Lusitano Ginasio – Porto (0-6) : Porto se prépare à la Ligue des Champions

Faire une revue d’effectif en reposant les cadres, voilà une bonne soirée.

Bom Dia,
Aller jouer en Taça du Portugal, dans des régions qui ne voient pas souvent le Grand Porto,voilà le bonheur que l’on offre. C’est donc pour notre entrée en lice un déplacement à Evora dans l’Alentejo. Alors en gros, Evora est en D3. La D3 portugaise, c’est 80 clubs pour 8 poules de 10 équipes, dont les 2 meilleures se regrouperont en 2 poules de 8 équipes dont les 2 vainqueurs de poule montent en Ligue 2 et jouent une finale pour savoir qui est le champion de la D3. Les seconds de chaque poule s’affrontent en barrage aller/retour pour le dernier ticket d’accession en D2. C’était la minute « Y’a pas que la Jupiler League qui fout des poules et des play-offs à la con ».

O Equipe :
Sergio décide de faire une équipe mixte en intégrant les plus prometteurs de la réserve avec des joueurs en manque de temps de jeu, en plus d’un joueur titulaire par ligne.

compo porto

O Jogo :

Dès le coup d’envoi, on pose le pied sur le ballon. Évidemment, on domine. On attaque et on a des occasions mais la conclusion n’est pas au rendez-vous. Brahimi, Oliver ne trouvent pas le cadre alors qu’Aboubakar rate sa tête sur un corner après s’être défait du marquage.
Le match est agréable comme un après-midi à la plage à côté des terrains du championnat brésilien de beach-volley féminin. Tu sais que tout va bien se passer, c’est beau à l’œil et ça va bien finir ta journée. Bon, à partir de la 20e minute, comme disait le recruteur romain « Fini de rire, vous allez les poutrer maintenant! » C’est donc sur un décalage d’Otàvio que Brahimi donne le ballon à Aboubakar qui contrôle et frappe dans le petit filet, 0-1.

A peine le temps d’engager qu’André André récupère et transmet à Yacine, qui casse la défense en lançant Dalot. Le gamin de 18 ans centre pour Aboubakar qui double la mise (21e minute).

On voit alors une réaction de Lusitano mais les frappes sont à côté ou dans les bras d’un Sá vigilant.  On remet la marche avant. Oliver combine avec Hernâni et tente de faire la différence mais sans succès, même si ces inspirations auraient mérité mieux, que ce soit un lob de 40 mètres (27e minute), une frappe à 20 mètres (32e minute) ou un ciseau (34e minute). On est donc à la 35e, on gère avec deux buts d’avance mais Sergio engueule Oliver et les autres car on ne conclut pas. On se fait encore deux occasions avec Marcano et Hernâni mais sans trouver la faille.

Mi-Temps :

On maîtrise en jouant la main dans le slip, en contrôle face à une équipe inférieure dont les contacts, bien que présents, ne tournent pas à la violence.

Sortie de Brahimi pour Galeno.
Dès le début, on est à bloc pour finir le boulot. Le jeune Galeno est vite mis en avant mais son centre à la 47e minute fuit Aboubakar. Il est de suite trouvé dans l’intervalle et part seul mais se voit contré. Sur le corner, Otavio centre au premier pour une déviation d’André André, Marcano surgit et marque 0-3.

52e minute : Aboubakar sort pour Luizão.
On ne lâche rien et c’est logiquement qu’Oliver est récompensé par une passe décisive. Il transmet à Otávio qui crochète et fusille le gardien. 0-4 (55e minute).

On continue de pousser, notamment à travers les appels tranchants du jeune Galeno, qui trouve la faille à la 59e minute, sur une superbe ouverture en une touche d’Otávio, après avoir trompé le gardien qui se chie dessus (0-5).

60e minute : jaune pour Nobre.
67e minute : sortie de Marcano pour Fernandes.
Hernâni et Oliver continuent de se faire plaisir mais ils ne trouvent pas le cadre. Le match touche tranquillement à sa fin, quand sur un dernier centre de Dalot, Hernani marque en coup du scorpion (90e minute).

O Dragoes :

Sá (3/5) : Rien à faire mais il l’a fait.

Dalot (5/5) : OK imagine que pour ton dépucelage, tu assures comme Ian Scott.

https://boooooooooooooooties.tumblr.com/post/166449389456/kik-submitboobies-snapchat-boobguy123

Quand tu n’as pas peur de t’afficher.

Reyes (3/5) : Sobre, parti comme un voleur revenu comme un espoir.

Marcano (4/5) : Facile, buteur, et facile.

Ricardo (3/5) : Droite ou gauche, rien à foutre, il attaque centre et défend sans trembler.

André André (3/5) : Une sentinelle d’1,60 mètres? Oui, ça marche, prend ça la DTN française.

Oliver (4/5) : Ses passes sont du caviar. Il doit travailler la finition pour devenir un Isco.

Brahimi (4/5) : Chauffeur de salle, brûlant comme un incendie à Aveiro.

Hernâni (5/5) : Dire c’est faire rire, faire c’est faire taire.

Hernani

Quand tu te montres dès que tu en as l’occasion.

Otàvio (4/5) : Lui laisser de l’espace, c’est comme laisser Émile Louis conduire le bus, un carnage.

Aboubakar (5/5) Tellement Sniper qu’il a dû apprendre à Sarajevo.
Aboubakar

Quand tu as bien profité du soleil.

O Banco :

Galeno (4/5) : Première fois en boîte et tu finis chez Irina Shayk qui te félicite de ta prestation.
Luizão (3/5) : A eu son occase avec une tête sur la barre volontaire.
Fernandes (Não Bigode) :  Astreinte passive. N’a rien eu à faire mais sera payé.

Remarque à la con :

Avec l’été indien, les incendies au pays sont dévastateurs et transforment le ciel en peau rouge. Une pensée encore aux victimes et aux pompiers qui luttent.

Rendez-vous pour la Ligue des Champions à Leipzig, pour confirmer Monaco face à un Bruma qui a enflammé Dortmund.

Si tu veux que le football anal puisse s’exprimer et qu’on me paie des Sagres ou des Super Bock, abonne-toi ici http://horsjeu.net/abonnement/
Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.