Laval – Dunkerque (3-2) : La ButàLaval Académie a la flemme

LE CONTEXTE : Toujours leader, Laval est intouchable à domicile et va confirmer cela face à Dunkerque : une équipe relégable, avec des joueurs qui ont pourtant la classe dans leur tunique rayée blanche et marine, et dont la ville a inspiré une chanson d’Indochine sans qu’on comprenne pourquoi elle s’appelle comme ça (la pochette de l’album était quand même super sympa).

LES PÉLERINS :

——————-Bouet——————-
Lambese–Ba–Scaramozzino—Bouhours
———–Makhedjouf—-Milosevic———–
Danic————B.Cissé———–Vincent
———————-Verdier—————


LE MÂCHE :

Dans la chanson d’Indochine « Dunkerque » met une minute vingt à démarrer. Dans ce match, Dunkerque a mis cinquante-deux minutes. Le temps de prendre grosso-modo trois buts en trois occasions. Et encore… Difficile de définir l’ouverture du score de Danic comme occasion : un coup-franc pas très bien tiré, mais qui passe entre les jambes du gardien : à montrer dans toutes les écoles de gag, LAVAL 1, DUNKERQUE 0 (10′) !

Le gardien de Dunkerque, pas plus inspiré en face-à-face avec Verdier qui double la mise avec l’aide de l’abdominal droit du gardien, (2-0, 37e) ! Un deuxième but sur lequel la toute dernière recrue Bouhours, qui vient d’arriver et est titulaire, est passeur décisif. L’un des rares points positifs dans le contenu de ce match où Dembele, Etinof, Bosetti, Obbadi et Bouadla étaient absents. Mais le championnat de National est un jeu vidéo pour le Stade lavallois qui progresse avec des niveaux toujours plus durs : jouer avec cinq absents dont quatre titulaires, jouer avec Scaramozzino capitaine et défenseur central, et pour le fun faire marquer Makhedjouf… Chose faite dès le début de la deuxième mi-temps sur un caviar de Vincent dans la surface, (3-0, 50e).

Evolution de la sérénité lavalloise.

On se dit alors que le match est complètement plié. Que Dunkerque n’a plus qu’à poser la manette. Que Laval va tranquillement gagner son huitième match sur douze. Oui. Mais. Voilà. Lambese va se blesser et la difficulté devient un peu trop relevé pour le leader : la défense lavalloise admire le joli mouvement collectif dunkerquois sans esquisser de défense et Chahiri réduit le score (3-1, 65e) ; tandis que François fait lui carrément trembler Le Basser en remettant son équipe à un but de retard d’un tir brossé où personne ne le gêne (3-2, 74e). Heureusement Laval retrouve un peu de sérieux défensif en fin de match et s’assure une huitième victoire ; tandis que la concurrence cale, notamment Le Mans, prochain adversaire du leader au MMArena.

LE RÉSUMÉ VIDÉO :

 

LES NOTES :

Bouet (3/5) : abandonné par sa défense sur les deux buts, mais auteur d’une sortie kamikaze qui évite la catastrophe… Il y a laissé un tibia.

Lambese (3/5) : il sort avant le naufrage défensif… Sûrement pas un hasard.

Ba (2+/5) : solide et autoritaire… mais des fois la défense dort et on se demande où il est.

Scaramozzino (3/5) : repositionné dans l’axe, brassard au bras, c’était lui le papa : il a été sur tous les tacles, toutes les relances, toutes les discussions avec l’arbitre… Partout, sauf sur les deux buts.

Bouhours (2+/5) : il n’avait joué que deux bouts de matchs en réserve et amical depuis juin, première titularisation combative couronnée d’une passe.

Makhedjouf (3-/5) : ça fait très plaisir de le voir marquer… mais à la base il est milieu défensif et clairement des fois il n’est pas là défensivement.

Milosevic (3/5) : lui il est toujours la défensivement, il ne rechigne jamais à intervenir, mais des fois dans le vent.

Vincent (2/5) : du petit Alexandre Vincent, malgré une passe décisive.

B.Cissé (2+/5) : il n’était pas vraiment numéro 10, mais c’est lui qui allait presser très haut, ce qu’il a bien fait… même s’il est en veille sur les deux buts de Dunkerque aussi.

Danic (2/5) : son but sur coup-franc d’entrée a bien fait rire, la suite de son match moins.

Verdier (3/5) : deuxième but en deux matchs, c’est positif… Peut-être une saison de goaleador lancée ? En tout cas on nous le souhaite.

Le comité Frantix
@FrantixLeBasser, leader, avant le derby.

Frantix Le Basser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.