Brest – Rennes (0-0) : La Breizhou Académie cale, l’arbitre prend la pression

Après 15 jours d’attente due aux matchs internationaux, on retrouve la Breizhou Académie et notre bonne vieille Ligue 1 Confo, avec un déplacement en terre brestoise, six ans après leur descente en Ligue 2. Quinze jours de trépignements à attendre de voir nos recrues lancées dans le jus. Petit récit d’un derby vraiment chelou…

La compo :

Siebatcheu reconduit devant, après une prestation laborieuse il y a deux semaines, aux côtés de Raphi, la nouvelle égérie Pinault, dans un 5-3-2 maintenant bien connu.

Mendy – Maouassa, Morel, Gélin, Da Silva, Traoré – Grenier, Camavinga, Bourigeaud – Siebatcheu, Raphinha.


Le scénar’ :

Belle ambiance de retrouvailles à Brest, où Francis Le Blé a sorti son plus beau Gwen ha Du pour la réception des Rennais et du RCK, mobilisé pour l’occasion. dix premières minutes où Brest domine outrageusement, grâce à un pressing très haut, et des joueurs globalement plus conquérants. L’ancien Faussurier matérialise cette domination par une cacahuète en demie-volée qui passe à gauche des bois gardés par Mendy (12e), alors que les Rouge et Noir commençaient tout juste à sortir la tête de l’eau.

Après le premier quart d’heure, la Breizhou se révolte et les premiers ballons de Raphinha sont de véritables délices : Hamari, Bourije, Pefok, puis Raphi combinent à merveille en une touche de balle, la frappe écrasée du Brésilien frôle le montant de Larsonneur, surpris par la trajectoire (15e ). Nouvelle connexion Bourigeaud/Raphinha, avec un une-deux qui lance la recrue en profondeur, gêné (voire bousculé) par Denys Bain dans la surface (18e). Stéphan dira plus tard que le VAR aurait dû être interrogé… Mais globalement, les Rennais ont repris la maîtrise du match, grâce notamment à un Camavinga rayonnant au milieu. Brest n’en touche plus une, mais hormis un centre trop lointain de Raphinha pour Siebatcheu (35e), on ronronne offensivement. Bilan première mi-temps : premier quart d’heure pour Brest + le deuxième pour Rennes + le troisième à chier = 0 frappe cadrée.

Au retour des vestiaires, on repart sur un faux rythme, avec beaucoup de fautes de part et d’autre, mais malgré tout la première frappe cadrée pour Autret, suffisamment lointaine pour les gants de Mendy (47e). Un but refusé de Gélin sur un service de Da Silva (50e), hors-jeu, un léger temps fort brestois dans les dix minutes suivantes, avec une tête de Grandsir à côté de la cage (57e), puis le chaos. Sur un nouveau centre d’Hamari Traoré, bien en jambes comme son compère Maouassa, Caselleto percute Larsonneur, et Raphinha en profite pour reprendre une frappe dans le but vide. Clément Turpin siffle d’abord faute de Siebatcheu, qui aurait poussé les Brestois à s’entrechoquer, puis se fait déjuger par les arbitres assistants du VAR, et accorde le but à Rennes.

Les Brestois sont fous de rage et refusent d’engager pour faire pression sur l’arbitre. C’est la panique totale dans la tête de Turpin, qui se laisse outrageusement influencé par la pression brestoise, et décide de consulter la vidéo. six minutes que le jeu n’a pas repris, et Turpin décide finalement de revenir à la faute de Pefok… Faute, puis but, puis faute. Une première dans l’histoire du VAR, qui ne manquera certainement pas d’afficher son trophée sur son triste tableau de chasse.

Létang et Armand descendent sur le terrain (lol), Stéphan est estomaqué la scène, et les joueurs rennais sont tout autour de l’arbitre. L’arbitre en restera donc la-dessus, et le jeu reprendra à la 72e, avec l’entrée d’Hunou à la place de Pefok, invisible encore ce soir… Comme paralysés par ce fait de jeu, les 22 acteurs peinent à produire du jeu, seules quelques occasions à se mettre sous la dent jusqu’à la fin du match, une enroulée de Charbonnier côté brestois (76e) et une patate petit filet d’Hamari (80e). A noter les entrées des recrues Martin à la place de Grenier (82e) et de Gnagnon (welcome back Jojo <3) à la place de Da Silva (85e). Le premier aura eu le temps de placer un coup de boule au-dessus des cages de Larsonneur et de prendre un jaune (coucou Benj’ André), tandis que le second n’aura pas eu grand-chose à faire. Seulement six petites minutes de temps additionnel, avec notamment une double parade d’Édouard Mendy (93e), qui préserve le point du nul. Turpin siffle la fin du match, c’était long, c’était pas joli joli, et le VAR a encore fait des siennes… 0-0


Les notes :

Mendy : 3/5. Pas grand-chose à faire avec deux frappes cadrées des Brestois, mais comme on dit, il a répondu présent quand il le fallait.

Maoussa : 3/5. Prestation mitigée du jeune latéral gauche, qui a multiplié les courses (dont une de 60 mètres couplée d’un petit-pont), les centres, avec toutefois du déchet. Il a fait moins de fautes qu’à l’accoutumée, et ça reste encourageant.

Morel : 2/5. Pas aussi rassurant que lors des matchs précédents, il a pêché à la relance et parfois été un peu dépassé par les attaquants brestois.

Gélin : 4/5. Sans doute celui pour qui le 5-3-2 fonctionne le mieux, dans cette position de libéro, qui lui permet de relancer proprement. Il a néanmoins eu quelques difficultés à rentrer dans le match, puis a distillé des petites douceurs à ses copains en deuxième période. Il a même marqué un but finalement refusé, après son poteau en J2 contre le PSG. Allez Jérém, la prochaine c’est la bonne.

Da Silva : 3/5. Solide en défense et dans les airs, il a parfaitement suivi Charbo’ qui n’a pas pu y faire grand-chose. Remplacé par Gnagnon en fin de match, qui a pu découvrir les maillots bleus de cette saison. Beurk.

Traoré: AMOUR/5. Quel plaisir de voir un joueur mouiller autant le maillot : le plus remuant des 22 joueurs à n’en pas douter. Il a bouffé des espaces, adressé de bons centres, et combiné avec Bourigeaud et Raphinha. Ce côté droit promet beaucoup de belles choses.

Grenier : 3/5. A l’image du milieu de terrain, on a tardé à le voir s’exprimer, jusqu’à ce qu’il prenne les coups de pied arrêtés en charge. Sa vista a permis à la Breizhou Académie de sortir la tête de l’eau en première mi-temps. Le maître-nageur est remplacé par Martin en fin de match, pour sa première en rouge. Euhh en bleu. Enfin chez nous quoi.

Camavinga : 4/5. Il a fait du Camavinga à partir de la 15e, et justifié sa nomination aux joueurs du mois d’août, grâce à un jeu simple et efficace. Sa tête au point de penalty à la 78e aurait même pu donner l’avantage à Rennes, mais elle manquait un peu de force et de précision pour inquiéter Larsonneur.

Bourigeaud : 2/5. Bon dieu mais applique toi Bourij’ !!!! Ses coups de pied arrêtés n’ont jamais trouvé preneur, à cause notamment de trajectoires trop lisibles… Si quelqu’un retrouve son pied droit, qu’il n’hésite pas à nous contacter avant jeudi. Bien à vous.

Siebatcheu : 2/5 (mention escroc). Pataud, lent, inefficace, et imprécis. Ouais on est dur mais bon, deux titularisations consécutives qui nous portent probablement préjudice. Remplacé par Hunou à la 74e, qui n’a guère montré mieux.

Raphinha : 3/5. Pour sa première, il a montré de très belles choses. A l’aise balle au pied, tranchant dans ses appels, et rapide, il a su se montrer en évidence à plusieurs reprises en première période. Présent dans les temps forts rennais, il a disputé l’intégralité du match. Très prometteur pour la suite s’il continue ainsi.


Allez, on oublie vite cette rencontre, on fait sa poupée vaudou à Turpin, et on se tient prêt à vivre deux semaines de folie : Glasgow jeudi en coupe d’Europe, puis une semaine hardcore en championnat, avec Lille, Nantes et Marseille. Ça va être passionnant les amis…

ALLEZ RENNES !

Bengui Jump

Bengui Jump

4 commentaires

  1. Bienvenu l’ami et de bon début, j’aime ce côté Raph, Mich Jean-claude, dommage que tetem ne soit plus là

    • Chacun voit sa vraie Bretagne à sa porte … Chez les Finistériens, Rennes c’est le paillasson de la Bretagne. A Rennes, on préfère se moquer des Mayennais… Enfin merci pour ton petit mot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.