Angers – Bordeaux (3-1): La Scapulaire Académie a le courage de la cadence

Les années passent et beaucoup de choses ont changé: les Ricains s’intéressent au ballon rond, la canicule ne tue plus nos vieux, Yannick Noah fait du tennis, puis de la musique, puis du tennis, puis de la musique…

D’autres choses ne changent pas: Tulle est toujours à deux heures et demie de Bordeaux.

L’ère GACP débute vraiment.

Dès le départ, DaGrosa a affirmé que pour faire grimper le club dans la hiérarchie, acheter des joueurs de talents ne suffirait pas. Les nouveaux investisseurs veulent retaper la bâtisse de fond en comble et ont installé leurs hommes pour faire le travail.

L’organigramme a été remodelé, les staffs changés, des professionnels aux jeunes en passant par les féminines. Des éducateurs présents depuis des années ont été remplacés par des personnes de l’extérieur. Le centre de formation est chapeauté par Cissé. Malgré de probants résultats, Dauba a été remercié pour laisser la place à l’ex entraineur d’Arsenal. Et puisque le poste d’ambassadeur est déjà pris, Plasil a été nommé entraineur adjoint de la réserve. Il accompagnera Chalmé, rétrogradé parce qu’il est roux.

Mais la vitrine d’un club reste son équipe première. Qu’en est-il de l’effectif des professionnels?

Nul doute que la majeure partie des supporteurs a passé son été sur son smartphone, suivant scrupuleusement l’activité des Girondins côté transferts. Aussi, revenons-y de manière succincte de manière à ne pas vous ennuyer dès l’introduction de la première académie de la saison.

Le club souhaitant miser sur des jeunes à fort potentiel, c’est fort logiquement qu’il a vendu Koundé et Youssouf. Après avoir passé sa saison à colmater les trous créés par ses coéquipiers, le petit Jules est parti combler le déficit. Brave gars. Quant à Zaydou, l’ingrat n’a pas voulu prolonger, alors qu’il n’avait qu’une année de contrat. L’un sera certainement plus regretté que l’autre.

Trichard, Lauray et Cissokho sont partis mais on s’en fout.

Les prêtés se sont rendus ailleurs: Palencia à Sainté, Karamoh et Cornelius à Parme (la voilà notre vengeance du 6-0!).

Un loft a été mis en place. Des joueurs indésirables sont priés de s’entrainer à part, dans l’attente d’un départ. Baysse, Vada, Sankharé, Mendy, Carrique et Cafu sont les heureux élus. Cette méthode montre que nous sommes bien entrés dans une nouvelle ère et cette décision n’est peut-être pas la plus respectable qu’il soit.

Wesley Lauana ne s’est jamais remis de son loft à Lorient

Côté renforts, les dirigeants ont d’abord fait le tour des équipes UNSS pour renforcer la réserve. Ils ont ensuite misé sur le hard-discount et ont trouvé un Bellanova, un Mexer, un Kwateng et un Benito.

Hwang Ui-Jo a été le premier joueur pour lequel une indemnité de transfert a été nécessaire. Il arrive du Gamba Osaka. Il n’a pas d’expérience en Europe et va devoir prouver qu’il peut s’y imposer avec son physique de crevette.

Puis ils sont tombés sur un Koscielny pas trop pété. L’ex boyfriend de la Gunners Academy se sera fait attendre mais a fini par signer et représente une des deux têtes d’affiche promises.

L’arrivée du défenseur central donne un nouveau souffle à l’équipe. Tout le monde était resté sur les 80 millions de dépenses annoncés et les difficultés rencontrées pour allonger les billets faisaient poindre le doute chez les suiveurs du club.

L’effectif n’est pas encore complet. En l’état, rien ne dit que l’équipe est plus compétitive que l’an passé. Mais puisque le premier match de l’année arrive déjà, Paulo Sousa va devoir se débrouiller pour proposer quelque-chose d’intéressant en attendant l’arrivée d’un milieu expérimenté et d’un ailier. Voire plus, la saison des brocantes n’étant pas encore terminée.


La composition:

Costil (c)

Bellanova Pablo Mexer Benito

Tchouaméni Lottin

Ui-Jo De Préville Kalu

Briand

En l’absence de Jovanovic et en attendant l’intégration de Koscielny, une défense à quatre est installée. Pablo est le seul rescapé de l’an passé. Benito, pourtant à court de forme, envoie Poundjé en tribunes.

Otavio est suspendu, Adli blessé et Sousa a décidé de titulariser deux jeunes joueurs dans l’entrejeu.

Première apparition pour Ui-Jo.

De Préville sera chargé d’animer le jeu, Kalu de dynamiter son couloir et Briand de.


Le match:

L’équipe de Didier Bourdon a mis de jolis buts.


Le résumé:

Cinq minutes. C’est le temps que les supporteurs girondins y auront cru. Ou la durée nécessaire pour comprendre que rien avait changé, c’est selon.

De l’envie, du pressing, du JEU et trois occasions de but dès le début de match, dont une qui finit au fond sur un coup-franc direct de Nicolas De Préville, l’homme en forme de cet été.

Hwang Ui-Jo nous a confirmé qu’il risquait d’être sur courant alternatif devant les cages et Briand nous a fait une spéciale « frappe sous la barre à deux à l’heure ».

Et après, me direz-vous? Plus rien, hormis un pilonnage en règle de nos Girondins. Les Angevins n’auront aucun mal à venir dans notre surface et chaque perte de balle (et elles sont nombreuse) rapproche un peu plus Sousa de la rupture d’anévrysme.

Angers va inscrire trois buts en un peu plus d’un quart d’heure, 3-1, match plié. Nous nous rendons compte qu’il nous est encore possible de souffrir de terribles désillusions.


Les notes des 33:

Benoît Costil (2/5):

Il n’est pas irréprochable sur le second but. Il passe son temps à crier sur ses coéquipiers. On le comprend. Le problème, c’est que ceux-ci, non.

Raoul Bellanova (0/5):

50% Palencia, 50% Koundé des mauvais jours.Il doit apprendre à lever la tête avant de centrer, à ne pas lâcher un marquage dans la surface, à ne pas se jeter n’importe quand… Il est jeune et a certainement du potentiel mais il a oublié les bases. Gamin, les cahiers de vacances, ce n’est pas pour les chiens!

Remplacé par Benrahou qui a essayé de mettre du rythme mais il a vite été rattrapé par la nullité ambiante.

Pablo et Edson Mexer (1/5):

Les placements étaient si hasardeux qu’on aurait dit un biopic sur Hengebart et Bellone. Ou un bon vieux « RTL9 » si l’on considère la mauvaise gestion de la profondeur.

Loris Benito (0/5):

Poundjé n’était pas censé passer le match en tribunes? C’est sévère, on en reparlera lorsqu’il sera en forme.

Albert Lottin et Aurélien Tchouaméni (feront chier jusqu’au bac/5):

Le plus jeune n’a pas démérité, réalisant même de bons retours dans la surface.

Le moins jeune souhaite s’imposer cette saison mais il devra faire bien plus. Il n’a pas pesé sur le jeu, ni par les passes, ni balle au pied.

Les deux ont paru bien légers face aux milieux angevins et si la défense a tant souffert, c’est qu’ils n’ont pas fait le job.

Lottin est sorti à la pause, Basic prenant le relais dans le rôle du joueur invisible.

Hwang Ui-Jo (2/5):

Il a raté une grosse opportunité en tout début de rencontre avant de se rattraper en obtenant le coup-franc décisif.

De l’activité mais trop de maladresses. Un match à la De Préville.

Nicolas De Préville (2/5):

Il confirme d’entrée sa volonté d’améliorer ses statistiques. Mais il a alterné le bon et le (beaucoup) moins bon, à l’image de ce contrôle manqué au milieu de terrain, à l’origine du second but adverse.

Salomon Kalu (2/5):

Percutant en début de rencontre avant de s’éteindre en même temps que les autres. Remplacé par Maja, pas très incisif.

Jimmy Briand (1/5):

Il s’est fait piétiner par Pavlovic, au propre comme au figuré, et a rendu une sale copie.


En face: La tornade angevine

Subissant très tôt un coup de tonnerre de De Préville, ils ont laissé passer l’orage avant de faire parler la foudre. Les déferlantes se sont succédées et c’est un miracle que le bilan ne soit pas plus lourd.


Bonus: Le bizutage de Koscielny, en chanson

L’aumône à 300 000 balles par mois, cela va créer des vocations.


Pour conclure:

A chaque nouvelle saison, de nouveaux espoirs. Les nôtres ont été vite douchés. Bien que les résultats des matches de préparation n’aient pas tous été réussis (doux euphémisme), nous avions l’espérance de voir nos joueurs débuter le championnat avec un élan retrouvé. Las, nous avons pu constater que rien avait changé au niveau des résultats et même du jeu, hormis le tout début de rencontre. Ces cinq minutes constituent tout de même un espoir.

N’enterrons pas trop vite l’équipe. Ce n’était que la première journée. Mais force est de constater que sans recrue au milieu et sans un engagement de tous les instants, il sera difficile de faire bonne figure.

Sousa a demandé aux supporteurs d’avoir « le courage de la patience ». Je comprends son point de vue, la reconstruction demande du temps. Mais les gens comme nous qui aimons le club, souffrent d’un manque de résultats depuis si longtemps que leur patience a déjà été mise à rude épreuve. Ce sont à eux de nous prouver qu’ils méritent notre confiance.

En cela, le discours de chaque recrue sans exception est rassurant. Chaque nouveau joueur a vanté le projet. Soit nos dirigeants sont d’excellents communicants (sûrement), soit ce sont de vrais génies visionnaires (nous l’espérons).

Ici, à la Scapulaire Académie, nous avons « le courage de la cadence ». Après chaque rencontre et malgré les nombreuses déceptions, nous souhaitons partager avec vous notre amour des Girondins. L’exercice devient de plus en plus difficile, nous pourrions faire des copier-coller semaine après semaine.

Quoiqu’il arrive, nous continuerons à écrire avec passion. Et gardons espoir de voir des Académies emballées par des résultats positifs. Après tout, s’ils avaient raison? Dans le cas contraire, nous aurions « le courage de l’impertinence »!

Une seule Académie et votre serviteur repart en vacances. C’est cela aussi, Bordeaux: à chacun son rythme. Vous retrouverez l’excellent Kiki après le match de Lyon. On en saura un peu plus sur les ambitions à avoir cette année.

Amusez-vous tant que vous le pouvez.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.