L’Accademica Friulana note Arsenal-Udinese (1-0)

Albero est en retard, certes, mais il est là et c’est déjà beau.

 Albero Di Natale va nous narrer autant qu’il le peut les aventures de l’Udinese cette saison. Si vous êtes vous-même supporter du club frioulan ou italien d’origine allemande, comme un symbole de binationalité, n’hésitez pas à contacter le chef redac à chefredac@horsjeu.net afin d’aider Albero.

 

Avant le match.

L’Udinese, son grand et beau stade, ses millions de fans, son palmarès à faire pâlir un ours polaire. Qu’on se le dise, le vainqueur de la coupe Intertoto 2000 qui ne possède pas d’académie, c’est un véritable scandale.

Ce club, le deuxième plus vieux d’Italie (après le Genoa) n’a jamais vraiment dépoussiéré sa vitrine des trophées, mis à part quelques titres de Serie B ou C1 et la coupe Intertoto sus-citée. Pas de quoi faire mouiller mémé donc. Mais ce qui le caractérise, c’est sa capacité à aller chercher une pépite au fin fond d’une mine chilienne pour la transformer en l’un des tous meilleurs joueurs (et par la même occasion en gros chèque) à l’image d’Alexis Sanchez, Mehdi Benatia ou encore Oliver Bierhoff .

La 4ème place décrochée l’an dernier arrive comme un symbole de l’irrégularité de l’équipe, qui avait ponctuée par une peu glorieuse 15ème position l’exercice 2009-2010. Ce superbe parcours en championnat ouvre donc les portes de la Ligue des Champions à l’Udinese, qui devra se débarrasser d’Arsenal pour accéder à la phase de groupe.

L’Emirates sera ce soir le théâtre d’un match qui opposera deux clubs totalement différents. D’un côté Arsenal, grand d’Europe, habitué aux joutes européennes, qui a même le droit à son reportage hebdomadaire dans Téléfoot. De l’autre la « petite » Udinese, moins glamour, loin des strass et paillettes et qui ne joue qu’occasionnellement l’Europe. On pourrait donc penser à un match déséquilibré ce soir, mais de mon humble avis, il n’en est rien.

En effet Arsenal a perdu de nombreux titulaires lors de ce mercato et en ajoutant à cela les suspensions et les blessures, on retrouve une équipe pratiquement à poil. Avec l’amputation de son Sex, les Londoniens pourraient bien se retrouver impuissant. Du côté de l’Udinese, trois titulaires ont quitté les rangs. Cristian Zapata parti traîner ses chaussures à Villarreal , Alexis Sanchez chez les gentils barcelonais et enfin le lion Gokhan Inler , parti sans aucun remerciement pour le club qui lui a tant donné . Une ordure de plus dans la ville de Naples.

Mais ceux-ci ont vite été remplacé par l’arrivée de Danilo, défenseur central brésilien en provenance du Gremio, de Thierry Doubaï, qui aura la lourde tâche de remplacer Inler et de Paulo Barreto, en lieu et place de Sanchez (avec la concurrence de Denis et Floro Flores).

Comme le dit si bien notre capitaine Antonio Di Natale, l’Udinese jouera ce soir le « match de sa vie ».Une phrase forte de la part du plus grand joueur de l’histoire du club, comme un symbole d’une équipe prête à écrire une nouvelle page de son histoire. Seule subsiste une grande inconnue : celui du visage donné par l’Udinese sans ses leaders Inler et Sanchez. Les matchs amicaux, la plupart face à des clubs médiocres tels que Tamai, Sacilese ou encore Bordeaux n’ont pas vraiment permis d’y voir plus clair, avec des prestations en dents de scie. Gageons que les bianconeri soient prêts pour défier les Gunners ce soir, avec une qualification pas si inaccessible que ça. En deux mots, une seule chose à faire : Y CROIRE !

 

Après le match

Cette rencontre qui se solde par une défaite me laisse un goût amer. A l’image d’une soirée où l’on a eu l’impression de faire tout ce qu’il fallait pour choper tout en rentrant bredouille. Car oui l’Udinese a perdu, non ce n’est pas mérité : de tout le match, Arsenal a dominé les 10 premières minutes, puis l’Udinese a posé sa patte sur la rencontre, sans toutefois pouvoir conclure, comme un symbole de gros membre. A l’image des face-à-face perdu par Armero et Di Natale contre Szhczsczesen (ou je ne sais quoi) le gardien d’Arsenal, qui y est pour beaucoup dans la victoire de son équipe.

Le but : Walcott ouvre le score dès la 5ème minute de jeu en profitant d’un placement Bernard Mendy© du jeune Neuton, laissant le couloir libre à Ramsey qui centre tranquillement pour Walcott qui aurait dû être marqué par le jeune brésilien. Deux erreurs dans la même action et un but.

Les notes :

Le coach Francesco Guidolin a choisi de troquer le 3-5-2 si efficace l’an dernier pour un 4-1-4-1.Avec la titularisation surprise de Joël Ekstrand sur le flanc droit de la défense.

Handanovic  4/5 : Il a livré une prestation solide avec très peu d’occasions de se mettre en valeur. Il ne peut rien sur le but mais nous gratifie d’un arrêt exceptionnel en toute fin de match face à Walcott. San Handa nous permet donc d’y croire encore au match retour, en laissant l’équipe à portée de fusil des Gunners.

Ekstrand 2/5 : Le Suédois a très mal débuté la rencontre en se faisant avertir dès les premières secondes de jeu. Quelques fois mis en difficulté sur son côté, il a quand même tenu la baraque en gagnant pas mal de un-contre-un. Gros bémol tout de même pour son jeu offensif, quasi inexistant sur cette rencontre.

Benatia 4/5 : Mehdi c’est patron, commun symbole de défenseur marseillais. Il a fait son boulot et est reparti sur les mêmes bases que l’an dernier. De bonnes relances et sa montée habituelle par match.

Danilo 3/5 : Son grand malheur : jouer son premier match aux côtés de Neuton. Il a dû durant tout le match rattraper les régisseries du Brésilien. Il s’est tout de même montré convaincant et devrait former avec Benatia une charnière centrale très performante.

Neuton 1/5 : Le point faible de l’équipe. Fautif sur le but, il aurait pu (dû) prendre un rouge avant la mi-temps. Il s’est littéralement fait violer toute la rencontre par son vis-à-vis (quel qu’il soit). Songe actuellement à porter plainte.

Agyemang-Badu 3/5 : Un gros abattage et de nombreux ballons récupérés lui ont permis d’être l’une des satisfactions de la soirée. Un beau potentiel qui pourrait s’affirmer cette saison.

Isla 3/5 : Le Chilien a fait son job. Une bonne entente avec Di Natale et une grosse occasion qui aurait pu faire mouche sans la parade du portier londonien. Lui aussi dans la lignée de la saison dernière, il sera l’un des hommes forts de l’Udinese cette saison.

Pinzi 3/5 : Très complice avec Isla et Di Natale, son activité fut intéressante et il aurait pu marquer si ses frappes avaient été plus précises. Fait toujours la même moue quand il rate une occasion.

Asamoah 2/5 : Moins présent que les autres milieux, il a été discret et a trop peu pesé sur le jeu. J’attends beaucoup mieux de sa part.

Armero 4/5 : C’est LA grosse satisfaction de la soirée. Il a été omniprésent dans le jeu et a sans cesse porté l’équipe vers l’avant. Un nombre incalculable de ballon récupérés et de nombreuses frappes lointaines (malheureusement non cadrées). Seul point noir : son face-à-face perdu contre Szczesny.

Di Natale 4/5 : Il capitano nous a encore montré toute l’étendue de son talent. Une très forte activité sur le front de l’attaque et de bonnes connexions avec le milieu. Il a manqué de chance en touchant deux fois les montants et aurait mérité d’inscrire un but.

Les remplaçants:
Pasquale (Neuton 58ème) 3/5 : A lui aussi eu un peu de mal puis a fait son boulot . Ca ne pouvait de toutes façons pas être pire que Neuton.Abdi (Pinzi 87ème) NN : A vu l’Emirates.

 

Ce match, positif dans le contenu est malgré tout décevant du point de vue du score, même si celui-ci nous permet d’y croire encore. Je vous conseille pour ma part de mettre une pièce sur l’Udinese pour le match retour, avec une qualification pas si inaccessible que ça, Udine ayant fait mieux que jeu égal avec les Londoniens. Faire l’amour aux baby gunners, avouez que ce serait un bel hommage à Silvio.

La bise friulanale,

Albero Di Natale.

7 thoughts on “L’Accademica Friulana note Arsenal-Udinese (1-0)

  1. On peut quand même dire que les absences de Jacky boy et de Robin ont pesé pour les italiens.
    Après, attendons le match retour, mais il est vrai que rien n’est fait.

  2. Il est vrai que ça va changer pas mal de chose , mais j’y crois quand même , car une telle malchance ne peut pas se reproduire encore une fois. Du moins je l’espère.

  3. Enfin une acad’ sur l’Udinese! L’occasion de parler chaque semaine de Toto Di Natale qui a un Gilardino dans chaque orteil et qui est toujours aussi sous-coté!

  4. Oui enfin chaque semaine n’est pas sûr.Je n’ai pas l’occasion de voir tous les matchs malheureusement. Mais dès que possible on parlera de Toto ,ce bel homme , bien plus que l’éditeur , si je peux me permettre.

  5. Après avoir vu quelque peu le match je crois que Tonton Arsène va vraiment finir par vous le piquer le Benatia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.