La Forez Académie raconte le merscato – Episode 31 : Mouniéphémère

Celui-là, on l’avait encore jamais vécu.

Anthony Mounier, le bâtard honni qui baise les Verts et hait le club depuis sa plus tendre enfance, s’est pris la porte de l’Etrat dans la gueule, après avoir posé avec le maillot et chanté sa chanson de bizutage. Et au cœur de cet imbroglio, un homme : Alain Martin, maire du Pouzin (commune ardéchoise), membre du conseil de surveillance de l’ASSE, et soutien indéfectible de Mounier, au point que certains le soupçonnent d’avoir fait pression pour le signer. Explications dans le temps.

 


20 avril 2013 – L’ASSE remporte la Coupe de la Ligue


Romeyer : AH DEDZEU ! Mais j’pensais pas vivre ça jour un mes b’lets !! On a gagné un trophée, t’sais !! Et on s’en fout qu’c’te coupe soit d’la clincaille, voir la trogne ablagée d’Aulas après cette victoire vaut tous les trophées du meuonde !

Rocheteau : oui c’est magnifique Roland. Faut en profiter de fêter ça avec tout le monde, parce qu’on risque bien de perdre Aubame.

Romeyer : j’sais bien meuon Dominique. Mais on le lâchera pas neuon plus pour des équevilles, il vaut cher main’nant meuon galapiat.

Galtier : il faudrait aussi se pencher sur son remplaçant, on risque de jouer l’Europe la saison prochaine…

A. Martin : si je peux me permettre, je connais bien Anthony Mounier qui joue à Montpellier. Sa 1e saison s’est pas super bien passé, je peux vous mettre en relation si vous voulez.

Romeyer : oui, pourquoi pas ? Christophe, t’en penses quoi ?

Galtier : moyennement chaud. Il ne joue pas attaquant, et on va avoir besoin d’un buteur plus que d’un ailier.

Romeyer : OK, Christophe, j’te fais 100% confieuance, on le fait pas. Désolé Alain, mais on garde l’idée au cas où…

 


29 juillet 2013 – Signature de Franck Tabanou


Romeyer : oui, meuon Alain, oui. C’est beuon de not’côté, on a validé ça avec le financier, le joueur, Christophe était d’accord pour le signer vu qu’avec Tabanou c’était un peu compliqué, donc voilà. C’est beuon, Anthony sera bien un joueur des Verts.

A. Martin : ah mon Roland, qu’est-ce que je suis content ! Tu sais, le Anthony, c’est un bon gars. Il a même commencé à apprendre les paroles de la chanson mythique de Monty et s’est teint les cheveux en vert. Il a commencé à regarder les maisons, il a déjà vendu la sienne, il s’installe demain !

Galtier : Roland c’est bon ! On a Tabanou ! Sadran vient d’accepter notre dernière offre, on est bon. J’espère que t’as pas relancé la piste Mounier, j’étais pas très chaud de toute façon. J’ai dans l’idée de faire jouer Franck un peu plus derrière, ce que ne sait pas faire Mounier.

Romeyer : euh… Neuon, neuon b’let. Tout va bien, j’ai pas r’leuancé t’sais. J’étais juste au téléphone avec Aimé Jacquet. Oui, Aimé, je viens avec de la Suze et de la Badoit, pas de soucis. Allez mon canou, j’dois prendre du souci, on s’voit dimeuanche. Tchounette.

A. Martin : mais… Roland…

 


17 août 2014 – Romeyer course un supporter armé d’un pistolet d’alarme


Romeyer : dedzeu y commeuencent à m’faire flique les Grinangèles là ! Ho, y m’euont pris pour l’fils à quiquandont ou quoi ?? Y f’sait moins l’faramelan quand il m’a vu avec ma pétoire le tabazut là ! Vas-y, b’let, amuse toi encore à coller des affiches sur meuon centre, et la prochaine foâs, c’est pas une affiche qui t’faudra pour cacher l’trou qu’j’vais t’faire dans l’derche !

Rocheteau : calme toi Roland, la situation est déjà explosive, pas la peine d’en rajouter.

Romeyer : attends Dominique, on voit bien qu’c’est pas toi qu’est traité pire qu’un Lyonnais tous les week-ends de mâche ! Ras l’gandot moâ, si faut s’faire justice, t’inquiètes pas que… Attends 2 secondes y’a Alain qui m’appelle. Oui, meuon Alain, c’est pas l’momeuent là…

A. Martin : si justement Roland, c’est le moment. J’ai entendu ce qui s’est passé, et tu sais, je connais bien Anthony Mounier. Il se trouve que ça marche pas fort à Montpellier et qu’il voudrait bien changer d’air. Alors comme il aime pas trop les Stéphanois (il me l’a encore confirmé en se torchant avec un maillot de l’épopée 76), il pourrait aussi assurer ton service d’ordre.

Romeyer : ouais, euh, écoute Alain, chui pas sûr là. On en reparle plus tard si tu veux hein ? J’passe chez toi dimeuanche, j’t’amène de la crème de marrons.

 


28 janvier 2017 – Kamouniox !


Romeyer : allez Anthony c’te foâs c’est la bonne b’let ! On va aller faire les photos et broge pas trop pour les supportères : ça joue les raptarets, mais ils seuont pas mécheuants pour un sou. Attends 2 secondes, j’ai un appel…

… : ho Roleuand, j’te jure qu’si la q’nelle joue dimeuanche, on t’soulève plus haut qu’le Puits Couriot ! Meuonte là-d’ssus et tu verras le Crêt d’Roch, Roleuand, fais-y bien gaffe !

Romeyer : oui…hum. Beuon, ça mettra p’tet un peu de teuemps mais ça va l’faire b’let, faudra juste pas qu’tu joues les quinarelles. On va t’en d’meuander plus que… Attends, encore un appel. Oui, Romeyer au bout du fil, parles-y deuonc mon b’let, t’es qui ?

: monsieur le Président, pardon de vous déranger mais, si jamais le joueur Anthony Mounier signe chez nous, je peux vous assurer que nous sommes prêts à ne pas applaudir lorsqu’il fera sa chanson. Ce ne sont pas des menaces en l’air.

Romeyer : Loïc b’let ? C’est toi ?

: euh non Président, c’est pas Loïc… Euh, je dois y aller, pardon de vous avoir dérangé Président.

Romeyer : dedzeu, mais qu’est-ce qui s’passe là… Oui, deuonc Anthnoy j’disais c’qui s’rait bien c’est qu’tu…Fouilla mais c’est qui ça encore ? Allo oui ?

: Roland, j’te jure que si le Mounier signe chez nous, il finit avec un menhir aux pieds et au fond de la Villaine.

Romeyer : ho Fab’, c’est toi ? Mais qu’est-ce que vous avez tous à m’appeler là ??

: euh non, c’est pas moi. C’est un autre. Faut que j’y aille, y’a la tribu de Dana qui m’appelle dans la vallée oohoooooo…

Romeyer : chai pas c’qui z’euont là, m’ont l’air aussi tendu qu’le slip à Lopes quand il se retrouve avec le Kop Nord dans l’dos. Beuon, Anthony, on t’a pris un billet, tu décolles pour Toulouse, tu risques de jouer dès dimeuanche. T’as pensé à une chanseuon pour ton bizutage ? « Le mal-aimé » : haha très beuon b’let, j’aime bien. Tiens un SMS d’Alain : « Roland, merci pour tout, tu es un homme de parole, et c’est rare de nos jours. J’ai déjà commandé ta statue échelle 10, elle trônera fièrement sur la place de la mairie du Pouzin. Bises vertes. Alain ». Oui, beuon, j’me demeuande s’il en fait pas un peu trop, après on va dire que j’suis un faramelan. Oui, oui, b’let vas-y, ton avieuon va pas attendre. Encore un appel masqué : ho chui pas Zorro ! Oui, qui c’est ?

: putaing Roland, si jamais tu me signes l’autre jobastre de Mounier, je te l’emplâtre façon couloir du Vélodrome, il va finir en bouillabaisse cong !

Romeyer : fouilla Christophe, tu crois qu’j’tai pas reconnu, tu m’prends pour un badabeu ou quoi ? Y’a un problème avec Mounier ?

: je ne vois pas de quoi vous parlez, môssieur. Ce doit être la fatigue qui vous fait délirer. L’enchaînement des matches pèsent sur vos connessions, peuchère. Je vous souhaite uneuh bonneuh soirée. Mais si Mounier vient en stage, Toulouse va être renommée la villeuh rougeuh : je vais l’esploser le Lyonnais. Ni oubli, ni pardon pour Delort.

Romeyer : … Ça seuent pas beuon c’te histoire. Dominique, il est parti Mounier ?

Rocheteau : oui, il vient de partir. Il a déjà commencé à signer des photos pour distribuer aux supporters, il a l’air confiant.

 


30 janvier 2017 – Mou n’y est finalement pas


Romeyer : pfff… Beuon, allez, j’me suis assez fait secouer. Le Mounier dehors, on en fera rien. Il faudrait un mec avec un mental en acier pour jouer dans c’contexte. Là, on a une danseuse qui vient de se faire enfiler 2 fois par l’ASSE. Pire qu’une gambelle de la place Carnot. Et puis s’il reste, il va se faire bugner soit par les supportères, soit par les joueurs. J’ai la lourde là Dominique, signe moi un mec, qu’on en parle plus. Quoi ? Un Portugais ? T’es pas un peu bobiat là de signer un mec qui a dû fêter l’Euro comme une jarjille cet été ? Vérifie qu’il n’a pas une vidéo de lui qui traîne dans laquelle il insulte les Français de sacs à ciment tout juste beuons à éponger la merde quand même. Autre chose ? Jeune, inconnu au bataillon. Son neuom ? Georges Idiot ? Pfff tu vas m’dire, avec un blaze pareil, il va pas trop se sentir à l’étroit avec certains badabeux qu’on s’trimballe.

 

Mounier ne jouera donc jamais sous le maillot vert, par contre il repart avec un anus de la taille de la Loire. Quant à Jorginho, on ne sait pas s’il est meilleur que Mounier, mais on sait déjà qu’il ne nous a pas insulté. En même temps, je ne parle pas le portugais…

 

Roland Gromerdier

 


Vocabulaire :

  • Ablagé: diminué, blessé, en piteux état,
  • Badabeu : personne ayant la comprenote plutôt difficile,
  • Belet : agneau, utilisé aussi avec une certaine tendresse pour parler d’un proche,
  • Bobiat : idiot, simplet,
  • Broger : gamberger, broyer du noir,
  • Canou : chéri, chérie,
  • Clincaille : ensemble d’objets (souvent petits) en fer ou métal sans grande valeur,
  • Dedzeu: ou nom de dzeu ! juron, forme atténuée de Nom de Dieu !,
  • Equeville : détritus, miettes, pelure
  • Flique : dans l’expression « ça m’fait flique » : « ça m’ennuie, ça m’énerve » (ne s’utilise pas seul),
  • Fouilla: intraduisible, c’est l’expression typique stéphanoise qui traduit la surprise, l’étonnement, l’exclamation…
  • Galapiat : garnement, qui traîne dans les rues, se dit également affectueusement pour les enfants si ceux-ci font quelques bêtises,
  • Gambelle : fille ou femme de petite vertu,
  • Gandot : à l’origine la gamelle des mineurs, désigne de façon imagée la tête,
  • Jarjille : taquin, enfant qui a la « bougeotte »,
  • Lourde : tournis,
  • Pillot: poussin (ici dans le sens de petit, gamin),
  • Prendre du souci : envisager de partir de chez son hôte,
  • Quinarelle : jouet, instrument de musique au son monocorde et aigu et assez désagréable. Par extension personne qui se plaint en permanence,
  • Quiquandont : n’importe qui,
  • Raptaret : roitelet par extension petit homme, souvent qui se croit grand,
  • Tabazut : fou, excité.

Rendons ici hommage au « Cri du Pillot », qui paraît régulièrement dans le Progrès, édition stéphanoise (pas l’autre qui sent la quenelle), et dont le format de cette fiction est inspiré. Toutes les expressions, et bien d’autres encore, peuvent être retrouvées ici ou .

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Un commentaire

  1. Suze badoit pour Jacquet, quel bel homme !

    C’est beuon, j’ai actualisé mon CV j’ai franchi un cap en parler stephanois: niveau intermédiaire.

    Merci mon b’let

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.