Toulouse-Bordeaux (1-3) : La Scapulaire Académie se fait plaisir

« Sic itur ad astra »
c’est ainsi que l’on s’élève vers les étoiles
On s’enflamme un peu après cette victoire
avec la manière dans la cité de l’espace…

Non, ce n’est pas un derby. On ne va pas l’écrire pour vous faire plaisir ou ambiancer votre mercredi matin. Le fait de partager le cours de la Garonne ne suffit pas. On ne va pas vous sortir notre couplet habituel. Mais on peut souligner cette étrangeté,  il s’agit probablement du seul et unique duel de fleuve de la Ligue 1. On ne va pas s’ennuyer à vérifier l’information, alors croyez nous sur parole. Tout le monde gagnera du temps. Et on s’en fout un peu. Retour express sur le match contre le TEF.


Le vibrant hommage à Brice

Il est temps de mettre de côté nos petites rivalités. Samedi soir, Toulouse arborait un maillot noir, vierge de publicité. Les Indians Tolosa ont perdu un de leur frère. A Belgrade, le dix-sept septembre 2009, Brice tombait sous les coups d’un groupe de hooligans serbes. Le jeune homme ne se relèvera pas. Il décèdera douze jours plus tard à seulement vingt-huit ans. On ne parlera pas aujourd’hui de ce simulacre de procès en Serbie. Ce n’est pas le sujet du jour. Nous voulions plutôt à notre façon rendre hommage à la passion de ce jeune homme et entendre la douleur encore vive des Indians. Vous lui avez rendu un vibrant hommage, vous pouvez en être fiers.


Le Match

Pour mieux profiter de ce résumé match, nous vous invitons à cliquer ici pour avoir la preuve par l’image.

1e Mexer lance en profondeur de Préville. Nico ne se pose pas de question, il avance tout droit. Hypnotisé, Isimat Marin recule sans réfléchir. Selon les dernières informations de la Dépêche, il reculerait encore à l’heure actuelle. Il aurait été signalé par les autorités aux alentours de Muret. Nico en profite bien évidemment, il croise sa frappe et trompe Reynet d’une frappe imparable (et contrée). 0-1

La première leçon vous est offerte par Isimat Marin

10e Les Girondins pratiquent un football léché, en une touche de balle. Les Toulousains courent bêtement après le ballon sans rien proposer. Casanova tente un « Allez les gars, on se bouge là ». Mais les consignes ne sont visiblement pas suivies à la lettre.

12e Sur coup-franc, l’homme à la particule trouve la barre sur une merveille de frappe (contrée mais quand même).

17e Koulouris remise sur Said. C’était déjà la plus belle occasion des violets. Et bien figurez-vous que Said parviendra même à frapper. C’était le moment fort des Toulousains. Ça sera le seul de cette première période.

19e Hwang s’amuse de la défense avant de se faire sécher. Préville tire le coup franc. Les toulousains décident de jouer le hors-jeu. Kelvin Amian et Isimat Marin s’arrange pour couvrir tout le monde. Bravo les champions. Pablo en profite. 0-2

21e Casanova est dans sa zone technique : « Allez les gars, on se bouge là ». Pour donner un peu d’entrain à son équipe, il décide de joindre le geste à la parole en  tapant dans les mains avec une frénésie enthousiasmante.

22e Alain retourne s’assoir, épuisé mais content par le devoir accompli : « Quand on veut, on peut».

26e Préville se joue, pour la trentième fois, de la défense (soyons généreux, appelons-la ainsi) avant de décocher une frappe croisée. Reynet est tout heureux de voir le ballon filer à coté de ses buts.

27e Après vérification, on ne s’est pas trompé de chaine. On mène bien 2-0 en pratiquant un football léché avec un Préville impérial.

28e En plus Maxime Poundjé n’est même pas sur le banc.

29e Casanova, intenable dans sa zone technique crochète Sirieix avant de venir hurler à ses joueurs : « Les gars, on se bouge là, du mouvement là ». C’était la meilleure situation toulousaine depuis le début du match.

Jusqu’à la 45e Les Bordelais maitrisent facilement le match. Les Toulousains rendent un vibrant hommage au XV de France. Ils enchainent les passes en retraits, les courses dans le vide et les fautes débiles. Le mimétisme est parfait.

Au micro de Bibine Sport, Casanova a remonté ses troupes « Oui, les vestiaires ont tremblé. Les gars doivent se bouger là. On va repartir comme il faut en seconde période »

Merci Alain

46e Après quinze secondes de jeu, Préville talonne pour Kamano. Le Guinéen se retrouve seul face au gardien. On ne voit pas l’intérêt de vous raconter la fin de l’action vu que nous venons de le faire.

49e Said surgit au milieu de la nuit et place sa tête juste à côté. On connait trop nos gars pour être complètement serein.

53e Hwang tente sa chance à vingt mètres des buts de Reynet. La frappe est limpide, le ballon flottant et c’est dedans. 0-3. Toulouse doit marquer un essai non transformé pour s’imposer.

61e Koulouris profite de l’erreur de Tchouameni. Le Grec réussit une frappe croisée de toute beauté. 1-3, le match est relancé. On se prépare au pire. S’il le faut vraiment, on ouvrira cette bouteille de fronton dégueulasse.

73e On ne sait pas si c’était fait exprès, mais Gradel a su se faire oublier. Il se rappelle à notre souvenir avec une frappe sur la barre. On fait les malins, mais on commence à trembler à l’idée de perdre des points ce soir.

90e Bordeaux finit par gagner sans avoir réellement jouer cette seconde période. L’essentiel est là. Paulo Sousa a imposé sa touche et sa tactique. On passe quatrième juste avant la trêve internationale. On avait oublié cette sensation douce et agréable.  Au-delà de la victoire, une équipe est en train de naitre et Paulo Sousa en est l’obstétricien en chef.


Les Notes

Bienvenue dans les années 80 et le monde merveilleux de la pub’ (pour ceux qui n’ont pas compris, il s’agit du thème du jour. On le précise car il se peut que quelques Toulousains daignent nous lire)

Costil 3/5

Il a empêché les Toulousains d’y croire. C’est un match complet et maitrisé.

Le tonton des Girondins

Benito 4/5

Il prend un carton stupide. C’est le seul petit bémol. Le Suisse réalise un match complet. Il sait défendre, remiser, dribbler, centrer. Bref c’est un joueur de football. Et on ne va pas se mentir, c’est autre chose que Poundjé. On tient notre piston gauche. Faut juste espérer qu’il ne se blesse pas.

Pablo 3/5

A ce rythme, il sera meilleur buteur de l’équipe à la fin de la saison. Il a rassuré également sur ses interventions défensives avec plus de réussite que ces dernières semaines. On ne va pas se plaindre.

Koscielny 4/5

Lolo (oui, c’est devenu un intime) est tellement facile. Quand il est pressé, il claque une passe dans le mouvement pour Otavio, il coupe l’appel de Gradel juste en le regardant. Lolo c’est les quatre fantastiques à lui tout seul. Et nous, on aime le gros lolo.

Et à Koscielny (un mec qui en a)

Mexer 3/5

On lui accorde une bonne note. Il le mérite. Le manque d’adversité devrait nous faire relativiser tout ça. Mais on prend.

Tchouameni 3/5

Aurélien ne fait pas un match parfait, loin de là même. Il est coupable monsieur le procureur, nous le savons. Oui il a fait quelques erreurs techniques évitables et nous ne pouvons nier sa part de responsabilité sur le but encaissé. Nous le reconnaissons humblement. Mais vous ne pouvez pas voir le verre à moitié vide, pas aujourd’hui. Aurélien s’est battu monsieur le procureur. Il a été précieux dans son jeu de remise et il progresse indéniablement dans le collectif. Il est sur le bon chemin. Pour toutes ces raisons, nous demandons la clémence de ce tribunal. Remplacé par Ait Bennasser à la 76e pour le quart d’heure toulousain.

Otavio 4/5

Juste Parfait et il a un prénom mais comme il faut dix lignes pour l’écrire, on va juste le garder pour nous.

Kamano 2/5

Ce ne fut pas waterloo non non, mais ce ne fut pas Arcole. Ce fut l’heure où l’on regrette d’avoir manqué l’école et surtout son transfert à Monaco, celui à la Sampdoria ou à l’amicale des Sapeurs-Pompiers de Guéret. En dehors de ces considérations « brelesques », le match de François est moins catastrophique qu’il n’y parait. Tu parles d’un compliment. Mais dans une victoire aussi éclatante, il aurait dû faire nettement mieux. Ils ne le veulent pas les Toulousaings ? On fait une promo. Il est remplacé, à la 71e, par un Adli consciencieux et appliqué. Pour être aussi mauvais et brouillon en si peu de temps, on s’est dit que c’était forcément volontaire, probablement pour tromper les nombreux observateurs en tribunes.  

C’est un peu comme Kamano, on est les seuls à l’avoir.

Hwang 3+/5

Il obtient la faute sur le deuxième but, il claque le troisième d’une frappe Olive et Tomesque. On en reveut.

Hwang Frappe lourde

Préville 4/5

Bon, on ne sait plus quoi dire. Bordel, on l’a tellement taillé. Ce n’est pas que nous sommes rongés par les remords. Il méritait les critiques. Mais on n’en revient pas. Ce n’est plus une métamorphose à ce niveau-là. Ça va tellement plus loin. Paulo Sousa est un magicien. Et non, il ne refera pas le même coup avec Poundjé. Otez-vous cette idée de la tête tout de suite !! Remplacé par Basic à la 90e pour l’honneur.

Ça se passe de commentaire, non ?

Briand 2/5

Faute de pouvoir marquer, il a tenté de casser le but en se jetant comme un mort de faim sur le poteau. Il n’a rien cassé, même pas des briques. Un match loupé pour Jimmy…

Et il s’y connait en tirs en tout genre Jimmy

Ne loupez pas la Viola académie (émouvante) pour avoir l’avis d’en face.


Moralité de l’académie

Personne ne frappe aussi fort que la vie (à part Hwang et de Préville)


Ailleurs dans le Monde

Un peu d’autopromo si vous le voulez bien.

La saison régulière de la MLS vient de s’achever. Une nouvelle fois, Lamine Sané ne verra pas les playoffs. Notre ancien boxeur sénégalais a disputé une saison pleine sans prendre de rouge. C’est une belle performance. Nous vous invitons par ailleurs à lire la dernière académie, véritable ode à l’aventure et à l’amitié, de nos amis montréalais.

Nous tenions aussi à féliciter La Canebière Académie qui fête ses dix ans par une jolie défaite à Amiens. L’occasion de vous rappeler également et gratuitement que Gregory Sertic est toujours un joueur de l’Olympique de Marseille. Nous terminons ainsi notre académie expéditive. En attendant de retrouver Nausée pour le match de Sainté, perdez-vous sur horsjeu et venez tailler le bout de gras sur Twitter.

Kiki Musampala

Élevé en fûts de chêne et mis en bouteille au château .Exilé à Charlestown. Voisin de Rimbaud et de Francis Maroto.

6 commentaires

        • Je parais du temps de cette trêve !
          Loin de moi la croyance que nous avons fini le pain noir.
          Si on reste au dessus de la 7e place c’est (à mon avis, ce jour) qu’on aura jouer en sur-régime, sans blessé et avec un alignement de planète favorable.
          Mais comme toi j’ai envie de croire que ce mieux peut perdurer…
          Puisses tu t’épuiser à faire des académies grandiloquentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.