LA ROJA ACADEMIE ET A 4 MAINS

Salut les glands,

Et ouais, la Nandasse est de retour. Ca te sidère, hein ? Bon, là tu dois te dire : « Le mec se
fait pas chier, il revient à chaque compétition internationale pour se faire mousser, et la
Blaugrana Académie, on se la carre de l’oignon ». Bah ouais mon pote, t’as tout pigé. Créer
l’attente, susciter le désir, générer la frustration, c’est comme ça qu’on devient une bonne
pute à clics. Tu te doutes bien qu’un plan de communication pareil, ça sort pas du chapeau.
Figure-toi que je me suis inspiré des leçons du calendrier Aubade. Comme quoi, entre deux
branlettes, on peut y apprendre des trucs. Et puis j’ai été bien conseillé par Luke Seafer. On
pense ce qu’on veut de lui, notamment que c’est un gros con, mais niveau marketing, il se
place là, comme en témoignent ses chemises bariolées et l’immense succès du podcast
HorsJeu (pas officiel).
Bref, on est pas là pour s’enculer le nœud, alors je te la fais rapide. Je suis censé te
présenter la sélection espagnole pour cet Euro. Sauf qu’il y a deux problèmes : 1) le foot me
casse royalement les burnes ; 2) je déteste les Espagnols ; 3) j’ai pas le temps pour ces
conneries. Tu m’excuseras, mais depuis que je suis streamer professionnel (n’hésite pas à
follow/sub [ça aussi c’est une technique marketing que Seafer m’a enseigné]), j’ai autre
chose à foutre que de regarder ce sport de dégénérés.
Mais rassure-toi, je vais pas te laisser en plan. Comme tout bon (Jacques) capitaliste, quand
j’ai pas envie de faire un truc chiant, je le sous-traite en échange d’une rémunération de
merde. Offrir sa chance à des autoentrepreneurs ambitieux qu’on appelle ça dans le jargon
des fils de putes. Je me suis donc trouvé un sbire que je t’introduis sans plus attendre : c’est
Sergio Ramort qui sera en charge de la Roja Académie pendant la compétition.
J’en entends déjà qui poussent des cris d’orfraie (Michel), rapport que gneugneugneu
Nando il bosse avec un Madrilène, gneugneugneu c’est inadmettable, gneugneugneu le
barcelonisme c’est plus ce que c’était. Bon, calme-toi bien, j’en ai rien à branler de tes six
magrets. De surcroît, Sergio était le seul académicien encore dispo pour me suppléer. Les
autres sont trop occupés à écrire des papiers de merde sur des sélections alternatives genre
la Macédoine ou la Hongrie. Ils pensent que ça leur donne un genre décalo-gauchiste. Je
les déteste.
Tu l’auras remarqué, Sergio Ramort, c’est une blague avec Sergio Ramos. C’est drôle On
se marre bien sur HorsJeu (pas officiel), hein ? Je rirais bien de bon cœur avec toi devant la
truculence du jeu de mots, mais j’ai mal au genou.
Allez, je laisse Ramort te présenter l’équipe. Peut-être que je reviendrai de temps en temps
pour t’éclabousser de l’immense à-propos de mon analyse footballistique.


Pendant qu’on se tirera sur la nouille en sirotant des calimuchos, certains compadres
essaieront de rappeler au monde entier que l’Espagne n’est pas que la terre abritant le plus
grand nombre d’autocaravanes (nom d’origine contrôlée) du côté sud des Pyrénées.

L’EQUIPE

Unai Simon (23 ans Atletic Bilbao)
La caution basque. Vous avez des Bretons, on a des Basques. Si à un moment faut aller
négocier le prix des tickets restos, il sera mon remplaçant parfait.

David de Gea (30 ans Manchester United)
La tige. Épais comme une allumette, frais comme un épi de blé, attentif comme un BTS
Force action co. Lui faire confiance équivaut à jouer à la roulette russe avec un automatique
mais on a pas le choix.

Robert Sanchez (23 ans Brighton)
Le choix. Quand on vous dit qu’on l’a pas.

Aymeric Laporta (27 ans Manchester City)
Le chat. Casse les couilles pour rentrer depuis 10 ans et une fois dedans vous chie sur le lit.
Risque de passer du bouc émissaire à la chèvre de monsieur Enrique sans passer par Le
Pas de la Case.

Pau Torres (24 ans Villareal)
Le successeur. Pas de peau (tu l’as ?) on aurait pu former une charnière tellement
complémentaire. Moi gueulant comme un putois et lui faisant le job pour 2. On a plus vu ça
en Espagne depuis Hierro et n’importe quel autre joueur sélectionné comme deuxième central.

Diego Llorente (27 ans Leeds)
Docteur Maboul. Peu utilisé par l’autre maboul (loco en espagnol) parce qu’il passe plus de
temps à l’infirmerie que moi à la salle d’UV (t’as vu ce bronzage ? Même pas la marque du
string mon pote).

Eric Garcia (20 ans Manchester City)
Le chèque. Faudrait regarder les comptes en banque de Pep et Louis Henri. Qu’un type
comme ça soit en sélection alors qu’il compte autant de matchs en pro que de poils au pubis
ça reste un mystère.

José Gaya (26 ans Valence)
Le métronome. Pour trouver trace d’un mec capable d’enchaîner autant de matchs faut
remonter à l’époque Fuentes.

Jordi Alba (32 ans Barcelone)
Le vieux. Croyez-le, croyez-le pas (mais c’est vrai alors croyez-le), il est régulièrement
titulaire. Maintenant que vous aussi vous êtes choqués, passons à la suite.

César Azpilicueta (31 ans Chelsea)
Azpi. On a toujours des commentateurs qui ne savent pas prononcer son nom alors on
s’adapte.

Rodri (24 ans Manchester City)
Le douzième homme. Capable de s’adapter à quasi tous les postes de milieux axiaux sans qu’on
voit grande différence avec le titulaire. Sans doute le futur grand de cette équipe.

Sergio Busquets (32 ans Barcelone)
Le traître. La seule raison pour laquelle je ne l’aime pas c’est qu’il ne joue pas dans mon
équipe.

Marcos Llorente (26 ans Atletico Madrid)
Le fils. Trop juste pour être le leader de l’équipe, il a toujours besoin d’un papa de
substitution sur le terrain pour donner son plein potentiel. Courtisé par toute l’Europe et tous
les tabloïds.

Koke (29 ans Atletico Madrid)
La pile. 70 % de la terre est recouverte d’eau, les 30 % restants de gens sachant que Koke
peut mettre Kanté dans sa poche.

Fabian Ruiz (25 ans Naples)
L’autre. À moins de jouer en 4-6-0 on aura du mal à le voir tant les autres semblent au-
dessus. Double peine pour lui, il me rappelle que si un Espagnol de Serie A devait être
appelé au milieu il aurait dû s’agir de Luis Alberto.

Thiago (30 ans Liverpool)
Le touriste. Considéré l’an dernier comme le meilleur milieu de terrain du monde par les
journalistes, considéré cette année comme la fraude ultime par… beh les mêmes
journalistes tiens. A intérêt à s’être bien reposé.

Pedri (18 ans Bacelone)
Le rookie. Pedri et Pedro sont dans un bateau, un seul va à l’Euro.

Dani Olmo (23 ans Leipzig)
Le globe-trotter. Est passé de Charybde en Scylla sans jamais plus refoutre les pieds chez
lui. Même Dorothée montrait plus de respect pour son patelin pourri.

Mikel Oyarzabal (24 ans Real Sociedad)
El fuego follet. Si vous avez aimé Ribery 2006, ne ratez pas Oyarzabal 2021. Vous pourrez
dire que vous l’aimiez avant que les autres le connaissent.

Ferran Torres (21 ans Manchester City)
Le maréchal. Devrait s’inspirer plus de Navas que d’Asensio s’il veut encore franchir un cap.

Adama Traoré (25 ans Wolverhampton)
Le bûcheron. Tellement habitué à batailler dans des équipes en bois, si à un moment on se
chie dessus en fin de match ça sera le joueur idoine.

Pablo Sarabia (29 ans Paris St Germain)
Pile ou face. Pile il s’en bat les couilles en étant déjà content d’être là, face il est content
d’être là et décide de s’en battre les couilles.

Gerard Moreno (29 ans Villareal)
Le frais. En Ligue 1 on l’appellerait Savidan.

Alvaro Morata (28 ans Juventus)
L’Amour. Ma caution love de l’équipe. Il a enfin grandi dans sa tête au point de commencer à
s’adapter à ses partenaires. S’il réussi à franchir un cap dans le leadership moral, il
deviendra grand.


Le coach

Louis Henri (51 ans)
El Domenicho. Devrait passer plus de temps à voir du foot et moins de temps à parler à la
presse.

Sergio Ramort

3 commentaires

  1. Le niveau de hijodeputerie de la Roja est divisée par deux, avec la non sélection de Ramort (le joueur payé des millions, pas vous). Il va falloir leur falloir jouer vraiment au foot pour s’en sortir.

  2. Je ne comprends pas pourquoi Ferran Torres devrait s’inspirer de Keylor Navas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.