Red Star – Chamois – Péfécé (0-2-4) : La Jules Rimet Académie livre ses notations

Bon, si j’ai bien compris, les supporters du PdFC veulent voir la statue d’un collabo devant le stade du Restar. Ou alors c’est autre chose.

Pas facile de pondre cet opus en les circonstances, de relater le derby, une défaite à Beauvert, et de commenter notre dernier match contre Niort, encore à Beauvert et encore une défaite. C’est peut-être l’intermède ajaccien, une bien douce victoire créatrice d’espérance qui nous a mis en quelque sorte en léthargie et puis avouons-le, des bruits il en court, en cette fin de saison, une saison bien exceptionnelle que le club atteigne la Ligain ou non.

Gardons nous bien de mettre de l’huile sur le feu, surtout depuis les derniers événements et les tas de rumeurs qui circulent, c’est auch. Mais les matches s’enchaînent à un rythme trop rapide pour l’historien que nous sommes. L’émoi provoqué par la victoire acquise en terre corse n’aura duré qu’un instant, d’autant que ces bruits qui courent se sont encore largement répandus dans les tribunes de Beauvert lors de ce que certains nomment un derby et les Anglais un « local derby » -et c’est même pas un pléonasme… Encore des gens qui ne connaissent pas le football ou la géographie car le vrai derby c’est contre l’U.S.M.A. Et c’était il y a peu de temps au Stade Bauer, il y avait pas beaucoup de monde et c’était pas à la télé.

Mais Le football est une affaire de spécialistes, et puis quelques fois des détails anodins survenus en marge de l’événement en disent bien plus que des analyses sportives.

Car l’historien viril se doit de témoigner, quand la rumeur devient de plus en plus palpable comme un parfum fort envoûtant qui se solidifierait en un temps court, le temps de quelques matches et un derby de pacotille avec le Paris Foutre-balle Club. Rumeur qui évoluera au gré des matches pour se faire de plus en plus pesante…

Paris Foutre-balle, le seul écart de langage que nous allons nous accorder, il faut être respectueux avec l’adversaire et puis il y a des consignes… Et aussi histoire de déjouer les plaisantins (Porthos Molise et JCP) qui s’évertuent à insérer des grossièretés, des allusions salaces et des propos que la morale réprouve, et qui sous couvert de vulgarisation travestissent notre rigueur toute scientifique en un amas malodorant de calomnies et d’allégations tout à fait insultantes… A l’égard de nos adversaires, du corps arbitral, du comité d’éthique et du sexe faible.

Mais revenons à Beauvert en ce lundi un peu moins frisquet qui opposait le RED STAR, prétendant à la montée car à deux points du podium à la veille du match contre le très illustre Paris foutre-balle Club. Bonne lanterne rouge malgré ses ambitions capitales. Mais depuis qu’il y a cette fameuse rumeur, on sent les joueurs et aussi le public plus fébrile, moins impliqué, il est vrai qu’il circule de drôles de propos et je cite « si on monte en Liguain, on s’encule tous », « c’est des illuminati qui veulent pas que le club monte » « c’est des Qataris » « Red Star Collabo », enfin inquiétant, effrayant, la nature humaine déverse aisément son fiel dès lors que les temps deviennent durs.

Nous tenons toutefois à préciser que l’éthique impose à l’historien de parfois relater des propos, dévoiler des comportements fussent-ils fort crus et peu à propos afin d’imprégner le lecteur de l’ambiance fort particulière qui régnait en ce soir de match. En effet malgré plusieurs démentis du club, quelques énergumènes prétendument informés déclarèrent encore « si on monte, on s’encule tous ». D’autres manifestant ouvertement leur inquiétude, prétendirent que les joueurs (cette bande d’homophobes) allaient lever le pied pour le derby. Tout cela à cause du comité d’éthique qui mettait ses pingots partout. Le comité d’éthique, « si on monte en Ligain, on s’encule tous », eux qui sont des communicants et qui s’y connaissent en art contemporain, ils ont adoré ! Ils ont dit que c’était une chouette idée, que c’était populaire, que ça transpirait les valeurs prolétariennes du neuf-trois que ça collait à l’ADN du club…

Les lois de la génétique y a que cela de vrai… On y reviendra mais commentons à minima les faits du match. Le match fut à la fois étrange et sans grande surprise, les dix premières minutes furent révélatrices, une occasion obtenue dès 30 secondes, un tir au but dès deux minutes et l’ouverture du score à la ???? (Note de JCP : le fameux prisme de la foncedé…) Le P.d.F.C obtint donc une victoire 2-4 malgré un Red Star qui revint deux fois au score, sans réelle conviction, une score de quatre à deux fort logique qui parvint largement à alimenter la rumeur, l’ensemble des cancans qui anima comme à son habitude les supporters en ce soir de défaite.

Tout, tout cela allait bon train. C’est vrai qu’on pouvait aisément envisager que les joueurs aient levé le pied si la perspective émise par le comité d’éthique devait se réaliser. Car d’après certains individus bien informés, rien dans les contrats de joueurs ne mentionne expressément qu’en cas de montée, il faille s’adonner à la pratique des vices de Sodome. Cela discute donc fort dans les vestiaires, le professionnalisme a tout de même ses limites.

Pourtant certains membres du comité d’éthique auraient pénétré dans le vestiaire pour expliquer que s’ils avaient réussi dans l’art contemporain, c’est parce qu’ils n’avaient pas fait tant de chichi en pareille circonstances.

D’autres murmuraient qu’un complot était simplement ourdi par la direction afin de retarder la construction/rénovation du stade et l’édification de la statue qui va bien. Enfin une fois de plus la théorie du complot faisait son œuvre dans un sens comme dans l’autre, on en entendit certains ce soir-là traiter leurs voisins de complotistes. Il parait que c’est pas bien d’avoir des idées comme ça, la morale réprouve parait-il, comme c’est pas bien de ne pas croire pleinement en la monté sous prétexte de l’issue souhaitée par le comité d’éthique. Ceux-la, on dit que c’est des homophobes, on en a d’ailleurs surpris plus d’un invectiver l’arbitre aux cris d’inverti, de Laurent Blanc ou encore de pédéraste…

Enfin contre Niort ce fut moins pesant, comme si la seconde défaite de suite à Beauvert venait apporter un peu de soulagement, la montée s’éloignant… Ceux-là certes ils tiennent à la pureté de leur orifice mais ils sont pas forts en mathématiques car malgré une dernière ligne droite chaotique, le Red Star a encore ses chances… Avant un déplacement capital à Metz.

Contre Niort on a plus simplement vu des joueurs du Red Star sans convictions, sans envie d’avoir envie, un peu rincés, un non match (0-2), un moment d’égarement, on se dit que sans sursaut, il n’est pas exclu que les fameux complotistes, il avaient peut-être raison, il commence à y avoir beaucoup de virgules, on comprend plus rien. Passes imprécises, absence de décalages de dédoublements, mauvais placements, une seul timide occasion sur un coup franc de Sliti, le seul joueur à la hauteur ce soir-là.

Mais le football est une affaire de spécialistes, et puis quelques fois des détails anodins survenus en marge de l’événement en disent bien plus que des analyses sportives, ce fut contre le Paris Foutre-balle Club, et il semblerait encore qu’il soit question de statue.

Car on entendit et on ne sut pourquoi sur le moment, les supporters adverses vociférer (de leurs voix juvéniles) « Red Star collabo(s) ». Était-ce du fait des accointances du Red Star avec le pouvoir, le Président (le vrai) montrant des yeux de Chimène pour le Directeur général du Red Star (c’est une fonction pas une orientation sexuelle) ou à cause de cette fameuse souscription concernant la future statue du Red Star ? Car au Red Star quand il y aura un stade, il y aura aussi une belle statue.

Il semblerait que les orientations du comité d’éthique quant à l’érection de la future statue ne plaisent pas à tout le monde, le rhinocéros n’a plus la cote, une association de défense de la cause animalière s’en est mêlée, ils disent que c’est pas faire honneur à l’animal, que le neuf-trois a mauvaise réputation, et puis que ça à a voir avec la colonie pas avec le prolétariat… Qu’à défaut d’un Stakhanov local, le modèle idoine devait être un bad-boy.

Le comité d’éthique, il faut le reconnaître, ce sont des bons communicants ils s’adaptent, ils se disent que cela serait consensuel, et en adéquation avec les valeurs, toujours les valeurs. Ils ont donc dépêché quelques historiens afin d’entamer de savantes recherches et à la faveur d’une occurrence malheureuse, ils ont mis la main sur « Monsieur Henri ». La suite nous dira combien ces gens étaient paresseux, ils ont bêtement tapé sur internet, nuls en histoire, ce gars fut condamné pour des crimes odieux, ignorants des subtilités de la langue marxienne pour avoir confondu prolétariat et lumpen prolétariat mais fin connaisseur pour ce qui est de la virilité exacerbée.

Monsieur Henri entre le falot, les Bat d’Af’ et les taules de la République, il a jamais flanché, il avait tatoué sur le bas des reins, une flèche indiquant clairement son intimité avec écrit « on ne passe pas ». La bourde voir le scandale, on la comprend mieux quand on apprend que Monsieur Henri fut surnommé le chef du quatre-vingt-treize, il était en fait le chef de la « carlingue » comme on disait à l’époque, officine crapuleuse installée au 93 de la rue Lauriston. Les historiens du comité d’éthique, ils ont tout de même sacrément manqué de perspicacité, ils ne sont intéressés qu’à la jeunesse de Monsieur Henri, s’ils étaient allés plus loin, ils n’auraient pas commis cet impair. C’est vrai qu’il y a de quoi s’apitoyer, Henri Lafont fut abandonné par sa mère le jour des funérailles de son père, il dormit plusieurs jours de suite sur la tombe de son défunt géniteur, de quoi nourrir pas mal de révolte et de seum.

La suite fut cousu de fil blanc, vol de la bicyclette de son patron indélicat à 17 ans , maison de correction, bataillon disciplinaire, et pas mal de groundhopping dans les prisons françaises, tout cela pour devenir un des plus redoutables collabos de cette période fort trouble que fut l’Occupation. En mode lascar, si l’on en juge à ses comparses, des malfrats reconvertis policiers de l’occupant, pillant, torturant et amassant sans aucun scrupule. Ils ne donnaient pas dans la dentelle. Les mecs ils menaient grand train, souliers en crocodile, chemises de soie, complets de bonne facture… Monsieur Henri il ne roulait qu’en Bentley blanche, offrait des orchidées aux bignoles du coin et rêvait de devenir le sultan blanc d’Alger, sa garde rapprochée était d’ailleurs constituée des « Nord-Africains »… Enfin pas mal de situations confuses qui ont circonvenu les historiens peu intègres car à la solde du comité d’éthique, qui avait de tout autres arrières pensées. Car Monsieur Henri était doté d’un organe exceptionnel, qui eut un fort succès dans les salons mondains de cette période bien sombre, nombreuses étaient à ses pieds (enfin plutôt en admiration devant son organe), comtesses, femmes de lettres, épouses d’industriels, starlettes de cinéma… Il parait que le comité d’éthique l’aurait en fait identifié, histoire d’assouvir une vieille vengeance contre un gamin égaré du peuple qui n’avait guère le sens de l’humour quand sa virilité était menacée.

Les joueurs :

On ne déroge pas aux lois fondamentales de l’école des fans, nous attribuons donc une note de 2,5 aux joueurs ayant participé à ces deux défaites dans notre antre de Beauvert, mention spéciale toutefois à quelques joueurs.

Anatole N’…… : il fut décrié en début de saison, blessé contre le PdFC, on découvre à quel point ce joueur était décisif en harcelant sans cesse, en empoisonnant les relances de l’adversaire et en inscrivant des buts souvent décisifs.

Arnaud Balijon : malgré les buts encaissés, il à la main ferme et son jeu au pied est bien utile quand les défenseurs sont incapables de transmettre des balles vers l’avant.

Naïm Sliti : le seul qui semble se battre, après est-ce pour les couleurs du club ou pour mieux attirer la convoitises des grosses écuries du football ?

Xavier Chavalerin : il est titulaire, il y a certainement des raisons mais elle échappent à tous les spectateurs.

Pour le moment c’est donc un peu mort le stade. Le comité d’éthique il a été dissout, et comme ils devaient plancher sur le stade et la statue qui va avec, ça risque pas beaucoup d’avancer.

Enfin le Red Star n’a pas de stade, pas de statue mais peut encore jouer la montée pour peu qu’il gagne à Metz. Et une montée vaut bien d’être dans l’air du temps et de ne pas être trop regardant quant à son innocence anale.

Vive le Red Star, vive Stakhanov, à bas le comité d’éthique.

Pr. Pierre Lapoutre.

Pierre Lapoutre

Historien viril tenant à l’intégrité de son orifice, Pierre Lapoutre pratique depuis des lustres sa vocation d’historien en s’étant plus particulièrement intéressé à la statuaire, au dandysme et aux écarts de langage sévissant dans les stades. Panégyriste du Red Star et des valeurs qui font la mauvaise réputation du neuf trois. Doyen honoraire de l'Université de Sapologie de Yaoundé.

7 commentaires

  1. Il a le seum le Professeur depuis qu’il est sorti de Fleury… Il parait qu’il n’a pas su protéger son intimité aussi bien que Mr Henri…

  2. Monsieur Pied , une fois de plus vous n’en faites qu’à votre tète vous, vous vous êtes encore moqués de moi avec votre complice Porthos Molise. Vous avez pris des libertés avec la ponctuation et l’ orth’o –graff. MONSIEUR PIED, je déplore cette situation, les propos que vous tenez sont une atteinte à ma vie privée et mettent en doute mon intégrité aussi bien physique que morale. Le professeur Lepoutre est un honnête homme.
    MP

  3. Je nie toute implication dans une quelconque revue de la ponctuation.

    Quand à la rumeur, elle s’étend comme un traînée de poudre. Poudre que notre président balaie et aspire d’un revers de narine.

    Il va falloir donner, et pas que de la personne.

  4. Jai eu l’occasion de rencontrer la Pauline à l’occasion d’un voyage à Rio pour une certaine coupe du monde, elle etait cool la mam’selle; j’espère qu’elle a la marge de manoeuvre qui va bien avec son caractère. Je ne la connais pas mais j’aime bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.