Paris SGEL / Jeux olympiques lyonnais (4-1) : On est champions, on est tous ensemble

Pendant ce temps, à Veracruz à Gennevilliers…

 

“… Dis, Tonton Georges, il est plus là le grand avec le chignon ? Aïe ! Tu me fais mal tonton !

–  Je t’ai déjà dit de ne plus me parler de cette ordure de traître unioniste, petit con !

– Mais pourquoi il est parti, dis Tonton ?

– Je t’en pose des questions, moi ? Regarde le mâche au lieu de me faire suer avec ce Milosevic du pauvre !

– … Dis Tonton, il est plus là le monsieur avec les grosses dents blanches ?

– Ah, je pouvais plus l’encadrer, lui ! Quelle sale fiotte fasciste. On m’a dit qu’il avait été surpris en train d’adorer un portrait d’Angela Merkel dans le vestiaire avec le goal teuton, Jean-Kévin-Augustin Trappenard, ou un truc du genre. Je me souviens jamais de son nom à cette caricature d’Aryen.

– Kevin Trapp ? Aïe ! Arrête Tonton, tu me fais mal !

– Je le savais ! Je le savais, tu connais son nom, à ce Boche de boys’ band, hein ? T’aime ça, les blonds aux yeux bleus, petit frontiste de mes deux ? Tu tiens bien de ton con de père, tiens ! J’arrive toujours pas à croire que ma petite-fille se soit entichée d’une telle raclure ! De mon temps, on tondait pour moins que ça ! Putain, ouais, pour moins que ça… Oh c’est pas vrai, pas maintenant ! Ah non, c’est bon, il était hors-jeu… Tiens, ben il était beau, ton Trapp, là, à relâcher la balle, hein ? Non mais franchement…

– … Dis Tonton, c’est qui le monsieur avec les cheveux gras ?

– T’écoutes rien, ma parole ! Débouche-moi ces oreilles, un peu ! Je t’ai déjà dit, c’est le fils de mon ancien correspondant républicain espagnol. Une vraie perle ! Je l’ai mis sur la short-list du président Nasser pendant qu’il était parti aux toilettes… Et ben ça valait le coup ! Non mais regarde-moi ce jeu en triangle, on croirait voir le grand Dinamo de Yachine… Hop, le rabzouz de devant qui décroche pour faire pivot, hop hop, la déviation pour le Polonais de Guadeloupe côté gauche, hop hop hop, le centre, et HOP ! OUI MON XAVIER, BIEN JOUÉ !!! ALLEZ, 1-0 !!! Alors, il te manque toujours, le mec aux touillettes ? Ça c’est sûr, là c’est autre chose que son 3-5-2 de baltringues de la saison dernière !

– … C’est qui le nouvel attaquant, dis, Tonton ?

– Oh, me demande pas son nom, ça fait qu’un mois qu’il est là… Mais il a l’air sacrément bon, le p’tit Beur. Je crois qu’il vient de Nice… Tiens d’ailleurs, je me demande s’il a un lien avec le mec du camion, là… Tu sais, celui du 14 Juillet… Oui, enfin, tu sais, ces gens-là – les Niçois et autres Nîmois, je veux dire, hein, j’suis pas raciste des races, moi – ces gens-là, je disais, ils ont pas besoin de se connaître pour s’entendre, si tu vois ce que je veux dire… Enfin, en tout cas, s’il a le même sens du dribble que ce mec-là, on peut espérer quelques belles percées dignes de la promenade des Anglais, cette saison ! Oh, OH, LE LOB !! Ah putain, c’était tout juste !

– …Dis Tonton, ça fait longtemps qu’ils ont pas le ballon, les Bleus-Violets…

– Et alors, ça les empêche de mener ? Non mais franchement, c’est quoi ces caprices d’enfant gâté ? Tu t’attendais à quoi, c’est Saint-Germain-en-Laye, pas l’Ajax d’Amsterdam ! J’te jure, les gamins, de nos jours, vous jurez plus que par le tiki-kaka-je-sais-pas-quoi, et vos vedettes toutes épilées, Cronaldo, Némar, et j’en passe… Sauf que le football, c’est pas que les paillettes, la blanche et le fond de teint ! Y a aussi des petits clubs, et pour tenir contre les gros, faut jouer à fond sur ses atouts… Nous c’est la vitesse… Tiens, regarde ! Hop, le contre, le p’tit Argentin, l’autre p’tit Argentin, et le p’tit Brésilien ! ET PAF !!! 2-0, on va les plier ! Tiens, tu la vois, ton équipe de possession, là ? Hahaha, ils ont l’air bien con avec leurs j’sais-pas-combien de pour-cent de machin là, hein ? Moi j’le leur laisse, le ballon ! Quand ils veulent !

– … Dis Tonton, pourquoi ils chantent la Marseillaise dans les tribunes ?

– Au pays d’Adolf et des valses de la große Marine, ça me semble très adéquat tout ce patriotisme déplacé, non ? En vrai, qu’est-ce que tu veux que j’en sache ? C’est des Lyonnais. Quand ta seule référence artistique, c’est Benjamin Biolay, je comprends que tu essaies de te raccrocher aux valeurs sûres. Enfin, valeur sûre. Y a cent ans, c’était peut-être hype, la Marseillaise, mais aujourd’hui c’est clairement has-been. Faut voir qui l’entonne aussi ! En 1917, c’était Lénine, un siècle plus tard, c’est Le Pen. On a les héros qu’on mérite. Aïe, la barre ! Ah putain je le voyais dedans, ce lob.

– … Dis Tonton, c’est qui le grand maigre en numéro 10 ?

– C’est Xavier le flasque bien sûr ! Ben je comprends que tu te souviennes pas de lui, transparent qu’il était la saison dernière ! En même temps, dans le milieu à trois tout frileux de l’autre orléaniste, y avait pas la place pour un esthète comme lui. Quand tu confies les clés du jeu au petit Blaise, c’est que t’as laissé tomber l’idée de faire dans le raffiné. Alors que là, il est mis dans les bonnes dispositions, avec mon p’tit coach espingouin… Ah bah le voilà, le beau Xavier ! Il combine, il fait des appels dans le cul béant de Raffaello-je-sais-pas-quoi, là, à gauche, il centre… Putain, c’est pas une défense, c’est un critérium international d’un-deux-trois soleil ! Rien à voir avec la nôtre : tu m’as vu ce petit prodige qu’on tient en défense centrale ? Prunelle de Quimperlé : avec un nom de corsaire bolchevik pareil, il va faire chialer deux-trois avant-centres capitalistes, tu peux me croire.

– … Dis Tonton…

– Putain, mais tu vas pas la fermer, un peu ?! Tiens, mate-moi cette transversale du hooligan de service, je l’en croyais pas capable ! Voilà, le Polak de Pointe-à-Pitre est tout seul – il fout quoi le latéral lyonnais, il est parti pisser ? – le centre en retrait, le p’tit Argentin aux grandes oreilles, et BOUM ! Ouais, le p’tit Beur l’a mise au fond, 3-0 mon gars !

[…]

– … Dis Tonton, réveille-toi, le match est fini…

– HEIN ?! C’EST UN SCANDALE, ELKABBACH, MOI JE VOULAIS PAS Y ALLER AU S.T.O. !!!!!

– Qu’est-ce que tu dis Tonton ?

– Hein ? Pardon, c’est rien… On a gagné ?

– Oui Tonton, 4-1. Mais dis Tonton, on est champions de quoi ?

– Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? Si on commence à se poser des questions dès qu’on tire une breloque au fin fond de l’Europe de l’Est…

– Mais dis, Tonton… Tu es vraiment le chef du club ?

– Eh, c’est en cours, p’tit loup. Je sais où déjeune le président Nasser tous les week-ends, j’ai le numéro du jardinier, j’ai la moitié des vigiles dans la poche, et j’ai même chopé les clés de la buvette de la porte J. Ah, et puis j’ai même eu le maillot du petit boutonneux à bouclettes, là, Adrien, avec sa gueule de militant UNEF… De là à ce que je fasse en sorte qu’on passe un remix de l’Internationale en avant-match, il n’y a qu’un pas. Mais là, je suis en train de travailler pour qu’on troque notre mascotte pourrie contre un mannequin moscovite à gros nibards que j’ai contacté sur l’Internet. Le prochain projet, c’est de nous faire jouer en rouge à l’extérieur, avec un faux sponsor à étoile jaune sur la poitrine… Ça passera crème… C’est bien parti, j’ai quelques touches avec un fabriquant de maillots de contrefaçon au Maroc… Ah et puis, je pensais aussi à déménager le centre d’entraînement à Nanterre, pour que…

– Dis Tonton, tu pourras m’avoir le maillot de David Luiz ? Aïe ! Maman, Tonton arrête pas de me taper avec son livre rouge !“

Georges Trottais

L’homme le plus (lutte des) classe(s) du monde.

5 commentaires

  1. Vous êtes tous ensemble sous la douche et comme un symbole de vos espoirs.
    Auteuil Neuilly Franck Passi ça sera du gâteau.

    Paris, c’est fini !
    Bonn journé

  2. Biolay, seul artiste lyonnais ? C’est bien de la réflexion de snob de la capitale, ça.

    Et Liane Foly ? Et Jean-Michel Jarre ?

    Renseignez-vous !

      • Ouais, moi non plus, j’avoue.

        Si je fais abstraction de sa tête de con, de ses cheveux sales, de son attitude de trou de balle et de sa musique de daube, il me laisse assez indifférent, tant qu’il ne ramène pas sa soupe dans les travées de Gerland (j’ose espérer que son « hymne » n’a pas déménagé à Décines). J’avoue avoir un peu de mal à choisir mon camp dans son combat contre Bénabar. Un peu comme si C.Ronaldo allait défier Neymar, tant qu’ils se font mal tous les deux, moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.