SCO-Bordeaux (0-2): la Scapulaire Académie ne fait pas dans la dentelle

scapulaire

Ne cherchez pas de nouvelles têtes, on vous a dit qu’on avait pas de moyens.

Après le nul concédé à la maison contre Nantes, Bordeaux se déplace à Angers, une équipe qui ne nous réussit guère depuis quelques années.

La composition :

Costil

Sabaly Baysse Koscielny(c) Benito

Otavio Basic

Hwang De Préville Oudin

Maja

La recette est simple pour cette rencontre post-prandiale:

Gasset goûte à Benito après Poundjé pour savoir quelle quetsche il fera livrer à Nancy.

Otavio et Basic au milieu, cela ne paie pas de mine mais l’association des deux a déjà fait ses preuves.

Du Boudin Bwang sur les bords de l’assiette et De Préville pour lier le tout.

Un peu de sauce Maja et le tour est joué.

J’oubliais le principal : le succulent Paul Baysse réalise le deuxième service!

Le résumé :

Ceci n’est pas un mirage

Le match:

Je tiens tout d’abord à remercier la CAF (Caisse d’Allocation Familière) de ne pas avoir oublié de me verser la prime de rentrée scapulaire. Entre une mésentente de la défense ayant amené le premier tir angevin et le crochet « à la Lloris » de Costil, j’ai déjà dépeuplé ma commode heureusement bien fournie de deux slips neufs et surtout propres. Le tout en moins de sept minutes !

J’ai pu revenir à temps mais sans pantalon pour assister au tir foiré de Maja, comme un hommage à ma précédente mésaventure.

Bordeaux commence à se montrer dangereux. Bernard-Denis détourne un corner d’une charentaise claquette alors que Baysse s’apprêtait à reprendre le ballon derrière lui.

Puis Koscielny lance De Préville d’une passe « Ligue des Champions ». Si l’attaquant perd son duel, on gagne un argument pour ne pas recruter M’Vila : Kos peut le faire !

Les Girondins ouvrent le score à la suite d’un corner remisé de la tête par notre capitaine pour Maja qui marque en taclant. Pas mal, le remake de Vis ma vie! (0-1, 25è)

Petit conseil entre amis: évitez d’utiliser votre sous-vêtement en guise d’écharpe et de le faire tournoyer au-dessus de votre tête pour exprimer votre joie. La mienne a vite été réprimée par le regard désapprobateur de ma femme. Il faut dire qu’on avait pris sa carte au magasin. Et le respect des affaires, sans doute.

Caleçon de morale me fait rater le deuxième pion. Elle a donc damé le mien. D’après le ralenti, Basic semblait en jambes et Hwang en moulés. Il a entrainé le ballon dans sa chute et a réussi à servir le jeune Croate, lucide malgré sa course de cinquante mètres. Il a gagné son duel face à Bernard-Denis (0-2, 27è).

Les efforts paient !

Angers va tenter de se réveiller mais cela reste très timide. Bordeaux mène donc de deux buts à la pause.

Ces quinze minutes ne sont pas de tout repos, je dois enfermer ma femme dans la chambre. Sa réaction ne m’a pas semblé adaptée. C’est vrai, je lui ai seulement dit qu’avec ce qu’il me restait, je pouvais espérer encore quatre buts des Girondins.

Prêt pour la secon… Merde, je n’ai pas mis à profit mon aller-retour dans la piaule pour enfiler un futal.

« Chérie ? (Ah, des coups de tambour sur la porte et un langage grossier, ça doit recommencer) Non, rien, comme tu dis, allez Bordeaux ! »

Benito gagne un duel mais l’arbitre siffle faute. On ne peut pas lui en vouloir.

Je remarque que l’équipe est à l’image des supporteurs : elle souffre mais tient bon!

Oh! Le tacle de Koscielny! A un dixième de seconde près, El-Melali pouvait prendre un taxi direction Le Mans pour aller rechercher sa jambe.

Hwang glisse, glisse, glisse encore. Pi-No se relève à temps pour reprendre de volée un centre magnifique de Rémi Oudin.

Le SCO pousse mais c’est désordonné. Une lourde finit quand-même sur le poteau de Costil. Six mètres.

« Enculééééé !!! »

J’aime ma femme et j’apprécie vraiment ses efforts de vouloir participer à mes passions. Mais il faudra que je lui explique un jour que c’est lorsque c’est le gardien adverse qui dégage qu’on crie cela.

« Bien dit, chérie ! »

La fin de la rencontre voit Angers tenter de réduire l’écart et Bordeaux gérer tranquillement. Je m’ennuie un peu. Le terme de la rencontre arrive enfin et je tiens à fêter la première victoire de la saison dignement.

Je me dirige donc dans la chambre. Ma femme, l’écume aux lèvres, m’attend. Est-ce parce que je lui ai demandé un peu de respect pour les Angevins lorsqu’elle a dégainé un doigt d’honneur qu’elle a réduit mes fringues en lambeaux ? Je ne le saurai jamais. Une chose est sûre : la trêve arrive à point nommé, je n’ai plus rien à me mettre.

Les notes des 33:

Costil (3/5):

Des arrêts déterminants. Malgré son fol été, il est toujours là ! C’était pourtant le match parfait pour nous faire regretter Bernard-Denis.

Sabaly (2/5):

Il commence à retrouver ses jambes. Première étape avant de revoir un latéral de bon niveau. En retard sur certaines actions défensives et du manque d’allant.

Baysse (3/5):

Quel bonheur de le voir jouer, surtout à ce niveau là ! Toujours bien placé et impérial dans les airs. Il faudra venir le chercher pour lui prendre sa place. Attention parfois aux relances. Un simple détail, on vous dit.

Koscielny (4/5):

Taille patron. Il a le nez pour sentir les coups mais ce n’est pas une raison pour qu’il prenne les crampons adverses dans la poire à chaque match.

Benito (1/5):

Défense à quatre , cinq , sept ou onze, peu importe. Il sera à la ramasse. Sa lenteur et ses mauvais placements ont eu raison de notre patience depuis bien longtemps. Avec soixante-dix contrats professionnels, il n’y a vraiment pas moyen d’en trouver un qui peut convenir à sa place ?

Otavio (4/5):

Il a connu quelques difficultés à entrer dans son match. Puis on l’a retrouvé, grattant de nombreux ballons et réussissant des retours décisifs. Quand il ne joue pas vers l’arrière, l’animation s’en porte tellement mieux, comme l’a montré l’action du second but.

Basic (4/5):

Pas de hic, il est reparti sur les mêmes bases. Une grosse activité, des changements de jeu bien exécutés et un joli but. Donc il sera bientôt sur le marché.

Le nouveau maillot d’entraînement de Basic

Hwang (2/5):

Il n’a passé son après-midi à glisser et à se retrouver au sol, comme un hommage à la première étape du Tour. De là à dire que le Coréen se rêve en Jaune, il y a un pas que je ne saurais franchir. Passeur décisif pour Basic mais inexistant la plupart du temps. Sorti en fin de match au profit de Kalu, le Supersub espéré de Gasset.

De Préville (2/5):

Il a beaucoup donné et beaucoup reçu (de coups). S’il est un des seuls à pouvoir donner vitesse et verticalité, il gagnerait à parfois attendre des partenaires s’il ne veut pas devenir sourd.

Remplacé par Pardo qui n’a pas eu le temps de confirmer sa bonne préparation.

Oudin (2/5):

Si tu joues ailier et que tu sais un minimum défendre, on te met du côté de Benito. L’effet papillon plus rapide que l’effet Gasset. Il a évolué en deçà de ce qu’on est en droit d’espérer de lui. Souhaitons que le club recrute Paulo Sousa afin qu’il puisse relancer notre De Préville bis.

Remplacé par Poundjé durant les arrêts de jeu. Ça ne s’arrêtera donc jamais.

Maja (3/5):

Il a la confiance de l’entraîneur et la lui rend bien. Il a marqué son premier but de la saison et a fait des efforts dans les replis défensifs. Il devrait vite progresser en enchaînant les rencontres.

Remplacé par le meilleur grimpeur du peloton, Briand, qui s’est démené pour gêner les relances et gagner de précieux coup-francs.

En face:

Les poètes angevins ont évolué en 4-1-4-1. Moulin a décidé de blinder l’arrière et d’exhiber sa grosse Thioub. Désolé pour la prose, chacun sa spécialité.

Entre maladresse et précipitation, ils ont raté leur partition offensive. Ils ont d’autres qualités et il n’y a aucun doute qu’ils emmerderont de nombreuses équipes cette saison encore.

Keskifait:

Nouvelle saison, nouvelle rubrique.

De nombreuses personnes sont venues garnir l’organigramme et leur portefeuille. Certaines amenées par King Street, d’autres par GACP. Quelques-unes n’ont pas fait long feu au club. Absolument aucune ne mérite de laisser une trace dans l’Histoire. On rêve tous de tourner la page américaine. Mais avant de les oublier, rendons-leur un dernier hommage. Moins pour les remercier que pour se foutre de leur gueule.

Premier de cordée…

Keskifait-Thiothio?

Il compte les suffrages au Belarus.

Pour conclure :

Première et nette victoire bordelaise cette saison. Deux buts rapides et une bonne gestion auront eu raison d’Angevins volontaires mais quelque peu empruntés.

Des réglages seront nécessaires et une identité est à trouver. Néanmoins, le mental semble une des forces de l’équipe. On parle pourtant de Bordeaux ! Les mois de galères et certainement le discours de Gasset auraient soudé le groupe.

Difficile de se projeter quand on sait que n’importe quel joueur peut être amené à être transféré. Alors profitons de cette deuxième place et de ces quatre premiers points pris. On mérite bien un peu de bonheur.

Si le Championnat se met en pause, ce n’est pas le cas du Covid. Une compétition de deux journées et Bordeaux en Ligue des Champions, ça serait intéressant. Mais cela le serait moins si les plus de 70 ans ne pouvaient en profiter.

Sortez masqués, respectez le mètre de distance sauf si vous en avez une plus petite que moi mais lavez-vous les mains (et les dents) après.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.