Bordeaux-Montpellier (1-2) : La Scapulaire Académie en mode Rasoir

« Le Ciel n’a pas deux soleils, le peuple n’a pas deux souverains
Et nous, on a un seul arrière gauche et encore, c’est même pas sûr….

Nous vous livrons une académie expéditive. Elle est probablement incomplète et bâclée. Mais nous voulions rester dans la thématique girondine….

Le Connard du Jour

Le préfet mérite sa petite distinction. Depuis le mois de septembre, nous comptons sur les doigts de la main les matchs en soirée en Gironde.  Le préfet est un frileux. Il a peur de tout et tout le temps. Il tremble devant les gilets jaunes, sort le parapluie pour une vadrouille du président, redoute la foire viticole. C’est bien la peine d’avoir construit le stade en périphérie pour reporter les matchs au moindre imprévu. Alors on se tape des matchs un mardi soir à 19H. La ligue n’a pas honte. Si elle s’intéressait aux supporteurs, ça se saurait…

Le Coach

Le pauvre Éric Bedouet est complètement paumé. Il ne voulait pas être coach, il redoutait d’être exposé, semaine après semaine, devant la presse et les micros. Logiquement le board avait donc choisi de nommer comme manager général Ricardo. Le Brésilien avait à peine le droit de se lever pour aller pisser pendant nos matchs. La ligue lui interdisait de participer aux conférences de presse. Alors le brave Éric devait se taper le sale boulot en permanence, expliquer des choix qu’il ne comprenait pas vraiment et tentait de nous faire avaler la même soupe d’excuses après chaque défaite. Une nouvelle fois, le Manpower de Gironde doit assurer le travail en attendant le nouveau coach. On est patient chez nous. On l’attend juste depuis le mois d’aout. Pour une de ses dernières apparitions sur le banc, notre préparateur physique multi-tâches nous livre une nouvelle composition d’équipe loufoque. Basic intègre le côté le droit avant de revenir dans l’axe, Plasil est aligné pour la cent-cinquantième fois de la saison, Poundjé est indéboulonnable sur son côté gauche. La tactique est grotesque, la composition aléatoire et la défaite annoncée…

Le Blessé

Sankharé est donc blessé après une greffe de barbe. On aurait plutôt opté pour une greffe de paire de couilles, ça nous aurait été plus utile.

Le Match au Ciné

Poundjé en Défense

But de Paul Lasne sous les yeux de Palencia et de l’éternel Maxou

Egalisation miracle de Basic

Coaching de Bédouet

But de Congré

Le Néant

Les Notes

Costil 2/5

Mamie et Papy ont cassé leur pipe, Benoit a sauvé les meubles autant qu’il le pouvait. C’est notre Emmaüs du moment. Malheureusement, il semble encore juste pour réaliser le petit plus et permettre à notre équipe de rapporter le petit point qui ferait du bien. Il ne sera pas notre Adam Smith du jour, il a laissé sa main invisible chez lui.

Palencia 1/5

Il a beau savoir déborder, il est d’une passivité révoltante en défense. Et pourtant, il doit être un des seuls dans cette équipe à savoir donner un ballon proprement. En fait, ce gars n’est pas vraiment un arrière latéral. Remarquez Maxime Poundjé non plus…

Pablo 1/5

A ce rythme-là, on va réclamer le retour d’Igor, même blessé, même alcoolisé. Depuis son retour de blessure, Pablo a perdu de sa superbe. Bon courage à Varela pour trouver un Krasnodar pour miser quelques millions sur lui.

Koundé 2/5

Ce n’est pas le plus mauvais joueur du jour car la concurrence était probablement trop forte. Il se crée malgré tout la plus grosse occasion de cette deuxième période.

Poundjé 0/5

C’est une sacrée performance. Vous la minimisez trop souvent. Maxime parvient encore à être titulaire en Ligue 1 à vingt-sept ans. Le gars a joué cent-trente matchs aux girondins. C’est la plus grande arnaque depuis Bernard Madoff. Nous avons donc encore toutes nos chances de le vendre à Newcastle. On notera quand même la qualité de son centre à l’intention de Delort. On se moque, mais Maxime a du flair. On lui conseille une carrière dans la police ou chez les CRS. Sa capacité à envoyer des exocets et à tacler dans le vide révolutionnera les armes pour le maintien de l’ordre… Que la LDH se prépare.

Otavio et Plasil 0/5

Les Tango et Cash du milieu de terrain. Plasil le cérébral qui ne parvient plus à courir (depuis la saison 2016/2017), qui peine à faire une simple passe à trois mètres dans les pieds et Otavio l’instinctif qui sent toujours le mauvais coup, le placement hasardeux et le crochet de trop.

Cash est remplacé par Adli à la 80e pour le folklore.

Autre version possible : Gomez et Tavarès

Basic 2/5

Il a commencé comme milieu droit avant de retrouver l’axe.  Il marque du poignet pour éviter un choc avec les joyeuses, il est remplacé alors qu’il est le seul de ce milieu de terrain à pouvoir enchainer un contrôle et une passe. Son match n’est qu’une suite de quiproquo ridicule. Mis en scène et réalisé par Claude Zidi, ça vous fera un excellent film du dimanche soir sur TF1. Remplacé par Kamano, on ne sait pas trop pourquoi.

Préville 1/5

Il a une capacité à faire des appels. Personne ne le conteste. Il pourrait même devenir chef d’équipe dans un centre d’appel en Tunisie. Mais le pauvre garçon est footballeur, chienne de vie.

Karamoh 2/5

L1, L2 puis L1, Maintien L1 – Carré – Croix, L2, L1, R1, R2 et enfin Reset et Inser Coin Again. Remplacé par Maja, à la 71e, qui se croit encore à Sunderland, nous aussi d’ailleurs.

Briand 1/5

Vous connaissez Color Kid ? Frappé par un terrible arc en ciel, Color Kid a le pouvoir fantastique de changer la couleur des objets. Attention, il peut modifier n’importe quel objet avec n’importe quelles couleurs, du pastel, du fluo, du métallisé. Le gars peut tout te faire. Ça ne sert à rien comme super pouvoir ? C’est vrai mais pour draguer c’est vachement bien. Ben je soupçonne Jimmy Briand d’être ce fameux Color Kid.

Ailleurs dans le monde

Ça va fort pour nos anciens Bordelais en Turquie. Obertan était une nouvelle fois titulaire à Erzurum, Henri Saivet a inscrit le but de la victoire pour Bursaspor (son premier depuis l’été 2017) et notre bon vieux fumeur de chicha, Poko est entré en jeu pour conserver le match nul. Après un prêt infructueux à Las Palmas, Hadi Sacko a enfin trouvé du temps de jeu dans la capitale Turque. Il enchaine les matchs. Il a même claqué récemment son petit but. Et si c’était (enfin) la fin de la galère…

Nous resterons sur cette note orientale pour conclure cette académie de grosse feignasse. En attendant nos prochaines académies, perdez-vous sur Horsjeu et venez tailler le bout de gras et la bavette sur twitter.

Analement votre.

Kiki Musampala

Élevé en fûts de chêne et mis en bouteille au château .Exilé à Charlestown. Voisin de Rimbaud et de Francis Maroto.

4 Comments

  1. Pour une académie de feignasse, c’est du bon boulot ! Si nos fainéants de joueurs s’étaient autant investis, on n’en serait pas là… Cette saison risque de devenir culte mais pas pour de bonnes raisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.