Stade Rennais – Montpellier (2-1) : La Breizhou Académie retrouve ses adeptes

Après un été footballistique rythmé par un Final 8 de LDC avec peu d’intérêt, un début de mercato où les passions ont été déchaînées, et des cas de Covid aussi récurrents dans les clubs qu’un Néerlandais en sandales près du Mont-St-Michel, le retour à la vie sobre est aussi difficile que de voir un Roazhon Park limité à 5 000 places pour un premier match de championnat à domicile. Ca fait quand même du bien de revoir notre équipe fouler notre pelouse, et surtout, d’entendre “Un jour il y a longtemps” entonné par tout le stade. Frissonnant.

Pour cette deuxième rencontre de la saison, nos Rouchénoirs reçoivent les Pailladins de Montpellier, pour qui cette rencontre sonne le top départ d’une saison pour le moins incertaine. Une affiche qui rappelle forcément de bons souvenirs aux Rennais, puisque c’était le dernier match de la saison 19/20 avant son arrêt total, et Rennes l’avait largement emporté 5-0. 

La compo’ :

Stéphan doit faire sans Mendy et Traoré, confirmés comme porteur du virus, et sans Boey, suspendu pour son coup de taekwondo la semaine dernière à Lille. Première dans le groupe pour la recrue Guirassy (ex-Amiens), et première titularisation en Ligue 1 pour Soppy, qui après une belle entrée contre Lille, est naturellement aligné d’entrée. 

Salin – Maouassa, Aguerd, Da Silva, Soppy – Camavinga, N’Zonzi, Bourigeaud – Terrier, Hunou, Raphinha. 

Le scénar’:

Pour sa première de la saison, le MHSC débute fort, et son esprit de revanche est affûté, à l’image du pressing incessant des attaquants montpelliérains sur notre défense. Une vingtaine de minutes marquée donc par une domination territoriale des Héraultais, mais aussi par un manque de créativité pour mettre en danger Romain Salin. Mais nos Rennais vont émerger sur un exploit individuel de Raphinha sur son côté droit. Bien servi par sa défense entre les lignes, il tente de combiner avec Bourigeaud d’une astucieuse talonnade aérienne. Contré par Congré, il bénéficie tout de même du contre favorable pour emmener la balle et laisser sur place le défenseur montpelliérain, jusqu’à arriver dans les six mètres d’Omlin. Avec intelligence, il remet le ballon en retrait devant le but, et voit son ballon contré par Le Tallec, qui d’une Madjer magnifique, pousse le ballon dans son propre but. 1-0, 22è. Un rêve de gosse pour le petit Anthony, qui marque son premier but pour son club formateur. Rennes pousse après avoir ouvert la marque, et sur une passe en profondeur magnifique de la Zonz, Hunou chie sur Terrier en refusant le 2 contre 1 pour tenter sa chance face à Omlin. Poteau. Deux minutes plus tard, le même Hunou est servi par Terrier dans la surface, et voit sa frappe détournée par le nouveau gardien suisse du MHSC sur sa transversale. Auteur d’un bon match, le portier empêche Rennes de faire le break sur cette deuxième énorme occas’ (35e). Une baisse de rythme ensuite jusqu’à la mi-temps, où l’on commence à se dire qu’il aurait mieux fallu en marquer un de plus pour se sentir en sécurité. Mais c’était sans compter sur un coup de ninja de Florent Mollet, qui après un pied haut sur le visage de Maouassa, est expulsé en deux temps par l’arbitre (43e), sous assistance vidéo (et respiratoire). A la pause Rennes mène donc, et est désormais en supériorité numérique. 1-0, 45e.

Au retour des vestiaires, on espère voir les Rouge & Noir à l’attaque pour essayer d’enfoncer le clou. Après tout, lors du 5-0, Montpellier avait surtout craqué dans la deuxième période du match, alors que les débats étaient plutôt équilibrés. Et c’est Maouassa qui dégaine la première cartouche, d’une frappe sublime du droit, qui oblige Omlin a la parade (50e). Mais un pailladin n’abdique guère, même à 10 contre 11, et sur une frappe de Savanier détournée par Salin, Arnaud Souquet manque l’égalisation d’une demie-volée sur le poteau gauche du vétéran rennais (57e). 2-1 dans le duel de poteaux. Et au tour de Raphinha de s’exercer au Téléfoot crossbar challenge, sur un coup-franc excentré à droite, et botté magnifiquement sur la barre d’un Omlin cette fois-ci battu. De nouveau acculés, les Héraultais subissent deux nouvelles grosses occasions, par Terrier (67e) et Guirassy (69èe, tout juste entré en jeu, et qui se sera pris les pieds dans le tapis pour sa première occasion en rouge. Toujours 1-0 donc, et les ongles commencent à se raccourcir. Pour se compliquer encore plus la tâche, Terrier envoie Laborde au tapis sur un tacle non-maîtrisé, et permet donc à Montpellier de revenir à égalité numérique. Mais étonnamment, c’est à 10 contre 10 que Rennes va réussir le break. Après un joli jeu en une touche de balle sur le côté gauche, Maouassa sert Camavinga, qui dans ses chaloupées aériennes, s’est libéré du marquage des défenseurs pailladins, pour finalement éliminer Pedro Mendes et ajuster un magnifique tir croisé du gauche dans les filets d’Omlin. 2-0, 76e. Le mioche de 17 ans, tout juste convoqué par Dédé pour le rassemblement des Bleus cette semaine, signe son premier but au Roazhon Park, et continue d’impressionner tout le monde. La fin de match est marquée par un temps faible et un manque de compétition frappant pour les deux équipes. Montpellier sera tout de même récompensé de son match cohérent grâce à un but de l’intenable Laborde, qui s’arrache devant Da Silva sur un bon centre venu de la gauche, et décoche une magnifique tête plongeante qui bat Salin, surpris de voir le ballon lui arriver dessus. 2-1, 91e.

Petite suée pour Rennes tout de même, mais l’arbitre sifflera la fin de la rencontre quelques minutes plus tard, et assure à l’équipe sa première victoire cette saison, contre des adversaires pas encore à leur véritable niveau. 

Les notes :

  • Salin : 2/5. Pas eu grand chose à faire de la partie, mais sa grande gueule sur le terrain fait toujours plaisir à entendre. Pas exempt de tout reproche sur le but de Montpel’. 
  • Soppy : 4/5. Le jeune défenseur formé au club a encore marqué les esprits. Perforant et solide en défense, il a beaucoup apporté tant offensivement que défensivement. Le Brandon le plus cool que tu connaisses.
  • Aguerd : 4/5. La recrue “Made in Flo Mo” confirme également sa bonne prestation à Lille, avec un match solide et une qualité de relance indéniable. Assurément une bonne pioche pour la saison, tant rien ne semble lui échapper. Toujours aux Aguerd.
  • Da Silva : 3/5. Le capi’est à son niveau, et ça c’est rassurant.
  • Maouassa : 3/5. Toujours aussi remuant sur son côté gauche, il a plusieurs fois tenté des combinaisons avec Cama et Terrier. Auteur d’une passe dé’ pour le second but rennais. 
  • N’Zonzi : 3+/5. Appelé par DD pour les deux matchs de l’Equipe de France, Steven a fait du N’Zonzi. Récupérations hautes et passes lasers, la sentinelle est toujours aussi importante pour équipe. 
  • Camavinga : 4+/5. Déjà auteur d’une entrée fracassante contre Lille, cette fois, il a eu 90 minutes pour montrer pourquoi DD l’a appelé. Et c’est chose faite avec son but, aussi magnifique que décisif. Remplacé par Gboho à la 87e.
  • Bourigeaud : 2/5. Impliqué sur le csc de Montpellier, il n’aura pas assez pesé dans ce milieu de terrain. Tout comme on l’avait trouvé en-dedans contre Lille, Benj’ a l’air de n’en faire qu’à sa tête. Benjamin Bourricot. Remplacé par Jonas Martin (73e), qui à l’occasion de sortir de son terrier. 
  • Raphinha : 4+/5. S’il n’est pas parvenu à débloquer ses stats, Raphi aura été décisif tant il a pesé sur la défense montpelliéraine. Au four et au moulin sur le premier but, il a sans cesse continué de provoquer et de déborder sur son côté droit. Remplacé par Del Castillo (87e). 
  • Hunou : 3/5. Petite surprise du onze de départ, Hunou a montré qu’il avait encore une carte à jouer dans cette équipe, malgré les arrivées sur le front de l’attaque. Pas en veine sur ses deux montants, il aura montré beaucoup d’envie et de justesse technique. Une grosse erreur sur son mauvais choix tout de même, qui remet en cause sa prestation globale. Remplacé par Guirassy (65e), dont son premier ballon aurait pu finir au fond sans un emmêlement de pinceaux dans la surface, mais qui a montré également pourquoi il ne cirera pas le banc : Sehrou GuèreAssis. 
  • Terrier : 3/5. Des appels dans la profondeur intéressants et une vision du jeu clairement au-dessus du lot. Avec un peu plus de réussite, il finit à 1 but et 1 passe dé si Hunou le sert et si Hunou marque. Une bonne prestation gâchée par un rouge inutile, qui va forcément ralentir son intégration et sa montée en puissance dans l’équipe. Les fantômes de Tait la saison passée sont dans nos têtes, mais Terrier ne devrait pas écoper de plus d’un match de suspension. 

Le job a été fait pour les Rouge & Noir, dominateurs de ce match plutôt agréable à regarder. Le manque de réalisme des Rennais aurait pu nous porter préjudice, si Montpellier était parvenu à être davantage incisif. 

Un retour de vacances simplifié par cette victoire, forcément, mais la hâte et l’envie de retourner au stade et de voir ses 29 000 supporters vibrer de nouveau prend le dessus. 

Trêve donc à venir, sauf pour nos internationaux, et peut être l’occasion pour le board rennais de se renforcer avant la reprise en J3, contre les Crocos nîmois. Au bilan comptable, ça fait 4 points sur 6 pour Rennes, le tout contre Lille et Montpellier. De quoi être satisfait en somme. 

——————————————————————————————————————–

Tu as envie d’aider horsjeu.net ou d’y participer ? Clique sur les boutons ci-dessous. Tu souhaites me suivre sur Twitter ? Grand bien t’en fasses.

Bengui Jump

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.