Olympique Lyonnais – OGC Nice (4-0): c’est la reprise du côté de la Gones Académie

Le grand retour de Torbenn, fondateur de la Gones Académie

Salut les poussins (oui, à défaut de Lloris, vous le remplacerez. Non, je ne vous demande pas votre avis).

Vous m’aviez manqué, ou presque. Et vu que mes co-auteurs n’ont pas l’air actifs (les veinards doivent être en vacances), je m’y colle afin qu’on reprenne enfin cette saison. Je passerais sur une présentation d’avant saison, vu que jusqu’au dernier jour du mercato, on ne sait pas trop ce que l’encadrement serait capable de pondre (genre un échange Grenier contre Djibril Cissé +0.7M d’incentives en cas de victoire du Kuban Krasnordar en Ligue des Champions (oui, oui, j’ai vérifié avant d’écrire ça. C’est volontaire) si jamais on revend Gomis…). Bref, passons vite une saga mercastesque aussi anale et utile au club et à nos nerfs qu’une participation du LOSC en Ligue des Champions. On reprenait donc le championnat ce week end, face au croquemitaine favori des kops lyonnais. Sérieusement, on peut admirer le boulot de Puel là-dessus parce qu’arriver à faire oublier Janot dans le genre mec haïssable si tu es né du bon côté de la civilisation et de l’eau courante, c’est quand même un exploit. 

Entre les départs, les non arrivées et les absents, Lyon sortait une feuille de match qu’on n’aurait pas forcément imaginé il y a quelques mois. Encore moins quelques années. Anthony Lopes est dans les buts, sans surprise. Alors qu’Umtiti, Sarr et Gonalons sont absents, Garde commence sa partie de casse-tête qui va durer toute la saison (à savoir qui mettre où en cas d’absences multiples). Plutôt que de titulariser Fofana en milieu de terrain, et vu qu’il n’a guère de solution sous la main à moins de choper un joueur à très faible temps de jeu en CFA, c’est donc une charnière Bisevac-Fofana qui est titularisée. Sur les côtés de la défense, peu de surprise, Miguel Lopes est titulaire à droite, Bédimo chipe la place de Dabo à gauche. Fofana est ailleurs et Gonalons est absent? Tant mieux pour Ferri qui commence la saison en récupérateur. C’était de toute façon le seule spécialiste de cette fonction disponible dans le groupe pro (Et Maxime Blanc? On l’a laissé partir libre…). Grenier, lesté de son nouveau contrat, est évidemment titulaire en meneur de jeu, accompagné dans l’axe de M’Vuemba, un peu plus en jambes que Malbranque. Et Gourcuff? Bah sur l’aile gauche. Benzia et Lacazette sont titulaires, mais contrairement à l’idée qu’on aurait pu se faire, il n’est pas demander à Benzia de devenir le plus vite possible le nouveau Benzema merci à lui (je dirais bien le nouveau Bernard Lacombe, mais je ne suis même pas sûr qu’il sache quel joueur il était. Alors si c’est pour le voir tirer la gueule à faire croire qu’il est aigri et lâcher des répliques borderline de temps en temps, autant le fourguer à Parme pour se faire ensuite du bonus sur une revente à l’Inter. Belfodil est donc le successeur de Bréchet, le dernier Lyonnais qui a signé à l’Inter.). Lacazette va pouvoir retrouver son poste de formation. Sur le banc, Defourny en temps que gardien remplaçant, Vercoutre inaugurant un rôle de consultant où il a été plutôt bon. Deux défenseurs seulement, mais deux latéraux, Dabo et Zeffane, histoire de n’avoir aucune solution en cas de problème dans l’axe. Et cinq milieux, Malbranque, Danic, Bahlouli, Fekir et Tolisso. Notre seule alternative en attaque serait donc de changer Benzia de poste. Super…

Heureusement, en face, c’est la même misère. Ospina est toujours là (presque aucun rapport…), mais Civelli n’a pas été remplacé. Pentecôte, Mendy ne sont pas là, tout comme Pejcinovic, Cvitanich et Kolodziejczak. Olivier Rouyer en est content, les joueurs de Scrabble version Ligue 1 moins. Au final, Puel doit s’amuser autant que Garde: bâtir une défense, recomposer son jeu offensif. Et lui est à Nice, pas à Lyon, donc c’est moins fourni… Histoire de faire comprendre à Garde que le professeur, c’est Puel, on retrouve un milieu défensif qui dépanne dans l’axe de la défense, Digard qui est associé au Haïtien Genevois. Sur les ailes, c’est encore plus du bricolage puisque Ferri doit avoir plus d’expérience en équipe 1 que les deux choix de Puel: le fiston d’abord (celui qui doit se tatouer la devise familiale pour s’en souvenir) et Amavi, un petit nouveau. A la récupération, Puel aligne comme à son habitude deux éléments: Traoré et Abriel que je ne savais pas en train d’exercer encore la profession de footballeur (remarquez, Kader Keita a encore l’ambition de l’être, alors bon…). Brüls est chargé d’animer le jeu, Pied et Bauthéac de dynamiser les ailes. A noter que Puel s’amuse donc à offrir un flanc droit composé de joueurs passés par l’OL entre Junior et Pied. Comme quoi, son sens de l’humour n’est pas destiné aux vils êtres que nous sommes… Eysseric est en pointe. 

Première mi-temps: Claude le Bricoleur et Rémy sans faillite.

Oui, le jeu de mots est atroce, mais faut bien reprendre. Donc en matière d’improvisation, les Niçois ne sont pas passés loin de s’offrir une belle première mi-temps à Gerland. La faute à une première occasion que Lacazette convertit sans souci très tôt. Et à un Anthony Lopes plus sûr et plus rassurant que sur certains matchs de préparation. Il intervient à trois reprises, de manière cruciale: sur un cafouillage à la vingtième minute où trois Niçois se voient offrir la possibilité de frapper (on pourrait encore chercher une défense sur cette action…) avant que Lopes ne s’interpose, une grosse frappe de Brüls à la demie-heure de jeu et un coup franc d’Eysseric cinq minutes plus tard. La défense lyonnais tient à peu près la route face à du bricolage, on en est ravis… Par contre, le trio Gourcuff, Grenier et Lacazette a fait mal sur sa première mise en route. Avant que l’OL n’offre à Nice une demie heure pour tenter d’égaliser.

Deuxième mi-temps: Nice violé à Lyon.

Malheureusement pour moi, l’idée vient du forum Gerland à la détente (et de Kimporte el flaco pour être plus précis) pour la parodie du titre de l’Equipe d’il y a quelques années. Nice a simplement coulé en seconde mi-temps et à part une frappe de Puel fils à la 70e minute, Nice n’a pas tiré au but jusqu’à bu le calice jusqu’à la lie. Il faut une superbe claquette de Lopes en toute fin de match pour rappeler que Nice a su être dangereux. Autant dire que la défense lyonnaise un peu bousculée pendant une grosse demie-heure a pu passer une fin de soirée tranquille. De l’autre côté, cela a tourné au massacre. Oui, je sais, vous imaginez mal Gourcuff en barbare défonçant ses adversaires, mais le jeu offensif lyonnais a tellement bien tourné entre lui, Grenier et Lacazette, que cela devient difficile de voir ça autrement. Surtout quand Ospina vous offre un but en s’amusant à sortir à quarante mètres de son but face à l’un des joueurs les plus rapides et les plus agiles du championnat. Certes, cela faisait le troisième but, donc loin d’être le plus difficile, mais quand même… Et puis pour finir un coup franc splendide de Gourcuff. Histoire de pouvoir jouer à se tirer la bourre avec Grenier là-dessus.

Les Gones:

Lopes: 4/5. Impeccable dans les buts, assez serein dans les airs, il a livré une grosse prestation. Par contre, s’il pouvait commencer à capter les ballons, ça serait bien pour le coeur de pas mal de monde. Non, parce qu’entre la chaleur étouffante, l’âge de certains et ce genre de truc, c’est un coup à dépeupler Jean Jaurès qui y perdrait tellement de son ambiance mythique…

Miguel Lopes: 4/5. Bon, cela va faire étrange pendant un moment, mais il va falloir s’habituer. On est passé d’un défenseur droit, l’un des meilleurs à son poste du championnat et sans doute le meilleur que l’OL a connu à ce poste de son histoire, à un latéral droit. C’est à dire que Miguel Lopes est l’opposé de Réveillère sur les points faibles et les points forts. Il n’est pas aussi bon défenseur, mais attaque bien plus. Ce qui a failli lui offrir son premier but en championnat sans un Ospina qui avait déja fait un cadeau à l’OL.

Fofana et Bisevac: 2/5. Pour le premier, ce n’est pas son poste. Pour le second, il manque de repères avec Fofana (il faut dire qu’à force d’avoir dû se coltiner Lovren, Milan doit encore manquer d’automatisme avec un gars qui joue défenseur sérieusement). Ils ont été remués en première période, puis ont pu jouer à la belote en seconde.

Bedimo: 3/5. J’attendrais plusieurs matchs pour réellement me faire un avis, mais sur ce que j’ai vu, c’était assez conforme à ce que j’en attendais. Pas de surprises, ni bonnes ni mauvaises, je vais m’avancer, mais je considère que s’il est à ce niveau toute la saison, ça sera et une bonne recrue et une bonne affaire vu le prix.

Ferri: 3/5.  Ca n’est ni Gonalons, ni Toulalan (pourquoi ce putain de maillot? Pourquoi?), mais ça reste solide face à une équipe comme Nice. Il avait la possibilité de se montrer, il a fait le boulot sans souci.

M’Vuemba: 3/5. Pas de bol pour lui, il ne réalise pas un mauvais match, mais il paraît tellement terne à côté des autres que ça ne se voit pas forcément.

Grenier: 4/5. Oui, je n’ai pas envie de sortir les 5 tout de suite, même si cela a été difficile. On va dire (pour résumer ce qui sera la même raison pour la même note de Gourcuff et Lacazette) que si le jeu entre eux fut parfait, encore fallait-il qu’ils veuillent jouer. Pendant trente minutes, ils ont oublié ce principe là et l’OL aurait pu prendre un ou deux buts sans que cela soit choquant. Grenier en tout cas est parti du bon pied, celui qui justifie son nouveau contrat. Maintenant, il reste de longs mois.

Gourcuff: 4/5. Son meilleur match avec l’OL. C’est aussi simple que cela et ça donne envie d’en revoir.

Benzia: 2/5. Je n’aime pas Benzia à ce poste là. Je n’ai rien contre son attitude, au contraire il fait le boulot, mais définitivement non.

Lacazette: 4/5. Deux buts, une entente parfaite avec Gourcuff et Grenier, blablabla, vous connaissez tout cela. Il fallait remplacer Lisandro qui part à Al-Gharafa (pourquoi ce club? Pourquoi?) qui en a profité pour faire des adieux lacrimogènes. Il l’a fait.

Les entrants:

Bahlouli (pour Benzia, 60e), Danic (pour Grenier, 79e) et Tolisso (pour M’Vuemba, 91e): non notés. Ouais, c’est vérifié, on a bien des joueurs sur le banc de touche…

Voila pour cette reprise, en espérant que le suivi des matchs soit moins houleux et hasardeux que l’an dernier. Normalement, ça devrait le faire vu que j’ai une résidence fixe pour cette année. Sinon, il y a toujours la page Facebook, et la mienne et celle de l’Académie, et Twitter. Et faites les stocks pour fêter le titre de champions en fin de saison!

Torben Pfannkuch (qui ne sait toujours pas ajouter images, GIF et autres vidéos. Mais c’est pas grave…)

11 thoughts on “Olympique Lyonnais – OGC Nice (4-0): c’est la reprise du côté de la Gones Académie

  1. Yeah, ça fait plaisir de te revoir de retour. Sinon, Gourcuff s’est blessé ce matin, normal non?
    et bravo pour avoir réussi à placer la Toul’
    Réjouissons nous d’être champion de France 2013-2014 de la première journée, car la saison va être longue et dure, comme un symbole…

  2. Fidèle au poste et ponctuel…

    Mettre le pion à Esta Puel quand bien même son équipe était en kit, c’est un bon début de saison.

    J’espère qu’on lui a tagué son bus pour lui faire comprendre qu’ici ce n’est pas et, grand bien nous en fasse, ce ne sera jamais paris mais qu’on a la mémoire sociale d’un dauphin.

    N.B. Est ce qu’une tribune Jean Jaurès est prévue au stade des lumières ?

  3. Tu ne pourra pas revoir Gourcuff tout de suite, il passe un Irm aujourd’hui.. Problème au genou apparement

  4. Ouais la reprise!
    Ouais une grosse victoire!
    Ouais une Gones académie!

    Ca c’est une saison qui commence bien.

  5. Ouais la reprise!
    Ouais une grosse victoire!
    Ouais une Gones académie!

    Que des choses qu’on a pas revu depuis des mois et qui font plaisir!

  6. Ouais la reprise!
    Ouais une grosse victoire!
    Ouais une Gones académie!
    Ouais une blessure de Gourcuff !

    Ca c’est une saison qui commence bien.

  7. oh Torben is back?

    pas mal ca. UN epu dur avec la charnière centrale et gentil avec Ferri/Mvuemba je trouve.

    Le reste ok.

    PS: Maxime Blanc n’est pas un 6, plutôt un 8 ou un 10.

  8. « c’est un coup à dépeupler Jean Jaurès qui y perdrait tellement de son ambiance mythique… »

    Respect.

  9. Al -Gharafa ? Pourquoi ? Oh ben c’est assez simple : quand tu sais que ta carrière est terminée, tu vas dans un pays qui paye trop cher ses joueurs. Lisandro est là-bas, il palpera bien pendant 1 ou 2 ans max, puis rentrera les poches pleines en Argentine où il terminera star d’un reality show ayant pour thème sa volonté de maigrir

Répondre à Rlito Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.