Entre ici, Unai Emery

Pendant ce temps, chez le Colonel Fabien…

 

 

« Hé, Maurice, écoute un peu le discours que j’ai écrit pour le retour de l’équipe, demain :

 

“Camarades, notre victoire revêt une grande importance dans l’histoire mondiale. Il démontre la banqueroute de toutes les illusions de la footballocratie bourgeoise. La révolution du jeu est devenue un fait, non seulement à Paris, mais dans les pays capitalistes les plus développés, par exemple en Seine-Saint-Denis.

La bourgeoisie managériale est affolée de terreur devant le mouvement révolutionnaire footballétarien qui grandit. Cela se comprend, parce que toute la marche des événements depuis cette glorieuse victoire européenne renforce inévitablement le mouvement révolutionnaire du footballétariat, et que la révolution internationale mondiale commence et grandit dans tous les pays.

Le public se rend compte de la grandeur et de l’importance de cette lutte. Il fallait trouver la forme pratique qui permît au footballétariat d’exercer sa domination. Cette forme, c’est le régime des Soviets-équipes avec la dictature du footballétariat. La dictature du footballétariat : ces mots étaient « du latin » pour les masses jusqu’à nos jours. Maintenant, grâce au système des Soviets-équipes, ce latin est traduit dans toutes les langues modernes ; la forme pratique de la dictature est trouvée par les masses populaires. Elle est devenu intelligible à la grande masse des footix grâce à la réussite de la Soviet-équipe à Paris-Saint-Germain-en-Laye. Tout cela prouve que la forme révolutionnaire de la dictature footballétarienne est trouvée et que le footballétariat est en train d’exercer sa domination de fait.

Camarades ! Je pense qu’après les événements à Barcelone, après les combats de février à Paris, il importe surtout de noter que la forme nouvelle du mouvement du footballétariat se manifeste et se fraie une voie dans d’autres pays aussi. Le système PSGEListe, après avoir remporté la victoire dans la Seine arriérée, va l’emporter partout ailleurs, et notamment dans le pays le plus footballisé de l’Europe : l’Espagne, et dans le plus vieux pays footballiste : l’Angleterre.

La bourgeoisie managériale peut sévir ; elle peut aliéner encore des milliers de camarades-joueurs – mais la victoire est à nous, la victoire de la révolution footballistique mondiale est assurée.

Camarades ! Je vous souhaite cordialement la bienvenue au nom de notre Comité Central.“

 

Alors, qu’est-ce que tu en penses ?

-C’est moi ou tu as pompé tout le discours de Lénine au premier congrès de l’IC ?

-Oui, bon, j’avais la flemme. Mais qu’est-ce que tu en dis ?

-C’est moi ou tu n’as pas regardé le match ?

-Non, j’étais occupé à recopier le discours. Pourquoi ? »

Georges Trottais

L’homme le plus (lutte des) classe(s) du monde.

5 commentaires

  1. Je ne doute pas que vous vous ferez traduire cette oraison par Karl Marx vous connaissant, Georges :

    Kopf hoch Scheissneiger ;
    Hands aufs Herz, Sie haben die Nase voll ?
    Man hat Ihnen Sand in die Augen gestreut und goldene Berge versprochen ?
    Und Sie haben den Kopf verloren ?
    Jetzt schämen Sie sich und denken natürlich, dass alles zu Ende ist ?

    Hören Sie, wir wollen uns ja nicht in Ihre Angelegenheiten mischen..
    Aber Träume hängen an einem seidenen Faden, der kann leicht reißen.
    Dann spinnt man einen neuen !
    Sie meinen, wir haben nichts kapiert ?
    Sie irren sich, wir haben Sie ehr gut verstanden, denn auch wir sind schon traurig und verzweifelt gewesen.
    Machen Sie also kein Gesicht wie drei Tage Regenwetter, sondern gieß en Sie sich einen hinter die Blinde.
    Bald lächelt Fortuna wieder, aber Vorsicht, dass Sie morgen keinen Kater haben.

    Six1 ma mère ne grandit plus, régresse-t-elle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.