Bordeaux-Angers (0-1): la Scapulaire Académie fait un syndrome de glissement

Les Girondins ont une stratégie pour recruter. Descendre en Ligue 2 pour attirer les Italiens n’est peut-être pas la meilleure des solutions.

Je suis inquiet pour elle.

Elle galopait encore au printemps dernier, s’offrant même un road trip à travers l’Europe. A son âge, ce n’est pas si courant. Il faut dire que son mari la stimulait. Bien sûr, il était grande gueule, son passé de Grand Homme lui faisait prendre un air supérieur. Mais sans lui, elle n’aurait jamais connu ce regain d’énergie qui l’avait sortie de son spleen. Leur histoire fit long feu, lassé qu’il fut par son absence d’initiative. Il faut dire qu’il y avait toujours un fond dépressif chez elle entraînant une apathie. Gustave a fini par s’épuiser. Je crois qu’il a fait en sorte qu’elle le quitte. Leur dernière dispute a été soudaine et violente. Elle n’a pas eu d’autre choix que de le mettre à la porte.

Elle l’a aimé malgré tout et s’était imaginée faire encore un bout de chemin avec lui. Elle n’a pas eu le temps de faire le deuil de son amour qu’elle a connu une nouvelle perte. En effet, pour une sombre histoire d’argent, son propriétaire l’a mise dehors. Elle qui logeait chez lui depuis vingt ans s’est retrouvée sans toit et devant chercher un nouveau bailleur. Des investisseurs étrangers ont su la séduire. Mais on connait ce genre d’hommes. Et on sait aussi ce qu’ils réservent aux anciens dans les locaux qu’ils gèrent. Alertés, des membres d’association sont montés au créneau pour crier au scandale et empêcher la signature du contrat. Ils ont même demandé au maire de se positionner… Elle emménagea donc peu de temps après le début des discussions.

L’appartement était bien trop grand pour elle. Surtout, de nombreux travaux étaient prévus. Il semblerait que les nouveaux propriétaires avaient de réelles intentions d’améliorer le confort de l’habitat. Mais elle n’avait plus l’âge d’accepter ni de supporter de tels changements. Elle qui se rassurait dans la routine a perdu tous ses repères. Ce fut là le début des problèmes.

Sa fragilité psychologique a commencé à lui jouer des tours. De par son comportement parfois caricatural, j’ai toujours su qu’elle avait une personnalité hystérique. Si cela n’était pas dramatique en soit, cela est devenu problématique quand elle a commencé à somatiser. La peur engendrée par l’inconnu et le changement l’a empêchée d’avancer. Littéralement. Elle a chuté à plusieurs reprises, son corps refusant d’obéir. Elle a eu plusieurs kinésithérapeutes à son chevet, rien n’y a fait. Le mal était trop profondément ancré. Toute une équipe pluriprofessionnelle a été engagée. Mais le temps de trouver la prise en charge adéquate, elle est encore tombée.

Elle ne s’en est pas remise. D’abord, un syndrome post-chute s’est installé: une rétropulsion au moment de se relever qui entraîne un déséquilibre, une phobie de la station verticale l’amenant vers une dépendance plus importante. Pire, des troubles cognitifs sont apparus. Nous l’avons entendue dire que sa mère avait été enlevée ou bien qu’elle devait aller faire des courses à la Capitale. Son état s’est vite dégradé. Dans ses rares moments de lucidité, elle affirmait ne plus se reconnaître, ne plus servir à rien.

Elle a fini par faire une attaque qui l’a rendue moribonde et cela est du à une insuffisance circulatoire qui n’a pas été traitée comme il se devait. Après cela, elle s’est laissée aller, ayant perdu le goût de tout. Elle a fait un syndrome de glissement. Chacun pouvait essayer de l’aider, rien n’y changeait. Devant la lassitude de la vie même la science doit s’avouer vaincue.

Lâchée par sa défense immunitaire, elle est tombée malade. Un rien l’affaiblissait. Ses organes ont commencé à défaillir: le cœur, les poumons, les reins ont montré des signes de faiblesse. La route vers la mort s’est dégagée.

Il faudrait l’accepter. Chose qui n’est pas simple! Moi qui ai toujours eu du mépris pour la religion, j’ai du me résoudre à y trouver un motif d’espoir. Il parait que la réincarnation existe. Je veux y croire. Pour elle. Bien sûr, elle ne ressemblera plus jamais à ce qu’elle a été et elle ne saura même pas avoir eu une vie antérieure. Mais rien ne dit que la prochaine ne sera pas plus belle que celle-ci.

Il ne reste que peu de temps à Gigi. Je resterai à ses côtés jusqu’au bout. Et je vous invite à me rejoindre pour se rappeler les bons moments et pour qu’elle puisse finir ses jours entourée et dignement.

Les notes des 33:

Benoît Costil (3/5):

Sur des passes en retrait foireuses, il a sauvé le coup à plusieurs reprises. Plus souvent mis en danger par ses propres partenaires que par les Angevins, il a été battu sur un des seuls tirs cadrés adverses.

Youssouf Sabaly (1/5):

Le côté obscur de la force l’a emporté, cette fois c’est sûr.

Alexandre Lauray (1/5):

Après deux prestations encourageantes, il a cette fois évolué à un niveau proche d’un Yambéré… Des erreurs de jugement, un combo parte de balle/ fauchage en règle et carton jaune et a également été fautif sur le but en laissant Bahoken passer devant lui.

Pablo (2/5):

Pas mauvais mais on attendait plus de lui dans un rôle de patron de la défense. Malheureusement, le petit con d’à côté ne parle pas portugais.

Maxime Poundjé (2/5):

Volontaire (en première) engagé d’office (faute de mieux). S’il pouvait s’engager dans la Légion étrangère, cela nous arrangerait.

Otavio (2/5):

Il a beaucoup couru, c’est bieng. Mais avec le ballon c’était vraiment moins bieng. Plus lent, il y a Franklin et Doc Gyné… Non, il n’y a que Franklin.

Toma Basic (2/5):

Cela devient une habitude: on le voit en début de soirée avant de disparaître. S’il se rend à un mariage avec ses parents, il vaudraient mieux qu’ils gardent un œil sur lui, juste au cas où…

Par sa capacité à réaliser des passes de plus de trois mètres, il reste indispensable à l’équipe, ce qui en dit long sur la qualité de notre milieu.

Yassine Benrahou (2/5):

Ceux qui s’attendaient à voir un Adam Ounas 2.0 peuvent ressortir leurs disquettes.

Nicolas De Préville (3/5):

Il fut le plus combatif bien qu’émoussé. Il est en train de gagner sa place dans l’effectif pour l’an prochain. Plus fort encore, il semble se mettre les fans dans la poche ce qui était loin d’être gagné.

François Kamano (0/5):

« Chef, le crash-test a été réalisé.

-Et alors?

-Ben… Le mur a encore gagné »

Jimmy Briand (2/5):

Sevré de ballons. Chose qui ne serait jamais arrivée à Laslandes.

Les entrants:

Yacine Adli a dynamisé le jeu de son équipe. Bon, ce n’était peut-être pas digne de la TNT des chercheurs d’or américains mais cela devrait suffire pour qu’il puisse s’aguerrir dans les mines de fer mosellanes.

Plasil aurait pu inscrire un joli but d’une reprise de volée sans l’arrêt du cul de Poundjé.

Youssouf a aussi fait un bout de match. Il n’y a pas grand-chose de plus à dire.

L’accompagnement de fin d’académie:

J’ai décidé de regarder un match de foot pour me changer les idées. Il aurait mieux fallu éviter pareille erreur. Une rencontre des Girondins est encore plus létale qu’un mélange morphine/hypnovel mais bien moins apaisante.

Si Kiki a survécu, il vous contera l’histoire de onze mecs se prenant une déculottée par des gars du Ch’Nord. Tout un programme.

A bientôt (peut-être)

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.