La Lens Académie note Brest – RCLens, 2-0

- Lens -
1 point sur 6 contre Metz, 1 contre Paris, 1 contre Lorient, et ô miracle, 3 contre Troyes. Devinez combien de points on a réussi à gratter à Brest?

Si un championnat se perd contre les équipes présumées moins fortes, il est impossible de le gagner en se gaufrant systématiquement face aux équipes du Top 5. Et dans cette lutte à la montée, le calendrier laissait la pleine maitrise au Racing de se jauger face à ses adversaires directs. Et force est de constater qu’on a réussi un grand chelem en se faisant battre en un mois par Paris, Lorient puis Brest.

Certes les matches ne se ressemblent pas, et celui de Brest est loin d’être le plus honteux disputé par les Lensois, mais le constat est sans appel : à 3 journées de la fin, on n’a pas le niveau pour grimper.

Contexte

Brest vient d’enchainer 4 victoires et peut creuser un écart définitif avec ses poursuivants. De notre côté, la dynamique n’est pas la même

Pour autant, nous gardions encore en mémoire la manière dont les Finistériens étaient venus gâcher la fête à Bollaert en 2014 et l’occasion était belle de leur rendre la monnaie de leur pièce tant ils semblaient avoir déjà gagné ce match avant de l’avoir joué.

Sur le pré

Montanier modifie un peu son XI et nous ressort d’un coup d’un seul Mesloub, Haïdara et Duverne. Le mec qui se croit Bon, la Brute, et le Truand donc. Ça nous aide pas forcément des masses pour jouer au foot, mais on assoit tout de suite un potentiel rigolo, qui a défaut de faire peur aux Brestois, peut les décontenancer. Sur un malentendu..

Montanier lors de sa causerie d’avant match, insistant sur la solidité attendue de son milieu à 3.

En face

Si j’ai toujours du mal avec cette équipe et ses imbuvables supporters, Mech Tuyot mis à part il va sans dire, force est de constater que le mix entre footballeurs (Autret, Court) et joueurs de devoir (tous les autres) fonctionne bien. Les mecs sont pas là pour faire du beau et ont le mérite d’annoncer clairement les choses.

Ca manque néanmoins d’un peu de constance en tribunes.

Le Môtch

On ne pourra pas gueuler sur les Lensois parce qu’ils ont attendu comme des glands de prendre un pion. Ils ont attaqué, provoqué, complètement désorganisé le milieu Brestois et ont très largement dominé la première période.

Sauf que :

– On est toujours aussi peu réaliste. Ça peut faire 0-3 au bout d’un quart d’heure sans que ce ne soit scandaleux. Un face à face qui finit sur le poteau, une mine à 25m et une volée dans les 18m sorties par Larsonneur, Centonze qui met le bouillon à son vis-à-vis, bref… tu vois où je veux en venir.

– On a toujours cette extraordinaire capacité à se tirer une balle dans le pied. En l’occurrence cette fois, Leca se fusille tout seul comme un con sur une sortie moisie et doit laisser sa place à Air-Vachoux dans les buts.

– Et surtout on est d’une fébrilité sans nom dans la zone de décision. La moindre balle en hauteur à négocier dans notre surface ressemble à un sketch de Benny Hill. C’est fabuleux de paniquer à ce point-là. Enfin, ça fait tout de même un peu chier vu que Brest nous plante un pion sur une action défensive d’une analité rare, conclue par une sortie JustWidesque de Vachoux.

Statistiques : Cet homme a plus de chances de pécho une bombasse sobre en boîte que Lens de marquer.

Enfin, on a aucune culture tactique. Être mené 1-0 après avoir dominé, ça arrive tout de même assez souvent, dans toutes les championnats du monde. C’est pas bien grave si tu corriges ce qui t’a manqué et que tu provoques la chance en insistant. A l’inverse, prendre un but de district à la 47e et ainsi se rendre la tâche difficilement surmontable à 2-0, c’est un peu plus handicapant.

Bien évidemment, Lens a opté pour la seconde solution, celle qui consiste à voir 9 joueurs mis dans le vent sur une passe et à laisser le seul mec qui sait contrôler un ballon à Brest tout seul dans nos 20m.

A 2-0 à la mi-temps, c’était plié et Brest n’a même pas fait semblant de jouer la seconde période, préférant s’économiser pour l’apéro d’après-match.

Je ne vais par ailleurs par parler arbitrage, ce n’est pas le genre de la maison. L’arbitre a le droit de se planter, il est humain tout ça. Il a même le droit de voir des mains flagrantes dans la surface et de décider de laisser jouer. De mon côté, j’ai le droit de lui proposer des rapports anaux avec un cactus. Nous sommes en démocratie, chacun pense ce qu’il veut.

Toutefois, je reste particulièrement perplexe quant au comportement de Centonze sur une autre action que celle citée préalablement. A quel moment tu te révoltes mec?

Les Gôrs.

  • Leca : 1. S’est blessé tout seul comme un con et nous a obligé à jouer avec Vachoux.
  • Haïdara : 1. D’un apport défensif nul, sachant qu’on devait en claquer 2 pour revenir, Montanier l’a sorti à la mi-temps sans qu’on ne remarque son absence.
  • Duverne : 0. Je l’aime bien, mais il nous fait un sacré match de merde, tout en fébrilité et en à-côté-de-la-plaquisme. Après, on peut pas lui en vouloir, trouver un travail quand tu t’appelles Jean-Kevin, c’est déjà une victoire sur la vie. Alors devenir footballeur pro…
  • Fortes : 3. Le meilleur défenseur des 4. Ou le moins mauvais, c’est selon.
  • Centonze : 4. Le plus dangereux de nos joueurs a donc été notre arrière latéral droit.
  • Doucouré : 2. Il ne fait pas un mauvais match, vraiment. Mais quand t’as dans le dos une défense fébrile et devant toi une attaque inefficace, tu passes rarement une bonne soirée.
  • Bellegarde : 3. Quand tu suis le mec sur Twitter, tu t’attends à voir Simeone ou Gattuso débouler tellement il en fait des caisses. Et en fait non. Positionné à droite, il a apporté un peu offensivement et n’a pas démérité, mais quand tu te prénommes Jean-Ricner, tu te dois d’afficher profil-bas.
  • Gillet : 1. La pré-retraite se passe bien. Il paraît qu’il y a même une animation « tournoi de scrabble » ce week-end à l’EHPAD Désiré Delattre de Lens.
  • Mesloub : 1. Toujours au top derrière un micro, une belle carrière de consultant s’offre à lui. D’ailleurs, on lui voudrait pas de tout de suite prendre sa retraite footballistique pour accélérer sa reconversion.
  • Ambrose : 3. Trop seul.
  • Gomis : 2. Replacé enfin dans l’axe, où il est bien plus utile que sur le côté, il va bien finir par marquer…
  • Vachoux : 0. Comme le nombre d’arrêts qu’il a effectué. Sur 2 frappes.
  • Mendy : 1. Rentré à mi-temps pour changer le cours des choses. LOL.
  • Bencharki : 1. Tss-tss.

Bonus.

L’idée déco du jour.
A accrocher dans un cadre du couloir, ou au-dessus du lit conjugal. Au cas où madame soulèverait un jour des problèmes de réalismes devant le but. Ça permet de nuancer le constat tout en apportant une touche coloré à cette pièce de vie.

Et maintenant?

Plus que 3 matches à tirer et on pourra sereinement commencer une 54e saison de suite en L2, avec toujours plus de rêve : Rodez, Chambly, j’en ai les fesses qui frétillent d’avance à l’idée d’en prendre une de la part d’inconnus.

@R_Direktor

R_Direktor, dit Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

2 commentaires

  1. T’as quand même oublié Charbonnier dans les joueurs de foot, tu sais le mec qui a mis plus de but que tous vos joueurs réunis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.