“On croyait que la femme était l’avenir de l’homme mais dans le football on se rend compte qu’elles peuvent être aussi connes que les hommes.”

Le comité du 17 novembre atteint un pic.

LES DÉCLARATIONS DE LA SEMAINE

“La deuxième place au Mondial 1994 ? Le Brésil jouait mieux et méritait de gagner. Moi, j’ai toujours voulu gagner au mérite. Chez moi, c’est une valeur.”
Un peu d’Arrigo Sacchi dans votre comité.

“S’il y avait un syndicat de joueurs, nous ne jouerions pas une Ligue des Nations ou une Super Coupe d’Espagne en Arabie saoudite. Malheureusement, nous n’avons pas décidé en tant que joueurs. Nous ne sommes que des marionnettes de la FIFA et de l’UEFA.”
Footballeurs, footballeuses, Toni Kroos vous parle.

“Les célébrations d’Aubameyang qui utilise les masques de Spiderman ou encore d’Antoine Griezmann, où il danse comme dans Fortnite… Je trouve tout ça ridicule et idiot. C’est pas du tout un bon modèle pour les jeunes joueurs.”
Ah et tant qu’on y est, Toni Kroos, à la buvette c’est uniquement merguez-moutarde-pain, assez de ce football dévoyé.

“Les pros n’étaient pas tout à fait contre (à propos du retour à une Ligain à 18 clubs en 1997, ndcvm).”
On peut aussi dire qu’ils n’étaient pas complètement pour, Noël Le Graët.

“Tout d’abord on a envie que les supporters soient fiers de nos performances […] On a envie que les gens du club soient extrêmement fiers d’appartenir à ce club. On ne veut plus subir de critiques, on a juste envie de donner du bonheur aux gens.”
Alain Roche a fait un rêve.

“Et on a surtout envie que tous nos supporters reviennent au stade pour encourager l’équipe. On a besoin d’eux ! On veut aussi revoir les enfants à l’entraînement, crier, encourager leurs joueurs préférés. On veut transmettre du bonheur dans ces moments difficiles. On sait la chance qu’on peut avoir d’être joueur de football, il faut être conscient de ça et donner du plaisir aux gens. Je souhaite que l’on redonne du sourire à tout le monde.”
Oui oui Alain, le Comité veut aussi plein de choses, que les armes tirent des balles en mousse qui font des bisous par exemple, ou que les buts marqués depuis de l’extérieur de la surface comptent triple.

“Il m’a fait promettre de ne jamais perdre la rue en moi, de ne jamais changer.”
Stephy Mavididi a beaucoup appris en étant coaché par Léa Seyd… par Thierry Henry.

“Il y a une culture dans la ville à construire. Paris ça n’a jamais été exactement la ville du foot. C’est toujours Marseille.”
Leonardo met un coup de pied dans les couilles de la fourmilière des supporters parisiens.

“À l’inverse, que resterait-il à Marseille sans le foot ? La saleté ? La bonne mère ? La nostalgie d’un passé footballistique malhonnête et fantasmé ?”
Le Collectif Ultra Paris lance le match retour dans des tribunes vides.

“Oui il y a quelque chose qui a rapport au football à Paris. D’abord, et ça vous pouvez aussi l’écrire, que Leonardo respecte déjà tous ces joueurs qui ont porté le maillot et qui ne sont plus là aujourd’hui. Je pense à Thierry Bacconnier, Luc Borelli, Michel N’Gom. Pareil vis-à-vis des dirigeants. Et puis, vis-à-vis des supporters, je n’aime pas non plus entendre ça de sa bouche. Parce qu’il y en a eu deux ou trois qui sont décédés, dont un récemment. Et il faut avoir une pensée pour ces gens-là, qui ont aimé ce maillot avec fierté et le défendent. Il y a une culture du supporter au PSG. Il y a des tribunes qui ont été pleines bien avant qu’il arrive. Quand il était joueur, il l’a vu non? Mais ça ne l’intéressait pas à cette époque-là parce qu’il n’avait pas d’intérêt pour le Paris Saint-Germain. Dans sa tête il n’avait qu’une seule chose : partir jouer à l’AC Milan AC… »”
Luis Fernandez, plus sobre, milite pour le rétablissement du délit de blasphème.

“Les gens qui appellent la Ligue des Nations un tournoi amical le jugent désormais plus grand que la Coupe du Monde car nous sommes éliminés. Vous savez tous qui ils sont.”
Cristiano Ronaldo, lui, sait que le Portugal dérange.

“Je revendique clairement mon regard citoyen sur le foot et je voudrais que tout le monde l’ait.”
Faites plaisir à Stéphane Guy, ne dites plus “bonsoir” mais “citoyens, citoyennes, bonsoir” et ne parlez plus de “football” mais de “football circus”.

“La solution n’est jamais dans le renoncement, lance-t-il en regardant son affiche gaullienne. Je ne serai jamais un planqué, un tout mou, un mièvre. Le politiquement correct, je n’y arriverais pas. Il y a des commentateurs planqués, ça c’est clair ! […] Mais je ne fais pas ça pour provoquer les gens, je considère que c’est ma mission de donner certains éléments de compréhension.”
Le décalage entre la prétention de Stéphane Guy et la réalité est infernal (Wayne Rooney).


LES GRANDES NOUVELLES DE LA SEMAINE

“Il collabore aussi avec Karim Djourdem qui se fait appeler Karim Bernes, sur les réseaux sociaux.”
L’Équipe nous informe que Vadim Vasilyev est devenu agent de joueurs, et que ses relations sentent le professionnalisme à plein nez.

“Le Russe s’est entouré de Bachir Néhar, l’intendant des Bleus.”
Ce mouvement de Vadim est beaucoup plus malin. Quoi ? Quel conflit d’intérêt ?

“Je ne mélange pas les deux fonctions. Quand je suis avec l’équipe de France, je ne travaille pas pour Vadim. C’est aussi notifié noir sur blanc dans mon contrat avec la FFF.”
Alors si c’est marqué dans votre contrat FFF, il n’y a pas de soucis, Bachir Néhar.

“Pour fluidifier les relations avec Paris et Mbappé, les Bleus disposent d’un atout non négligeable : proche de la famille du joueur depuis sa période monégasque, l’intendant des Bleus Bachir Néhar assure régulièrement, et pour des sujets très divers, le pont entre les deux parties.”
L’Équipe en rajoute une couche sur Bachir Néhar, que personne ne connaissait avant.

“Sarr était prêt à prendre l’avion qui l’attendait sur le tarmac. Le Bayern Munich a, lui, montré moins d’empressement. Les échanges entre les staffs médicaux ont été rendus peu fluides par la présence des médecins bavarois avec la sélection allemande.”
Vous vous rendez compte de ce que nous apprend L’Équipe ? Si seulement il y avait eu un Bachir Néhar allemand, alors Bouna Sarr aurait pu fêter une première convocation en équipe de France.

“Quand « le Prez » (c’est ainsi qu’on l’appelle à la fédé) redescend, accompagné de sa directrice générale, toutes les tables sont pleines et dans l’euphorie du moment, personne n’a songé à lui réserver une place. Il apprécie moyennement.”
L’Équipe. Si Jérémy Toulalan avait été encore là, il aurait sûrement trouvé une place pour Noël Le Graët à sa table, caché derrière les plantes vertes.

“Après le huitième de finale, France-Argentine (4-3, le 30 juin 2018), la fête se prolonge dans l’avion du retour en France. Certains parleront d’une « ambiance de carabins ». Quelques directeurs tombent la chemise, se montrent un peu lourds avec les hôtesses de l’air.”
On espère qu’il y avait du Zebda dans les oreilles pour justifier cette ambiance de foufous chez les directeurs de la FFF, L’Équipe.

“« J’ai senti que quelqu’un m’attrapait par la tresse de mes cheveux, confie-t-elle à L’Équipe. La même personne me ramène vers elle et me colle contre elle. Et là, je vois que c’est Marc Varin. Je me dis : bourbier. » Le directeur financier est le supérieur direct de Raphaëlle.”
OK, ça par contre, personne ne peut le justifier.

“Interrogée par la police, Florence Hardouin a adressé « un rappel à l’ordre » à son directeur financier en guise de sanction.”
Et au bout de 20 sanctions, on peut avoir un blâme. Et au bout de 20 blâmes, on peut être rétrogradé hiérarchiquement.

“Bruno Genesio et le Beijing Guoan sur le podium du Championnat chinois.”
S’il s’était appelé Brunão Genesiez, sûrement qu’il aurait eu droit à un peu plus qu’une brève dans l’Expresso, hein L’Équipe ?

“M6, qui avait prévu de travailler sur un magazine à la dimension spectacle l’été dernier, hésite désormais sur l’investissement financier à mettre sur l’encadrement des matches et se décidera d’ici Noël… en fonction de la pression économique du moment.”
L’Équipe. On reprendrait bien un peu de crise économique, non ? Pas sûr que le monde soit prêt pour une émission “spectacle” sur le foot animée par David Ginola.

“En fin de matinée, Delcourt et Linarès tiendront une conférence de presse où ils préciseront certainement la composition d’un staff au sein duquel Grégory Coupet, l’entraîneur des gardiens, pourrait prendre du poids.”
L’Équipe nous confirme que Coupet est sur la voie de son mentor, Joël Bats.


LES QUESTIONS QUE PERSONNE NE SE POSE

… sauf L’Équipe :
“Depuis le début du mois de novembre, la Juventus a intégré un programme de reforestation et finance la plantation de 200 arbres à chaque but marqué. Mais cette démarche a-t-elle un impact positif sur l’environnement ?”
Plus que faire de la publicité pour Jeep sur son maillot, vous voulez dire ?

… sauf Noël Le Graët :
“La “grande” (surnom donné par Le Graët à Florence Hardouin, DG de la FFF, ndcvm), elle ne me demande pas toujours mon avis… À quoi je sers alors ?”
Vous voulez vraiment le savoir, Noël ?

… sauf les Girondins de Bordeaux :
“Que valent 25 matches à Marseille face aux 181 sous la tunique au Scapulaire ? Que valent trois saisons dans la cité phocéenne quand un garçon est arrivé chez vous à l’adolescence pour en repartir à 27 ans ?”
Pour Grégory Sertic, ça vaut une certaine réputation visiblement.

…sauf L’Équipe :
“Marseille est-elle plus une ville de foot que Paris ?”

… sauf Luis Enrique, apprenant en conférence de presse que l’Espagne venait de jouer un quart d’heure à 11 contre 10 :
“Quelle expulsion ?”

…sauf RMC :
“Est-ce que Ronaldo fait partie des plus grands joueurs de l’histoire ?”
“Est-ce que Ronaldo aurait été aussi fort sans Lionel Messi ?”
“Est-ce que Ronaldo a fait une erreur en signant à la Juve ?”
Portugal-France vu par RMC n’est pas un match de foot.


LA THÉORIE QUI FAIT REFLECHIR DE LA SEMAINE

“Ils créeront eux mêmes les virus et ils vous vendront les antidotes. Par la suite, ils feront semblant de prendre du temps pour trouver la solution alors qu’ils l’ont déjà.”
Enchaîner une citation de Kadhafi quelques jours après un tweet sur George Orwell, c’est la belle performance intellectuelle d’Alaixys Romao, dit “la Juliette Binoche du Trégor”.


LES COMPARAISONS FOIREUSES DE LA SEMAINE

“Le premier étage de cette fusée doit être lancé dès l’assemblée générale de la LFP du 10 décembre, puisque les statuts de l’instance doivent être modifiés afin d’ouvrir la porte à une filiale commerciale.”
Le retour de la fusée à plusieurs étages chez L’Équipe, l’autre classique avec le communsymbole.

“1 – Le nombre de fois où les clubs français ont atteint la finale d’une Coupe d’Europe durant les cinq saisons où la Ligue 1 s’est jouée à 18.”
Pour combien de victoires, L’Équipe ?

“Mais, comme les résultats européens de nos représentants n’ont pas été à la hauteur des attentes, une majorité de clubs a voulu revenir en arrière.”
Pas besoin d’aller chercher la réponse bien loin, L’Équipe. Elle se trouve quelques lignes plus bas dans votre article.

“Bien sûr que c’est leur (aux joueurs de foot, ndcdvm) rôle de s’impliquer car ce sont des lanternes pour la jeunesse.”
Et il ne faudrait pas les prendre pour des vessies, Jérôme Dumois.

“Cruyff et Platini étaient des architectes. Deschamps et Kanté sont des maçons. Un architecte sans maçon n’a que des dessins. Un maçon sans architecte est capable de dresser un mur, même pas très droit. Zidane, l’architecte, voulait jouer avec le maçon Makelele. Le buteur de Deschamps au Portugal fut Kanté, ce qui n’est pas un hasard. D’habitude, Deschamps a une équipe de maçons avec un feu follet devant: Mbappé actuellement blessé. Kanté est un soldat exemplaire: comme il sent bien le jeu, c’est un immense récupérateur et bon premier relayeur. Toujours volontaire, appliqué. D’une humilité incomparable. Le joueur rêvé dans sa fonction. Un vrai trésor défensif.”
La France joue le Portugal donc combo architecte/maçon, avec cliché sur le gentil N’Golo Kanté, l’humilité incarné. Bernard est une caricature du journaliste sportif.


LA DREAM TEAM DE LA SEMAINE

via L’Équipe :

Pour une analyse plus détaillée, direction l’Éditroll de la semaine.


LES ANALYSES DE LA SEMAINE

“Ancelotti disait qu’un bon entraîneur était celui qui arrivait à garder mobilisés ceux qui jouaient moins. C’est le cas de René. En termes de jeu, il s’adapte davantage aux joueurs qu’il a à sa disposition plutôt qu’à l’équipe adverse.”
Pierre Ferracci, président du PFC, en pleine lune de miel avec René Girard.

“Parmi les alternatives : davantage de coups francs indirects, le fait que la victime de la faute soit le tireur, reculer le point de penalty ou encore imaginer un face-à-face en mouvement depuis le rond central…”
L’Équipe tente d’imaginer des solutions alternatives aux penalties, dont le nombre explose depuis quelques années. Ils n’ont pas pensé à ne donner que 0,5 but pour un penalty réussi, parce que c’est vrai que c’est quand même vachement facile à marquer.

“Le Portugal-France de samedi soir à Lisbonne, du coup, sera un poil plus tendu. Et vraiment très attendu.”
Et c’est Vincent Duluc qui gagne une bière offerte par les potos de l’Equipe pour cette blague très fine, tout en sous-entendu léger.

“Le conseil que je donne aux footballeurs de renom est de rester en dehors des sujets compliqués, comme le terrorisme ou la religion, car un mauvais post peut avoir un gros impact.”
Voilà, écoutez cet ancien responsable de Nike France et contentez vous d’aider à vendre des chaussures, des pizzas ou des paris sportifs.

“Deschamps a le mérite d’avoir tourné la page lourde et minable de la fin de l’époque Domenech. Les amateurs de jeu offensif resteront toujours sur leur faim avec Deschamps, mais la victoire lui donne raison.”
Laurent Blanc sélectionneur n’a jamais existé pour Bernard Morlino, tenant du ministère du Football de la vérité.

“On croyait que la femme était l’avenir de l’homme mais dans le football on se rend compte qu’elles peuvent être aussi connes que les hommes. En politique pareil. Elles réagissent comme les mecs, même pire.”
Raymond Domenech apporte son soutien à Corinne Diacre et devrait lui proposer son expertise reconnue à l’international en communication média et gestion d’un groupe.

“L’Arabie saoudite est un vrai pays de foot.”
D’accord, mais plus ou moins que Marseille, Hervé Renard ?


LES RECTIFICATIFS DE LA SEMAINE

“Le papa, maçon portugais, la maman française, lui né à quelques kilomètres du stade de France.”
Grégoire Margotton évoque Raphaël Guerreiro et ses parents pendant la première mi-temps de Portugal-France.

“Je voudrais tout de suite mettre une vérité au point. Il n’est pas maçon le papa de Raphaël Guerreiro, il est employé pour un fournisseur de boisson dans la région parisienne. Grâce lui soit rendue, il n’est pas maçon, on va éviter le cliché, c’est toujours un cliché. La vérité est de retour.”
En ces temps troubles de fake news, Grégoire Margotton dès le début de la deuxième mi-temps tape sur le museau de Ouest France et rétablit la vérité.


LES TITRES DE LA SEMAINE

“Vasilyev, l’agent discret”
Hommage à Sean Connery avec cette référence très “Guerre Froide” de L’Équipe.

“Jeux de trône”
Non L’Équipe, purée, NON ! Déjà parce que c’est votre une, et que c’est dégueulasse de la barrer d’un jeu mot aussi pourri. Et ensuite, parce que la traduction française de cette saga est “Le trône de fer”.

“La droite est en marche”
L’Équipe n’est pas trop dans la mouvance islamo-gauchiste.


LES BONAS DE LA SEMAINE


Merci à Captain Raï

Le comité revient la semaine prochaine.

Si vous voyez ou entendez quelque chose qui devrait figurer dans cette colonne, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante: [email protected]

Terminalector

Je suis la majuscule sur ton gentilé. Je suis l'ordre et le chaos de la modération. Je suis la loi en tribune.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.