La pression, pourquoi faire ?

Et avec le sourire m’sieurs dames.

Christoffer Källqvist (n’oubliez pas de prononcer Chellqvist) n’est pas le genre de gardien à avoir la pression. Une passe en retrait, un attaquant adverse, en l’occurence Marcus Ekenberg de Mjallby (prononcez ça comme vous voulez) qui surgit pour lui piquer le ballon. Bof, même pas peur.

Le pire dans tout ça, c’est que l’attaquant adverse ne lui en veut même pas.

 

7 thoughts on “La pression, pourquoi faire ?

  1. Sur la simple vue de ces images, on peut dire qu’il s’est trompé de poste.

  2. Le gentil attaquant adverse qui fait un gentil high five à son gentil adversaire du jour après s’être fait gentiment humilier sur un gentil petit pont serait les tablettes du barça. Il paraît.

Répondre à Tristanec Bourrepifec Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.