler de cette nuit à madame tu peux lui dire que tu as dormi chez Seb’ et puis c’était un accident une fois ça compte pas ».

La match ?

Manchester United - Football tactics and formations

C’était au niveau de la chaîne qui le diffusait. Aussi palpitant qu’un épisode de Super Vétérinaire (oui apparemment la grille de la chaîne est plutôt relevée). On a mis 55 minutes de pressing insensé pour essayer d’en planter un, bien aidés par la maladresse des joueurs d’en face (spoiler alert ça n’a pas suffi). On a ensuite passé 35 minutes à serrer derrière, faute de mieux. On s’est même offerts de belles phases à six défenseurs et de belles frayeurs.

C’était nul. Comme un lundi. Nul de A à Z.

 

Les Diables 

De Gea (5/5) : L’un des rares intérêts de ce match, en clair à la télé, c’est que le public si prompt à juger la Premier League (alors qu’il en voit un match tous les six mois) et ses joueurs surcôtés à pu quand même gentiment fermer sa bouche devant les parades magistrales de Dave Saves.

Blind (3/5) : A un moment, pardon, mais quand même, vu qu’il sait jouer au ballon, on pourrait pas le mettre ailleurs ? Là c’est un peu donner de la confiture à des gens qui n’aiment pas la confiture.

Smalling (3/5) : Dur sur l’enfoiré. Pardon, sur le Red. C’était bien.

Bailly (3/5) : A copié sur son voisin de gauche. Bravo !

Valencia (3+/5) : un « + » de bonus évident pour ce tacle de la dernière chance, de la dernière seconde, alors que Firmino filait au but, allait marquer, c’était écrit, j’avais déjà lâché un « et voila là pu**** de sa pu** » et balancé la première chose que j’avais sous la main (la pinte du voisin). Mais en vrai, son match était moyen, il a surtout bien défendu.

Fellaini (2/5) : A pris des ballons de la tête. Quelque part, il est rentré chez lui avec le sentiment du devoir accompli.

Ander Herrera (4/5) : Apparemment ce n’est pas un joueur de foot, pour certains… Billevesées. Ander a été monstrueux d’engagement. Un mec concerné par le derby. Il m’a rappelé Fletcher, politiquement : 754 tacles réussis 79 interceptions, 118 duels gagnés, à vue de nez. Après, si l’animation offensive a pêché, ce n’est pas franchement de sa faute.

Pogba (2/5) : Non. Non. On le met pas en 10 non. C’est pas ça l’idée. L’idée c’est qu’il parte de plus bas. Dans un milieu à trois, voire quatre. Là on en fait quoi ? On attend qu’il ait une position de frappe à 25 mètres et qu’il puisse en planter un tous les quatre matchs ? Non. On réfléchit José, et on apprend à s’en servir.

Young (2/5) : Vroum vroum.

Rashford (2/5) : En bon gamin de l’academy, il avait envie (je vous ai parlé de mon livre sur les rimes ?). Mais il a dû passer plus de temps à aller mettre des tacles qu’a essayer d’attaquer, parce que LE PLAN DE JEU. Mais il est pas avant-centre sinon, à la base ?

Ibrahimovic (1/5) : Peut-être, je dis bien peut-être que le fait de s’être fait malmener par Lovren le poussera à réfléchir sur sa condition. Et sur le fait qu’il fait n’importe quoi, redescend trop, râle et énerve tout le monde.

Les suppôts de Satan

Rooney pour Rashford, 78′ : Rires. Sans déconner, le but salvateur de Rooney, c’était trop gros pour que ça passe.

Shaw pour Young, 90+3′ : Le tout pour le tout.

 

La bise inferanale,

Luke Seafer

 

 

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

4 commentaires

  1. Si Ibra met sa tête José est un génie, là tu doutes et le doute ta bite enfin tu vois quoi, tu étais chez Seb…

  2. Ah donc Pogba était effectivement sur le terrain. Cette académie est une mine d’informations.

  3. Qui sont ceux qui disent qu’Herrera n’est pas un joueur de foot ?

    Nan parce que je l’échange avec pas mal de monde moi au milieu (exceptés les joueurs de la plus grande équipe d’Angleterre, évidemment).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.