STRASBOURG -GUINGAMP (0-0, 4-1 TAB), LA VERDAM MI EST SUR LE TOIT DE LA LIGUE

Ce soir c’est finale.

Et oui, la Verdam mi! est de retour, il était temps, et de rigueur vu l’occasion ! La possibilité d’être le premier club français à remporter une coupe nationale depuis belle lurette est une promesse excitante ;  celle de perdre une finale dont on apparaît légèrement favori, nettement moins. Telle est la problématique du jour.

Evidemment, l’émotion est au rendez-vous. Je dois bien l’avouer, moi qui suis le premier à militer pour l’arrêt de la coupe de la ligue, elle nous permet d’égayer cette fin de saison, de nous offrir un match à enjeu et de retourner la capitale européenne en cas de victoire. C’est vrai que ces derniers temps, marqués par notre installation dans le ventre mou du championnat, on s’ennuie ferme, on ne regarde même plus forcément les matchs, on ne frissonne plus de plaisir quand on voit Dimitri Liénard avec un maillot bleu… Enfin bref, il est temps de vibrer de nouveau !

Plus que tout, cette finale est l’occasion de se remémorer la beauté du parcours qui nous a amené ici. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’opportunité de garnir son palmarès, et donc un moment important dans la vie d’un supporter. C’est presque la larme à l’oeil que je revois mon premier match à la Meinau, en 2004 contre Monaco ; que je repense à la soupe d’Egon Dingorf ; aux buts d’Alex Farnerud qui nous amènent en finale de la coupe de la ligue 2005 ; à ce coup-franc de Jeannot Devaux qui nous l’offre, à tous ces chants insultant les Lorrains (alors que, rappelons-le, ils n’ont pas besoin de tout cet acharnement, ils vivent déjà en Lorraine) ; la montée en Ligue 1 en 2007 entérinée contre Metz avec une magnifique victoire à la maison, suivi d’un feu d’artifice, et d’une courte nuit pour le jeune écolier qu’était le fringant Leonard Speck à l’époque ; ces records d’affluence en divisions inférieures et tout particulièrement ce 0-0 éclaté en CFA contre nos voisins de Mulhouse devant 20 000 supporters bleu et blanc ; ce but de Kader Mangane qui ouvre une soirée merveilleuse nous voyant remonter en Ligue 1 ; ce coup-franc désormais légendaire de Liénard qui nous octroie le maintien l’année suivante ; mais aussi cette superbe victoire en janvier 2019 contre Bordeaux devant une Meinau en feu qui nous permet de jouer cette finale.

Toutes ces péripéties, on les a vues depuis les gradins (si vous êtes dans le kop ciel et blanc et avez à côté de vous un splendide baryton reprenant à tue-tête les chansons des ultra boys, c’est sans doute votre serviteur). Et aujourd’hui, c’est l’histoire du club qui continue à s’écrire, et l’on prie Zinedine, le dieu du football, pour qu’il nous laisse en vivre un nouveau chapitre mémorable ce soir.

De notre côté, on est munis de notre picon, de notre Meteor (la délicieuse bière alsacienne, c’est bien normal de faire honneur à notre région devant un match du racing) et l’on attend d’être séduit par le spectacle !

Le match :

En relisant cette intro après coup, on se rend compte qu’il ne fait aucun doute qu’elle a été rédigée avant le match. De spectacle il n’y a pas eu, rien de bien épique à raconter, et aucun but à célébrer, ce qui (si l’on me permet un paragraphe de ronchonnerie) m’a un tout petit peu déçu.

Mais la victoire fut au bout de ces cent-vingt minutes d’ennui, et c’est bien entendu le plus important ! Plutôt que de se hasarder à chercher à extraire quelques temps forts de la partie, on va donc se concentrer sur l’essentiel : les images de joie que cette victoire et la perspective de jouer la coupe d’Europe nous offrent.

L’avant match :

  http://www.rcstrasbourgalsace.fr/actualites/un-cortege-record

Quelques tirs aux buts pour voir un peu de football tout de même :

 https://www.youtube.com/watch?v=PB9t2REJdIM

Et la célébration le lendemain, suite au retour à Strasbourg :

 http://www.rcstrasbourgalsace.fr/actualites/le-racing-celebre-a-strasbourg

Les notes :

Bon, on va pas se mettre à pinailler, on va simplement dire que tout le monde reçoit la note exceptionnelle de champion /5, avec quelques mentions spéciales :

    • Avant tout Kamara, qui en dépit d’un match hésitant en demi-finale a été excellent tout au long de la compétition, et s’est montré décisif ce soir par ses arrêts tout au long du match, autant que pour les tirs aux buts.
    • Ensuite Caci, très en vue ! Même si tout le monde s’est bien battu, il a été particulièrement remuant.
    • Ajorque et Thomasson ont été les plus dangereux devant.
  • Et enfin notre petit DimDim, qui nous a régalé, et dont il faut bien avouer que, étant donné tout ce qu’il a apporté à ce club, l’absence de tout tatouage à son effigie sur mon torse est désormais proprement injustifiable.

En conclusion, une victoire qui nous fait autant de bien qu’elle est cruelle pour nos adversaires, du fait que tout ce qu’on a réellement montré de plus qu’eux c’est une faculté à rester serein au moment des tirs aux buts, malgré la fatigue et la pression. (Mais montrer ce calme et cette adresse dans les moments décisifs, n’est-ce pas le propre des vainqueurs lors des matchs importants ? Ouai bon ok, on a juste eu de la chatte sur les penalties.)

Leonard Speck.

Leonard Speck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.