Porto Juve (0-2) La dragao rejoue la traversée des Ardennes.

Dans un plan de jeu il faut penser à tout, même au sabordage.

Bom Dia,

Retour de la Champions face à un des adversaires les plus prestigieux d’Europe La Juve.
La vielle Dame est redevenu ce grand d’Europe, finaliste il y’a 2 ans éliminé par un Bayern euphorique l’an dernier. la Juve a repris son rang de terreur de l’Europe comme au début des années 80, à la fin des années 90 début 2000 et on en passé…

En face nous on est revenu dans la course en championnat mais on est encore fragile en Europe suite à une campagne de poule cahin-caha (et oui) nous voyant incapable de terrasser Copenhague, mais d’en coller 5 à Leicester.


O Equipe :


Nuno dispose de tout le monde et pose ses couilles. Depuis 2 ans je dis qu’il faut associer Danilo et Neves, Nuno le tente pour la première fois en 1/8e de LDC contre la Juve.

Pour le reste c’est du classique sauf Herrera qui prend la place de Corona dans un 442 renforcé défensivement sur le côté droit pour parer aux montés de Sandro.

 

https://twitter.com/FCPorto_Fr/status/834474469599092737


O Jogo :


Le début du match est plutôt en notre faveur, on laisse la balle à la Juve en pressant sur Khedira et Pjanic.
Le résultat c’est que les ballons récupérés au milieu permettent de décaler rapidement nos joueurs de couloir comme à la 3’ Maxi qui centre pour Soares contré.

Puis un une-deux entre Soares et Silva oblige Chiellini à faire faute à 20 mètres mais Brahimi ne trouve pas le cadre. (5’)

Aucune des deux équipes ne se livre et chacune fait tourner pour trouver une faille.

On est en place tandis que les Italiens, sûrs de leur force et de leur collectif, restent sur un rythme piano attendant le moment pour nous planter un couteau dans le dos.

On laisse venir pour contrer en se créant une troisième situation quand un centre repoussée de Brahimi fini sur Neves qui frappe, mais ce n’est pas cadré.

La Juve essaie alors d’accélérer en passant plus par les couloirs pour nous étirer.

Cependant le premier centre dans la surface n’arrive qu’à la 14’ mais Marcano vigilant dégage le ballon.

Cette action montre aussi que l’on recule de plus en plus, la Juve tisse une toile autour de nous en faisant tourner le ballon de plus en plus haut.

Il nous faut alors nous en remettre à Brahimi pour ressortir les ballons mais au prix de courses ou d’exploits pour se sortir de la NAS italienne qui veut clairement diriger notre monde.

Le danger se rapproche avec des centres qui tombent dans la surface ou des combinaisons qui arrivent sur Higuain mais un Marcano impeccable (18’) ou un Casillas de gala (23’) sécurisent notre défense.

Et là, Alors que les assaillants se montrent plus pressants, arrive l’erreur qui fait éclater le groupe et le plan de départ. Tel un Boromir courageux et suicidaire voulant bien faire, Telles se lance dans une perte de lucidité cerveau, démontant sans raison Cuadrado puis dans la minute qui suit taclant avec une maitrise aussi certaine qu’un parisien novice s’élançant sur la piste noire Lichsteiner… Il prend logiquement en 1 minute 10’’ deux cartons jaune détrônant Jo le Sconse au challenge de l’abruti dans un match professionnel.

Comme en 1940 fort de sa ligne Maginot, Nuno n’a pas agit sur les panzer bloqués en balançant les bombardiers et a laissé une énorme ouverture.

Nous sommes alors à la 27minutes du match et un nul serait héroïque, une victoire un exploit, tant face à une Juve en maitrise, nous semblons mal équipés.

Bon sur le coup franc Lichsteiner décale Cuadrado mais ce n’est pas cadré.

30’ Sortie d’André Silva pour Layún.

Voilà, donc le choix de Nuno est de ne pas changer radicalement de plan de jeu, on a décidé de subir pour contrer, on sort donc l’attaquant le plus doué techniquement et dans la protection de balle au profit du plus bagarreur et rapide sur les contres.

Le scénario est alors en place, ce sera un siège ou chaque bout de terrain devant la surface d’Iker sera chèrement défendu, chaque ballon repoussé, chaque action un test de contrôle des muscles des sphincters.

 

Les premiers échanges suite à l’entrée de Layún ne nous perturbent pas tant que ça, il y a une frappe de Pjanic bloquée par Iker (33’) puis une occasion de Khedira qui ne cadre pas (34’). Petit à petit, on laisse passer l’orage pour ressortir par Danilo et Neves les ballons afin de trouver Brahimi qui, accompagné de Soares et Herrera tente de jouer haut et de rester dans le camp Italien même à la perte de balle.

Si indéniablement ces phases de jeu font reculer la Juve et le bloc Italien, elles n’inquiètent nullement un Gigi Bouffon qui à eu le temps de préparer sa liste des courses et ses prochaines vacances.

La Juve sentant qu’on commence à les endormir reprend sa marche en avant à la 39’ avec une frappe déviée d’Higuain qui voit Iker sortir la parade de la soirée avant que son talent 46’.

47’ Maxi prend un jaune.

Mi-temps : C’est simple, depuis là 25’ c’est fort Alamo, Telles nous a mis dans une situation de repli. La défense pour l’instant tient le choc avec un Iker parfait. Danilo et Neves empêchent les Turinois de venir faire le surnombre dans l’axe et la charnière Felipe/Marcano étouffe complètement Higuain et Mandzukic.

 

 

On repart sur le même schéma avec un bloc bas. D’entrée Dybala marque mais il est hors jeu. Grosse alerte j’avais fait le 15.

Du tac-o-tac (Oui oui, une chance au grattage une au tirage) Brahimi combine avec Layún, le Mexicain contré reprend la balle et dépose un amour de centre sur la tête d’Herrera qui smashe le ballon mais ne trouve pas le cadre.48’

 

50’ Jaune pour Lichsteiner pour une grosse semelle sur Herrera.

On est regroupé pour repousser et lutter. La Juve continue à faire tourner la balle mais sans réellement entrer dans la surface.

Le problème c’est que pour ressortir Brahimi part toujours seul mais ne peu pas faire 80 mètres à chaque fois et Soares est pris en individuel par un Chiellini en mode pitbull.

Iker continue de capter les frappes lointaines comme Dybala à la 52’ et de relancer vite pour profiter des espaces laissés par les Turinois.

Si la défense centrale est impériale, Danilo et Neves empêchent clairement les attaques dans l’axe obligeant Pjianic à organiser le jeu à 40 mètres en relayant les côtés sans trouver Higuain qui commence à s’agacer.

60’ Sortie de Neves pour Corona.

Nuno tente un choix audacieux en faisant entrer l’ailier mexicain pour prendre l’espace dans le dos de Sandro et être capable de faire la différence sur un contre.

Cependant la Juve ne change rien et de façon très méthodique et appliquée continue son jeu de patience. A la 66’ Higuain réussit son crochet sur Felipe et enroule mais c’est hors cadre, Iker semblait battu.

En réponse pour faire souffler le bloc Brahimi et Soares déclenchent un pressing qui gêne une nouvelle fois la défense italienne la poussant à dégager 2 fois en touche et à faire reculer les milieux.

Arrive alors le moment où tout bascule, nous sommes toujours en place et la Juve ne trouve pas la faille, sauf que sur une percée de Pjanic, Layún intercepte une passe mais la remet plein axe sur Pjaca que Danilo n’a pas suivi.(72’)

 

 

Entrée de Jota pour Brahimi.

Dans la foulée, Sandro voit Alves seul au second poteau, laissé par Jota qui contrôle et bat Casillas. (74’)

 

La dernière occasion est pour la Juve avec Khedira qui transperce dans l’axe mais la sortie de Casillas le force à tacler et trop croiser.

85’ Herrera prend un jaune.

89’ Marcano prend un jaune.

 


O Dragoes :


Casillas (4/5) Du grand Iker, 2 buts pris mais impérial pendant 70 minutes, il a même préservé un peu d’espoir à la fin.

L’âge ne l’atteint pas il passe au travers des gouttes

Maxí (4/5) Enorme, un match de guerrier qui a mis Mandzukic à l’amende.

Felipe (4/5) Pris une fois sur un crochet, le reste il a rendu Higuain aussi efficace qu’Ibra dans un ¼ de Final.

Marcano (5/5) Ok là je ne rigole plus, il a un niveau monstrueux, coupant tout, anticipant tout avec des prises de balle juste.

Il a surnagé, dégoutant Higuain jamais pris à défaut

Telles (0/5) Tu rentres dedans c’est bien, tu prends un jaune et c’est ce tacle dégueulasse que tu lâches juste derrière ? Ton cerveau s’est débranché.

juve

Scanner de la tête de Telles à la 25′

Danilo (5/5) Le plus d’interception, de tacle réussit et de récupération. Le seul point négatif, sur le premier but il lâche Pjaca.

juve

Il a aimanté tous les ballons

Neves (4/5) Juste en dessous de son compère dans les stats mais il sort et on prend l’eau sur son côté Coïncidence ? Je ne crois pas…

Herrera (4/5) Gros match il a suivi le peu d’offensive qu’on a eu, n’a rien lâché même avec un pied détruit.

Brahimi (5/5) des stats défensives digne de Danilo, le joueur qui a réussit le plus de dribble et qui en a tenté le plus. Ceux qui pensent que Yacine n’est pas un grand joueur pensent que Pénélope Fillon a travaillé.

Juve

Il a su garder la tête hors de l’eau

Silva (Nao Bigode) Sacrifié pour la patrie, le peuple Dragoes ne l’oublie pas.

Soares (2/5) Compliqué de débuter en ligue des Champions, face à Chiellini, à 10 contre 11.

 


O Banco :


Layún (3/5) Enorme entrée… Puis la remise sur le premier but et le placement sur le second.

Corona (3/5) Gros boulot défensif et a tenté d’être le pendant à droite de Brahimi mais avec moins de réussite.

Jota (1/5) Lâche le marquage à son premier ballon, n’apporte rien balle au pied.

 


Remarque à la con :


Stéphane Guy pense que le boss s’appel Pigno Da costa .

Que Cardona jouait en def centrale ce soir, coaché par Jesus Espirito Santos et le capitaine Hector Peirreira

Herrera suite à la semelle de Lichsteiner est indisponible 8 jours car il c’est fait poser 17 point de suture sur le pied mais il a finit le match.


 

Merci @FCPorto_FR pour la compo.

Si tu veux que le football anal puisse s’exprimer et qu’on me paie des Sagres ou des Super Bock, Abonne toi ici

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

 

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Un commentaire

  1. Danilo pour moi, plus pour son match que pour son GIF d’ailleurs cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.