ASM – FCGB (3-0) : La Scapulaire Académie avait semé des cailloux, mais se prend le Rocher dans la gueule.

La composition :

Costil (c)

Kwateng – Mexer – Gregersen

Pembele                   –                    Mangas

Fransérgio   –     Otávio

Adli

Kalu      –     Hwang

Le schéma on commence à connaitre : classique.

Le trio central aussi, malheureusement.

Onana toujours absent, coach Petkovic décide d’insister avec Fransérgio.

Nos joueurs sont meilleurs quand ils rentrent, ça aussi Petkovic le sait. Du coup Dilrosun a enfin le privilège d’être sur le banc.

Niang n’est toujours pas du voyage.

Elis quant à lui, est de nouveau dans le groupe.

Le résumé :

Le résumé d’un tel match passe forcément par des termes peu avenants.

C’est pourquoi je laisse le soin à Anna Llenas de retranscrire mon émotion :

Grrrrrrrrrrrrrr !

Le match :

Le match démarre tambour battant ! Ah non, pardon ce sont les Ultramarines.

En tout cas, il y a déjà une grosse intensité ! Ah non, pardon ça c’est la pluie !! Ça fait plaisir de revoir notre meilleur joueur du match face à Sainté.

Belle combinaison à trois Adli-Kalu-Hwang à gauche. Hwang au prix de contres favorables parvient à s’enfoncer à gauche de la surface et arme une frappe contrée aux 6 mètres qui finit dans les pieds de Pembele à droite. Il est esseulé et le premier poteau de Nübel ne semble pas complètement fermé. Problème : il lui faudrait frapper en première intention mais le ballon qui a été contré a encore beaucoup « d’effet ». Il décide donc finalement de le contrôler mais il contrôle comme un CRS en pleine manifestation et Jakobs revient sur lui. Il le crochète intérieur mais maintenant c’est Disasi et surtout Nübel qui se dressent devant lui. Il envoie une petite-frappe plat-du-pied qui est ralentie par Nübel. Maripan revenu sur la ligne de but peut écarter de la tête. Grosse occasion… (16e minute).

Le match se joue sur un faux rythme. Les bordelais sont disciplinés mais ne montre pas de grande détermination. Les monégasques non plus d’ailleurs, s’ils y croyaient un peu plus ils pourraient forcer le verrou.

Tchouaméni envoie une superbe passe lobée au-dessus de Mexer pour Volland dans la surface, qui marque mais le but est refusé pour un hors-jeu (29e minute).

Mangas détourne un centre d’Aguilar de la main. Coup-franc pour les asémistes tiré par Golovin depuis la gauche. Il trouve Tchouaméni au second poteau, laissé libre de tout marquage par Fransérgio… Il a tout le temps de contrôler de la poitrine et d’envoyer une demi-vollée un peu écrasée mais que Costil ne peut voir puisqu’il est masqué par Volland. C’est dedans, 1-0 (35e minute).

Vu la physionomie du match, Monaco a clairement fait le plus dur.

Sur une touche jouée rapidement, et un jeu à trois entre Pembele, Hwang et Adli, ce dernier finit par pénétrer la surface monégasque à droite puis s’écroule. Pas de pénalty (41e minute).

Durant cette première période l’équipe semble bien en place défensivement mais elle dégage un sentiment de fragilité. Elle transpire même le doute. Quant à nos deux-trois incursions un peu dangereuses elles manquent de certitudes…

Le but n’arrange rien. On revoit mêmes des joueurs au Scapulaire avec la tête baissée, comme un highlight de l’an dernier… Les monégasques qui ne dominaient pas outrageusement, contrairement à Rennes au dernier match, semble à présent conforter par ce but.

Pas de changement à la mi-temps.

Rapidement, l’impression de désunion aperçue en fin de première période se confirme. Et de quelle manière…

Fransérgio se bat (les noix) avec Tchouaméni pour un ballon côté droit. Pembele vient en renfort, mais Aurélien se défait de leur « emprise » puis se retourne et se remet dans le sens du jeu. Nous n’avons jamais vu ça chez nous, c’est illégal ce genre d’action. Il adresse une passe vers Ben Yedder qui progresse couloir droit. Golovin part dans son dos. Kwateng se positionne juste derrière afin de l’encourager. Fort de ce soutien Golovin s’arrache et réussit son appel dans la profondeur. Ben Yedder sert très justement le russe. Mexer se fait enrhumer et Golovin n’a plus qu’à effacer Costil d’un extérieur du pied bien senti. 2-0 (48e minute).

Kwateng, satisfait, ne célèbre pas ce but contre son futur-ancien club (on l’espère). C’est bien la première fois qu’il prend de l’avance d’ailleurs.

Deux buts de retard dès l’entame de la deuxième période, et alors ? Je ne sais pas, mais là personne ne croit à une quelconque réaction.

Ben Yedder à droite se retourne et sert Tchouaméni à l’entrée de la surface. Fransérgio est à 1 mètre de lui. Il a donc tout le temps de se faire un trois-feuille et d’enrouler… mais par chance ça finit sur la barre transversale… (50e minute).

Balade monégasque à quatre ET en une touche de balle. Volland termine l’action en poussant le ballon dans le but, mais Aguilar était hors-jeu, le but n’est pas valable (51e minute).

Entrées en jeu de Dilrosun et Elis à la place d’Otávio et de Kalu. A priori Adli recule aux côtés de Fransérgio. Pembele et Mangas jouent plus haut. C’est donc un 3-4-3 ou 3-4-1-2. Elis se positionne à hauteur de Hwang mais plutôt à droite. Dilrosun un cran plus bas, probablement en soutien.

Nous savons Adli efficace aussi quand il est plus bas. Mais son association avec Fransérgio ça ne fonctionne pas. D’autant plus que le Brésilien n’a aucun, mais absolument aucun impact. Il perd tous ses duels même quand il a le ballon. Nous qui perdions déjà la bataille du milieu ça semble un peu risqué… Mais au moins Fransérgio ne peut plus se cacher.

A ce propos… Pembele récupère un ballon au milieu de terrain et le passe à Fransérgio dans le rond central. Il est seul et son corps est orienté de côté. Il a donc déjà fait la moitié du chemin vers l’avant. Adli et Dilrosun sont justes à proximité. Dilrosun se décale pour se positionner dans le sens du jeu légèrement devant lui. Mais Fransérgio, toujours pas attaqué, ne lève pas la tête et remet de manière automatique en arrière à Kwateng… Dilrosun et Adli, les deux, lèvent les bras au ciel. Fransérgio leur fait signe qu’il ne les a pas vu. Ben ouais Gros, mais si tu ne sais pas où sont situés tes partenaires et si en plus tu ne lèves pas la tête avant d’avoir le ballon… tu veux faire comment ?? A croire qu’il découvre le football. Pendant ce temps Kwateng, même lui, s’est dit qu’il était possible de jouer vers l’avant. Il le redonne donc à Fransérgio, mais qui est toujours occupé à expliquer à ses camarades qu’il ne voulait pas faire d’en-avant. Volland a senti le flottement. Il contourne et passe devant Fransérgio qui glisse, surpris par le retour du ballon et l’irruption de l’allemand. Volland progresse plein axe. Kwateng vient à sa rencontre mais se « jette ». Volland fait une passe en profondeur vers Diop, qui pénètre dans la surface et se fait déséquilibrer par Mexer. Pénalty, transformé par Ben Yedder. Costil y était presque… 3-0 (62e minute).

Cette fois la Mexer dite. Et la manière est LAMENTABLE. Quel cirque.

Triple changement à la 68e minute. Mara rentre à la place de Pembele et se positionne devant avec Hwang. Du coup Dilrosun se déplace vers la droite et Elis bascule à gauche. Mais l’animation offensive n’est pas très claire, c’est plutôt au petit bonheur la chance… Fransérgio laisse sa place à Zerkane, et Mensah remplace Mangas, postes pour postes.

Les consignes de Petkovic aux entrants :

En bas le rappel de l’objectif à atteindre

Monaco joue un 3 contre 2. Gelson a le ballon et envoie Ben Yedder au but. Mensah effectue un beau retour mais il se jette et Ben Yedder remet en talonnade pour Gelson dans la surface. Gelson se balade tellement qu’il finit par oublier ses camarades en meilleur position pour marquer et fait le mauvais choix. Il arrive malgré tout à se mettre en position de tir mais Zerkane détourne en corner (71e minute).

On ne sait plus comment défendre.

Bel essai de combinaison des girondins, mais quand on en fait si peu ça reste approximatif. Au petit bonheur la chance on a dit. Nous perdons donc le ballon et c’est un contre monégasque mené par Volland pour Boadu. Kwateng qui effectuait son décrassage par-là, se retrouve à proximité de Volland mais fait en sorte de ne pas le gêner. A noter qu’Enock réussit surtout l’exploit de ne pas gêner non plus Tchouaméni, laissé bien seul au centre à l’entrée de la surface. Boadu remise vers Aurélien, mais il bute sur Gregersen qui finalement sort sur lui (74e minute).

Il en a déjà fait Enough Kwateng, qu’il se repose.

Belle illustration de l’absence de cohésion en phase défensive sur le côté gauche de notre défense. Diatta fait un appel entre Mensah et Gregersen. Aguilar le sert dans la surface à gauche. Il remet en retrait pour Volland, mais Elis qui l’avait suivi coupe la trajectoire du ballon et oblige Costil à effectuer une claquette (77e minute).

Au moins Elis il ne se fait pas porter pâle quand il s’agit de revenir défendre.

Les dernières minutes on essaye quelques contre-attaques.

Par contre on ne défend plus ou à peine. Cette fin de match est sans intérêt et c’est même pénible pour tout dire.


Les notes :

Costil (3/5) : Le premier but semble évitable car la reprise de Tchouaméni est molle mais le ballon est complètement masqué par Volland jusqu’au dernier moment. Il ne peut rien sur le deuxième, et il ne lui manque pas grand-chose pour détourner le pénalty de Ben Yedder… Mais il est le gardien de la pire défense du championnat (à égalité avec Clermont) avec 20 buts encaissés en 9 matchs.

Kwateng (2/5) : Moi je veux bien qu’il ait la chance d’assister à des matchs de Ligue 1 en immersion sur le terrain mais j’espère au moins qu’il paye sa place comme tout le monde. C’est le seul joueur de l’effectif qui, à la fin du match, n’a jamais son nombre de kilomètres parcourus, seulement le nombre de pas.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

On se moque mais c’est toujours le même constat. Il n’est pas le plus mauvais de nos défenseurs. Il gagne ses duels « statiques » mais se jette systématiquement sur un joueur lancé et ne revient JAMAIS.

Le coach personnel de Kwateng. On comprend mieux du coup.

Mexer (2/5) : Toujours ce même sentiment de fébrilité. Il gagne la plupart de ses duels mais son sens du placement vaut celui de Kerviel…

Gregersen (2/5) : Nous allons nous répéter mais ça ne colle pas à gauche… On ne peut pas lui enlever son engagement. Par contre avec un troisième carton jaune la commission de discipline va lui enlever le prochain match contre Nantes.

Pembele (3/5) : Ses montées lui donnent une visibilité que n’a pas son acolyte de gauche. Il provoque, combine, mais ce n’est pas un finisseur… Il manque une belle occasion en début de match, quasi la même que celle qui aurait pu nous donner l’avantage en fin de match au Vélodrome. Mais c’est un défenseur après tout.

Mangas (2/5) : Plus ça va, moins il apporte sa pierre à l’édifice dans l’animation offensive. Problème… Plus ça va, plus on remarque sa fébrilité dans le placement et son apport dans l’animation défensive.  

Otávio (2-/5) : Complètement perdu. Otáveau n’avance plus.

Fransérgio (0/5) : On préférait quand il était inexistant. Là on ne peut pas dire qu’on ne l’a pas vu. Il ne défend pas, c’est un plot. En deuxième période, avec la sortie d’Otávio, il ne peut plus se cacher. Il semble en prendre conscience alors se met un peu plus à courir. Mais en vain… on ne comprend pas ses déplacements. On a rarement vu un footballeur avec aussi peu d’impact. C’est dingue, quand il presse, quand il va au contact, il ne se passe rien. Rien. Il doit être aussi gênant qu’une mouche, et encore je suis sûr qu’une mouche revient plus souvent à la charge. Il ne donne à aucun moment l’impression de savoir où il se situe par rapport au jeu et vis-à-vis de ses partenaires. Il ne sent rien. L’action qui mène au pénalty en est symptomatique à souhait. On le verrait bien jouer au football à Fligent, un club à sa mesure.

Adli (2+/5) : La prestation d’ensemble des milieux Girondins a été en-dessous de tout. Mais des trois c’est le seul qui a apporté quelque chose. Il a essayé de sortir des ballons propres et d’apporter du danger. Il ne peut pas combiner avec Kalu puisqu’il ne reverra pas la balle. Ça a parfois bien fonctionné avec Pembele. Quelques fois aussi avec Dilrosun. Et plutôt bien avec Zerkane à son entrée, mais l’équipe était alors complètement désorganisée, c’est donc resté que trop ponctuel.  

Kalu (2/5) : Deux-trois accélérations, le reste du temps il a kalé.

Hwang (2+/5) : La moyenne car il a fait les efforts tout au long du match. Pressing, appels, comme d’habitude.

Les remplaçants :

Elis (2+/5) : Il remplace Kalu à la 55e minute. On ne l’a pas beaucoup vu. A sa décharge il été baladé à droite puis à gauche pour ses premières minutes sous nos couleurs, pas facile. S’il ne semble pas avoir le sens du dribble du nigérian, il donne une grosse impression athlétique. Un joueur à réaction. A revoir.

Dilrosun (2+/5) : Son entrée à la place d’Otávio à la 55e minute a apporté un peu de rythme. Il a du feu dans les pieds. Ne lui manque plus qu’à trouver sa place dans l’animation. Il percute et combine mais ce n’est pas encore très juste.

Mara (2/5) : Bombardé en pointe avec Hwang à la 68e minute en remplacement de Pembele. Il a trop peu pesé. Mais il rentre alors qu’on ne sait plus trop qui doit faire quoi devant. Marasme.

Zerkane (3+/5) : Il rééquilibre les débats en nous permettant enfin de jouer à 11 contre 11 et non 10 contre 12 avec la sortie de Fransérgio. Dès sa 7e minute sur le terrain il avait déjà touché plus de ballon, plus couru, fait plus de passe que le brésilien en 68 minutes. On l’a vu mettre de l’impact et même prendre le jeu à son compte. Très clairement le meilleur entrant.

Mensah (2+/5) : Il remplace Mangas en poste pour poste à la 68e minute. Il n’a pas apporté plus de stabilité défensive… mais il a été plus utile dans la construction.

Les prix :

Pris Nübel : personne. C’est donc le premier clean sheet de la saison en L1 pour le gardien monégasque. Et pourtant Monaco a affronté les terribles équipes de Troyes, Lorient, Nantes ou encore Clermont… Nübel de la paix avec les Girondins.

Prix pour cible : Séance crépis, désolé Serge. Les suiveurs bordelais l’on renommé Fraudesérgio. Le voilà catalogué coupable à chaque fois, fiché et même montré du doigt. Ce qu’on espère maintenant c’est qu’il sera bientôt mis à l’écart. Petkovic a surement eu raison malgré tout d’insister avec lui. Même si on s’accorde à dire qu’il a peut-être plus un profil à jouer un cran plus haut. Petkovic souhaitait probablement lui donner le temps de montrer quelque chose, de provoquer un électrochoc quelque soit le poste, la configuration. Mais comme nous l’avons tous remarqué, il n’a rien montré. Sauf sur ce match où il a montré… du très négatif ! A son âge, et quand on a été capitaine de Braga on n’a pas à être timoré aux Girondins. Donc la phase d’adaptation est terminée. Tu étais un bon footballeur à Braga, ça devrait donc revenir, un jour. Tu n’y es tellement pas… Va souffler sur le banc un bon coup et tu reviens plus tard. Peut-être. Car tu vas devoir regagner ta place comme tout le monde. Maintenant on a assez parlé de toi, on va te laisser tranquille.

Prix de reviens : Koscielny, Onana, revenez, vite.

En face :

Une équipe qui n’entamait pas ce match avec une envie ou des certitudes débordantes, mais nous avons su les leur (re)donner.

Un Tchouaméni très au-dessus de la mêlée, là où notre milieu a totalement sombré. C’est double peine pour nous Aurélien. Et même triple avec ce traditionnel but d’un ex… Un ex à qui on a dit « c’est pas toi, c’est moi ! Tu mérites mieux que moi ». Et c’était bien vrai… Alors quand on ne respecte rien y compris soi-même, quand on massacre le football et sa propre histoire depuis des années on mérite probablement ce qui nous arrive !

Il faut encore faire avec cet héritage.

Pour conclure :

Pas de réussite aujourd’hui. Pardon… mais nous ne l’avons pas provoqué non plus. Un seul tir cadré, celui de Pembele à la seizième minute… Nous avons reçu une punition en bonne et due forme. Nous sommes toujours bloqués à 7 points. Par contre on a bien débloqué le compteur des « buts contre », puisqu’on en est à 20 buts… 20 !

Comme le rappelle scapulaire.com :

On joue encore ??

Alors on ne va pas annoncer de grands malheurs. Nous n’en savons rien, c’est trop tôt. Et puis nos joueurs ne sont pas tous là. Le niveau de préparation est trop hétérogène. La cohérence prend du temps. C’est normal.

Mais là où nous constations une amélioration quant au mental, quant à l’engagement, eh bien ce capital semble s’étioler tranquillement alors que se profilent des joutes contre des équipes qui doivent être à notre portée si nous espérons encore faire partie de l’élite l’an prochain.

Le prochain match ce sera contre Nantes à domicile, le dimanche 17/10. Il faudra être au rendez-vous messieurs. Car à l’heure des 140 ans du club omnisport, on célèbre le mythique FCGB !

Et on ne voudrait pas revoir celui que nous étions devenu depuis quelques années : le « Meetic FCGB ». On se donne rendez-vous, un coup chez toi, un coup chez moi, tu nous mets une pétée et t’as pas besoin de rappeler ! On n’en veut plus.

Allez les gars, ne lâchez pas !

D’ici là, mettez-vous Horsjeu et venez discuter avec nous sur Twitter (@IanWalterFoote et @savajicl) si vous en avez le courage. Si vous parlez à l’un, l’autre vous répondra sans doute.

Parce que « y a un alter foot » (tu l’as ???) et qu’il a besoin d’aide pour exister, n’hésitez pas à cliquer sur les boutons ci-dessous. Merci infinanalement.

Ian-Walter Foote

8 commentaires

    • Aaaaaah mon bon Bob ! Vos propos me touchent. Il vous plait que je souffre, et je crois bien qu’à moi aussi ! Mais pas tous les WE hein quand même.

        • Votre sacerdoce vous honore mn bon. Si toutefois vous pensez trop souffrir, n’oubliez pas d’aller lire la Chardon à cran académie. Ça marche bien.

  1. Roberto Bettégras a raison, une fois de plus. La Chardon à cran permet de relativiser et de moins souffrir de nos maux domestiques. Je me demande comment font leurs académiciens quand ils veulent se changer les idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.