Brest-Bordeaux(2-0): La Scapulaire Académie emportée par le vent

Qu’est-ce qui est pire que de se déplacer en Bretagne? Savoir que l’on va devoir y retourner trois jours après.

Après deux défaites au goût amer, Bordeaux se rend à Brest dans le cadre de la Coupe de la Ligue.

Le contexte est, on le sait, particulier (Kiki vous a parfaitement résumé la situation du club en début de semaine).

Paulo Sousa réclame des actes, nous aussi, serait-on tenté de dire. On ne sait pas ce que janvier et son marché des transferts nous réserve. On parle de nécessité de vendre des joueurs pour vingt millions d’euros. Vu la valeur de ceux que le club voudrait voir partir, nous ne serions pas étonnés que des titulaires soient obligés de faire leurs bagages pour rentrer dans les clous de la DNCG.

Alors profitons-en tant qu’il est temps.


La composition:

Costil(c)

Koscielny Pablo Jovanovic

Sabaly Tchouaméni Basic Benito

Adli De Préville

Briand

Costil est dans les buts, Poussin devrait jouer en Coupe de France en janvier.

Changement en défense centrale. Pablo est toujours titulaire malgré ses bourdes successives mais se place au centre de la défense à trois. Sûrement pour nous soulager de ses relances merdiques. Koscielny à droite et Jovanovic à gauche complètent le trio.

Sabaly revient et Benito enchaine. Pas de piston à vocation offensive à droite et pas de piston du tout à gauche.

Otavio au repos, Tchouaméni est associé à Basic qui profite des matches de coupe pour gratter un peu de temps de jeu.

Adli et De préville pour animer, cela reste classique.

A noter le retour de Briand, après sa remarquable entrée face à Strasbourg.


Le match (en quelques mots):

Une défaite 2 à 0, une élimination et un temps vraiment breton.

En fait, il n’y a pas que les artichauts et le tourisme dans le Finistère. Il y a aussi des footballeurs et Alexandre Mendy.

On a aimé:

Le choix de l’arbitre (Monsieur Pignard. Sérieusement, si j’avais été Brestois, j’aurais crié au complot avant le match).

Le sérieux de Jovanovic.

L’activité de Tchouaméni et ses dribbles qui auraient mérité un but.

La frappe de 30 mètres de Basic sur la barre transversale.

L’envie de Nico De Préville.

L’entrée de Kalu, qui en a fait plus en trente minutes qu’en trois mois.

Les quelques jolies séquences bordelaises de la seconde mi-temps (on se contente de peu).

Le courage des UB87 qui rayonnent par leur présence, même sous la pluie.


On n’a pas aimé:

Le vent.

La pluie.

Le vent+la pluie.

La percée de Gransir, cinquante mètres balle au pied, qui peut armer tranquillement à l’entrée de la surface et allumer Costil.

L’alignement de Pablo et Koscielny qui couvre Charbonnier sur l’action du 2 à 0.

Le déchet technique de De Préville et Basic (entre autres).

L’entrée de Kamano.

Les frappes écrasées quand le vent aurait permis d’allumer de gros pétards.

L’élimination, malgré tout.


Les notes des 33:

Costil (2/5):

Il s’est imposé face à Gransir en première période mais n’a rien pu faire sur sa frappe puissante ensuite. Pas impérial sur le but de Charbonnier. Tant qu’il nous sort le grand jeu face à Rennes…

Koscielny (2/5):

Etre aligné à droite lui permet de trouver des partenaires plus facilement en utilisant son jeu long, la zone étant moins dense. Problème, ce positionnement nécessite d’avoir une certaine vitesse pour couvrir le côté.

Pablo (2/5):

Pas de bourde ni de binôme avec Benito, il faut bien tirer des choses positives de cette soirée.

Jovanovic (2/5):

Il ne mérite pas moins que les autres sa place. Mais il mérite autant sa note de 2. En ne laissant pas frapper Gransir, il aurait pu l’améliorer grandement.

Benito (2/5):

Il a gagné un nombre incalculable de duels aériens sur des dégagements de Costil. Problème, le ballon était déjà sorti en touche.

Sinon, il s’est proposé sur le côté mais la qualité de ses centres est proportionnelle à la cote de popularité de Longuépée chez les supporteurs. C’est dire le niveau.

Même pas Loris, c’est sûr?

Remplacé par Kalu qui s’est démené et a amené un vrai plus à l’attaque girondine. Il a tenté plusieurs fois sa chance et s’est montré dangereux. Un Kalu comme on aimerait le voir plus souvent!

Tchouaméni (3/5):

Difficile de poser le jeu dans ces conditions. Mais il s’en est plutôt bien tiré. Son raid solitaire au milieu de trois adversaires s’est conclu par un tir écrasé. Cela aurait mérité bien mieux. Un peu comme un jeune dans sa salle de bains. La vidéo porno qu’il mate sur son portable touche à sa fin, les mouchoirs sont prêts et là, sa mère vient frapper à la porte et dit: « Kevin, il y a Mamie au téléphone qui veut te souhaiter un bon anniversaire! ».

« Aurélien a fait quoi? »

Remplacé par Aït-Bennasseràrien, qui n’a pas eu le temps de se mettre en valeur. Je déconne, on n’en attendait pas tant de toute façon.

Basic (2/5):

Il aurait pu marquer un but sublime. Quelle inspiration sur ce ballon récupéré! Sans contrôle, il envoie une mine sur le dessus de la transversale.

« Dis à Mamie de rappeler plus tard, s’il te plait, je suis occupé, là! »

Adli (1/5):

L’accident, c’est quand il réussit un grand match ou lorsqu’il passe au travers? Vous avez jusqu’à la prochaine académie pour y répondre.

Remplacé par Kamano.

Que dire de plus?

De Préville (2/5):

Il s’est démené comme toujours mais a eu du déchet ce soir.

Il y avait du vent, c’est sûr. Il a une grosse frappe, soit. Mais de là à tenter un coup-franc direct depuis le milieu de terrain?

Briand (1/5):

Trop court sur un centre d’Adli et trop mou sur une frappe tentée. Et dans ces conditions infernales, match trop long pour lui. On l’a senti un peu cramé à la fin.


Pour conclure:

On ne remportera pas la dernière Coupe Moustache de l’Histoire. Ce n’est pas une catastrophe mais avec cette élimination, on risque d’avoir un discours des actionnaires du genre: « Avec le peu de match, gna gna gna, on ne va pas empiler les joueurs gna gna gna ». Désolé, vingt ans de M6. Rien ne nous dit qu’il en sera autrement.

Nous espérons nous tromper car après avoir vu du beau jeu en début de saison, la tendance actuelle montrerait plutôt une forme de stagnation. Bordeaux éprouve du mal à se créer des occasions et semble plus perméable. Paulo Sousa réclame des renforts, ce qui semble nécessaire. Mais est-ce réalisable?

Retour de la Ligue 1 ce week-end avec le déplacement à Rennes. Préparez les cirés. Et que l’on ne me dise pas que c’est un cliché avec ce que l’on vient de subir.

D’ici là mettez-vous horsjeu.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

2 commentaires

    • Pendant que les Marine montent
      Et que KS refait ses comptes
      J’amène au creux de mon ombre
      Des poussières de toi.

      Bien vu Mr Groseille, le titre de l’article vient bien de cette chanson.

      Effectivement, une infinité de destins s’offre à nous. Lequel ont-ils choisi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.