Porto Portimonense(3-2) La Dragão académie livre ses notes de Taça

Pourquoi on aime le foot ? Car tu peux maudire tes joueurs, leurs envies leur niveau pendant 90 minutes et vouloir les épouser tous à la 94e

Bom Dia,
Entre la sélection et la Ligue des champions, il faut jouer un match de taça contre le Portimonense.
Mais si le Portimonense, je t’en ai parlé ici.
Bref Portimonense est aussi connu pour son jeu offensif et son coach, « meilleur de secunda Liga » accessoirement lié à des histoires de transfert douteux avec des agents pas clean et des prêts spéciaux.

Et la coupe dans tout ça ? Quatre ans qu’on ne l’a pas gagnée, alors ma foi, pourquoi pas ?

O Equipe :

Sergio décide de faire un peu tourner, c’est la coupe et les internationaux sont fatigués.
Donc c’est le gardien remplaçant qui prend place. Oui Iker Casillas, putain ça fait bizarre de l’écrire.
Porto Portimonense taça equipe

O Jogo :

Dans les premières minutes on confisque la balle en alternant jeu court dans les pieds et renversements rapide avec Telles et Ricardo très haut sur le terrain.
Cette pression amène le premier but à la cinquième. Sur un corner Danilo se jette et marque à bout portant. Carlos Henriques ne peut même pas faire le papayou.

Alors que faire ?
Continuer de pousser et tuer le match ? Après tout il reste 85 minutes.
Attendre en bloc et contrer ?
Lâcher le pressing et l’intensité et laisser cette équipe joueuse venir nous coller des pions ?
Ben voilà, réponse 3. En fait on ne s’approche plus de leur surface et on commence à voir Casillas… Mais il est vigilant sur son premier arrêt à la seizième.
On ressent bien le danger et on joue long pour les latéraux mais si Ricardo et Telles marchent sur les adversaires, la finition ressemble plus à une battue entre chasseurs ivres en Ardèche.
Bref le match s’équilibre, Corona rate le break, et on se fait punir.
Sur une mauvaise passe de Ricardo, Nakajima récupère la balle, sa frappe est contrée mais arrive sur Welthon seul à six mètres qui bat Casillas.

La mi-temps arrive et on ne sait même pas quoi penser. C’est mou, on dirait un amical ou un match de Nuno l’an dernier, ce qui est pire.

La reprise nous voit conquérants, imposants, un rouleau compresseur !
Pardon je me réveille et perd vite la gaule.
On rate tout. C’est simple même Aboubakar seul sur un service d’Oliver préfère la remise qu’il foire au lieu de la volée (52e)
On n’aligne pas 3 passes et on est passif. Du coup Sergio sort Hernâni pour Brahimi histoire de bouger un peu les lignes.
Comme prévu Brahimi créé des décalages mais sa dernière passe ne trouve personne. Le problème c’est que Yacine fait le taf, mais seul, ça ne sert pas à grand-chose.
À un moment donné à insulter les fondamentaux du foot, tu te fais punir.
C’est donc logiquement que sur un ballon mal dégagé, une remise à 25 mètres permet à Pedro Sa de mettre un missile dans le petit filet de Casillas. 69e minute érotique. 1-2

Le vent de révolte souffle alors, blessé dans leur orgueils les fiers joueurs azul e branco, ne change pas de rythme et continue de s’en battre les couilles.
Layun entre pour prendre un jaune, super l’engagement pour secouer les collègues, quand tu fais une faute de mongolien qui permet à l’adversaire de gagner du temps à la 77e.
L’arbitre s’emballe en sortant les cartons et notamment un rouge pour Portimonense pour un découpage digne des nineties.
On arrive à la 88e et comme par hasard, yapapeno. Sergio se fait exclure et un joueur sort pour le remplacement en faisant chou-fleur,chou-fleur,chou-fleur mais seul et depuis sa surface.
Alors que tout semble perdu, qu’il n’y a plus d’espoir surgit le Capitaine Aboubakar 2-2.

Je venais d’écrire sur Twitter que je souhaitais qu’on n’égalise pas pour ne pas prolonger cette purge de trente minutes quand Abou surgit.
C’est alors que l’arbitre annonce sept minutes d’arrêt de jeu, que les joueurs de Portimonense ont confondu leur short avec des couches et que Yacine pousse pour faire la différence. Comme dans un compte de fée mal écrit, le jeune Pereira entré à la 80e prend le couloir et sert Aboubakar qui en ratant son contrôle laisse intelligemment passer pour Brahimi trompe le gardien.

Nique sa RACEEEEEEEE on est les meilleurs du monde de l’UNIVERS !!!!!
J’ai toujours CRU EN VOUS !
JE LE SAVAIS DEPUIS LE DEBUT !!!!!!!!!!!

O Resumo

 

O Dragoes :

Casillas (2/5)
Un bon match mais pas décisif. Dur à écrire mais Sa mérite sa place.

Ricardo (2/5)
Une boulette un but, il ne faut pas avoir pris une Jérémymorelite aigue.

Felipe (2/5)
N’a pas su s’imposer sur les deux buts adverses

Marcano (2/5)
Pas de boulette mais aucun apport offensif ni d’effort pour secouer les mecs qui dormaient

Telles (3/5)
Pas nul, mais pas flamboyant, oui mais mon petit bonhomme deux passes décisives quand même.

Danilo (3/5)
Il a tenu le milieu, lancé l’équipe, mais n’a pas réussi à passer la seconde quand tout le monde c’est endormi.

André André (1/5)
Le couteau suisse est resté neutre, donc inutile comme la Suisse.

Oliver (2/5)
Des passes soyeuses à 40 mètres, des passes miteuses à 20 mètres

Hernâni (1-/5)
Trouve une sortie en janvier mec. Va flamber dans un club de troisième zone.

Corona (2/5)
C’est l’ailier de porto, c’est le plus virevoltant, Des occasions, des accélérations mais de la réussite alors là zéro.

Aboubakar (3/5)
Babakar le jour Abou la nuit, il m’a fait hurler comme France Gal

Porto Portimonenese Taça ABoubakar

Quand soudain jaillit des eaux le sauveur

O Banco :

Brahimi (5/5)
De rien il a tout fait. Courageux au point d’être capitaine de Ghezzal en sélection.

Il fallait un second sauveur encore plus beau

Layun (2/5)
Grinta qui a failli lui faire prendre un rouge d’entrée, mais qui a fait dégoupiller en face. En fait je devrais lui mettre 4

Pereira (3/5)
Une entrée qui finit avec une passe dé. Difficile de faire plus beau.

Remarque à la con :

Faire des vieux matchs en bois pour des finish comme ça, je suis à 2 doigts d’en redemander, mais en fait je vais juste reprendre une bière

 

Merci @Sentenza pour le gif de Brahimi.

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 commentaires

    • Oui et non en fait sur les cartons jaunes et rouge les mecs sont restés un moment au sol.
      Le rouge a beaucoup contesté et il a mis longtemps à sortir comme le temps perdu sur l’exclusion de Sergio. Si tu ajoutes les gains de temps inhérent au petit quand ils ont un résltat chez les gros (roulade à chaque contact, prendre son temps pour les changements etc) on est vite arrivé au 7 minutes. En temps effectif de jeu elle n’en ont pas fait 3 évidement, les charmes du Portugal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.