ASSE – Bordeaux (3-0) : la Forez Académie apprécie le spectacle

Sainté accueillait Bordeaux pour un match couperet. D’abord parce que Bordeaux nous avait privé d’Europe l’an passé lors du sprint final et ensuite parce qu’au vu de leur position au classement entre les deux olympiques, les Verts se doivent de remporter les matchs charnières pour pouvoir continuer à rêver et nourrir des ambitions…

Les oppositions entre Sainté et Bordeaux, cela donne quoi ? Au total, sur les 6 dernières confrontations, c’est un nul (2-2, le 5 mai 2017) et 5 victoires pour les Bordelais (avec 2 ou 3 buts pour Bordeaux quand même…). Ça explique sans doute notre manque d’optimisme avant cette rencontre. Surtout que Sainté nous a donné l’habitude de rater le coche ces derniers temps, non sans une certaine forme de panache. C’est une forme de romantisme d’être supp’ stéphanois, tmtc.

Et lorsque ça se joue dans le Chaudron ? Si on ne garde que les matchs joués à domicile, sur 6 matchs cela donne 1 victoire pour Sainté (en 2013…), 4 nuls et 1 victoire bordelaise (le 6 mai 2018 donc, qui nous coupait les jambes dans la course à l’Europa League).

Le match résumé en une phrase : il suffit d’un peu de chance avec la VAR et d’un homme qui serre les dents.

Hé oui. Je parlais de romantisme plus haut, mais cette fois les Verts ont entendu nos suppliques. « Faisez-le » qu’on gueulait, et voilà qu’ils l’ont fait. On se retrouve un peu con mais tellement heureux et soulagés. Il faut pousser sa volupté jusqu’à la douleur, pour être sûr de l’avoir goûtée tout entière ; et on en avait soupé jusqu’à la lie de ces losers, c’est dire qu’ils nous étonnent ces Verts. Surtout que sous Gasset, on les a rarement vu le couteau entre les dents. On en est venu à pointer un soucis de mentalité ; avec pertinence ! Lorsqu’on repense à ce match au Vélodrome où les Verts partaient défaitistes dans le jeu, face à une équipe mal en point… A plusieurs reprises, ces Verts ont manqué de gnaque. Sans doute le seul vrai regret de l’époque Galtier ? Qu’importe le passé cependant, plus que jamais Sainté regarde goulûment vers l’avenir – c’est toute la ville et les supp’ partout en France qui rêvent de mordre à pleine dent dans la Champions League.

LE ONZE PAS SI ANAL


A quoi ressemblait le 11 qui nous rapproche un peu de cet objectif fou ? Lorsque j’ai lu la compo annoncée sur Twitter, j’ai été d’un optimisme béat : Ruffier, Debuchy, Saliba, Perrin, Kolodziejczak, Nordin, Cabella, M’Vila, Hamouma, Khazri, Beric.

Fouilla je me dis, Saliba titulaire ! Dans une défense à 4 ? 3 milieux offensifs derrière Beric ? Gasset aurait vu la lumière et cessé de ménager ses leaders pour jouer plus ambitieux et attaquer ce sprint final avec envie ?

Dans ma tête, ça donnait ça :

Sauf que… Sauf que non. Déjà, l’absence de Subotic est due à une blessure au genou, il n’est pas sur la feuille de match. Ensuite, Gasset reconduit une formule qui, dans l’animation et la remontée de balle, n’a jamais vraiment fait ses preuves. Je parle du 3-4-2-1 dégueulasse qu’on se tire trop régulièrement. Petite variante, plutôt qu’un meneur central (Cabella) et deux pointes (Khazri-Beric) comme on pu le voir quelque fois, nous avons là Khazri et Hamouma excentrés au soutien de Robert. Cela permettra sans doute d’améliorer notre transmission sur les ailes.

Il ne faut pas oublier 3 points clés :

  • Si Debuchy a eu du mal à enchaîner et à revenir cette saison, il semble relever la tête même si ce n’est pas encore ça. Lorsqu’il anime bien son couloir, cela change l’animation de l’équipe fort positivement.
  • Saliba est un beau jeune homme qui a une relance beaucoup plus sûre que Subotic. Un facteur clé lorsqu’il s’agit de repartir de notre base.
  • Cabella en relayeur, on l’a déjà expérimenté. S’il manque de caractère, on ne peut pas lui retirer sa qualité technique qui peut beaucoup apporter dans un système où la doublette de relayeurs doit essentiellement contrôler puis orienter le jeu.

LE MÂCHE

L’absence de Silva est à noter, encore et toujours, comme un manque qui se fait ressentir. Polomat n’est pas titulaire cette fois et Gasset la joue plus offensive avec Nordin. Mais celui-ci est un peu timoré et n’ose pas trop partir lors des phases offensives. On le sent prudent et personne ne lui le reprochera compte-tenu de son manque d’expérience et d’assurance à ce poste.

Mais voilà que Nordin lance Hamouma en profondeur, qui fixe deux défenseurs avant de tromper Costil (14ème) ! Mais l’arbitre invalide justement le but : Hamouma était hors-jeu au début de l’action. Toujours est-il que ça nous prouve que cette défense est prenable.

La nôtre ? Kolo est égal à lui-même, Sabila semble serein. Et Perrin ? La présence du gamin semble lui simplifier le travail et il apparaît plus focalisé sur son rôle. Pour preuve, son tacle plein d’autorité devant Kamano qui s’apprêtait à frapper au but (35ème).

Si les Bordelais ont adopté le même système que nous, dans l’animation, c’est pas la même. Déjà, on sent que les deux relayeurs bordelais ne sont pas aussi sûrs que la paire Cabella-M’Vila balle au pied. Et ça compte, cela empêche les Bordelais de prendre l’ascendant sur nous malgré leur possession de balle légèrement supérieure. Aussi, les Girondins penchent largement à droite tandis que Sainté penche plutôt à gauche. Ça fait que le jeu se fait pas mal du même côté et fatigue les mêmes hommes. Ça a son importance : un Nordin fatigué sera remplacé par Polomat tandis que Debuchy fera une seconde période décisive.

Dans le jeu cela dit, Sainté tente de repartir par les ailes. M’Vila et Cabella orientent et ont du mal à conserver le ballon pour donner un peu de sérénité aux Verts. Bordeaux presse haut et nous forcent à beaucoup toucher la balle sur les ailes, dans notre camp ou proche de la ligne médiane. Pas de centre dangereux pour Beric donc… Malgré quelques offensives bien débutées, notre plan est pour l’instant stérile et Bordeaux a toujours plus de possession que nous. Et comme souvent lorsque Bordeaux a la chique, c’est un match sans rythme, ça ronronne parfois, ça balbutie beaucoup. Ruffier nous sauve d’une belle claquette sur un corner (42ème). Après un dribble sur l’aile gauche, Khazri sollicite Costil encore une fois et ç’aurait pu faire mouche vu sa frappe soudaine (46ème). Les deux équipes se dirigent vers un nul chiant au moment de rentrer aux vestiaires. On aperçoit l’ami Didier Bigard en tribune, cela fait plaisir.

Au retour des vestiaires, le match est plus disputé. Cabella prend un jaune un peu sévère pour une semelle sur Lauray. Puis le même Cabella prend un bon coup de genoux dans la cuisse, avec les compliments d’Otavio. La possession a également changé de camp et cela change beaucoup de choses. On sent nos Verts plus sûr de leur jeu, ça pourrait sourire…

Et la providence vient à qui sait attendre… ! La VAR ne nous aura pas beaucoup fait sourire cette saison, jusqu’à aujourd’hui. Mais sur un centre en profondeur de Cabella, Beric ne peut reprendre le ballon qui arrive dans les pieds de Hamouma. Ce dernier ne peut contrôler entre deux bordelais, un défenseur touche le ballon du pied, un autre la touche de la main avant que Costil ne puisse se saisir du ballon… Dans l’esprit, le pénalty est sévère mais les règles sont les règles. C’est Khazri qui se charge de le tirer. Il fait mine de tirer sur sa droite avant de ramener la hanche de tirer à gauche, prenant Costil à contre-pied, 1-0 pour les Verts, c’est dans le sens du jeu (56ème).

Debuchy va disputer un ballon à Karamoh qui tente de dégager et les deux joueurs tombent à terre, grimaçant. La Bûche a notamment une sacrée entaille au tibia… Mais il sert les dents et reprend le jeu (59ème). Derrière, Hamouma nous gratifie d’un contrôle 5 étoiles après une balle laser de 70 mètres de la part de Saliba… Les Verts se montrent plus ambitieux, cela donne le sourire mon belet !

A un quart d’heure de la fin du temps règlementaire, Sainté se voit donner un corner. Khazri le tire bien. La balle s’élève et retombe face au but. Debuchy et Perrin s’élancent depuis le point de pénalty. C’est la Bûche qui s’élève plus que tout le monde pour mettre la gonfle au fond des filets ! 75ème, 2-0 pour les Verts !

Beric et Nordin sortent, respectivement pour Bennasser et Polomat. Le marocain vient densifier le milieu maintenant que nous menons 2-0, tandis que l’ex chouchou d’Auxerre remplace Nordin poste pour poste. Puis Diony vient à son tour remplacer Khazri qui a beaucoup donné. Cabella manque de planter le troisième but d’une reprise du droit dans les 16 mètres adverses (84ème). Saliba se joue de deux bordelais sans s’enflammer derrière. Avec l’élégance en prime. Les signes d’un futur grand…

Nouveau corner côté gauche pour Sainté. Les Verts la jouent à la Batteux (tmtc) et Polomat centre au premier poteau, d’un excellent ballon enveloppé. Et qui rôde par là ? La Bûche qui plante son doublé ! 3-0, la messe est dite ! …et Diony semble faire la gueule, c’est compliqué quand même mon p’tit Loïs.

La fin de match est ô combien tranquille, merci de nous épargner de claquer du cul pour une fois. Des Verts sereins dans le jeu, cela fait bien sûr plaisir à voir, mais leur job a été facilité par des Bordelais naïfs et peu combatifs. Cela était sans doute dû à la jeunesse du onze bordelais. Sainté a quand même été parfois très juste techniquement. C’est intéressant, on sent certains joueurs être plutôt bien. De bon augure pour la suite… ? On verra. Reims sera un gros match déjà. Sur le papier, c’est notre plus gros rdv avec Monaco. Enfin, on ne le dira jamais assez mais Debuchy est un bel homme. Et un battant !

LES NOTES

Ruffier 3/5 : il n’a pas eu trop de boulot. Il sort promptement au-devant de Kamano en début de match puis nous préserve en 1ère sur une claquette à la 43ème minute.

Saliba 3/5 : N’écoutez pas la hype twitter sur lui, c’est surfait. Un match honnête malgré un positionnement de National. Faut passer le palier de la Ligue 1 l’an prochain.

Kolo 3/5 : pas impérial mais il a assuré le coup. Il est mobile et ses relances ont été propres malgré le fait qu’il était dans un secteur un peu surchargé avec un gros pressing bordelais.

Saliba, pour de vrai 4/5 : non mais tu y as cru ? Le gamin a été superbe de calme et de technique. Relance courte, transversale de 60m, balle en profondeur pour Hamouma de 70m. Une action résume son match et son potentiel : protection de balle avant de se débarrasser de son opposant (peu combatif), feinte de corps pour mettre un autre adversaire dans le vent, il ne s’enflamme et transmet un ballon sûr en retrait pour initier un basculement de jeu. Même s’il ne faut pas trop lui mettre la pression, on a besoin de Saliba sur cette fin de saison et on espère que nos p’tits jeunes pourront remporter la Gambardella sans lui, ils la méritent tellement !

Perrin 4/5 : la présence de Saliba l’a beaucoup aidé j’ai l’impression. Il pouvait se focaliser sur sa partition plutôt que de veiller à ce que Subo ne se fasse pas prendre dans la profondeur. D’un pur point de vu technique, c’est le défenseur qui a eu le plus de travail et il l’a bien fait. Cela valide le fait que Subo + Perrin, c’est absolument plus possible ; on est en avril 2019, il est temps de s’en rendre compte Jean-Louis ! Pour ce sprint final, le serbe restera un leader dans le vestiaire, il en a la qualité humaine.

Nordin 3/5 : même si jouer en piston latéral n’est pas son poste et malgré quelques séquences empruntées, il s’est appliqué et il a eu du taff avec Cabella. Il aurait pu être le second steph’ à toucher le plus de ballons s’il n’avait pas été remplacé. Mais il s’était montré très mobile et généreux dans l’effort. Remplacé par Polomat à 75ème (non noté), qui m’a fait mentir. J’ai râlé en disant que le mec ne savait pas se positionner en phase défensive et qu’on allait p’t-être prendre un contre. Mais le Polomat centre à la perfection pour la Bûche sur le 3ème but. Merci matru !

Debuchy 5/5 : il a été prudent en première mais il semblait affûté dès le premier quart d’heure. Il est monté en régime au fil du match. Alors qu’il presse un bordelais, il se fait entailler salement au niveau du tibia sur un contact. Il serre les dents, saute plus haut que tout le monde sur un corner et marque en rôdant au premier poteau sur un autre corner joué à la rémoise. Doublé, Debuchy taille patron et une joie qui fait tellement plaisir à voir !

Cabella 5/5 : oui, carrément. Mais voilà, 83 ballons joués contre 62 pour M’Vila, c’est dire que le Rémi s’est démené et rendu disponible ! En prime, ce fut plutôt propre. Il faut dire aussi que les Bordelais n’ont pas fait forte opposition, face à des concurrents plus coriaces Cabella aurait peut-être eu plus de mal… Toujours est-il qu’il a été un rouage essentiel de cette victoire. A noter que c’est lui qui a décalé le jeu des Verts sur le côté gauche, du fait de son influence.

M’Vila 3/5 : décalé sur la droite, il a eu besoin d’un petit ajustement dans son positionnement en phase défensive. Mais il a retrouvé son efficacité ensuite, notamment au retour des vestiaires.

Khazri 3+1/5 : il a tenté de mener les offensives stéphanoises et d’assumer son statut de leader de l’attaque. Il allume 3 ou 4 banderilles dans le match, une aurait pu faire mouche à la 44ème minute. Il focalise beaucoup l’attention des adversaires, compliqué pour lui de se démarquer ; mais cela libère des espaces pour ses coéquipiers. +1 mérité pour sa justesse technique, sa mobilité et ses tentatives de percée balle au pied, il a parfois foutu le dawa dans la défense adverse, ce qui l’a rendue nerveuse. Et évidemment pour ce pénalty converti ! Remplacé par Diony à la 80ème (non noté), qui a tenté de prendre la profondeur et d’aller au contact. Pas beaucoup d’opportunités et une attitude indolante sur le second caramel de Debuchy. Les matchs se suivent et se ressemblent pour Maradiony.

Hamouma 3/5 : il a été besogneux plutôt qu’incisif mais la physionomie du match l’y a contraint. Il part dans le dos de la défense en première période et se voit refuser son but pour un hors-jeu logique mais pas énorme au début de l’action.

Beric 2/5 : un match à la maison pas pour lui, c’est rare ! Mais voilà, on a eu du mal à remonter le ballon dans le jeu et au final, c’est 20 malheureux petits ballons joués par notre Robert, bien esseulé. Dans son placement, il a été un peu moins avisé que d’habitude mais il a toujours couru. Remplacé par Aït-Bennasser à la 75ème (non noté), rentré pour densifier le milieu de terrain, ce qu’il a fait avec application (18 ballons joués, 14 bien transmis, 1 interception).

> Le flim du mâche <

En face : En défense centrale, Koundé a été le seul à toucher plus de ballons que Cabella. C’est révélateur et cela montre que Bordeaux passait beaucoup par derrière, même sans être poussé à reculer par les Verts. Youssouf est un joueur intéressant qui a du ballon. Briand reste une saloperie détestée au Roudourou et à Geoffroy. Paulo Sousa, l’entraîneur des Girondins, a quant à lui salué l’ambiance du Chaudron. Il prépare la saison prochaine, d’où sa propension à faire jouer les jeunes. Tant mieux pour nous mais cela ne l’avait pas empêché de rapporter une victoire à ses dirigeants contre l’OM. Bientôt, Bordeaux rencontre Lyon… Ce serait de bon goût de nous arranger une dernière fois cette saison ? Cela fera oublier le match aller où l’arbitrage avait été scandaleux.

La bise anale mes belets,

Gruger Rocher

HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Gruger Rocher

2 commentaires

  1. Très propre cette académie, Gruger. C’est vrai que je n’avais pas forcément remarqué le système en 3-4-2-1, Nordin n’ayant pas eu une grosse prestation défensive à fournir. Par contre, j’ai trouvé qu’Hamouma était très en jambes, et il a été très important en début de mâche pour mettre la pression sur Bordeaux, et mettre en confiance ses partenaires.

    Allez, on se donne rdv dimanche pour confirmer cette belle victoire. Saintétiennecoupedeurope !

  2. Vrai,j’aurais du souligner ça pour Hamouma, ç’aurait été lui rendre justice !

    Selon Gasset, plusieurs cadres arrivent en forme à l’approche du sprint final, j’espère que c’est bien le cas. Et Hamouma serait tellement utile sur ces matchs. Ces dernières saisons, il a parfois sorti de (très) grosses perfs en avril – mai.

    https://i.ytimg.com/vi/Qo3yCv-kITM/maxresdefault.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.