Bordeaux-Angers (2-1): la Scapulaire Académie devient propre

scapulaire

A LA UNE, A LA DEUX ET A LA TROIS!

Deux ans!

Certains, en deux ans, apprennent à parler, à marcher, à manger seul ou à monter les escaliers. Nous, nous avons seulement appris à ne plus chier dans notre froc. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard, si le fait de ne plus être gêné par l’accumulation d’excréments nous a permis de gravir quelques marches.

Attention au risque de rechute: l’apprentissage est une chose, le maintien des acquis en est une autre. Et rien de tel que de se confronter au (d)Angers pour retourner au stade anal. Alors serrons les fesses.

La composition:

Costil

Sabaly Baysse Koscielny(c) Benito

Adli Basic

Oudin Ben Arfa Kalu

Hwang

Otavio étant hors-service pour le reste de la saison, on joue sans protège-culotte. On risque de salir notre Adslip Basic.

Le résumé:

Attention, certaines passes peuvent choquer les plus jeunes

Le match:

La première demie-heure

L’heure suivante

Bonus: La grosse occasion de Nicolas De Préville (qui finit plus mal en réalité)

Les notes des 33:

Costil (7/5 selon les syndicats, 1/5 selon l’Equipe):

De nombreux arrêts dans des situations différentes. Il a relancé court, parfois dangereusement mais toujours avec la volonté de ressortir proprement.

Pour bien faire son travail, il a utilisé toutes les parties de son corps. Mais contrairement à un certain gardien nancéien, c’est autorisé par la loi.

Sabaly (3/5):

Encore un gros match. Son entente avec Oudin et Adli donne envie de le voir rester. Mais acceptera-t-il le bon d’achat C-Discount en guise de prime à la signature?

Baysse (3/5):

D’habitude, quand quelqu’un fait autant de renvois, on dit de lui que c’est un gros dégueulasse. Mais Paul le fait avec tellement de classe qu’on lui pardonne. Surtout qu’on aime quand il pète le feu.

Koscielny (5/5):

Un match de très haut niveau. Au sol, dans les airs, pour empêcher Bahoken de se retourner ou pour gérer la profondeur, tout était parfait. Et il a ajouté une qualité dans la relance qui a souvent fait défaut à l’équipe par le passé.

Seuls les illuminés osent s’y aventurer

Benito (1/5):

Il est retombé dans ses travers en livrant un match de porc.

Adli (4/5):

C’est qu’il commence à devenir régulier! Il n’a pas rechigné au combat et s’est distingué en réalisant de très jolies passes, notamment celle décisive pour Hwang.

Petite statistique pour les amateurs: depuis son dernier passage chez le coiffeur, 100% de ses passes sont des passes aveugles. Personne ne l’a vue venir, celle-là. Même pas lui.

Basic (1/5):

Je commence à me demander si le nom de son club précédent n’était finalement pas Hadjuk Spleen. En tout cas, à cause de lui, on traîne le nôtre.

Oudin (3/5):

Il se bat, revient bien défendre, n’hésite plus à prendre sa chance. Il mérite sa place dans le 11. Son apport est indéniable. Futur international polonais.

Remplacé par Poundjé, le 0.5 manquant à Benito pour faire un arrière gauche.

Ben Arfa (3/5):

Le retour du patron. Il a joué tout en intelligence. Pas de raid ce jour mais chacune de ses interventions était teintée de maîtrise (cette phrase ne fonctionne pas avec la police).

Une grosse qualité de passe a suffi pour faire briller le jeu en première période. Il devrait être prêt pour le prochain match.

Remplacé à l’heure de jeu par la recrue le jeune Lacoux. Placé en sentinelle, il est bien entré dans son match, ne se cachant pas. Vraiment intéressant, surtout contre une équipe angevine qui dominait.

Tom enchaine L1 et anniversaire. On débouche le Magnum!

Kalu (2/5):

On l’a surtout vu lors de ses retours défensifs. Trop brouillon autrement. On attend mieux de lui.

Sorti pour relancer De Préville. Raté. Si on jouait encore à Lescure, il serait un titulaire indiscutable.

Hwang (5/5):

Il a rempli son rôle avec réussite. Son enchaînement dribble et tir sous le gardien sur son second but est magnifique. Il devient un buteur de shwang froid.

Pas avare d’efforts, il est loin devant les autres attaquants de l’effectif.

Remplacé par Traoré qui n’a pas eu le temps de se mettre en valeur cette fois.

En face: l’angevine de poitrine

Les Angevins ont attaqué, angor et angor. Ils auraient peut-être mérité d’arriver à leurs fins. Les Girondins ont mis du cœur à défendre, ils ont souffert, c’était un calvaire. Et ont réussi à résister. Grâce à leur acébutolol d’avance.

Pour conclure:

Tout avait si bien commencé. On volait de nos propres ailes. Mais un petit rien peut tout faire basculer, nous sommes bien placés pour le savoir. Après des atermoiements dus à une pression de plus en plus forte et quelques litres d’huile perdus, nous avons finalement tenu bon.

Nous pouvons être satisfaits, les Girondins sont enfin devenus propres. Nous pouvons même en être fier, nous en avons assez bavé ces derniers mois.

Quelques tests seront prochainement au rendez-vous. Nous saurons si nous pouvons envisager d’accéder à l’école des grands. Dans le cas contraire, comptez sur la Scapulaire Académie pour remettre les pendules à l’heure. La régression ne nous a jamais fait peur.

Nous nous retrouverons après la rencontre face aux Lyonnais. J’espère que les Girondins me donneront l’occasion d’expliquer comment on administre une fessée.

D’ici là, mettez-vous horsjeu, vous ne risquez rien, il y a pas de VAR. N’hésitez pas à venir discuter de tout ou de rien sur Twitter, la déconnade se poursuit là-bas aussi.

Portez-vous bien, sortez masqués si vous pouvez sortir. Ne toussez que sur le mercato des Girondins.

A bientôt

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.