Bordeaux-Lille (1-0) : la Scapulaire Académie enchaîne les boissons

Juppé repousse le vote… Il n’y a pas que les vendanges qui sont tardives.

Après la victoire contre les buveurs de cidre, les Girondins poursuivent leur tournée des régions anonymes et s’apprêtent à recevoir des Lillois qui ont soif de… victoire.

Si battre Guingamp, dernier avec aucun point, n’a pas été simple, en faire de même contre une équipe en pleine confiance s’avère périlleux. Comme l’a dit Bédouet, Bordeaux est en reconstruction. Nous n’avons donc aucune certitude, nos joueurs étant des spécialistes de l’irrégularité. Un peu comme vos académiciens, sereins après avoir bu une bouteille de demi-brut alors que le « Monaco » précédent nous avait rendus complètement ivres.

La composition:

Costil (c)

Palencia           Koundé           Pablo          Poundjé

Tchouaméni          Otavio

Kalu                 Sankharé              Kamano

Briand

Derrière, Poundjé récupère sa place. Enfin, Sabaly lui prête la sienne.

Oh, t’as vu, il y a Otavio ! Accompagné de Tchouaméni parce qu’à deux, c’est mieux.

Devant, cela SanKaKa. Désolé, ce n’était pas Briand.

Le résumé:

Le match:

Je vous laisse voir les images.

On a souffert, oui. Mais toute l’équipe s’est battue. L’engagement était total et cela aide à compenser certaines lacunes. Et puis avec un Costil à ce niveau et un Kamano toujours aussi efficace, il ne pouvait rien nous arriver.

Les notes des 33:

Benoît Costil (5/5):

Pour une fois, Vil Costil a bouffé Bip-Bip.

Costil avait bien préparé son coup!

Sergi Palencia (3/5) :

Work in progress.

Jules Koundé (5/5) :

Quand il s’abstient de gestes superflus, on ne débande pas pendant une heure et demie.

Pablo Castro (4/5) :

Il nous a sauvé à la dernière seconde. En contrant Rémy. Mais quand-même.

Maxime Poundjé (1/5) :

« Maman, ne reviens pas! »

Aurélien Tchouaméni (1/5) :

Plasil trop vieux. Aurélien trop jeune, donc. Remplacé par Cornelius, qui a encore montré qu’il sera important cette saison. Sagnol avait finalement raison.

Otavio (4/5) :

S’il continue à ce niveau là, il se rendra vite aussi indispensable que le tuteur qui gère les comptes lillois.

On peut être mis au placard et sortir grandi de cette situation.

Samuel Kalu (3/5) :

Que la route soit dégagée ou qu’il y ait des bouchons, quand il est lancé tout le monde le laisse passer. Samu, le SMUR des Girondins.

Younousse Sankharé (2/5) :

Le premier Pirlo inversé de l’histoire n’a pas encore la maîtrise de son poste. Remplacé par Lerager pour consolider l’entre-jeu et désolidariser les tibia-péroné adverses.

François Kamano (4/5) :

Jésus marche sur l’eau et distribue les points. Karamoh en est encore aux cours de catéchisme mais la communion (avec le public) n’est pas loin.

Jimmy Briand (2/5) :

La profondeur et les airs, c’est non. Le problème c’est qu’il n’a eu droit qu’à cela.

En face : Adieu BIP-BIP, bonjour la BIP (Brigade d’Intervention Poétique)

Galtier a salué la performance de notre capitaine. Mais il aussi su faire comprendre, à sa manière, que l’arbitrage n’avait pas aidé son équipe.

Traduction de ses propos:

« La VAR a merdé à la 37ème

Il n’a pas sifflé c’est un problème

Vidéo ou non c’est l’interprétation

Qui fera que je passe pour un con »

Monsieur Galtier, quand on s’offre de telles opportunités, il faut savoir en mettre une au fond… Et Costil, qui n’est pas une fille facile, ne se serait pas laissé dompter comme cela.

Pour conclure :

On s’est fait pilonné, soyons clairs. Les pharmacies girondines ont dû faire exploser leurs ventes de crèmes anti-hémorroïdes. Mais nous l’avons emporté sans prendre de but, et ce pour la première fois de la saison. Nous comptons dix points, six de plus qu’il y a une semaine. De quoi fêter cela de la plus belle des manières: en traversant la route. Pas pour du travail, ça non! Malgré mon assiduité, mon barman ne m’a toujours rien proposé.

Il va falloir confirmer à Reims dès samedi. Purée, ils ne sucent pas que des glaçons non plus, ceux-là. Prépare les bulles, Kiki!

En attendant, mettez-vous horsjeu.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.