ASSE-Bordeaux (3-0): La Scapulaire Académie en a vu des Verts et des pas mûrs

Il parie bourré

Dans une saison où nous n’avons plus rien à craindre ni à espérer, l’idée de voir des Girondins jouer libérés nous a traversé l’esprit. Seulement traversé, les limites techniques portant bien leur nom.

Après la victoire acquise face à l’OM, Bordeaux se déplace à Saint-Etienne, en course pour accrocher l’Europe. Un gros match en perspective et avec un entraîneur qui met l’accent (portugais) sur le mental, on a le droit de se dire que…

Oui mais voilà: Jovanovic est suspendu suite à un jaune qu’il n’aurait pas du prendre. De Préville l’est aussi. Et puis, l’autre couillon de Balotelli est passé par là et Pablo a récolté deux matches, un pour chaque narine pétée…

La défense est décimée et notre meilleur attaquant du moment est resté en Gironde. Du coup, cela sent bon la branlée. Mais s’il faut bien trouver un avantage à une saison merdique, c’est celui-ci: on peut perdre, ce n’est pas grave, nous préparons seulement la prochaine…


La composition:

Costil (c)

Lauray Koundé Cissokho

Sabaly Otavio Basic Palencia

Youssouf

Karamoh Kamano

Pressenti pour débuter, Lewczuk a eu un éclair de génie: il s’est rendu compte qu’il n’était pas un véritable joueur de foot. On se disait aussi…


La composition en image:

Détection de hors-jeu et VAR intégrée: la formation girondine 2.0 est au top


Le résumé:

Le retour de la vengeance de la VAR


Le match:

La première période fut équilibrée. Bordeaux est bien en place et gêne des Stéphanois un peu empruntés. Le bon pressing permet une récupération haute.

Les jeunes tiennent la baraque comme ils défendraient leur squat face à des Municipaux venus faire le ménage: d’abord un peu timidement puis avec la ferme intention de tenir bon. Et si la première ligne cède, ils peuvent toujours compter sur Costil pour assurer derrière.

Les Girondins se procurent quelques occasions mais ne parviennent pas à les concrétiser.

Khazri se montre de plus en plus, tente sa chance mais bute sur Costil.

La pause est atteinte sur le score de 0-0.

C’est ensuite que cela se gâte. Dès la reprise, les Verts jouent plus haut et surtout mieux. Les enchaînements sont de qualité, il y a de l’intensité. Alors que nous croyons toujours à l’exploit, que la jeune garde repousse les tentatives adverses, c’est encore une décision arbitrale qui va changer la donne. Cissokho enlève un ballon chaud dans la surface (belle intervention soit dit en passant), que Palencia dévie de la main en taclant.

Le running gag de la saison peut reprendre: la VAR valide le penalty. Malgré ce que peuvent expliquer des journaleux décidément pas au clair avec les règles, main au-dessus de l’épaule ne veut pas dire penalty.

Malgré l’évidence de ces images, l’arbitre a jugé la main intentionnelle.

Mais manifestement, le lobbying stéphanois a fonctionné. A rappeler toute la semaine qu’ils se sont fait volés au match aller, ils ont réussi à inverser la tendance.

Khazri prend Costil à contre-pied et ouvre le score. On ne reverra plus les Girondins. Incapables de ressortir le moindre ballon, ils vont subir jusqu’à la fin, encaissant deux autres buts de Debuchy.

Score final, 3-0, plus grosse défaite de la saison.


Les observations:

-Une moyenne d’âge de 14 ans et 5 mois. Enfin un record qui ne concernera pas M’Bappé.

-Les Girondins ont-ils une prime de buts encaissés à la suite de corners?

-Debuchy a-t-il une prime de but « spécial Bordeaux »?

-De Préville nous a manqué (!)

-Les jeunes c’est bien, les vieux c’est mieux bien aussi. A bon entendeur…

-La VAR m’a tuer


Les notes des 33:

Benoît Costil (3/5):

S’il ne peut pas faire grand-chose sur les buts encaissés, on s’était habitué à le voir réaliser l’impossible.

Alexandre Lauray (3/5):

Après un début difficile, il a pris confiance. Souvent bien placé pour couper les trajectoires. Malgré deux relances dangereuses, il semble avoir des qualités dans ce domaine. Il a démontré qu’il y avait au moins un Toulousain ayant le niveau Ligue 1 dans ce championnat.

Jules Koundé (2/5):

Il a réalisé quelques interventions importantes mais il est fautif sur deux buts encaissés. On lui demande d’être le taulier à seulement vingt ans. Des jeunes dirigeants, on en connaît dans ce pays, ce n’est pas toujours la joie. Espérons pour lui un autre destin.

Till Cissokho (3/5):

Juste pour le plaisir

Plutôt bon pour un premier match dans ce contexte, il n’a pas hésité à essayer de porter le ballon. Sa conduite de balle n’est pas académique. Son style défensif non plus. En fait, c’est un Cheik Diabaté qui joue derrière.

Youssouf Sabaly (3/5):

Il a été bon en phase défensive, aidant notamment Lauray à contenir Nordin et Hamouma. La configuration du match ne lui a pas permis de se montrer plus offensivement.

Sergi Palencia(2/5):

Il n’est pas plus à l’aise que Sabaly sur le côté gauche. C’était un match de reprise pour lui, ce qui ne l’a pas aidé. Peut-être à revoir à droite, un cran plus haut que Youssouf. Poundjé peut se remettre tranquillement de sa « céphalite », sa place n’est pas menacée.

Otavio et Basic (Stone et Charden/5):

L’un est sensé être viril, l’autre plus sensuel. En d’autres temps, nous aurions dit que l’un faisait l’homme, l’autre la femme. Je ne suis pas convaincu que ce duo puisse nous amener là où les proprios le souhaitent. Pas avec des prestations comme celle-là.

La répartition des rôles, ce n’est pas toujours ce que l’on croit.

Zaydou Youssouf ou le contraire (1/5):

Hormis une belle ouverture pour Kamano, on ne l’a que trop peu vu. Espérons qu’il comprenne vite ce qu’il lui manque pour faire carrière. Une bonne carrière, s’entend. Pas une Obertan.

Karamoh et Kamano (sont sur un bateau/5):

Deux flèches devant, la tactique pouvait s’avérer payante. Mais c’est con, pas moyen de remettre la main sur l’arc. Et entre un qui n’avance plus et l’autre qui a déjà son billet retour pour Milan dans sa sacoche…

Les entrants:

Plasil, Maja et Briand sont entrés tous les trois. On attend toujours qu’ils touchent leur premier ballon.


En face: Nos ex étaient fâchés

Trois buts encaissés, tous inscrits pas des anciens de la maison.

Outre son but, Khazri a été entreprenant tout au long de la partie.

Debuchy, arrière-droit de profession, nous plante un doublé.

La malédiction des anciens joueurs a encore frappé. Et encore, Vada n’a pas pu jouer…

Si les Girondins se lancent vraiment dans le trading, une chose est sûre, c’est qu’on n’est pas dans la merde!


Pour conclure:

Défaite logique compte-tenu du contexte. Nos jeunes ont fait ce qu’ils ont pu. Une défense si jeune et inexpérimentée pour une rencontre à Geoffroy-Guichard, c’était osé. Il y avait un risque de griller Lauray et/ou Cissokho mais ils ont livré un match honorable. Koundé n’était pas à son meilleur niveau mais il avait un rôle de taulier à honorer et une nouvelle position à tenir.

Le milieu des Girondins a une nouvelle fois fait défaut. Il n’a pas assez protégé la défense ni rien construit en seconde période. Et les solutions de rechange ne sont pas légion…

Il serait beau joueur de faire comme Paulo Sousa et féliciter les Verts pour leur performance. Ils ont été meilleurs et méritent leur victoire. Mais leur rancune du match aller doit être contagieuse et je crois que je l’ai rattrapée.

Nouveau déplacement à venir, à Nîmes cette fois. Kiki vous contera l’histoire d’un gardien jeune et dégarni qui aura inscrit son premier but sur un dégagement face à son ancien club.

D’ici là, mettez-vous horsjeu et faites gaffe à vos petits.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.