ASM-Bordeaux (4-0): la Scapulaire Académie a perdu plus qu’un match

scapulaire

LE PRIX CHARLIE HEBDO EST REMPORTE PAR LES GIRONDINS AVEC LEUR CARICATURE SUR LA LIBERTE D’EXPRESSION DE L’EQUIPE ADVERSE.

Confinement, acte II.

La grosse différence avec le premier, c’est qu’il faut continuer à bosser. Il en va ainsi pour les footballeurs et pour les Girondins. Ils se déplacent donc à Monaco après une victoire porteuse d’espoirs contre Nîmes.

La décomposition :

Costil

Koscielny

Ben Arfa

Le résumé :

Il y a le feu aux Girondins !

Le match :

Pas de résumé des actions, non. Nous travaillons pour la Scapulaire, ce qui prouve un niveau de résilience assez exceptionnel mais nous ne sommes pas fous non plus.

Bordeaux a perdu 4 à 0. Plus que le score en lui-même, c’est la manière qui est à déplorer. Nous, supporteurs, nous sentons humiliés. Prendre trois pions en à peine plus de trois minutes est inadmissible. Vous me direz que certains arrivent à mettre en route des triplés en ce laps de temps infime. Si on peut louer l’efficacité, pour la notion de plaisir on repassera.

Les joueurs ont trop vite baissé les bras. Les Monégasques se sont amusés, ils ont fait de nous leur jouet sexuel. Les joueurs ne sont pas responsables du recrutement, de l’absence de concurrence à certains postes. Mais bordel, quand on a la chance de faire un tel métier, je ne comprends pas qu’on ne le fasse pas à fond. Et voilà que je parle comme un vieux con par votre faute.

Le niveau de certains de nos joueurs laisse à désirer. Cela est difficile à digérer pour un club comme le nôtre mais on pourrait presque l’accepter s’ils savaient se mettre minable pour défendre nos couleurs.

Aucune révolte pendant la rencontre et des boulettes sur les réseaux sociaux ensuite. Ils ne respectent rien. Nous avions déjà King Street, Longuépée et toute leur clique pour nous souiller.

Joueurs, vous n’êtes pas responsables de la crise sanitaire ni des attentats. Mais vous avez l’honneur de pouvoir donner un peu de joie à ceux qui triment toute l’année et qui attendent le week-end avec impatience pour pouvoir suivre votre match et se changer les idées. Cela vous paraît dérisoire ? L’indifférence des uns se mêle à la colère des autres. La félicité sera générale lorsqu’on vous retrouvera à Fulham.

Les notes des 33 :

Costil (2/5) :

Ohé, ohé ex-capitaine abandonné !

Sabaly (0/5) :

En dessous de tout. Sans envie ni talent. Un des plus mauvais et pourtant toujours titulaire. Si tous les hommes étaient aussi mous que lui, plus personne n’aurait besoin de la pilule du lendemain. Comme Chalmé mais pour d’autres raisons.

Koscielny (2/5) :

La meilleure note, obligé. Même s’il n’est pas exempt de tout reproche, lui au moins mouille le maillot. Un des seuls à mériter de le porter. Il n’a pas mâché ses mots avec ses coéquipiers. Puissent-ils l’entendre.

Pablo (0/5) :

S’il pouvait porter son cul jusqu’au Brésil, cela nous irait. Un jour, il est content d’être à Bordeaux. Le lendemain, il attend un grand club européen et le surlendemain, il espère un retour au pays. Ben, vas-y, on ne te retient pas ! On veut des gars qui se battent pour le club.

Benito (1/5) :

Si l’eau bénite peut soigner la vue, le Benito nous casse les couilles.

Otavio (0/5) :

Le seul gars qui oublie de se retourner lorsqu’il compte à « 1, 2, 3 Soleil ».

Basic (0/5) :

Viens-là que j’Hadjuk Split. Si tu croate faire carrière en jouant ainsi, je vais demander à mes cousins monténégrins de t’expliquer ce que c’est que de se battre pour tenter de gagner sa place.

Adli (0/5) :

Prince Adli, oui c’est bien lui, Adli aux abois.

Plus proche de la carpette que du génie.

Hwang (0/5) :

Je dois l’avouer : je me suis vraiment demandé s’il n’avait pas chopé le Covid sans qu’on ne l’apprenne pour être à ce point essoufflé au bout de cinq minutes.

Il erre comme une Ahn en peine. Son début de saison est un calvaire. Certes, il n’évolue que rarement à son poste mais si lui aussi commence à arrêter de se battre, c’est qu’on touche le fond.

Oudin (0/5) :

Nul sur la pelouse, insupportable sur les réseaux. Il contrôle aussi bien le ballon que sa communication.

Ben Arfa (2/5) :

Inexistant en première. Quelle mouche a piqué Gasset pour le mettre en pointe ? Ce n’était même pas en faux 9 puisqu’il n’est jamais redescendu toucher un ballon. Je croyais qu’on devait le mettre dans les meilleures dispositions et construire l’équipe autour de lui. J’ai du mal comprendre. Il a joué à un poste qui nécessite du pressing, des courses sans ballon.

En deuxième, c’était mieux, forcément. Je ne veux pas lui reprocher ses quelques erreurs.

Zerkane (1/5) :

N’a pas donné de regrets à Monaco sur ce match. Débuts difficiles. Il va falloir se remettre au boulot !

De Préville (1/5) :

Ce n’était pas couru d’avance mais il a débuté sur le banc. Entré après la pause, il a fait ce qu’il fait d’habitude : courir, perdre le ballon, courir dans l’autre sens. Il a donc couru. C’est mieux que certains. Il a notre indulgence pour ce coup-ci. C’est comme à l’école où on arrête les notes pour que les élèves travailleurs qui sont en difficulté ne se sentent pas inférieurs aux autres sauf qu’ici, les notes, ce sont les ballons.

Briand (0/5) :

Tu es centenaire. Tu te bats à chaque match. Le coach loue ton sens du placement ainsi que ton entente avec Ben Arfa. C’est logiquement que tu t’installes sur le banc. C’est qu’il faut préparer l’après-carrière.

Kwateng (5/5) :

Tu mériterais cent fois ta chance. Accroche-toi.

Pour conclure :

L’accalmie qui a fait suite à l’arrivée de Ben Arfa aura été de courte durée. On tape de nouveau sur le club et à juste titre. Les joueurs vont devoir se remettre en question et Gasset peut être l’homme idoine pour cela, à défaut d’être celui de toutes les compositions.

Le club vient d’annoncer un plan social sous un nom déguisé. Ils n’assument pas leurs conneries. Trente emplois des secteurs administratifs et commerciaux sont visés. Cela promet encore des jours heureux. Les anciens de la maison y verront peut-être l’occasion de s’éviter des démarches auprès des Prud’hommes. Courage à eux.

Gasset annonce jouer le maintien. Longuépée vise lui le dépôt de bilan.

Et au milieu de toutes ces bonnes nouvelles, on a appris que Kiki prenait un peu de distance avec la Scapulaire. Il a tant donné, on ne peut que lui envoyer de grosses pensées. Si vous avez des antidépresseurs, vous pouvez aussi les filer, nous saurons quoi en faire.

Ce papier se termine sur une petite information. Pour ceux qui ne le savent pas déjà, vous pouvez dorénavant me retrouver sur Twitter, histoire de partager. Il ne nous reste que cela.

A bientôt

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

5 commentaires

  1. Une très belle académie Nausée.
    Drôle et juste.
    Kiki s’est blessé. Te voilà à gérer les soins palliatifs du club en solo, en attendant le retour de l’Ancien.
    #Soutine

    • Merci beaucoup. Elle n’était pas simple à écrire.
      Les soins pals, en sous-effectif, il y a un risque de faire un burn-out. Mais je vais essayer de trouver un rythme qui me permette de tenir sur la durée. Avec le moins d’empathie possible pour les joueurs, ce qui devrait aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.