Portugal – Hongrie (3-0) : Le champion joue sa partition de marche hongroise

Visiblement quand t’as pas 3 buts sur des frappes déviées c’est plus difficile de marquer…

Bom Dia,
Pour cette cinquième journée de qualification pour la Coupe du monde en Russie, le Portugal reçoit la Hongrie. Pour coller aux basques des Suisses, dernier adversaire potentiel, et les éliminer pour les faire chier dans ce groupe de la lose.

Devant la Suisse vient donc de faire un 5 sur 5, prenant 6 points d’avance avec un match en plus.
Nous, le public, sommes chauds bouillants à la Luz grâce à une équipe toujours dans l’euphorie de son titre de champion d’Europe.


O Equipe :


Fernando Santos ne déroge pas à ses principes de jeu et aligne son 424 Mobile.
Tout le monde est sur le pont.
L’ingénieur fait donc le choix de ceux qui ont prouvé sur les derniers matchs plutôt que ceux qui sont en forme.

Hongire

 


O Jogo :


Pendant les 5 premières minutes les Hongrois tiennent la balle sans arriver à s’approcher de la cage de Patricio.
William perd des ballons au milieu et on ne trouve pas les offensifs.
7’ Première frappe de Cristiano mais il ne trouve que le virage.
On pose le jeu et se rapproche de la cage hongroise de plus en plus, même si on n’est pas dangereux.
13’ Coup franc de Cristiano, dévié par le mur. C’est sûr ils se sont habitués en repoussant des migrants.
15’ Enfin un mouvement qui part de Guerreiro avec Silva, Mario et de nouveau Guerreiro, mais son centre est contré. Cela permet de desserrer la prise à deux sur Quaresma qui se montre dangereux avec des centres qui arrivent bien dans la surface comme à la 20’. Mais Cristiano ne cadre pas.
La Hongrie décide d’allonger le jeu et de nous mettre la pression sur les seconds ballons.
On perd un peu la maîtrise de la balle avec un gros combat au milieu.
À la 29’, première frappe hongroise non cadrée sur un centre venu de la gauche. Fonte gêne Szalai qui balance une chandelle dans le ciel lisboète.

31’ Cristiano décale Guerreiro qui remet en une touche au second poteau à Silva qui conclut.

Que c’est facile le football

On tue le match à la 36’. Fonte voit l’appel de Silva, qui remise d’une talonnade pour Cristiano, qui claque une mine à ras du sol pour le 2-0.

On pousse pour enfoncer le clou. Quaresma accélère et se déplace pour décaler. Mario se retrouve libre et glisse un ballon piqué pour Cristiano qui tente le retourné, mais c’est bien capté par un Glacis vigilant.

Mi-temps : Une mi-temps gérée sans trembler par une équipe sûre de son jeu et de sa force.
On est vraiment solide et équilibré, les Hongrois semblent impuissants malgré une grande débauche comme dans les films de Rocco d’énergie.

La Hongrie commence la seconde période comme la première en posant le jeu et en jouant haut.
Après 5 minutes sans s’affoler, on reprend le contrôle de la balle avec toujours cette complémentarité entre les quatre offensifs.
61’ Dzudzak prend un jaune pour un tacle non maitrisé sur Fonte.
64’ Faute à 25 mètres sur un double contact de Quaresma. Coup franc pour Cristiano sur le côté gauche. Admirez le missile. 3-0.

67’ Sortie d’André Silva pour Bernardo SIlva.
68’ De dépit, Dzudzak tente sa chance aux 40 mètres. C’est cadré mais sans souci pour Patricio.
70’ On commence à régaler avec du double contact, des semelles, des talonnades.
75’ Gera prend un jaune.
Les Hongrois restent très concentrés pour ne pas prendre plus cher et continuent à défendre comme s’ils devaient conserver le score.
83’ Kadar prend un jaune pour avoir découpé Bernardo.
84’ Entrée de Moutinho pour Mario.
85’ Festival de Quaresma qui dépose le ballon sur la tête de Bernardo, qui ne cadre pas.
86’ Sortie de Gomes pour Pizzi.
La Hongrie tente un baroud d’honneur dans les deux dernières minutes avec deux frappes non cadrées.


Os Quinas :


Patricio (3/5) Pas de grand arrêts mais très serein et propre sur le peu à faire.
Cédric (3/5) Jamais inquiété dans son couloir, il a essayé d’apporter devant mais sans convaincre.
Pepe (4/5) Ils sont venus une fois, ils ont pris la foudre et il a géré une main dans le slip.

 

Fonte (4/5) Stoppeur def : défenseur rugueux qui anticipe le mouvement de l’attaquant pour ne pas lui laisser d’espace. Exemple : José Fonte. En plus, l’ouverture sur le 2-0.
Guerreiro (4/5) Attaque, défend, dédouble, centre, repique dans l’axe… Que réclame le peuple ?  Le peuple portugais ne réclame rien de plus.
William (3/5) Quand le ballon est dans sa zone, c’est un joueur magnifique : il sait intercepter, relancer, casser les lignes ou amener le surnombre. Quand il faut courir plus de 5 mètres, impossible de différencier un replacement d’un sprint. VMA de 10 KM/H, pas à cause de son coffre mais de sa vitesse.
Gomes (3/5) Propre, gendre idéal, mais parfois il faut être un peut plus roots ou rebelle pour changer les choses.
Mario (3/5) La force tranquille. Ballon au pied, il est capable de faire des choses incroyables, des déplacements justes. Mais une facilité qui le fait paraître nonchalant et pas de réussite sur ses tentatives.
Quaresma (4/5) EN PLEINE NUIT UNE SIRÈNE
APPELLE AU FEU TOUS LES POMPIERS
ET TOUTE LA HONGRIE SE REVEILLE
ET VOIT QUARESMA LES CRAMER
Cristiano (5/5) Le décalage pour le premier but, le doublé. Meneur d’hommes. Je ne vois pas qui peut le stopper quand il est comme ça.

Hongrie

S’embellir avec l’âge

Silva (5/5) Un but, une passé dé, et toujours disponible. Plus ça joue, plus c’est technique, plus il régale.

Hongrie
L’insouciance de la jeunesse


O Banco :


Bernardo(3/5) Deux belles actions dont une tête hors cadre. On attend plus de feu pour le phénomène.
Moutinho (não bigode) Pour faire souffler.
Pizzi (não bigode) Pour l’ovation du public.

 


Remarque à la con :


Cristiano à donc 70 buts en 137 matchs pour le Portugal et 11 en 5 matchs pour les éliminatoires.
André Silva c’est 7 buts en 5 sélections.

 

Si tu veux que le football anal puisse s’exprimer et qu’on me paie des Sagres ou des Super Bock, Abonne toi ici
Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 commentaires

  1. Mais vous êtes encore Champions dEurope au Portugal ? Encore donc insousciants et déjà les clous du spectacle en bigodis.

    Obrigadonald’s meu HOMerc’ñihons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.