ASM-Bordeaux (1-1): La Scapulaire Académie remercie Bédouet

Avec tous les rebondissements dignes d’un polar, si Macia ne vient pas, on pourra toujours demander à Emmanuel Petit ce qu’il compte faire ces prochaines années.

Il est arrivé! Paulo Sousa, le nouvel entraîneur censé incarner le futur du club a signé vendredi. Trop tard pour préparer la rencontre du lendemain face à Monaco. C’est donc Eric Bédouet qui va encore une fois jouer le rôle de l’entraîneur. Tout seul comme un grand, sans personne pour lui souffler les consignes. Eric est fatigué, voire usé mais Eric est un homme valeureux. Et comme pour tout aidant qui s’épuise à combler les déficits de son partenaire, c’est aux proches ou à la collectivité de lui trouver une solution pour pouvoir souffler avant qu’il lui arrive une misère. Il doit juste tenir un week-end supplémentaire. Pourvu qu’il ne soit pas trop tard.

Renforcer le staff suffira, merci.

La composition:

Costil (c)

Sabaly Koundé Pablo Poundjé

Otavio Tchouaméni

De Préville Sankharé Kamano

Briand

Sabaly fait son retour et l’excellent Poundjé semble être le joueur le plus à même de contenir Gelson Martins…

Au milieu, Otavio fait la paire avec Tchouaméni et Sankharé est aligné un cran plus haut.

De Préville enchaîne une troisième titularisation. Il est récompensé de son abnégation. Et Bédouet semble compter sur la fierté de Kamano.

Enfin, Briand est dans la place.

Le résumé:

Le match:

Raconter le match serait faire le travail d’un Académicien monégasque, tant les rouge et blanc ont dominé les débats. Quelques remarques suffiront.

Pauvre Costil: c’est quand il évolue à son meilleur niveau que le reste ne suit pas. Pendant ce temps, Rennes…

La VAR c’est sympa, finalement.

Si quelqu’un trouve une explication rationnelle au fait que Poundjé possède le deuxième temps de jeu le plus important de l’effectif, qu’il nous le fasse savoir!

Il faudrait peut-être faire croire à Otavio qu’on ne change pas de camp à la mi-temps. Comme cela peut-être qu’il jouerait vers l’avant.

On n’arrête pas le progrès! Maintenant, les joueurs peuvent voir en temps réel ce qu’il se passe dans leur dos.

En fait, si De Préville a des stats pourries, tout n’est pas de sa faute.

L’intérieur du pied de Karamoh n’est pas plus développé que son cortex cérébral.

Le Cyril Rool Challenge a été remporté par Maja, qui a reçu un carton jaune dix secondes après son entrée en jeu.

Prendre un point à Monaco en ce moment, ce n’est pas dégueux.

Les notes de Paulo Sousa:

Benoît Costil (5/5):
Il ne peut pas faire grand-chose sur le but encaissé et a réalisé de nombreuses parades. Le point du nul lui revient grandement. Il donne de la voix, encourage ses partenaires: c’est un capitaine en puissance! Il l’est déjà? Tant mieux, cela sera plus facile de le convaincre.

Youssouf Sabaly (2/5):
Encore loin du niveau auquel on l’attend. Le retrouvera-t-il sous nos couleurs?
Problème à résoudre: Sachant que les propriétaires du club ont mis l’accent sur les jeunes à fort potentiel, que Bellanova a déjà signé et en considérant que Ranieri aime ce joueur mais qu’il vient de signer à la Roma, club que je viens d’envoyer balader, comment réussir à le refourguer pour une belle somme?

Jules Koundé (3/5):
Même s’il reste perfectible sur certains placements, ma truculente pépite, c’est lui! Lui faire poser un bracelet anti-fugue et dresser des chiens de garde pour le Haillan.

Maxime Poundjé (0/5):
Lui souffler l’idée que cela serait quand-même bien qu’il décide de mettre sa famille à l’abri, grâce à un départ en Chine par exemple.
A noter: Ne jamais monter à l’arrière de sa voiture, avec les courants d’air qu’il laisse dans son dos, cela serait un coup à choper une paralysie faciale.

Afin de ne pas perdre de temps, nous avons déjà réservé le vol. Le retour, c’est simplement pour venir rechercher ses affaires, par contre.

Pablo et Otavio (1/5):
« Hugo, j’ai signé à Bègles-Bordeaux?
-Ben non, pourquoi?
-Entre l’un qui trouve de belles touches et l’autre qui ne fait pas une passe vers l’avant, j’ai cru que… »

Aurélien Tchouaméni (2/5):
On me l’a présenté comme le Pogba girondin. Je ne sais toujours pas lequel. Il y aura du travail mais en lui faisant simplifier son jeu et en ajoutant un peu de rigueur, il sera plus proche de Paul que de Florentin. Ou le contraire.

Nicolas De Préville (3/5):
Pas avare en efforts, il s’est démené sur tout le front de l’attaque. Le « Christian blanc » n’est peut-être pas totalement perdu.

Younousse Sankharé (1/5):
Meneur de jeu, lui? L’effectif est bancal, non?
Remplacé par Karamoh, qui a manqué une énorme occasion à 1-1. Comment un mec capable de dribbler trois adversaires sur un seul brin de pelouse n’est pas fichu d’assurer un plat du pied?

Karamoh s’est encore emmêlé les pinceaux

François Kamano (1/5):
Apparemment, il n’est bon que trois mois par saison. Penser à lui coller un « – » et un « % » autour de son numéro en janvier prochain.
A cédé sa place à Kalu, dont c’était le retour. Lui suggérer de mettre sa famille à l’abri. Enfin, sa mère suffira.

Jimmy Briand (3/5):
Utile dans son jeu dos au but mais ne peut manifestement plus évoluer seul devant. Reste à savoir comment y remédier. Il n’a pas flanché sur le penalty, inscrivant un nouveau but.

Sorti au profit de Maja… Quelqu’un aurait le numéro de Chalmé?

En face: Un Jardim extraordinaire

Papa c’est un Jardim extraordinaire

Il y a Fabregas qui parle anglais

Des Brésiliens qui remuent leur derrière

En se disant Bom Deus, très beau rush Ballo-Touré

On y voit aussi des statuts

Qui négocient au mieux leurs conditions

Mais moi je sais que dès la nuit venue

Ils se mettent à jouer sur le gazon.

Pour conclure:

Pour la dernière de Bédouet, Bordeaux a stoppé sa série de défaite à l’extérieur. Tout n’a pas été parfait, la qualité de jeu était encore une fois insignifiante. Mais l’essentiel est ailleurs: Eric a survécu!

Le club est à un tournant de son histoire. GACP termine de placer ses pions. Paulo Sousa arrive et peut-être Macia qui va suivre. Le projet va pouvoir maintenant débuter.

L’entraîneur portugais est un as de la communication, il l’a prouvé en conférence de presse. Il semble ambitieux et ce qui peut s’avérer rassurant, c’est qu’un homme comme lui signe dans un club comme le nôtre. Il prône le beau jeu, semble vouloir amener une mentalité de vainqueur. Tout ce qui nous manque aujourd’hui. Si nous ne connaissons pas les moyens financiers qui seront mis à sa disposition, il aura à ses côtés une personne ressource aux qualités humaines inestimables: Monsieur Eric Bédouet. Cela est tout bénéfique pour le club et son image, Bédouet incarnant les valeurs du club. Sa fidélité, son professionnalisme et sa modestie ont du jouer en sa faveur. Cela est également une récompense pour lui. En intégrant le nouveau staff, il va composer un binôme de préparateurs physiques. Si cette décision est autant symbolique que politique, elle lui permet de rester au sein de l’effectif professionnel. Et si jamais le nouvel entraîneur devait sauter, il est à parier qu’Eric ne se dédouanerait pas et assurerait un nouvel intérim. Il n’est pas estampillé Sousa mais FCGB. Bédouet est une passerelle entre le passé et le futur. Bédouet, c’est le présent et pour longtemps.

Non, Eric. C’est nous qui t’applaudissons. Merci.

Prochaine rencontre, réception de Rennais en forme, pour la première de Paulo Sousa.

D’ici là, mettez-vous hors-jeu et gardez les mains dans les poches.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.