Alerte spoiler : Les prévictions du groupe B

Ce texte a été soumis avant les premiers matchs de poule. Il n’en reste pas moins d’une actualité poignante. Cordialement, le service relecture et justification des retards.

Les prévictions de Nostradanus, groupe B :

Amoureux du tarot et des sciences occultes,

L’heure est grave. En la perfide Albion, des tensions populistes et un opportunisme politique sidérant ont mis le pays devant un choix crucial, et nous attendons avec inquiétude le résultat du référendum pouvant mener à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne… Non je déconne, en tant que supporters français, nous attendons surtout avec fébrilité la sortie de l’Angleterre de l’Euro 2016. Sera-ce dès les poules ? Vous le saurez ici avant tout le monde.

Pour rappel, cliquez ici pour ma présentation, ma méthodologie et un aide-mémoire sur le sens des arcanes mineurs.

Pour les prévictions des groupes A, C, D, E et F, cliquez sur les lettres correspondantes (au terme de la première journée de la phase de groupes, tous les liens seront valides).

I) Les équipes
II) Les matchs
III) Résultats et classement final

 

  1. Les équipes : Pays de Galles, Slovaquie, Angleterre, Russie

Voici le tirage du groupe B, et l’interprétation associée.

Le Pays de Galles.

Cet article est garanti sans jeu de mots avec la chanteuse.

null

S : Gareth Bale

Bonne nouvelle, le 10 de Bâtons, cette fois à l’endroit contrairement au tirage français du groupe A, indique l’arrivée de responsabilités bienvenues et une entente entre collègues qui est guidée par un désir de succès. Autant dire que le 11 du Poireau (ce n’est pas une carte, c’est le surnom de l’équipe au rugby un peu adapté) a un excellent d’état d’esprit, mais ça se gâte vite : le 5 de Deniers présage une perte lourde, entraînant de gros doutes, des difficultés et une certaine pauvreté d’esprit. En termes footballistiques pour ceux qui ne lisent pas aussi bien que moi le langage des arcanes, les Gallois doivent se séparer dès le début d’un élément important de leur équipe (Ramsey ? J’entends le Père Fidalbion s’étrangler d’ici), d’où une remise à plat de leurs projets de jeu initiaux pour un football bien plus minimaliste. Cela leur coûtera évidemment cher dans le groupe d’un des favoris de l’Euro (ne riez pas), et c’est bien le défaut pointé par le Valet de Deniers, personnage mesquin à la logique épicière, qui annonce donc naturellement des petits gains et des petites pertes. En langage football c’est évident, nous n’aurons sans doute pas de gros scores avec eux. Malgré tout, le 10 de Bâtons étant une carte très positive (rappelons le caractère transcendant du 10), ces manques seront finalement outrepassés par le collectif. Le leader naturel de l’équipe (il semble que dans ce pays, il y ait un lien avec les oreilles) jouera en particulier un grand rôle, et étonnamment le Roi d’Epée désigne un personnage rationnel, logique et très intelligent. Ce brave Gareth n’a pas tellement le profil, mais les cartes dans leur grandeur peuvent aussi désigner une fonction : il y a donc fort à parier que Bale sera de facto le meneur de jeu dans la nouvelle organisation offensive.

Tl;dr : Grosse cohésion mais une blessure très handicapante, jouera sur des petits scores, Bale en meneur de jeu ou organisateur.

La Slovaquie.

Je n’ai rien à dire sur cette équipe, donc voici de quoi me faire pardonner

S : Marek Hamsik

Aïe aïe aïe, quel tirage horrible, la Slovaquie pue la merde, ça saute aux yeux non ? Bon d’accord, je vais vous expliquer. Le 3 de Bâtons inversé, déjà vu avec la Suisse, est une carte d’énergie renversée contre soi-même voire avortée, et avertit ainsi contre les opportunités manquées par obstination ou arrogance, autant dire qu’on a affaire à des têtes de cons. Des têtes de cons qui ne sont pas contre les coups bas et les fautes de Sergio Ramos salope pour l’emporter, dixit le Diable en position de Force. Cela pourrait marcher quand même, me direz-vous ? Eh bien non, la Faiblesse est le 7 (chute) de Deniers (argent, matériel) inversé, carte peu optimiste, dénote un travail très difficile qui n’apporte que peu de gains et provoque un sentiment d’échec grandissant. Pour couronner le tout, le capitaine de l’équipe Marek Hamsik (bien sûr, je l’ai lu dans les cartes) a hérité du 6 de Deniers inversé qui annonce une perte matérielle due à la stupidité ou la distraction. Carton rouge, blessure idiote, faites votre choix !

Tl;dr : Une vraie bonne équipe de tocards qu’on aura à peine l’énergie de détester.

L’Angleterre.

Trop effondré après la non-sélection de Theo Walcott, je n’agonirai finalement pas d’injures les sujets de Sa Majesté dans cette phrase.

S : Wayne Rooney

Vous allez être témoins ci-dessous de mon incroyable mauvaise foi, pardon mon incroyable faculté à saisir les nuances d’un tirage et les lectures à plusieurs niveaux. Il serait trop facile de croire que l’Angleterre a de bonnes cartes, oh oui monsieur ! Mais cela ne se passera pas comme ça, pas dans mon article. Venons-en au fait : l’Angleterre a beaucoup travaillé, et a réussi (enfin) à atteindre une bonne solidité sur les plans tactiques et collectifs. En effet, le 3 n’est que croissance et succès et on en a déjà assez dit sur les Deniers, donc cette lame loue le travail accompli pour parvenir à la maîtrise et la confiance.

Evidemment, cela amène une énorme hype sur les Rosbifs, mais curieusement, ils n’arriveront pas vraiment à concrétiser ces attentes : l’Impératrice est associée à la fertilité, donc en carte inversée elle désigne bien sûr la stérilité. Malgré tout, Rooney sera de son côté très bon car le 3 (encore) de Coupe (Créativité) est une carte de renouveau, de célébration, de joie personnelle. A n’y rien comprendre hein ? Et ce n’est pas fini. L’Etoile est un arcane majeur extrêmement positif en temps normal, synonyme d’Espérance au plus haut degré. Cependant, c’est ici la Faiblesse : la seule interprétation raisonnable est que les réels progrès de cette équipe risquent de leur monter à la tête.

Si cela vous paraît complètement tiré par les cheveux, surenchérissons avec la combinaison 3×3 (l’Impératrice est le troisième arcane majeur), qui indique que les choses ne sont pas comme elles semblent être. Ca y est vous êtes convaincu ? L’Angleterre sera une fausse bonne équipe, voilà c’est prêt, servez froid avec une pincée de sel.

Tl;dr : Haters de l’Angleterre, ne flippez pas trop, elle aura l’air forte mais sera en fait assez inoffensive.

Russie.

Nous c’est la Russie et toi t’es qui ?

S : Aleksandr Kerjakov

Alors ça c’est des cartes rigolotes ! Pas une pour rattraper l’autre. Le Cavalier de Deniers inversé parle de limitation pratiques et de difficultés au travail : l’effectif n’a pas bien été renouvelé. La Reine de Deniers (en Faiblesse) est un personnage dont les défauts sont d’être plutôt égoïste et peu partageuse, le mot « collectif » risque donc d’être un peu trop flatteur pour ces individus.

La Force est un peu plus difficile à lire : le changement par le conflit s’opère puisque c’est un 5, et il s’agit d’une bataille stratégique puisque c’est une lame d’Epées. L’inversion signifie donc une défaite après une bataille stratégique, et qu’il faut passer à autre chose. Comme cette carte est leur force, les Russes ne seront pas réellement affectés par les défaites (liées à leur tactique lamentable), ce qui est à peu près aussi russe que Vladimir Poutine qui chasse l’ours torse nu, ou la victoire en 1945 avec 20 millions de morts si on y réfléchit.

Pour parachever le tableau, j’ai choisi d’observer plus longuement Kerjakov, et c’est une personne ennuyeuse, brutale, obstinée, qui ne veut pas voir la raison : visiblement, il vendangera comme un âne, ce qui devrait rappeler aux supporters le 11 juin au Vélodrome un certain Romain A.

Tl;dr : Le seul point fort de cette équipe : s’en foutre des défaites et de leur jeu déplorable, ainsi que de leur attaquant nul à chier en plus d’être un connard. Voilà.

La carte volte-faciale du groupe.

Les Epées désignent la raison et la logique et l’As une puissance particulière, donc naturellement l’As d’Epée inversé évoque des retards, de l’incompréhension, et même l’impression qu’une force invisible s’oppose à nous, ce qui semble très injuste. C’est une carte parfaite pour ce rôle précis, car elle pourra suivant les contextes révéler un arbitrage scandaleux, une chance improbable, les dieux du football qui font des leurs, voire même des querelles…

II) Les matchs.

Pays de Galles-Slovaquie

Comme d’habitude, il est préférable de commencer à regarder les synchronicités (si on assiste à un séminaire à 10000 euros sur la recherche de soi), c’est-à-dire les combos (si on boit avec un ami ancien joueur de Yu-Gi-Oh). Ici, il n’y en a qu’un seul, et c’est la présence de pas moins de cinq cartes de Deniers dans le tirage. Il renforce les effets de ces cartes, et l’idée même de Deniers, ce qui présage donc de pas mal de buts. Le 4 de Deniers ne détermine pas grand-chose tout seul vu sa position, car il évoque la stabilité financière et la progression en pouvoirs et responsabilités  : il s’adresse donc probablement à l’équipe gagnante. Le suspense est total quand à son identité, puisque le 9 de Coupe gallois est une carte shonen (il y a encore des fans de Yu-Gi-Oh qui traînent ici, je vois tout) : l’accomplissement du 9 se marie au côté émotionnel et créatif de l’Eau, d’où un grand bien-être et une explosion créative, tout pour faire un match génial en résumé. Si on avait le moindre doute, les Bratisla Boys ne sont pas loin de représenter l’opposé : le Chariot, carte d’abnégation et d’épreuves qui nous forgent, ici inversé dit précisément que le travail dur ne paie pas, ce qui nous dégoûte et nous fait nous effondrer. J’ignore ici le 4 de Coupe car la peur d’être seule me paraît davantage référer aux supportrices slovaques qu’au match, laissez-les-moi.

Bref, une bien belle rouste en perspective (gardons br**lée pour un usage ultérieur), avec peut-être même le capitaine slovaque qui pète un plomb ou se craque littéralement vu son 6 de Deniers inversé. Il y a de quoi envisager un 4-0, mais le Valet de Deniers gallois incite à un minimum de modestie, et nous allons nous contenter de trois buts.

Tl;dr : 3-0 pour le Pays de Galles, bonus éventuel carton rouge ou blessure de Hamsik.

Fiabilité : 97%, les arcanes ont tout dit.

Angleterre-Russie.

Relis ceci plus haut, regarde les combos : 3 Cavaliers indiquent des soirées assez matures, le football est une fête et dans ce match, les vieux sont à la fête (vous l’avez ?), or les Anglais sont plutôt jeunes et les Russes plutôt vieux. Il y a quatre Deniers, d’où des buts comme dit plus haut. Enfin, seulement des cartes impaires (As,3,5,7,17), soit beaucoup plus de dynamique que de stabilité, le match sera animé !

Cela se confirme avec le 5 de Bâtons inversé, par lequel nous savons qu’il y aura des litiges nécessitant d’ « aller à la cour », c’est-à-dire de voir l’arbitre. Il y aura peut-être même des BAGARRES. Pour l’Angleterre et son Cavalier de Coupe inversé, nous avons affaire à un jeune talentueux mais peu motivé, à tendance velléitaire. La moitié des joueurs correspondant à cette description, je vous laisse faire votre choix. De son côté, l’équipe russe peut être dite en état de siège : le 7 de Bâtons fait appel à une grande ténacité pour lutter contre une situation difficile, mais promet qu’on s’en sortira si on tient. Il est donc clair qu’on les croira perdus pendant longtemps mais qu’ils ont une vraie chance de revenir. Pourtant ils sont nuls non, vu leur tirage d’équipe ? Eh oui, mais le Cavalier de Bâtons inversé va donner sa pleine mesure ici, incarnant un beau-parleur charmant à la langue de serpent, donc capable d’embrouiller l’arbitre. En combinant ceci avec l’ambiance et le dynamisme du match et le retour au forceps des Russes, on en déduit un match nul 2-2 après que les Anglais aient mené 2-0.

Tl;dr : 2-2 après que l’Angleterre ait mené 2-0, les Russes revenus de nulle part après une belle filouterie d’un des leurs auprès de l’arbitre.

Fiabilité : 30% mais 95% pour la baston.

Russie-Slovaquie.

Les Deniers sont en nombre comme depuis le début, des buts donc. Le 4 de Bâtons signifie un succès retardé, mais qui aura bien lieu (la stabilité du 4 n’est pas là pour rigoler). Et ce succès sera slave, car on ne peut rien faire avec la Force inversée : c’est la perte de force bien sûr, mais dans tous les sens du terme, y compris moraux. C’est le néant donc pour les russes, alors que la Slovaquie tire étonnamment bien parti de ses faiblesses habituelles : le Pape inversé dénote un rejet des valeurs traditionnelles ce qui va parfaitement avec le Diable, qui sait exploiter ces situations. L’effet amplificateur du 10 de Deniers (surtout avec le Pape, les arcanes sont bien faits quand même) insiste sur le fardeau de la tradition. Les Slovaques réussissent donc, contre toute attente et en jetant leur plan de jeu aux orties, à s’imposer sans problème contre une équipe russe totalement aux fraises.

Tl;dr : 2-0 pour la Slovaquie, victoire tardive mais normale car la Slovaquie a tout changé (et ça paye) tandis que la Russie est nulle à chier, mais alors vraiment.

Fiabilité : 90%.

Angleterre-Pays de Galles.

Aïe Gouffran. Aïe Gouffran (vous le lirez fréquemment dans ces lignes, j’en ai peur), la Maison-Dieu est là ! La carte la plus terrible d’entre toutes, annonciatrice de chaos et de destruction. Pour traduire, un fait de jeu ENORME (y-a-t-il une taille de police plus grande ? Je suis aussi incompétent en traitement de texte au fait) changera ce match. Disons tout de suite que le facteur X n’est plus pertinent ici, la Maison-Dieu fait déjà tout, il reste donc à analyser les cartes des deux équipes. L’Angleterre bénéficie grandement du Chariot, déjà apparu plus haut, qui assure que le dur travail effectué porte vraiment ses fruits ici, et ils le méritent (j’ai envie de vomir en écrivant ça). De l’autre côté, le 5 de Bâtons fait allusion au caractère un peu factice de certaines batailles : on y met de la volonté, une certaine hargne même, mais pas de vraies conséquences et pas de rancoeur a posteriori. Il est donc indubitable que les Anglais gagnent, mais de peu (pour le Chariot, aucun succès n’est facile, et l’Impératrice n’aide pas non plus). Cela ne suffit pas à expliquer la Maison-Dieu et son caractère ENORME pour un fait de jeu. Le plus gros événement qu’on puisse imaginer est donc à prévoir : fauchage de l’attaquant par le gardien, rouge et pénalty (pas forcément volé, le Chariot indique le mérite et le 5 de Bâtons exclut la rancune). Il faut de plus que ce fait de jeu renverse le match. Ainsi, on peut parier que les Gallois menaient en fait avant cette action, et que cela permettra à leurs adversaires de finalement l’emporter.

Tl;dr : 0-1 puis 2-1 pour l’Angleterre après un penalty et l’expulsion du gardien gallois dans la même action.

Fiabilité : 75%, regardez ce match il y aura du bordel.

Russie-Pays de Galles.

Pour commencer, c’est la fête des combos ici : pas moins de six Epées donc une dominance claire de la raison. Deux 10 impliquent des coups de chance, deux Rois une coopération et deux Valets des problèmes amenés par des amis, il y a donc de quoi faire. Pour les cartes elles-mêmes, le Valet de Coupe, générateur d’impulsions créatives, indique un beau match. Les Gallois se montrent par ailleurs irréguliers de par leur 7 d’Epée, mais les Russes font encore moins bien puisque le 10 d’Epée inversé dénonce la pensée négative, un ennemi intérieur (psychologique) qui en plus a le mauvais goût de contrecarrer leur bien maigre force qui était de ne pas douter. Le 4 de Bâtons inversé apporte seulement une information temporelle, qui est le retard du succès. Seule ma grande science des arcanes me permet de combiner toutes ces informations pour annoncer que la Russie ouvre le score, avant que les Gallois ne se remobilisent et égalisent de manière plutôt chanceuse, ce qui fait retomber les Russes dans leurs travers et permet aux potes de Bale d’emporter le morceau

Tl;dr : 1-2 pour le Pays de Galles, après que les Russes aient mené 1-0, on peut quasiment dire qu’ils se sont battus tout seuls.

Fiabilité : 35%, avez-vous lu le scénario du match ?

Slovaquie-Angleterre.

HAHAHA incroyable, je n’aurais pas mieux pu truquer les cartes moi-même ! Bon je me calme, mais vous aurez sûrement déjà deviné. Deux petits combos, le classique Deniers donc buts et quatre 3, qui est à la fois signe de créativité et de ténacité. Le 5 de Coupes inversé fait poindre au loin un espoir prudent et une mauvaise période qui s’achève, à voir pour qui. Le 4 de Deniers est une carte d’assurance au sens propre, puisqu’elle désigne la sécurité financière, bon à prendre en dernière journée de poules pour la Slovaquie non ? De l’autre côté, elle est déjà apparue en deuxième journée et n’est pas meilleure ici, la Force inversée désigne l’abandon de tout courage et de toute force morale, l’espoir s’éteint (ça défonce même l’Etoile du tirage anglais, si si). Pourtant, nous sommes bien d’accord que la Slovaquie avait un tirage affreux, que s’est-il donc passé ? Eh bien encore une fois le facteur X nous renseigne, car le 9 d’Epée est une des plus sombres cartes possibles : oppression, peur, souffrance immense et désespoir, tout le tralala. Vu la thématique globale ici, une grosse blessure est le plus probable. Or, qui incarne le mieux l’espoir anglais que le héros de tout un peuple, Wayne Rooney ? Le pauvre se blessera donc très sérieusement, et le reste de son équipe ne s’en remettra pas.

Tl;dr : 2-0 Slovaquie, après une grosse blessure de Rooney qui aura mis les Anglais vraiment en dedans.

Fiabilité : 60%, il n’est pas à exclure que les Forces Supérieures aient juste voulu me faire plaisir.

III) Résultats et classement final :

Résultats :

Pays de Galles-Slovaquie : 3-0
Angleterre-Russie : 2-2
Russie-Slovaquie : 2-0
Angleterre-Pays de Galles : 2-1
Russie-Pays de Galles : 1-2
Slovaquie-Angleterre : 2-0

Classement final :

  1. Pays de Galles 6 points
  2. Slovaquie 6 points (à la différence de buts particulière)
  3. Angleterre 4 points (différence de buts -1)
  4. Russie 1 point

Après un premier match infâme, la Slovaquie change astucieusement de stratégie (comprendre : improvise totalement) mais ça marche et elle finit deuxième. Le Pays de Galles est pendant ce temps-là régulier alors que l’Angleterre, trop confiante après ses 4 points en deux journées, se fait piéger et surtout perd Rooney. Elle devra attendre les autres groupes pour savoir si elle est qualifiée. Enfin, la Russie aura fait un Euro dégueulasse, sans la moindre qualité de jeu.

Nostradanus

Je tire les cartes plus vite que je ne tire vos mères.

2 commentaires

  1. Pas trop mal pour l’Angleterre, à voir après la troisième journée si nous aurons un grand chelem.

  2. Je note une erreur de recopie à la toute fin de l’article en me relisant : le 2-0 de Russie-Slovaquie est pour la Slovaquie, pas la Russie (le classement final est donc juste, lui).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.