ASSE – Saison 2014/2015 : la Forez Académie dépose le bilan

Une saison de plus s’achève pour la Forez Académie, la 5e dans cette version. Et comme chaque année, on revient à la fin pour déposer le bilan d’un exercice réussi même si on a eu notre lot de déceptions. Comme d’hab, si vos petits yeux fatigués ne voient pas bien les images, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir.

 

1         Le bileuan chiffré par Roleuand

 

Sainté fait moins bien que la saison dernière en termes de classement final, et pourtant compte le même nombre de points. Comme en 2013/2014, la 3e place s’est jouée jusqu’à la dernière journée, et bis repetita pour les Verts : ils échouent encore à la ravir. Autre similitude : Lorient pouvait encore jouer un rôle d’arbitre, et s’est encore une fois fait battre à domicile. Et dire que c’est un ancien Stéphanois (Antoine Cuissard) qui a permis de sauver ce club dans les années 40, avec l’appui de l’immense Jean Snella. La reconnaissance et la mémoire n’est visiblement pas une qualité merlue… Sur le plan comptable c’est évidemment une saison très réussie puisque les Verts ont réussi à faire aussi bien que la précédente tout en jouant 9 matches de plus (53 contre 44, toutes coupes comprises). Petite déception de ne pas avoir réussi à accrocher cette 4e place qui nous aurait évité 2 tours préliminaires (au maximum) pour rejoindre les poules de l’Europa League. On va encore devoir se cogner des clubs « exotiques » en Europe à partir du 30 juillet, mais ça a aussi son petit charme : les déplacements dans des régions improbables, des stades inconnus, des retransmissions chaotiques… C’est un peu la Coupe de France, mais en plus loin et sans les commentaires d’Eurosport. Maintenant, les Verts ont occupé 14 fois la 5e place contre 12 fois la 4e : leur position au classement final reflète finalement la saison. Pour la 2e année consécutive, Sainté ne sera jamais descendu au-delà de la 10e place, et sera resté dans le quinté de tête 32 journées sur 38. Belle performance.

Concernant les chiffres attaque / défense, les Verts ont connu une saison médiocre en terme de buts marqués, mais signent leur meilleure performance défensive sous l’ère Galtier, et même depuis la saison 1992/1993. Clairement, c’est cette solidité qui a permis aux Verts de continuer à engranger les points tout au long de la saison. Depuis 3 ans, la défense des Verts fait preuve d’une régularité assez impressionnante, et souligne une fois de plus la force du bloc stéphanois malgré les blessures longues durées de Sall, Clerc ou même Pogba. Heureusement que le roc Théophile-Catherine était présent, que Tabanou a craqué uniquement sur les 2 derniers matches, et que le cap’tain Perrin a été plus ou moins épargné pour que l’ensemble ne se fissure pas.

Enfin mise à jour du petit classement qui m’a été concocté par un lecteur de la Forez Académie (merci à Charles, encore une fois) sur le « coût » du point pour chaque club. Rappel des budgets pour la saison 2014/2015 :

Et voici le classement de « rentabilité » en fonction du nombre de points collectés :


7e budget de Ligain et 8e place au classement (2 places de perdues par rapport à la mi-saison) : les Verts voient Caen et Montpellier, auteurs d’une très bonne 2e partie de saison, leur passer devant. Mais Sainté reste le club le mieux classé en Ligain à apparaître le 1er dans ce tableau (Bordeaux, 2e club le mieux classé, n’est que 14e). La présence de Lens, 4e club le plus rentable comme un anti-symbole de sa situation financière réelle, est surprenante. En tenant compte des primes de fin de saison, on peut affiner le classement. Les primes ont été calculées sur la base de la saison 2013/2014 et les droits TV ont été évalués sur les chiffres de la LFP pour la même saison . On obtient alors :

Les Verts  remontent  à la 5e place (3e place à la mi-saison). Et Sainté est toujours l’équipe la mieux classée en Ligain à apparaître en 1er, loin devant Bordeaux qui ne pointe son pull sur les épaules qu’à la 11e place. Malgré les primes, Lens reste un inexplicable 4e, qui laisse supposer qu’il ne fallait finalement pas espérer mieux que ce qu’ils ont fait avec les moyens mis à disposition. L’idée de surperformance souvent évoquée par les dirigeants n’est donc pas une légende, et ce tableau confirme la bonne impression « chiffrée » que laisse l’ASSE sur cette saison. C’est aussi quelque chose que les supporters devraient prendre en compte à froid, quand ils jugent leur équipe : sur la durée du championnat, et malgré quelques accidents inévitables sur une cinquantaine de matches disputés au total, les Verts ont plus que fait le boulot, et ce pour la 3e saison consécutive. On voit bien que les moyens sont inférieurs à ceux des 4 équipes qui finissent devant nous, mais aussi à ceux de Bordeaux ou Lille qui finissent avec respectivement 6 et 13 points de moins. Chapeau donc aux Verts et à l’ensemble du club, qui continuent de grandir à leur rythme, pas assez soutenu pour certains, mais qui reste quand même un gage de solidité quand on regarde leurs 4 dernières saisons.

 

2         Le bileuan des compétitieuons par Gruger

2.1      La Ligain

Beuon, les chiffres, les statistiques, tout ça, là, ça parle, mais on leur fait ben dire qu’on veut des fois. Fouilla, c’qui compte, c’est la vérité du terrain ! Comment les Verts ils touchent la chique sur le pré, semaines après semaines. Voilà.

A ce p’tit jeu, malheureusement, on a eu droit à une année compliquée. Si les Verts ont eu une assise solide, malgré une défense qui a connu plusieurs blessures, c’est dans le jeu offensif que cela péchait. Sur les ailes, et pire, en pointe, ça a pas trop été ça… Mais en fait, dès la récupération, tout cela manquait de mouvement, de vivacité, de mordant quoi. Les Verts ont donc enchaîné les matchs poussifs en Ligain. Au moins, s’ils étaient poussifs, les Verts se montraient réalistes dans des matchs qu’ils arrachaient aux forceps. Les Verts ont gagné de nombreuses fois alors  qu’ils auraient perdu 3 ans auparavant. De ce point de vue, un palier a vraiment été franchi, et cette saison l’a amplement confirmé. Par contre, oui, le jeu était dégueulasse. Sauf contre Lyon. Ah putain, mes b’lets. Cette soirée du 30 novembre, j’en ai mis de partout ! Quel match. Quelle humiliation ! Et à tous les niveaux : dans la préparation médiatique, dans le jeu, sur le tableau d’affichage… Même les visages lyonnais, on y est passé dessus : Lacazette et Tolisso qui chialent, Grenier qui donne l’impression d’avoir avalé un truc amère et de ressentir une grosse douleur anale… Et les têtes d’Aulas, Lacombe, Bats… Un bonheur. Gagner ce derby à la maison nous a fait un bien fou. Déjà, au niveau des supporters, qui lavent des années de frustrations. Mais aussi pour les Verts : après une série de 5 nuls toutes compètes confondues (la faute à l’accumulation des matchs en novembre), l’ASSE se relance et enchaîne. A l’heure d’aborder la fin de l’année 2014, la fatigue de l’Europe aidant, les Verts se traînent un peu. Mais ils avancent, doucement mais sûrement. 4ème à la 19ème journée, à 5 points du leader marseillais, et 4 points devant le 5ème monégasque. On est bien.

Vient alors la Coupe d’Afrique. Cette compétition a-t-elle vraiment besoin de revenir tous les 2 ans ? Sérieusement ? On l’a encore adoré, puisqu’elle nous a privé de Gradel et Pogba. Diomandé, aussi, mais ça c’était bien, en fait, non ? Le bilan de la CAN se fait en 2 parties. D’abord, qu’ont fait les Verts pendant la compète (17 janvier – 8 février) ? C’est simple : ils ont chié dans la colle. Fini les victoires crades qui rapportaient quand même les 3 points, et bonjour les nuls pourris, et les défaites usantes. 3 matchs de Ligain, 2 défaites, et un nul 3-3 contre Lens (ce qui équivaut à une défaite, on va pas se mentir, hein – no offense les copains). Tout cela nous plonge dans une jolie spirale qui nous plombe la suite de février également (3 matches de Ligain, 1 défaites, 2 nuls), au point que l’on entend le mot « crise ». Cool. Ensuite, le bilan de la CAN, c’est aussi son impact sur les joueurs qui y ont participé. Pogba se blesse, saison quasi terminée. Merci. Diomandé n’a pas plus joué avec la Côte d’Ivoire qu’avec Sainté. Par contre Gradel devient roi d’Afrique, et nous revient en pétant le feu. Le fils de Dieu a alors aligné les caramels comme on enfile des perles : sur 10 matchs consécutifs, il plante 9 fois (si mes souvenirs sont bons). Comme l’an passé, le fils de Dieu a fait une demi-saison. Mais quelle demi-saison, putain !

‘Tain, regarde-moi ce paragraphe au-dessus. Tout ça pour la CAN, ça m’fout la lourde. M’étonne pas que Galtier veuille limiter le nombre de joueurs concernés par cette compétition. Surtout que Sagnol a dit que… Ah non, merde. Plus sérieusement, la fin du championnat s’est révélée frustrante. Sainté repart de l’avant à l’orée de mars. L’équipe enchaîne les victoires. Seulement… Seulement on manque de jus contre Monaco (1-1), on se la joue petit bras dans le derby (2-2), et… Et putain, l’équipe démissionne à Bastia, pour une défaite 1-0 qui pèse lourd dans ce sprint final. Nous n’avons plus les cartes en main. La suite ? Devant, Monaco et Marseille assurent, c’est râpé, fini le rêve du podium. On a bien failli y croire, cette fois.

Au final, il est vraiment dommage d’avoir autant subi l’accumulation des matchs en novembre, et d’avoir autant subi la CAN (qui nous empêche en plus de jouer en 3-5-2 et d’alterner tactiquement). La fatigue de fin de saison est plus compréhensible, mais le match foireux à Bastia aura couté cher.

2.2      Les coupes nationales

Objectif avoué…

En Coupe de la Ligue, les Verts assurent, jusqu’à tomber contre le PSG. Pour le résultat désormais habituel : une défaite. Bon, tomber contre le futur vainqueur n’est point une honte. Surtout qu’en quarts et en demi, ce genre d’équipe est quasi injouable.

En Coupe de France, c’est un peu pareil. L’ASSE bénéficie de tirages plutôt sympa (Tours, Red Star, Boulogne) qui lui permettent d’avancer. La coupe devient un véritable objectif, Galette, Roro et les joueurs le disent, et… Oh, le PSG en demi. Oh, Pastore en feu. 4-1, merci, au revoir. Il y a des regrets à avoir, surtout lorsqu’on voit la physionomie de la finale…

2.3      Saint-Etienne ! Coupe d’Europe ! Saint-Etienne coupe d’Europe !

Ah, l’Europe…!

D’abord, Sainté réussi à passer les barrages. Ça passe au poil de cul (pas glorieux, loin de là), mais ça passe, dans un Chaudron bouillant. Ce soir-là, autant te dire que je me suis mis cagette. Les Verts qualifiés, la saison européenne était lancée ! Sauf que cela n’a jamais vraiment décollé. Sainté accumule les matchs nuls (au propre comme au figuré). Franchement, l’Inter était clairement à portée. A Milan, j’ai vu les Verts mener la danse et vraiment prendre le dessus sur les Italiens. Et même si ce n’est plus l’Inter du Mou, il y avait en face des gars comme Handanovic, Vidic, Guarin, Icardi, et un milieu compact et agressif… Bon sang, même Diomandé en a imposé sur ce match (si, regardez-le à nouveau, vous verrez) ! Galtier avait sacrifié le match contre Toulouse a-t-il dit, pour surprendre les Milanais, et on est pas récompensés… Lors du retour à Sainté, on se dit que ça peut passer. Menée dans le jeu et au tableau d’affichage, l’ASSE trouve le moyen d’égaliser au retour des vestiaires, avant de dominer outrageusement. Mais là encore, il manque ces éclairs dans les 30 derniers mètres… Après ça, Sainté se rate contre ce putain de Qarabag et ce fucking Dnipro. Les Ukrainiens étaient pas fous à jouer, mais voilà, ils se sont hissés en finale. Tandis que nous, après avoir dominé l’Inter, premier du groupe, nous échouons à la dernière place. La dernière ! Quand tu vois les matchs, il y a de quoi être frustré à mort. Quand tu compares ce que nous avons fait avec nos moyens, et ce qu’on fait les Azerbadjanais et, pire, les Ukrainiens, y’a de quoi hurler.

 

3         La revue des pillots par Vincent

3.1      Le gazier qui est dans les bois


Bon,  ben on va la faire courte. Mon CRS préféré a été le seul à jouer en Ligain cette saison, comme depuis qu’il est arrivé chez les Verts. 4e saison de suite qu’il dispute les 38 matches, malgré des blessures qui l’ont parfois empêché d’être à 100%. Seulement, sans faire injure à Jessy Moulin qui est un bon gardien, la Ruff’ dans les buts, c’est l’assurance de ne pas prendre de buts sur presque 50% des matches joués (18 clean sheets). Un dernier rempart aux allures de mur, et un joueur qu’on aime voir sur le terrain tant sa motivation et sa rage à défendre à sa cage fait plaisir. Tant pis pour les sourires, si t’es pas content, t’as qu’à aller voir Faudel. Une note moyenne de 3,32 assez exceptionnelle, qui le place en 2e dans la hiérarchie des joueurs stéphanois. Pas pour rien qu’il a été élu par le club meilleur joueur de la saison en binôme avec Gradel.

3.2      Les pillots qui ne sont jamais mis dans le vent

La défense type (de droite à gauche) : Théophile-Catherine // Bayal // Perrin // Tabanou. Mais seulement 23 matches ensemble, la faute à une saison éprouvante, notamment pour Bayal. C’est d’ailleurs lui qui s’en tire avec la note la plus faible, de peu derrière Tabanou qui a beaucoup tâtonné en début de saison avant de trouver ses marques et de sortir des prestations bien plus convaincantes. Le cap’tain Perrin s’en sort avec une note plutôt pas mal, mais aura moins convaincu que la saison précédente (où il avait notamment marqué 6 buts). Quelques blessures auront aussi freiné  sa saison, mais dans l’ensemble, ça reste bon. Meilleur joueur du quator : Théophile-Catherine. Ultra-sécurisant à droite et très rassurant dans l’axe, l’ami Kevin n’est pour l’instant que prêté mais on espère tous (et la Forez Académie le réclame depuis le mois de septembre au moins) qu’il sera définitivement signé chez nous. La bonne surprise de la saison vient de Pogba : sur le point de partir l’été dernier, remplaçant au début de la saison, il a su faire son trou au gré des blessures et des changements tactiques de Galtier (défense à 3 centraux). Gros flop pour Clerc par contre, dont la saison aura été pourrie par les blessures (presque 5 mois d’absence cumulés). Il n’aura convaincu que contre les équipes faibles, prenant le bouillon de façon inquiétante dès que le niveau s’élevait. Les autres joueurs (Baysse, Brison, Karamoko) auront plus joué les utilités, même si Brison s’est fendu d’un but superbe au Vélodrome, et aura ainsi égalé le duo Lacazette-Fekir (150 M€ selon Aulas) face au top 5 (1 pion à eux deux, belle perf).

3.3      Les  pillots qui sont au four et au (Jessy) moulin

Le patron de ce milieu de terrain, comme l’année dernière, c’est Fabien. 3e note sur l’année, il a encore porté l’entrejeu stéphanois et n’a pas dû enrayer la progression du gris dans sa chevelure. Bagarreur, accrocheur, mais aussi buteur et passeur, il n’a pas pu tout le temps apporter offensivement tant il a dû être de partout après la blessure de Cohade en janvier  et un Jérémy Clément pas toujours fringant. Le yorkshire du milieu stéphanois (même s’il a rasé sa couette en fin de saison) n’a pas mordu autant de mollets qu’on pouvait l’espérer, et on craint que ça n’aille pas en s’arrangeant. Le club l’a récemment prolongé, il devrait encore avoir un rôle à jouer l’année prochaine, mais il faut se pencher sur sa succession car le temps presse. Une succession que visiblement n’assumera jamais Diomandé, pire note de l’effectif. Je n’ai pas envie de le descendre, c’est un gars formé au club, qui a l’air d’avoir un très bon fond. Seulement, sur le terrain, ça ne sert à rien et le niveau qu’il a affiché sur les 12 matches où il a été noté n’était pas loin d’être pathétique. C’est aussi le seul joueur qui a pris des cartons rouges cette saison. Un petit mot aussi sur N’Guemo, qui n’a pas une note folichonne. Arrivé au mercato d’hiver pour palier la blessure de Cohade, il nous a rendu un sacré coup de main puisque Diomandé et Pogba (qui peut jouer au milieu) sont partis à la CAN en même temps. On attendait peut-être un peu mieux d’un joueur qui a plus de 200 matches en Ligain, mais son état d’esprit a été irréprochable, et c’est à souligner. Corgnet, lui, aura traversé la plus grosse partie de la saison comme un fantôme, malgré un ou deux éclairs sur quelques matches. Son avenir est loin d’être garanti la saison prochaine.

3.4      Les pillots qui plantent pas des carottes (ou qui sont pas censés le faire)

Max-Alain, fils de Dieu. Meilleure saison sous le maillot vert, il facture 17 buts  en fin d’exercice et termine sur 2 doublés consécutifs. Récompensé du trophée de meilleur joueur de la saison (avec Ruffier) par le club, il décroche aussi le même trophée à la Forez Académie. Virevoltant, décisif et régulier tout au long de la saison, Max-Alain a froissé quelques egos en critiquant le manque d’ambitions du club en fin de saison. Galtier l’a annoncé partant en Angleterre, Romeyer a dit qu’il n’entamerait pas les discussions à moins de 10 M€, mais le petit poulet d’Abidjan n’a pas fermé la porte à poursuivre son aventure chez les Verts (il lui reste 2  ans de contrat). Sans son absence due à la CAN, qui sait si les Verts n’auraient pas pu viser plus haut ? Pour le reste, personne n’arrive à décrocher une note au-dessus de 2,5 (Saint-Maximin n’a pas joué assez de matches), preuve que l’attaque des Verts n’a pas flambé. Erding tient sa moyenne de 1 but tous les 3 matches qu’il a depuis le début de sa carrière, mais c’est trop peu pour assumer le rôle de gâchette d’un effectif.  Van Wolfswinkel n’a malheureusement pas été le tueur des surfaces que nous attendions : même si sa saison n’a pas été si mauvaise que ça, elle ne justifie pas de payer l’option d’achat à 6M€ que demande Norwich. Monnet-Paquet avait bien démarré, avant de connaître un passage à vide de 8 mois (!) puis de ressurgir sur les 2  derniers matches. Va falloir faire mieux la saison prochaine, b’let. Hamouma a connu une bonne période (avec notamment un joli but dans le derby) avant de se blesser (encore) et de finir la saison à l’infirmerie. Gros goût d’inachevé, on attend toujours qu’il arrive à faire une saison complète à plus de 10 buts et/ou 10 passes, il en a le potentiel. Mollo a été souvent placardisé avant de refaire surface pour 3-4 matches durant lesquels il sera souvent décisif. Il reviendra sur le banc, sans que l’on comprenne vraiment pourquoi, et sa place dans l’effectif de Galtier reste une énigme pour beaucoup.

Enfin j’en place une petite pour le côche. Il vient tout juste de passer à la 2e place des entraîneurs ayant la plus longue longévité sur un banc européen (très loin derrière Wenger quand même), ce qui n’est pas rien quand on a connu l’instabilité chronique de l’époque pré-Galtier (à part Antonetti, personne n’est resté plus de 2 ans en place sur les 20 dernières années). Il se fait défoncer par certains experts sur son style de jeu défensif (ce qui n’est pas toujours injustifié), mais on ne reste pas 5 ans et demi sur le banc d’une équipe comme Saint-Etienne sans avoir un minimum de talent. Après, s’il faut s’appeler Jardim pour avoir le respect des élites sans forcément proposer un jeu plus bandant, au final, on s’en fout : continue de nous gagner des derbies et de nous emmener en Europe Christophe, à force on finira bien par ramener un trophée. En espérant que cette régularité dans les résultats s’accompagnera d’une progression dans les moyens mis à sa disposition…

 

4         BONUS TRACK : 5 faits marquants en vidéo

Les plus fidèles parmi vous ont déjà vu cette vidéo sur la page de la Forez Académie, qui a servi de teaser pour ce bilan. On vous a compilé une sélection de vidéos diverses et variées pour illustrer 5 faits marquants de la saison 2014/2015 des Verts. Faites tourner, c’est du bon !

 

Voilà pour le bileuan de cette saison 2014/2015. Pas de trophée, mais une qualification en Coupe d’Europe encore possible pour la 3e année consécutive et une invincibilité dans le derby. On va pas pichorgner, donc merci les Verts et rendez-vous dans quelques semaines sur un terrain biélorusse, chypriote ou que sais-je.

Pour la partie personnal branling, cette saison, la Forez Académie vous a livré 53 académies (ne manquent à l’appel que le retour contre Milan en Coupe d’Europe et la demi-finale de Coupe de France contre le PSG pour des raisons indépendantes de notre volonté), et 7 épisodes du merscato stéphanois. Merci à ceux qui ont eu le courage de tout lire (ou du moins une grande partie), et n’hésitez pas venir nous parler que ce soit sur HorsJeu, Facebook ou Twitter. Parce que finalement les seuls retours qu’on a sur ce qu’on fait, ce sont vos commentaires.

Voilà, on se retrouve avec la même équipe de vainqueurs la saison prochaine si tout va bien. Mais on reviendra au cours de l’été pour vous donner des nouvelles sur le merscato stéphanois en fonction de l’actualité.

La bise les b’lets.

 

Roland Gromerdier / Gruger Rocher / Vincent Péricardetçarepart

 

La Forez Académie tient à remercier le site envertetcontretous.fr, qui relaie l’académie toutes les semaines, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, ainsi que le site Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout. N’oublions pas l’excellent site Furania Photos qui nous permet d’agrémenter nos académies de jolies photos des tribunes stéphanoises.

Roland tient tout particulièrement à remercier la Divette de Montmartre, qui lui  permet d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon). En espérant que la verveine coule à flots la saison prochaine, ce qui sera signe de nombreuses victoires.

 Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin Roland est aussi sur fessebouc et sur touitère alors n’hésite pas à venir le voir et à t’en faire un ami. Il ne mord pas, certains le disent même plutôt sympa. Vincent et Gruger viennent d’arriver sur le sôchôl net-oueurk. Il parait même qu’on trouve Vincent sur le gazouilleur.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

9 Comments

  1. Bravo les gars. Super acad! Sans doute l’une des trois plus sérieuses. Je vous laisse deviner les deux autres. Content de vous retrouver l’an prochain.
    BA

  2. Merci pour cette année d’académies, et bonne remarque sur les commentaires à la fin, c’est du boulot ce que vous faîtes.

    Et bien, le bilan, ça permet d’anal-yser la saison avec un peu plus de recul. A l’année prochaine!

  3. @Spooner : merci, ça fait plaisir. On va essayer de repartir sur les mêmes bases l’année prochaine, en espérant que les résultats des Verts nous poussent à être encore meilleurs.

    @Willy : merci, sympa de ta part. Pour les chiffres, j’ai senti le vent du boulet « Sainté ça joue mal, c’est une saison pourrie » dès la mi-saison (que ce soit chez les supporters verts ou chez les autres). Ce paragraphe est juste là pour remettre en perspective le jeu déployé (pas toujours fringant) avec les résultats (plutôt bons, voire plus) et les moyens mis à dispositions. J’ai essayé de pas faire d’overdose et d’illustrer avec des images pour que ça soit plus digeste.

    Pour l’article des Cahiers, je viens d’aller voir. En fait, le tableau que tu montres est juste le fait de savoir si l’observatoire du CIES avait bien prévu le classement final ou pas. Rien à voir avec les budgets. Il faut noter que le dernier tableau a été établi avec les primes et droits tv de la saison précédente, donc pas actualisés (chiffres pas encore disponibles).

    @samoonyeah : merci, c’est sympa. On fait ça à côté de nos tafs respectifs tout en essayant de produire quelque chose qui nous plaise et dans les temps. Ce qui n’est pas toujours évident. En tout cas, content de voir que ça plait à certains.

  4. Ca a l’air super. Dommage que les images soient bloqués par le proxy de ma boîte.
    Heureux de constater par ailleurs que vous ne cédez pas aux sirènes du retour à la ligne facile.

  5. @Willy : salut, je suis l’auteur du classement « rentabilité ».

    Les tableaux ne sont pas comparables.

    Le notre démontre simplement quels clubs font la meilleure performance en terme de gestion « qualité/prix » si j’ose dire (et j’ose).

    Ce n’est pas rien, surtout vu de chez les squatteurs du chaudron, pour montrer qu’on fait quand même un bien belle perf au regard de notre budget.

    Par contre je précise que les droits TV ne sont pas compris dans le cout du point. Uniquement les budgets ôtés des primes de classement, et des primes C1&C3, de la saison précédente.

  6. Faudrait quand même m’expliquer comment t’arrives à noter Bayal Sall 25 fois alors qu’il n’a joué que 23 matchs…
    Merci pour les tableaux, même s’ils sont un peu trop orienté type « qui c’est les meilleurs, évidemment c’est les verts », et que l’on se croirait effectivement au championnat de France de compta.

  7. @Spado : c’est une erreur. J’ai dû reporter 2 matches en trop pour le colosse. Après, ça n’a pas trop dû influencer sa note finale. Tu as l’œil mon cher Spado. J’ai aussi oublié de reporter les minutes/buts/passes… pour Saint-Maximin. Mais bon, là, c’est anecdotique.

    Faut voir pour les prochains bilans si on garde cette forme ou pas. A voir. On allègera peut-être un peu le côté « chiffres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.