Caen – PSG (1-2) – La Porte de Saint-Cloud sans pitié

Dans ce nouvel épisode, le classique est de mise, avant de finir le travail l’exorcisme entamé à Vieux Trafford.

Le classique ? Ben laisser croire qu’on est prenable, voir le rêve prendre forme dans l’esprit de la victime. Et lorsque cette dernière se croit arrivée, s’imagine déjà triompher du tyran établi, fantasme sur la libération de son peuple et la chute de l’ordre établi depuis bien trop longtemps. A ce moment, on enfile notre costume le plus cruel pour renaître et reprendre le contrôle des opérations. Tu peux appeler ça une Boutef’ si tu veux.

Dans le rôle de la victime ? Des Normands, et franchement, après avoir vu les 3 premières saisons de Vikings, on sent que l’héritage de Ragnar a été bien dilué par des siècles de calva,  et c’est pas Tournevis qui va changer ça.

DIE MANNSHAFT:

Thomas a son classique, un 4-4-2 qui devient parfois un 3-5-2, ou un 3-4-3 qui se muté ensuite en 4-2-3-1, pour finir par muer en 4-4… merde je sais plus, mais pas grave, les joueurs ont l’air d’avoir pigé le truc, même Laywin est dans le coup, ça ne doit pas être si compliqué. Sauf pour Lass, il a décidé d’abandonner le navire (probablement vexé par les révélations de Georges).

DAS SPIEL:

Comme je vous le disais précédemment, on aime débuter les matchs de façon… légère, pour pas dire qu’on s’en bat les… couilles (sauf Angel). En face, les gars commencent par être solides, cohérents, et pas mauvais*. La preuve avec la tête du seul mec qui ressemble à un Viking en face, probablement meilleur en hache qu’en football, qui touche la barre.

C’est l’heure du réveil, alors le gros diesel allemand commence à rouler sur l’adversaire, manque de pot, la mire n’est pas réglée, et malgré pléthores de tentatives, seuls les poteaux ont tremblé.

Vexés, la pression monte encore d’un cran sauf qu’une durite pète à l’arrière : un mauvais alignement et une non-sortie de Alphonse offre plus de dramatique au scenario dont la fin est connue de tous (1-0 56e).

Vu qu’on a décidé de tout faire en réaction, 3 minutes suffisent pour qu’on revienne au score, la faute à un penalty offert à Kyky (1-1).

Les Normands ont compris, et décide d’attendre sagement chez eux, espérant ne plus attirer le gourou du patron, mais le bourreau a des instructions, et malgré les intentions moins agressives, le châtiment doit tomber, et c’est encore Kyky qui se chargera du sale boulot, sur un but de raccroc comme on aime tellement, tant il ajoute de la cruauté à ce spectacle (1-2, 87e).

Un grand 8 accompli, Nkunku qui montre encore qu’il est un bon joueur de foot, un samedi après-midi bien agréable pour votre serviteur.

DIE NOTIZEN

AREOLA (1/5) : Ouais, c’est dur, mais je dois bien juger son boulot de temps en temps. En partie fautif sur le but, parce qu’à aucun moment il se dit : « Si je sortais fermer l’angle au lieu de reculer jusque dans la tribune ? »

MEUNIER (2/5) : Décisif devant, pas bousculé derrière. Un match comme il les aime, même si personne n’a voulu conclure ses centres.

KEHRER (2/5) : Pas bousculé, quelques relances foirées.

MARQUINHOS (2/5) : 02/03/1956 : déclaration d’indépendance du Maroc. Forcément, ce jour-là, t’as pas forcément la tête au boulot.

KURZAWA (2/5) : Comme les autres, comme ça pas de jaloux. Entreprenant et en jambes, baisse de régime logique sur la fin, même s’il initie la fin des Normands.

PAREDES (3/5) : A régalé la rétine par des transversales comme on aime, n’a pas hésité à se salir le short, et surtout à aller chasser en dehors de son territoire pour épauler les copains.

ALVES (2/5) : Fatigué. A couru pour 3, touché beaucoup de ballons, s’est fait manger par Ninga sur le but. Tu sens qu’il la veut sa prolongation.

NKUNKU (2+/5) : Toujours hyper actif, le rôle de joueur de côté restreint son champs d’action, donc son efficacité. Quoi ? Oui je le défends.

DIABY (2/5) : Il a beaucoup couru, provoqué un penalty, mais garde cette nonchalance couplée à son explosivité qui me plaisent.

DI MARIA (3+/5) : Toujours chaud, il me ferme ma gueule de façon très sévère, ne me laissant pas le temps de respirer tant il surnage à chaque match.

MBAPPE (4/5) : Un doublé pour continuer sa lancée. Plus sobre que précédemment, ce qui ajoute des points à sa prestation de bourreau létal. Kykyller.

PAPUS

Papus Camarade

Un commentaire

  1. Un travail d’exorcisme que vous auriez pu laisser à Zlatan Ibrahimagueule. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.