Bordeaux – Dijon (1-0) : La Scapulaire Académie est sauvée

La leçon du jour « Ne pile pas ton mil avec une banane mûre » Et laisse Jaro sur le banc

L’opération maintien est en vue. Cessez vos regards perfides et gardez vos airs libidineux pour vous, la Scapulaire Académie ne tombera pas dans le piège tendu par le lobby des puissants bonnetiers. Non ! nous ne céderons en aucun cas à la tentation d’Aubade, au confort de Playtex, ou à la chaleur réconfortante de Damart. Notre maintien est moins symbolique, il est même terriblement pragmatique, sans audace, sans glamour ni bretelles. En battant successivement les terribles angevins et en venant à bout de Dijon, les Girondins ont assuré l’essentiel.

Pour parvenir à leur fin, Ricardo et Bédouet ont littéralement assassiné le football avec une préméditation qui ne laisse que peu de place au doute. Le grand Bielsa aurait, par ailleurs, déclaré (vous notez le conditionnel) que les techniciens bordelais étaient pour lui des véritables modèles : « Leur combat est juste, cette volonté de tuer toutes possibilités de jeu offensif est fascinante. Nous devons tous nous inspirer de ce combat pour défendre nos valeurs, toujours un peu plus menacé ». Vous n’y croyez pas ? Vous avez raison, mais comme la NRA a décidé de rendre hommage à Martin Luther King et de défendre pour les armes à feu en son nom, pourquoi ne pas profiter de l’indécence absolue pour mêler ce pauvre Bielsa et ses espions à tout ça.

Le Match

Pour votre santé mentale et la nôtre, on vous propose un résumé du match en images (il se peut que les images aient été retravaillées pour le besoin de l’équipe technique). A vous de cliquer pour revoir les actions. Cette expérience inédite vous est, une nouvelle fois, offerte par horsjeu.net.

Tavares seul face à Costil

Costil intraitable

Poundjé

Un tacle bien maitrisé

Jusqu’à la 77e

Cornélius satisfait

Les Notes

Costil (4/5) :

Méconnaissable depuis plusieurs semaines, on se demande bien où est passé le vrai Benoit Costil ? Est-il reparti à Rennes ? A-t-il ouvert un bar à Soupe à Paris ? S’est-il abandonné à cœur perdu avec ses frères hipster dans une communauté canibalo-véganiste (super tendance à New-York) ? 

Car nous avons enfin un gardien, un gars qui lève la tête et qui ne se laisse plus intimider par le premier Jean Michel Boulanger (qui pourrait jouer à Nîmes ou à Angers). Il est présent, solide sur sa ligne, sérieux dans ses relances. Bref, nous avons un gardien de but, un vrai.

Koundé et Jovanovic (3/5) :

En l’absence de Pablo, Jules Koundé est le patron de cette défense, du haut de son expérience d’une année en pro, il a su mettre en confiance Jovanovic, le rassurer, le replacer et ce n’est pas un mince exploit. Mis à part un oubli sur Tavares (enfin il a oublié de compenser l’erreur de Poundjé mais ça revient au même), le Serbe a plutôt bien rempli son rôle. Contre Strasbourg, la mission sera autrement plus compliquée.

Sabaly (2/5) :

Visiblement, il n’a pas été livré avec l’option « centre » et « lucidité dans la surface ». Il sait défendre, prendre son aile, être juste techniquement mais il perd tous ses moyens quand il s’agit de centrer. Remplacé à la 87e par Palencia pour la prime de match.

Poundjé (1/5) :

On l’a retrouvé notre Maxou. Il oublie deux fois Tavares dans son dos. Bon, s’il faut oublier un gars, il vaut mieux que ce soit Tavares que Neymar. On ne va pas se satisfaire de cette lapalissade. Comme disait mon frère Martin Luther King : “I have a dream and the main thing is to finally recruit a Left Defender”.

Otavio (3/5) :

On se demande pourquoi Otavio Henrique Passos Santos a été écarté aussi longtemps de l’équipe première. Il est devenu la pierre angulaire de ce milieu. La perspective de le voir associé à Basic nous fait saliver d’avance.  

Plasil (1/5) :

On l’aime bien Jaro. Si je commence ainsi, vous vous doutez bien que nous allons sortir la sulfateuse. Ce n’est pas compliqué, si Ricardo se décidait à titulariser Vincent Lambert, on ne verrait pas vraiment la différence. Il me fait tellement de peine notre Tchèque que j’ai dû vérifier, à plusieurs reprises, que le Bordeaux-Dijon de ce dimanche soir n’était pas un match caritatif au bénéfice du téléthon. Remplacé à la 63e par Basic qui n’a pas eu trop de mal à faire mieux que l’ancien. On aimerait voir le croate plus souvent.

Kamano (1/5) :

François n’est pas perturbé par les rumeurs de transferts. Contre Dijon, il a même réussi le match parfait pour plaire aux observateurs monégasques. Avec son niveau actuel, il a toutes ses chances de convaincre Thierry Henry. A en croire le grand économiste Bernard Madoff « Il vaut bien ses trente millions d’euros, c’est une affaire inespérée avec une rentabilité exceptionnelle à moyen terme (au pire, il restera la vente d’organes), c’est une offre que nous réservons seulement à nos amis et aux amis de nos amis. Tout ceci doit rester scrupuleusement confidentiel ». Remplacé à la 63e par Cornelius qui nous offre la victoire. C’est assez improbable mais il s’agit bien de son 3e but !!

Karamoh (1/5) :

Karamoh a le mérite de décaler Kalu sur le but de Cornelius. En cherchant bien, il doit bien s’agir de la seule action positive de Karamoh oh oh ! La dernière fois que nous avons été un tantinet vachard avec lui, il nous avait fait gagner contre Angers. Il nous sort un match en hommage à Gouffran, tout en contre temps, sans rythme et prévisible comme un épisode de Loulou la Brocante. La Scapulaire Académie est superstitieuse, on espère une réaction à Strasbourg…

Kalu (3/5) :

Uche est définitivement au placard, on souhaite une Bonne Aventure à Samuel. Depuis janvier, il est le seul à nous sortir de la sieste.

Briand (2/5) :

Il provoque l’expulsion et il réussit à convaincre Ricardo qu’il pouvait tenir tout le match sans sortir. Pour ses deux exploits, il mérite les félicitations et les encouragements de la Scapulaire Académie. Dans un match aussi haletant qu’une rediffusion de « Chasse et Pêche », on se satisfait de pas grand-chose.

Ailleurs dans le monde

Isaac Kiese Thelin vous manquait ? Nous allons enfin épancher votre insatiable curiosité  Recruté par Anderlecht, le Suédois n’a pas brillé avec le club de la capitale belge (malgré une possession largement favorable). Il est logiquement prêté à Beveren la saison suivante. Comme il arrivait en fin de contrat, Isaac devait se montrer. Il le fit avec brio, inscrivant la bagatelle de 16 buts. Le Bayer Leverkusen flaire la bonne affaire. Depuis ? Il cire le banc du banc et quand il joue, il ne joue pas.

Dans la famille, « transferts exotiques », vous vous rappelez probablement du dénommé Kim Kyung-Jun. Il était arrivé en février 2012 d’Estonie (de l’immense FC Olimpi) comme joker improbable. Il a tenu ses promesses. Il resta improbable jusqu’à son retour en Corée où il est devenu, petit à petit, un joueur régulier du Gangwon FC. Nous avions quand même réussi l’exploit de le prêter à Caen. Comme quoi, parfois une mauvaise idée peut s’avérer effectivement désastreuse.

Nous en avons terminé pour cette fois. En attendant la prochaine Scapulaire Académie, perdez-vous sur horsjeu.net et venez tailler le bout de gras, la bavette ou ce que vous voulez sur Twitter.

Analement votre

Kiki Musampala

Élevé en fûts de chêne et mis en bouteille au château .Exilé à Charlestown. Voisin de Rimbaud et de Francis Maroto.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.