Rennes – Guingamp (0-3), la Paysan Breton Académie livre ses notes

These voices, these voices, I hear them and when they talk, I follow, I follow, I follow, I follow all these voices, these voices, I hear them and when they talk, I follow, I follow, I follow, I follow all these voices…

On en parlait souvent ensemble. Pendant de longues nuits on se disputait. On était pas du tout d’accord sur le sujet. Cela m’empêchait par moment de dormir. Elle faisait tout pour me rassurer, elle me prenait dans ses bras et me chuchotait tendrement :
« Je te promets, les petits pénis ça ne me dérange pas du tout »
Peut-être mais personnellement j’aurais préféré qu’elle n’en ait pas.

BOOM ! La Paysan Breton Académie descend de sa Bretagne à cheval avec une bonne dose d’humour, peut-être, mais surtout avec une grosse haine arbitrale à déverser sur les ignorants que vous êtes. EVIDEMMENT, ils sont pour la plupart incompétents et dotés d’une minuscule tuyauterie. Elle revient pour vous causer d’un Rennes – Guingamp qui vous a maintenus vivants tout un dimanche après-midi.
Certes, il y a parfois de l’animosité entre Rennais et Guingampais, rapport à de longues années de rivalités, à la comparaison citadins/paysans et à la fracture psychologique infligée au Stade de France par deux fois. Mais on parvient tout de même à s’unir autour de la haine envers le Normand. Cet être moche et décérébré avec une gueule grande comme ça, et des gros oursins dans les poches. Pour imiter notre Marcellin préféré qui hurle « NIMOÎS » à toute personne à la sexualité douteuse, dorénavant je hurlerai « NORMANDS » à ces mêmes personnes. Vu que, non contentes de déblatérer constamment des dires sans le moindre intérêts, elles le font en respirant très fort du poppers. Yeah baby, vous êtes des vrais déglinguos vous.

En parlant de Normands homosexuels, notre futur adversaire de la semaine prochaine, le Stade Malherbe de Caen se paie carrément nos poires. Sur les quatre derniers matchs ils ont perdu contre Toulouse, Lorient et le Gazélec Ajaccio, respectivement 19e, 13e et 18e de la Ligue 1 Pizza Hut. Et le week-end prochain on parie combien qu’ils ne vont comme par hasard pas perdre le match ? Mécréants. J’espère qu’il vous arrivera un truc horrible un jour. Comme voir Ronnie MacDonald Rodelin porter vos couleurs. Wait…

La Paysan Breton Académie, elle, revient, mais elle aimerait dire que si elle dérange au point de même devenir la zone de troll préférée des moins originaux d’entre vous, elle prendra la ville et quittera son cheval pour vous laisser place nette, afin de vous laisser dévoiler d’autres médiocrités mais non dérangeantes cette fois, dépourvues de gif et de Nakata. Et donc tout ceci en guise de remerciement des bons et loyaux services délivrés je présume. Ça fait plaisir, à votre service. Elle coulera des jours heureux de débauches loin des bas-de-plafonds que vous êtes, à sourire devant votre agonie.
Permettez-moi tout de même d’apporter ma réponse imagée aux détracteurs d’Azkaban qui rôdent un peu trop près de la Paysan Breton Académie à mon goût.

Continuez plutôt de ne pas me lire, de m’ignorer et de vous complaire dans votre vie médiocre de bobos médiocres.

Il y a d’autres choses qui fragilisent mes intestins. Comme la rencontre d’il y a une semaine entre l’En Avant et le Paris Saint-Fautrel. Freddy (tiens, un prénom de normand, comme par hasard) a été splendide et les Parisiens ont eu la victoire modeste (j’en fréquente contre mon gré) comme toujours.
Cette même équipe parisienne qui a eu toutes les peines du monde à venir à bout du 10e de Premier League en huitième de finale de C1 avant de se faire éliminer par le 4e de ce même championnat. Redoutable championnat par ailleurs, où le futur champion est un promu. Bravo les artistes vous êtes des grands champions, montrez un peu de quel bois vous vous chauffez en raflant la terrible Coupe de la Ligue. Rrrrrrr. Bandes de sous-normands. NORMANDS ! Allez, cassez-vous de ma vue et barrez-vous faire vos vantards dans le cul d’une vache, ça aura le mérite d’être aussi grand et confortable que vos logements de tiers-mondiste. Je vous chie à la gueule.

Je n’ai pas envie de rédiger la moindre ligne sur ce honteux vol orchestré par Freddy Fautrel et toute sa bande de saltimbanques du Paris Saint-Germain.

Je préfère encore me regarder un bon vieux porno aux légumes avec Passe-Partout.

C’est lors de la campagne « Cinq fruits et légumes par jour » qu’il a complètement vrillé.

Allez donc, on va au moins continuer d’écrire sur la fin de saison, et on commence tout de suite par un vrai match de burnés. Le stade Rennais face à l’En Avant de Guingamp, parole au plus grand des MCs pour vous mettre dans le ton.

Fils de pute, tête de bite, et aux chiottes l’arbitre.

La composition du Gourvennec :

Lössl – Jacobsen, Sorbon, Kerbrat, M.Pereira – Giresse, Sankharé, Diallo, Blas – Coco, Briand.

Bénézet à l’hopital, Salibur blessé, Lemaître également, Félicie aussi et Lévêque retenu dans l’équipe féminine, sont à déplorer. Les petites filles sont, quant à elle, à déflorer.

Le derby

Les Guingampais affichent leurs intentions dès la première minute puisque Marcus remonté comme un Coco (huhuhu) est envoyé aux charbons par Thibault Giresse. Alors que Marcus se fait devancer par Mexer, il le titille à l’épaule et le fait valdinguer pour récupérer la balle et se présenter face à Costil mais il exécute aussi bien sa frappe qu’une femme exécute un créneau. Ou un suicide, peu importe elles affichent à peu près le même taux de réussite. L’En Avant est bien décidé à faire la nique au Stade Rennais, et Coco s’exfiltre encore à toute berzingue, et met à nouveau en difficulté Mexer qui fait une faute juste devant la surface et récolte un jaune. Le coup franc de Thibault Giresse ne donne malheureusement rien.
Peu avant la 20e minute de jeu nous retrouvons Moustapha Diallo, notre Moustapha préféré. Moustapha se sentait mal. Depuis le début de la rencontre il savait bien que quelque chose n’allait pas, qu’il lui manquait quelque chose, c’est en voyant Ousmane Dembélé qu’il se rappela ce qui lui manquait tant : un carton jaune. Rapidement il fait en sorte de coller Dembélé le nez dans la pelouse pour remédier à la situation.
Parlons aussi un peu de Rennes, puisqu’il y a finalement deux équipes de football en cette fin d’après midi. Enfin, « Équipe de football », j’espère ne pas avoir utilisé un gros mot pour qualifier le Stade Rennais. Toujours est-il que ces cons-là me font bien frémir sur un corner où tous les Guingampais avaient laissé Romain Danzé seul, le pensant perdu pour le football. À raison évidemment puisque le capitaine rennais est sans danger et frappe comme une femme après un accouchement de quatre jours. Guingamp réagit sur une ouverture lumineuse d’Andrea Kerbrat qui élimine cinq Rennais sur sa passe pour lancer Briand.

Si c’est Verratti qui fait ça, vous lui érigez une statue à Châtelet-les-Halles. Si c’est Adrien Rabiot vous devenez tous bicurieux dans la capitale. Ah pardon, j’oubliais vous l’êtes tous dans cette ville de fiottes.

Malheureusement le Jimmy, il bute sur le beau Benoît Costil.

La première mi-temps se termine par un geste de classe de la part de Ludovic Blas dans sa défense qui se défait de fort belle manière de Sylvain Armand.

 

Sylvain est un peu étonné de ce qu’il vient de subir, cela se lit même sur son visage.

 

Sylvain a l’air extrêmement déçu de s’être fait aussi facilement passer.

Et on peut le comprendre le Sylvain, parce que la deuxième période ne va pas être très fameuse du côté de Rennes.
Mais avant d’écrire quoi que ce soit sur la seconde période, j’ai très envie de faire caca, j’aimerais assez pouvoir aller aux waters si vous le permettez. De toute façon lorsque vous lirez ceci il n’y aura aucune notion temporelle, vous ne vous rendrez compte de rien.
Hop là, la magie du différé je suis déjà de retour alors que j’étais au moins parti pendant trente bonnes minutes. Je n’y peux rien ma BD de Boule & Bill me faisait trop rigoler, assis sur la cuvette. Et trente minute ça doit être bien plus conséquent qu’un temps de jeu de Yoann Gourcuff sans se blesser. Le futur Zizou est remplacé par un noir lambda du Stade Rennais, je n’ai pas pris la peine de retenir son nom.
Ça a le mérite de redonner des couleurs au FC Rennes puisque sur un centre de Dembélé, André place une tête qui oblige Jonas Lössl à s’employer. MAIN OPPOSÉ RICHARD. FABULEUX.

La réaction Guingampaise est l’oeuvre de Sankharé d’une frappe puissante mais non cadrée tout d’abord (58e). Puis c’est au tour de Blas de mettre en difficulté Costil cinq minutes plus tard. Je vous laisse admirer.

Récupération défensive. Élimination facile, relance longue pour Coco, course d’une cinquantaine de mètres pour demander le ballon et décocher un bijou. Oui je me paluche, il faut comprendre le garçon est tout juste majeur.
Tous ces efforts vont être enfin récompensés puisque sur le corner engendré par cette magnifique frappe, les Rennais ont toutes les peines du monde à se dégager. Kerbrat à l’occasion de remettre dans le paquet, tant bien que mal Diallo récupère le ballon mais le renvoie tout à l’autre bout en tentant de frapper. Cette fois Giresse le récupère, centre pour Diallo qui se casse la gueule mais la désorganisation de son long corps lui permet de marquer et d’être drôle à la fois. Costil repousse à la dernière seconde mais tout le monde a bien remarqué qu’elle était rentré d’AU MOINS UN MÈTRE. Et puis la Goal Line technology nous annonce qu’il y a bien but. Et que les mamans des Rennais tapinent sur des porte-avions. Plutôt vulgaire cette Goal Line technology, faudrait revoir les paramètres à mon avis.

Je vous épargne le gif de l’action qui pourrait faire convulser un Jean-Michel Larqué un peu fébrile.

Par contre je veux bien vous montrer le but John Carewesque de Jimmy Briand quelques minutes plus tard. Juste pour constater toute la grâce du pied gauche de Thibault Giresse. Zeffane t’as bien fait de rentrer mon con, Giresse il t’a fait faire la toupie. T’as tellement tourné que t’as vu et le devant et le derrière de ton slip en même temps. Chose assez rare lorsqu’il est porté.

Et Younousse Sankharé ajoute même un troisième but. Il remonte tout le terrain sans subir le moindre pressing pour finalement servir Giresse à gauche. Thibault ajoute une troisième passe décisive à sa collection personnelle du match en déposant le ballon sur la tête de Younousse qui trompe Costil sans trembler.

Le Stade Rennais tentant de s’exprimer face à l’En Avant de Guingamp de Coco, Sankharé, Giresse, Diallo et Briand.

C’est pour dire, Nil de Pauw a failli marquer dans les derniers instants.

Le genre de match où si tu fais pas gaffe tu finis rond comme un rond de serviette alors qu’il est 7h du matin et que tu bosses dans 3h. Ouais, finalement, c’est mon carburant ce genre de connerie.
Avec 42 points, on ne se fera pas rattraper par le Gazélec qui à huit points de retards sur nous et qui doit affronter Lyon et Paris lors des quatre derniers matchs. Tandis qu’avec 42 poings, c’est juste une bonne soirée qui se termine de manière fraternelle à la chapelle fistine ou aux horsjeuïades.

Les Paysans notés

Lössl (4/5) : 

Voilà ça ne s’appelle pas Kevin et ça ne fait pas des pubs NIVEA de grosse lesbienne Allemande, mais en revanche ça pratique du football de gros couillu.

Jacobsen (3/5) : Rarement pris à revers, il a tenu son rang.

Sorbon (5/5) : En rentrant chez lui sa femme a été un peu froide et lui a demandé de vider ses poches. Jérémy s’est exécuté pensant qu’il n’avait rien à se reprocher et a sorti les clefs de sa Seat Ibiza (il est Martiniquais) son téléphone portable et un ticket de caisse Intermarché. Sa femme, suspicieuse, a insisté. Et là Jérémy n’a pas eu d’autres choix que de sortir Ousmane Dembélé de son autre poche. C’est pas la première fois que sa femme le réprimande et lui demande de ne pas ramener des adversaires à la maison. Un simple oubli selon lui, il l’aurait rangé là dès la 6e minute et aurait oublié de le rendre à sa famille par la suite.

Kerbrat (4/5) : Solide également et autoritaire dans ses gestes défensifs, il a eu à truander pour empêcher Sio de se présenter face au but. C’était très drôle.

M.Pereira (3/5) : Violeur récidiviste il a probablement toutes les vidéos personnelles de Guy Georges ce qui explique pourquoi il applique les mêmes schémas au Stade Rennais. Véritable Troll de Rennais.

Sankahré (4/5) : Il a été très facile au milieu, et n’a pas du tout été emmerdé par la passivité des mecs d’en face. Il faisait ce qu’il voulait. Grosse grosse saison de Younousse au final.

Diallo (3/5) : Moustapha n’a pas eu à employer la violence pour faire entendre raison à ses adversaires. Moustapha s’est contenté de pratiquer un football de paix et de simplicité.

Giresse (5/5) : Le mec glisse trois passes décisives au moment où il est le plus cramé du match. J’espère que son pied gauche va être inscrit au patrimoine culturel de la Bretagne.

Blas (4/5) : Beaucoup d’imprécision, on le sent pas à l’aise sur un côté. Son profil me laisse plus penser à un 8 voire un 10. Dans le couloir il manqué de vitesse. Sa meilleur occas’ c’était dans dans l’axe. Pourquoi 4 sur 5 alors ? Parce que balle au pied il a une putain de classe, il a créé de très beaux décalages.

Coco (3/5) : Très en jambe en début de rencontre, il impose parfaitement un défi physique de grande qualité à ses adversaires. Maintenant il manque toujours un peu d’efficacité dans son jeu.

Briand (4/5) : Frais, disponible, il a exécuté quelques prises de balles de hautes volées. Avant de crucifier son géniteur d’une talonnade.

Les culs terreux

Cardy : Malgré ce brushing toujours impeccable je ne vous ai pas remarqué monsieur. Veuillez voir avec l’administration. C’est l’étage au-dessus.

Angoua : Il devait y avoir un joueur blessé, il a senti l’odeur du sang il est entré.

De Pauw : Quand ça sera notre meilleur buteur de la saison 2016/2017 personne ne va rien comprendre.

Gwen Tagrenmer

Gwen Tagrenmer

Bienvenue chez la Paysan Breton Académie. L'Académie qui sent la mer quand elle décalotte. Si tu te pointes encore sur ce profil, tu peux être sûr que tu repars avec la bite dans un tupperware.

8 commentaires

  1. Une tribune digne du parcage de hier. Des envolées lyriques dignes des passes décisives de Thib’, un humour aussi corrosif que le score.
    J’ai ri, putain j’ai ri de bon coeur.
    Merci Gwen

  2. J’aime bien MC Circulaire, se complaire et tupperware.
    Et la liberté d’expression.

  3. C’est pas l’genre de match ou t’oublies tes protèges tibia!
    Je pense ne pas en rajouter on a suffisamment trollé les rennais et les caennais hier
    BA

  4. Mr. Tagrenmer, le seul être assez inhumain à nous servir en exclu les premières images de la vidéo de Valbuena… 6 mois après, soit à peu près la gestation d’un porc.
    Comme un symbole Breton en sorte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.