Bon appétit Pelé : Le gravlax de bébé

(Episode 28/32) Après avoir excité nos papilles tout au long de la Coupe du Monde 2014, Parie-Maule revient munie d’un défi de taille : vous proposer une recette par jour, une pour chaque pays qualifié. Aujourd’hui, Parie-Maule prend congé de la Suède.

Hécoucou les amis,

Aujourd’hui, exceptionnellement, je vous fais pas de recette d’une équipe qui joue, hé, parce que j’ai plus que la Croatie en magasin et que eux, on les reverra de toute façon ce week-end. Il me reste qui dans les éliminés, donc ? La Suède, le Japon, le Brésil ? Allez, va pour la Suède.

Le truc avec la Suède, c’est que j’ai vraiment eu aucune ressource à proximité pour m’orienter vers une recette, hé. Au camping de Lalbenque, ça fait des années qu’on n’a pas vu de Suédois. Les derniers, de mémoire c’était au début des années 1970, une équipe de tournage qui était venue pour un film d’art et d’essai. Ils avaient fait jouer des figurants du coin d’ailleurs, j’avais tourné une ou deux scènes… si quelqu’un me retrouve une édition DVD, faites-moi signe, hé. J’ai demandé à Gustave ; sur son smarphone il a mis les mots de guique que j’ai pas tout compris, un truc comme « vintage swedish movie camping ». Hébé je me suis pas reconnue sur les images.

Et c’est pareil dans tout le département, hé, y en a pas un qui connaisse la Suède ou qui parle un peu de suédois. Le premier Ikea, il est à Toulouse mais pour Gustave, c’était hors de question de m’y emmener, il a toujours pas digéré la barrière de péage de Roques-sur-Garonne, j’ai eu beau lui dire qu’ils l’avaient supprimé il y a vingt ans, rien à faire, il reste droit dans ses bottes le Gustave.

Donc on a fait ça sans filet, hein, tout au smarphone, mais attention, hé, pas du Wikipédia bêtement pompé ou je ne sais quoi, hé. On a cherché, on a recoupé et tout, de l’investigation, du quasi-universitaire, et le tout pour vous donner une recette suédoise aussi authentique que si c’était Gustav le Gourmet qui nous l’avait donnée en personne, hé.

 

Alors, on a commencé par chercher un nom de recette qui faisait bien suédois. Parce que « boulettes » ou « saumon », c’est nul, « Wasa » ou « Krisprolls », c’est convenu, et « tvättbjörn » ça veut juste dire « raton-laveur » et ça n’a donc rien à voir avec notre sujet. Là, Gustave il a trouvé « gravlax ». Bouducon, bingo, on a dit. Gravlax ça sonne bien suédois, c’est quand même un mot qu’obn peut prononcer même à Lalbenque, et apparemment c’est bien une recette. De là, on a juste eu à dérouler, en cherchant bien toutes les ressources qu’on trouvait sur le smarphone.

Alors, gravlax, ça vient de « grav », enterrer, et de « lax », bébé. Donc, le gravlax, c’est du bébé enterré, quoi. Bon, j’avoue que ça nous a un peu surpris au départ, mais il ne faut pas oublier que les Suédois, c’est un peuple du Nord. Et dans le Nord, eh, on a bien suivi les actualités, on sait que là-haut ça arrive de congeler des bébés, sauf qu’au temps des Vikings, hébé ils avaient pas de congélateur. On a fait des recherches, et l’un dans l’autre, on a vu que dans le temps, on conservait les bébés en les salant, en les séchant et en les enterrant dans un trou. Hébé pourquoi pas, hein, après j’avoue qu’exceptionnellement, on n’a pas eu le temps de préparer la recette ; d’abord parce que dans le Lot on n’est pas dans le Nord, c’est pas facile de trouver du bébé à cuisiner facilement. Autant pour la cuisine asiatique, on a pu aller au China Market de Toulouse, il est du bon côté du périphe, autant pour les Suédois, on peut pas aller à l’Ikea de Roques-sur-Garonne voir s’ils ont des bébés à cause que Gustave il a toujours pas digéré la barrière de péage d’il y a vingt ans.

En plus, ça nous a pris du temps, de traduire toute la recette du suédois avec le smarphone à Gustave, hé, donc ce que je vais faire : je vous donne la recette, et s’il y a des lecteurs du Nord qui peuvent facilement treouver des ingrédients et nous dire que ça vaut, hébé qu’ils nous envoient un petit mot, d’accord ? Allez, zou.

 

Le gravlax de bébé

1 kg de filets de bébé (avec la peau, sans les arêtes ; oui, en Suède, ils disent les arêtes, mais c’est nrmal, j’imagine, un bébé ça a de petits os)
4 cs sel
4 cs sucre
20 grains de poivre blanc pilés
1 bouquet d’aneth

 

Alors vous commencez par bien sécher le bébé, et vous le recouvrez en frottant sur toute sa surface le mélange sel, sucre, poivre. Ensuite, vous recouvrez tout le bébé de feuilles d’aneth.

Vous emballez le tout étroitement dans du film alimentaire, et vous faites peser un poids sur toute sa surface (assiettes, lourde planche à découper, etc.). Vous laissez mariner deux jours au réfrigérateur. Apparemment, d’après la recette, le bébé va rendre beaucoup d’eau donc, toutes les 8 à 12 heures, il faudra ôter l’eau qui se forme.

Avant de servir, vous ôtez la garniture du bébé en le raclant ou bien en le passant sous l’eau froide. Mais dans le second cas, attention, il faudra bien sécher le bébé aussitôt après. Vous le servez en tartines ou en verrines, décoré de quelques feuilles d’aneth.

 

Allez, vous voyez, le gravlax de bébé c’est une recette qui d »mande de la patience, mais c’est facile, le plus dur c’est comme tous les trucs exotiques, hé, c’est de trouver de bons ingrédients frais. Té, en bonus, on vous a même trouvé la sauce pour accompagner votre gravlax de bébé, il suffit de mélanger tout ça :
– 3 cuillères à soupe de miel
– 3 cuillères à soupe de moutarde douce
– 3 cuillères à soupe de vinaigre blanc
– 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
– Une botte d’aneth ciselée
– Sel et poivre

 

Promis, dès que je trouve le moyen de la faire cette recette, j’en fais une pour le comité des fêtes, on se fera une soirée viking ça nous changera des canards gras. D’ici là, bon appétit bien dur.

 

Parie-Maule

 

NDLR de dernière minute : d’après notre académicien suédois, il semblerait que Parie-Maule ait commis une très légère erreur dans la traduction, et que le mot « lax » signifie « saumon », et non « bébé ». Dans l’attente de vérifications plus précises, nous présentons d’ores et déjà nos excuses aux lecteurs qui se seraient déjà procurer un bébé, et les invitons à congeler celui-ci dans l’attente d’une autre recette, cette fois-ci authentique. Merci de votre compréhension.

Parie-Maule Pelé

Experte cunilaire à tendance footballistique, secrétaire perpétuelle de la confrérie de la truffe et du canard gras de Lalbenque (Lot).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.