La Lens Académie note RC Lens – FC Lorient, 1-0

- Lens -
Les Sang et Or contre les Oranges fluos : c’était le choc de la L2. By Desigual

La dernière fois que vous aviez entendu parlé du RC Lens, c’était Picon qui vous parlait de Nancy et de leur bien belles vendanges tardives de la journée précédente. La Lens académie, elle, attendait juste qu’on passe devant pour faire l’effort de débriefer un match. C’est sans doute extrêmement arrogant mais c’est un excellent moyen de se trouver des excuses pour ce rythme de parution digne de Fouad Madri.

Pour ceux qui suivent, un début de saison poussif lié à une fin de mercato plutôt mal maitrisée, avait mis un peu de pression sur les épaules de ce brave Philippe, dont Twitter ne donnait pas bien cher du scalp. Mais comme il en faut plus pour impressionner un mec né dans l’Eure, qui de plus n’a pas Twitter, le bateau PM tangua sur les vagues de la vindicte pour désormais surfer mèche au vent sur l’étang communal Annay-Sous-Lens.

Ainsi, ce presque fameux trois-mâts fin comme un oiseau se présente à Bollaert ce samedi fort d’une série de 8 matches sans défaite (si on occulte la branlée de cette semaine en coupe Moustache) avec un bien beau challenge : prendre la tête de la L2. Et marquer le coup contre un adversaire direct.

On dit comment « bête noire » en breton?

En face.

Les Merlus, en plus d’avoir le surnom le plus ridicule du sport collectif, sont en perte de vitesse. Leur jeu dégueulasse de début de saison patine un peu face un calendrier qui s’est durci. 2 points / 9 face à Ajaccio, Le Havre et Troyes et paf le chien. Ceux qu’on imaginait emprunter la voie de Metz l’an dernier sont dans le dur et se présentent à Bollaert dans la peau du leader fragile. Déguisés en Boy Georges en fait.

Les gôrs.

PM soigne son 352, va au bout de ses idées et pose sereinement Doucouré en DC. Haïdara et Michelin boufferont de la ligne de touche, tandis que Sotoca-Robail auront la lourde tâche de débloquer une attaque muette depuis Orléans.

Le môtch.

3e : Ça commence par un peu de finesse. Lemoine fait le bourrin et blesse on ne sait comment Delaplace, qui la cède. Prends ça Christoph Kramer.

Sinon belle entame du RC Lens, qui met une pression quelque peu désordonnée dans le camp breton, mais plaisante à suivre. Bollaert résonne bien et s’étonne comme un seul homme que le seul mec présent dans le stade qui n’ait pas vu la main de Saunier dans les 6m soit l’arbitre. Ça finit comme une bagarre de footballeurs, par des roulades au sol, des air-gifles, des insultes de CM2 et par un carton jaune pour le premier noir qui passait par là. Diallo donc.

A la demi-heure Robail et Mauricio donnent à Bollaert un premier gros frisson. Le plus roux des 2 perd son face à face avec Nardi, mais met en évidence la fébrilité des morues, dans le vent sur 2 passes. 2 minutes après, il remet ça en grattant un pressing une nouvelle occas’, bien sortie par Nardi.

Toutefois, si le match est engagé et que Lens maintient la pression, on n’est pas non plus devant un festival offensif. Lorient cherche le contre et les cartons, c’est d’ailleurs dingue le nombre de mines antipersonnelles sur lesquels Bozok et Wissa tombent. Les mecs sont miraculés de marcher encore tellement ils ont donné l’impression de mourir 19 fois chacun. On arrive à la pause à 0-0, sans qu’aucun de ces 2 là n’ait pu ne serait-ce que tenter une frappe.

RC Lens
Une pluie de cartons d’abat sur Bollaert.

Toutefois ils ont le mérite d’agacer tout le monde, notamment Cahuzac, qui commence la seconde période avec une biscotte. Dans la foulée, l’arbitre expulse PM, pourtant pas particulièrement véhément, et contribue à pourrir un peu plus le match.

Entre deux petits jaunes, Haïdara fume complètement la défense le long de la ligne de but sur 2 dribbles et rallume Bollaert qui va désormais pousser jusqu’au bout.
Les CPA sont plutôt très bien tirés (par Robail et Mauricio), et il faut un exploit de Cahuzac pour réussir à ne pas cadrer sa tête à 6m du but. Lorient n’existe pas offensivement et a de plus en plus de mal à suivre. Il faudra un péno sur une main à la con pour qu’on décante le môtch, mais celui – là n’est clairement pas volé. Leca s’offrira bien une horizontale pour faire plaisir aux photographes, et si on a un point de moins que l’an dernier à même époque, le RC Lens est dans le vrai. Et sort les muscles en battant un concurrent direct.

Les gôrs :

Les Sang et Or face à leur bête noire orange.
Quand un plan se déroule sans accroc.

Leca : 4. Propre comme une scène de crime en Corse du Sud.
Rado : 4. Excellent.
Doucouré : 5. Le supposé maillon faible des 3 DC a fait comme PM. Il a fermé des bouches.
Diallo : 4. De plus en plus à l’aise dans cette défense.
Michelin : 4. En confiance, il tente des dribbles et des remontées de balle, et comme en plus il défend bien…
Haïdara : 4. Son meilleur match de la saison.
Gillet : 4. Si on joue lentement parfois, c’est un peu à cause de lui. Mais si on maitrise le tempo, c’est surtout grâce à lui.
Cahuzac : 3. A gagné 3h d’atelier « têtes » sur corner.
Mauricio : 4. Tonygoal 2.0
Robail : 3. Très compliqué à tenir, il a intelligemment gardé ses occas’ pour les claquer à Valenciennes. Habile, mais roux.
Sotoca : 4. Lui ne tergiverse pas. Il persiste, harcèle et épuise les adversaires.

Banza : A 5cm de faire sa spéciale.
Traoré : Un match de L2 sans un Traoré n’est pas un match de L2.
Perez : 5 minutes, douche comprise.

Le résumé.

On se retrouve dans 5 mois, si tout va bien. Sinon y’a un bien beau Rodez-RC Lens la semaine prochaine, avant de prendre Sochaux puis le derby à VA.

@R_Direktor

R_Direktor, dit Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.