Nice-Troyes, le bon cheval

Cyril Trool nous présente Curt Lenoil, son nouveau comparse. Académie publiée une semaine après le match, on ne vous félicite pas (non, on plaisante, c’est le service mise en ligne qui dormait).

Trois points qui font du bien… En même temps, à part les sutures je n’en connais pas qui fassent du mal. Une partie moyennement maîtrisée. Le retour de notre Messi(e), et Pancho Gonzalez qui nous a quittés, sont les principaux enseignements de cette soirée.

 

Le Match

Entre blessures et les suspensions, c’est un onze de départ remanié qui se présente face à Troyes dans un stade à moitié vide.

Compo Nice Troyes

Cardinale dans les cages (sauf sur les corners), Pied à gauche, Ricardo à droite. La charnière centrale a des allures de celles de l’an passé avec Bidemer à gauche (comme quoi à chaque chose malheur est bon : on laisse le tractopelle derrière et on ne se le coltine plus en 10) et Genevois à droite, qui pallie au forfait de dernière minute de Lemarchand.

Le milieu en losange est composé de Papy Mendy à la récupération, « Elijah Price » Traoré remplace Koziello suspendu à droite, Walter à gauche, et Seri monte d’un cran pour prendre le rôle du dépositaire du jeu (un peu comme Bodmer les parties précédentes, mais avec l’ADSL). Pléa complète l’attaque aux cotés de Germain.

Sur le banc, Kevin Gomis est présent, ce qui n’a rien de rassurant…

En face ?!! Soyons honnêtes : je ne connais personne qui puisse citer à froid 3 joueurs composant l’équipe de Troyes. Nivet fête sa 39e année… de carrière, pour le reste c’est du classique… Ou pas. Seul l’entraîneur Troyen doit le savoir.

Cette équipe a tout de la victime idéale et, puisqu’ils n’ont plus à être relancés à présent, nous devrions laisser de côté notre spécialité de rampe au moins pour cette soirée.

Sinon, c’est Varela au sifflet… On va rigoler.

Le match démarre plutôt fort pour nous. Dès la 4e minute, sur corner, ballon mal renvoyé par un Troyen qui manque de tromper son propre gardien.

A la 12eminute, Traoré passe Nivet, puis Nivet, lance Pied sur la gauche qui centre somptueusement d’un extérieur du pied droit sans contrôle pour Germain qui, plus prompt que les défenseurs Nivet et Nivet, bat Nivet à bout portant d’une reprise de volée.

On se dit alors que le marabout de la semaine dernière, quand Pléa tira sur le chévrophile sur le même type d’occasion, est vaincu.

A peine a-t-on fini d’égorger la poule que, sur un corner Nivet trouve Nivet seul aux 6 mètres qui reprend d’une belle tête décroisée sortie sur sa ligne par Cardinale … (non je rigole) par Walter en deux temps.

Le rythme dès lors retombe pour ressembler à une vraie purge de L1. Même Bidemer arrive à le suivre. Les aiglons dominent leur sujet, la possession de balle est nôtre à 70% et en face, rien n’est vraiment proposé pour emballer la rencontre. Nivet ne pouvant être partout.

26e minute, Nivet lance Jean qui tente de centrer avant que le ballon ne sorte. Cardinale bouche mal son angle et se prend un but gag. Les centres ne sont vraiment pas son truc. 1 à 1 tout est à refaire.

En sifflant la mi-temps un peu trop fort, Varela réveille les 13 000 spectateurs dont certains grondent leur mécontentement… A moins que cela ne soit pour le spectacle proposé, je ne me prononcerai pas, je n’ai rien vu de tel, le spectacle ou moi étions absents.

 

Changement à la mi-temps. Claudio décide de mettre du rythme dans la rencontre en lançant le jeune Boscagli à la place de Bodmer, souffrant probablement de courbatures après 45 min de jeu.

Gomis sur le banc se tient prêt à intervenir au cas où les choses se passent mal et qu’il faudrait qu’elles empirent.

On commence à s’ennuyer prodigieusement lorsqu’une clameur monte dans le stade. H.A.T.E.M se lève pour aller s’échauffer.

Dans la foulée, Walter, servi à 25 mètres des buts contrôle et frappe. Le tir est détourné par le portier Aubois.

60e : Pléa cède sa place à Ben Arfa. L’équipe de Troyes, craignant une fièvre de cheval (ha ha ha), recule de fait d’une bonne dizaine de mètres.

Deux minutes plus tard, mauvaise passe d’un défenseur troyen en direction de son gardien, Germain s’interpose mais trouve le poteau.

L’entrée de Ben Arfa donne plus de percussion, de vitesse, de talent coté Niçois. Seri décide de cadrer ses frappes à la 70eminute (ce qui n’était plus arrivé depuis 2015), mais le portier troyen veille … Aubois.

Alors que j’avais décidé de vous pourrir l’existence avec les jeux de mots les plus nuls de la création, Germain en pleine surface, sur un centre côté droit dévia de la tête derrière lui pour Traoré qui reprit victorieusement de volée (75e).

On souffle on respire on jette les boites de Xanax et on serait prêts à chanter la Reine des neiges.

Symbiose

Le Gym mène 2-1. Symbiose totale avec Germain qui, comme nous , change de slip.

Dès lors, les Troyens ne passent plus le milieu de terrain. Combinaison Traoré, Seri qui, au désespoir du premier anneau tellement habitué aux offrandes de l’Ivoirien, cadre encore une fois sa frappe, je répète : Seri CADRE encore une fois sa frappe, qui est repoussée du pied par le gardien.

Wallyson remplace Traoré, sorti sous les applaudissements et … même pas blessé !! Il pourra enchainer un 5e match en deux ans la semaine prochaine à Montpellier si Puel le dispense d’entraînement.

Il reste 15 minutes, le gym mène, Hatem est sur le terrain. Il est notre berger, rien ne saurait nous manquer. Claudio a mis fin à la blague du jour en laissant Gomis sur le banc. Chaque chose est à sa place, merci, filez nous les 3 points.

Une dernière frayeur sur … corner où Cardinale s’en sort avec la baraka qui le caractérise.

Les résultats sont en notre faveur. Tout le monde se neutralise et on reprend 2 pts au PSG dans la lutte pour le titre ( !!!) Il faudra proposer autre chose à Montpellier où nous nous faisons ouvrir en deux par Camara chaque année. Une soirée agréable niveau résultat et dédiée à notre Pancho Gonzalez, décédé à 89 ans. Un page de l’histoire du Gym se referme avec lui.

Pancho

Ciao Pancho !

Cardinale (1/5) : Dès qu’un ballon vient de côté c’est la panique. Si on peut incliner l’écran d’une télé pour une illusion d’optique salvatrice, ceux présent au stade perdent 1 an de leur vie par match… Il faudrait peut-être lui greffer un œil de mouche.

Ricardo  (2+/5) : Un peu comme tout le stade, il a guetté le banc attendant l’entrée de HBA. Rarement pris en défaut par le Nivet de sa zone. Pas grand-chose à dire sur sa prestation.

Genevois (2+/5) : Joli défenseur démesurément musclé. Un physique agréable. Il n’avait aucun Nivet dans sa zone.

Bodmer : Pas grand-chose à faire. Les Troyens jouaient à son rythme. Remplacé à la mi-temps par Boscagli qui a fait le job.

Papy Mendy (2+/5) : Aucune remise pourrie dans l’axe offrant une action de but à l’adversaire. C’est pourtant sa spécialité. Du coup, il doit avoir l’impression d’être passé à côté de son match et « qu’il y avait mieux à faire » alors que nous non finalement.

Traoré (4/5) : L’homme de cristal a fait 70 min sans se blesser. Ce qui lui vaut un demi point de plus. Buteur avec un vrai geste d’avant-centre que Pléa n’aurait pas réalisé, il est aussi le déclencheur du premier but de Germain. Un renfort de choix pour la 15e journée du championnat 2016 /2017, le temps qu’il se remette d’une prochaine blessure. Remplacé par Wallyson qui donc, l’a remplacé…

Walter (3+/5) : Il est celui qui nous a sauvé d’un suicide collectif en première mi temps, sauvant sur sa ligne et jouant souvent juste.

Seri (2/5) : On n’a pas vu grand-chose de lui en première mi temps. Un peu mieux en seconde. Il est toujours loin du Seri de cet automne. Il se met à cadrer ses frappes. Les mouettes reviendront peut-être à l’Allianz si cela perdure.

Pléa (2/5) : C’est un peu comme ces femmes que tu désires mais qui oublient de se faire le maillot. Prometteur en début de partie comme à chaque fois et décevant lorsque l’on entre dans le vif du sujet. Remplacé par H.A.T.E.M qui en 30 min a prouvé que si personne n’est indispensable, lui reste notre sauveur.

Germain (4/5) : Un but, une passe décisive. On peut difficilement demander plus à un attaquant. Un match parfait s’il avait converti son face à face qui termine sur le poteau. Il a l’air de revenir, tant mieux pour nous.

 

En face, l’un des Nivet était pas mal sans nous avoir fait une grosse impression.

 

Classement : On est 4e à 1 pt de Lyon qui s’est régalé devant Guingamp

 

Curt Lenoil

Cyril Trool

Sex, Drugs and Cyril Rool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.