Dijon-Bordeaux (1-3): la Scapulaire Académie badigeonne

scapulaire

Two girls, one Cupra. Le covoiturage est écologique. Sûrement un sponsor attiré par mairie.

De la petite, de la grosse. Seulement moulée ou déjà transformée. En boîte ou en tartine. A Bordeaux, on est habitué à bouffer de la merde, tous les jours et sous toutes les formes.

La dernière en date: la blessure de Ben Arfa, contractée à l’entrainement. Entendons par là que son contrat stipule qu’il a signé pour jouer dans un club de football. Or les Girondins, ce n’est ni un club ni du foot.

On vous l’avait déjà faite, celle-là ? Oui, peut-être. Mais pourquoi serait-on les seuls à se casser le cul pour faire notre boulot?

Puisque les joueurs n’avaient pas fait le leur en Coupe, ils ont eu tout le temps de préparer ce déplacement chez la lanterne rouge. Ils ont ainsi certainement pu réfléchir à la meilleure façon de perdre honteusement ce match. C’est que nous sommes devenus des spécialistes dans le domaine de la performance anale!

Si les Girondins décidaient de changer de recette, nous serions curieux de goûter à ce qu’ils nous proposeraient. Les ingrédients, nous les connaissons. Reste à savoir s’ils accepteraient de s’en servir.

La composition :

Costil (c)

Sabaly Mexer Baysse Benito

Adli Seri

Zerkane Oudin

Hwang Kalu

Koscielny étant suspendu, Mexer est aligné aux côtés de Baysse.

La disposition proposée est amenée à évoluer selon les phases de jeu. De trois à cinq défenseurs, un milieu à plat, en losange ou en triangle… Pas évident à suivre.

Le résumé :

L’énergie du douzième homme

Le match :

9e: Adli, d’une talonnade peu académique, sert Oudin sur le côté gauche. Son centre rasant est détourné en corner.

12e: Oudin tente sa chance mais son tir est dévié. Sur le corner, Benito croit marquer mais Cacioppi sort sa seule parade de la saison. D’une manchette, il repousse le ballon qui n’a pas franchi entièrement la ligne. On y a tous cru mais la main du gardien était ferme! La mienne, c’est ma braguette qu’elle referme.

16e: Double coup dur pour les Girondins. La sortie de Kalu, blessé et l’entrée de Nicolas De Préville, blasé.

17e: Comme prévu, le changement donne un coup de boost…aux Dijonnais. Ainsi, Assalé virevolte devant Benito mais Baysse repousse son centre.

19e: Hwang nous gratifie d’une action de grande crasse! Au lieu de filer tout droit, le voilà qui préfère crocheter. Il finit par s’emmêler et par être repris. Que gâchis! Bon, c’est le moment de changer de cannette.

La technique manque de fluidité

21e: Grosse pression bordelaise. Le centre de Séri est dégagé mais Adli récupère aux vingt mètres. Il sert Hwang dans la surface, aussitôt contré par Boey. Oudin hérite du ballon. Il centre, Lautoa se rate et Hwang peut décaler notre ailier, dont le centre qu’il enverra se trouvera contré. Si ce paragraphe vous semble brouillon, il l’est moins que cette action poussive.

26e: Après la « spéciale Hwang » et l’action « typique Girondins », Adli nous sert une « Adli »: une perte de balle bien bête à trente mètres de son but. Heureusement, Dijon n’en profitera pas.

Où est mon ballon? Peut-être dans mon dos!

28e: De Préville déborde. Son centre est dégagé par Coulibaly mais le ballon revient directement à Adli qui reprend de la tête à l’entrée de la surface. Petit bonhomme, là, c’est pas Peyrelade. Sérieusement, je crois que je n’avais jamais vu une tête aussi molle chez un gars qui ne venait pas d’être repêché après avoir passé quinze jour dans la Garonne.

30e: D’une passe appuyée, De Préville décale Oudin. Son centre en cloche est contrôlé par Hwang, qui enchaîne sur une demi-volée entièrement ratée.

33e: Sabaly envoie De Préville le long de la ligne de touche. Le risque était qu’il parte se rassoir sur le banc mais heureusement, Zerkane a hurlé son nom. L’ayant entendu (il n’a pas que des défauts), l’ancien Lillois prolonge (oh non pas ça) pour son milieu. Servi en pleine course, il entre dans la surface et transmet à Hwang, étrangement seul. Contrôle et frappe placée, Bordeaux ouvre le score! (0-1)

35e: Séri n’est pas bon.

Quelques instants, pas vraiment!

37e: Tir de Dina, arrêt de Benoît Facil.

39e: Kamara est servi dans le dos de Baysse, il tire mais c’est à côté. Paul, je veux bien qu’il soit lent mais de là à rester cinq mètres derrière les autres! Et son demi-tour en trois temps digne d’un semi-remorque… D’ailleurs, je ne l’ai pas entendu faire « bip bip » en marche arrière (note pour moi-même: penser à l’amener à la révision).

45e: Sabaly donne à De Préville. Seul, il lève la tête et adresse un super centre à Hwang, encore plus seul. D’une tête en pleine lucarne, il s’offre un doublé! La défense bourguignonne est complétement dans la sauce (0-2).

Les six rondins, la teigne, le pouce avec deux Bouddhas rances.

Oh pardon, c’est le manque d’habitude.

Les Girondins atteignent la pause avec deux buts d’avance.

50e: Long ballon d’Adli. Pif. Contrôle de la poitrine de Préville. Paf. Tir croisé du gauche. Pouf. Toutes les blagues préparées depuis son entrée? Plouf (0-3).

54e: Certes, le score le montre mais le ressenti est important aussi. Dijon, c’est à chier. Ouais, on fait les malins et alors?

56e: C’est la fête du « A »: sorties de Lautoa et Kamara, entrées de Benzia et Celina. Gasset ne semble pas au courant, il n’a pas demandé Mara.

60e: De Préville (quoi, encore?) sert intelligemment Hwang, qui tente une frappe au ras du poteau mais Cacioppi se détend. Et nous détend. Décidément…

64e: Attaque rapide de Bordeaux. C’était pourtant mal parti puisqu’elle a débuté dans les pieds de Baysse. Après une récupération, il sert Adli qui transmet à De Préville. Son centre est repoussé sur Zerkane qui enroule du gauche mais c’est arrêté.

65e: Gasset se dit que pour tirer du gauche, il vaut mieux être gaucher. Il fait donc entrer Basic à la place de Zerkane.

66e: Bon centre de Celina, tir de Dina mais le ballon s’envola.

71e: Triple changement pour Bordeaux.

Le genou rouillé de Mexer cède sa place à Kwateng, Oudin est remplacé par Traoré et Hwang est sorti pour laisser Briand faire connaissance avec ses futurs coéquipiers.

82e: Suite à une mauvaise passe de Baysse, Benzia peut tirer mais le ballon va frôler le poteau. Six mètres.

90e: Bordeaux ne serait pas Bordeaux sans un but encaissé en fin de rencontre. Baysse a quitté son poste pour aller s’encastrer sur un adversaire. Lancé à 7km/h, il a été emporté dans son élan et a fini au sol. S’en suit un petit temps d’hésitation de la part des Girondins qui sera fatal. Célina centre à ras de terre pour un Konaté totalement seul et qui réduit le score d’un plat du pied. Prendre un but comme cela, c’est limite une faute professionnelle. Malheureusement n’espérons aucun licenciement pour faute grave (1-3).

Fin du match, Bordeaux en a terminé avec sa série de contre-performances. Les joueurs peuvent aller chanter dans le vestiaire mais surtout pas demander une prime de victoire.

Les notes des 33:

Costil (3/5):

Son « Vous faites chier les gars! » restera sa meilleure action du match.

Sabaly (4/5):

A l’origine des deux premiers buts en lançant De Préville tout en assurant dans ses tâches défensives. Double raison de lui donner une bonne note. Triple, même. Car il faut du courage pour donner le ballon à De Préville!

Mexer (3/5):

Une bonne prestation de sa part. Bien présent dans la surface, des duels gagnés. Le plus rassurant des deux centraux. Quand on nous dit qu’il revient de loin…

Il a fini blessé et s’est fait remplacer par Kwateng, pas fichu de prendre Konaté au marquage. S’il pouvait partir là d’où revient Mexer…

Baysse (1/5):

Il est ravi d’être ici. Nous sommes contents qu’il soit là. Mais s’il pouvait courir plus vite qu’un cul de jatte qui se traine par terre, nous ne serions pas moins contents.

Ne pas confondre vitesse et interception

Benito (3/5):

S’il commence à devenir un joueur de foot, la Scapulaire Académie va se retrouver dans la panade. Du sérieux, quelques passes vers l’avant et aucun incident à déclarer.

Seri (2/5):

D’abord, on se dit qu’il est aussi utile qu’un obstétricien qui consulterait dans un couvent. Puis on se dit qu’heureusement, il a pensé à prendre les forceps.

Adli (4/5):

Il a beau perdre des ballons, il en bonifie davantage. Son ouverture sur le troisième but est un modèle du genre.

Durant ce match, il a également battu un record, celui du KO le plus court du monde. Après avoir simulé suite à une bousculade, il s’est relevé pour en découdre. Cela lui vaut un point supplémentaire car le courage n’est pas la valeur la plus répandue dans le vestiaire.

Zerkane (3/5):

L’ailier droit central qui évolue aussi à gauche a réalisé un match plein. Gasset lui laisse une grande liberté et science du jeu nous est bénéfique.

Sa place décisive va lui faire du bien: il voit enfin ses statistiques décoller et c’est amplement mérité.

Remplacé par Basic qui s’est contenté de se remettre en jambes. Sincèrement, il n’y avait aucune différence avec le Basic à 100%.

Oudin (3/5):

En moyenne, il réalise 125% des centres tentés en match. Avec un numéro 9 digne de ce nom, il pourrait finir dans les meilleurs passeurs. Cela ne lui arrivera donc jamais à Bordeaux.

Remplacé par Traoré qui joue dans un autre registre. Il a tenté de provoquer la défense. Sa réussite est surtout de provoquer une baisse de libido. Sa technique de puceau me ramène à ma première fois, celle où j’avais fini avant même d’espérer commencer.

Kalu (non noté) puis De Préville (5/5):

Si Samuel est en pâte à mâcher, Nicolas a fait un carton. Il nous devait bien cela.

Hwang (4/5):

Quand Laslandes parle de lui, il plante un doublé. J’interdis quiconque d’interviewer Bancarel à son sujet.

Remplacé par le centenaire Briand qui fait deplus en plus son âge.

Pour conclure :

Si les Girondins l’ont emporté, il n’y a pas de quoi s’enflammer tellement l’opposition était faible. Évidemment, nous savons quand-même apprécier ces trois points.

Le goût de la merde est si fort que le parfum de la victoire stimule à peine nos cellules olfactives. Quelle merde, me direz-vous?

Celle qui recouvre encore et toujours le club. Des rumeurs de vente qui nous donnent de faux espoirs, un Maire qui a tellement retourné sa veste qu’il s’est coincé la tête dans une manche et des négociations salariales interminables alors que des employés sont sur le point d’être licenciés.

Gare à l’overdose. Nous aurions de quoi nous en badigeonner mais le simple fait de renifler nous donne la nausée. Vivement qu’un vent nouveau souffle sur Bordeaux. Cela n’interviendra que lorsque quelqu’un aura trouvé comment on tire la chasse.

Prochaine rencontre, déplacement à Montpellier. D’ici là, mettez-vous horsjeu et n’hésitez pas à venir commenter votre expérience scatophile sur Twitter.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

3 commentaires

  1. Quel rythme dans cette Acad’ ! La victoire vous va si bien aussi. Mais on sent que le SPT n’est pas loin…
    Si Pierrot L’abat était là il dirait « les gammes ».

  2. Clap clap clap, pour le résultat mais surtout pour cette excellente acad qui m’a bien fait rire!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.