Alerte spoiler : les prévictions du groupe E

Rappel du service relecture et publications tardives : cet article a été écrit avant les premiers matches de poules.

Les prévictions de Nostradanus, groupe E :

Sans doute le groupe le plus intéressant des six, c’est surtout le groupe des boulards, avec la Belgique qui mise sur un collectif d’egos assez impressionant alors que la Suède mise tout sur Zlatan comme d’habitude. L’Italie a donc fait une grave erreur en ne sélectionnant pas Balotelli qui aurait brillé face à une telle concurrence.

Pour rappel, cliquez ici pour ma présentation, ma méthodologie et un aide-mémoire sur le sens des arcanes mineurs.

Pour les prévictions des groupes A, B, C, D, et F, cliquez sur les lettres correspondantes.

I) Les équipes
II) Les matchs
III) Résultats et classement final

I) Les équipes : Irlande, Suède, Belgique, Italie

Irlande.

Spécialistes des champs de patates, les pelouses trop lisses risquent de les perturber.

S : Robbie Keane

Les quatre cartes sont renversées, ça part mal. La première, en tant que 10, traduit un transcendance qui ne s’est pas accomplie et dont on paye l’échec. Comme c’est ici une lame de Coupes (donc relative aux émotions), elle signifie qu’on est en proie à des querelles et des conflits. Le groupe ne vit pas bien. Dans la même veine optimiste, le 3 de Bâton inversé est la carte des occasions manquées par arrogance. Il faut absolument lui trouver quelque chose de positif vu que c’est censé être la force irlandaise, donc on va dire que cette équipe joue sans complexe. Pour la faiblesse c’est plus facile, le 9 inversé est un accomplissement raté (ou mal géré), encore une fois de Coupes, donc de la complaisance voire de la flemme entravant lourdement la réussite de cette équipe. Pour conclure parce qu’il n’est vraiment pas la peine de s’attarder sur un tirage aussi peu ambigu, l’As de Bâton inversé indique au sujet de Robbie Keane une grosse énergie dépensée pour … rien. Eh oui, la créativité est absente, et donc on n’arrive nulle part même en courant partout (vous l’avez?). Bon, au moins il fait des efforts contrairement à ses branleurs de partenaires, vous me direz.

Tl;dr: Boulard, embrouilles internes, suffisance, c’est le Cameroun blanc. Robbie Keane est lui très impliqué, mais ses efforts peu inspirés ne payent pas.

Suède.

Vous vous rappelez quand l’icône de la Suède c’était ABBA ? C’était le bon temps quand même.

S : A votre avis ?

Quatre cartes renversées une nouvelle fois, ils font un concours avec l’Irlande ou quoi (attention ici il y a un piège, le Pendu est debout, donc en fait à l’envers) ? Trois valets pour commencer, ce qui présage d’évènements sociaux et de soirées, si ce n’est pas moi au milieu de trois jeunes Suédoises on s’en fout. Je n’ai pas suivi l’actualité de la sélection suédoise (n’en ayant à peu près rien à branler), mais les cartes l’ont fait pour moi : visiblement, le sélectionneur a été un peu trop conservateur, ou bien les joueurs s’accrochent trop au système de jeu actuel, car le Pendu inversé conseille de savoir parfois lâcher un peu de lest ou de contrôle pour mieux rebondir (always look on the bright side of life, comme on dit). Résultat, dans le jeu les scores-fleuves sont rarement au rendez-vous, vu le Valet de Deniers qu’on a déjà croisé. Comme c’est leur force, soyons indulgents, ils savent gagner petitement. Ces modestes succès sont déjà trop pour leur ego mal entraîné et c’est le claquage (sauf pour Zlatan, marathonien de l’enflage de chevilles). Résultat, les joueurs commencent à avoir des attitudes immatures dignes de collégiens. Enfin, la légende (à dire très vite pour ne pas mourir de rire) Zlatan se distingue encore une fois dans les matchs à enjeu puisque le Valet de Bâton dit qu’il est fatigué et manque de créativité, bravo champion.

Tl;dr :

Pas franchement mieux que les Irlandais, à part peut-être pour savoir gagner un match au raccroc. Le grand Zlatan sera fidèle à lui-même dans les grosses compétitions, à savoir en général inutile et sans allant.

Belgique.

Tous les Belges, sans exception, ont le crâne vide (Charles Baudelaire).

S : Eden Hazard

Chers lecteurs, je ne vous ai jamais menti. J’ai pu charlataner à l’occasion, mais mentir, jamais. Je dois donc avouer que je conchie la sélection belge et tout ce qu’elle représente. Eden Hazard, son entraîneur aussi antipathique que de mauvaise foi, Eden Hazard, ses talents individuels trop individuels qui en font une équipe totalement surcotée, Marouane Fellaini, un jeu au final assez dégueulasse qui mériterait une branlée en bonne et due forme, Eden Hazard… Bref je n’en peux déjà plus de la voir. Merci de votre attention, et passons aux cartes. Bien. Hm. AAAHHHHHH. Stop. Je vais faire un petit tour, tout casser, et revenir. C’est bon je suis assez calmé pour vous en parler. Les cartes mentent c’est évident ! Pour commencer (2 de Coupes), les Belges auraient soi-disant travaillé consciencieusement pour s’améliorer, et ajouté à leur arsenal offensif, mon cul ouais ! Et en conséquence, leur créativité serait encore plus grande grâce au Cavalier de Coupes, mais bien sûr ! Et pour couronner le tout, Eden Hazard serait personnifié par le Roi d’Epée, quelqu’un de très intelligent et rationnel, qui pense rapidement et donc avec un sacré sens tactique ! Vous y croyez vous ? Moi non, oubliez toutes ces conneries. La seule carte fiable ici est le 7 de Coupes inversé (« plus dure sera la chute » la résumerait bien), qui dit qu’il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, ni fantasmer le présent ou le futur. Voilà, ils y croient trop, je l’avais bien dit ! Chèvres va. Bon, eh bien je suis très content finalement, la Belgique a un tirage épouvantable.

Tl;dr : Je refuse de croire que la Belgique ait beaucoup travaillé, soit très bonne en attaque et menée par un Hazard lucide et excellent. Jamais de la vie, ils ont surtout le boulard et se voient déjà gagner l’Euro, c’est tout.

Italie.

L’équipe la plus élégante du tournoi, on peut les aimer jusqu’à ce qu’ils deviennent trop dangereux pour nous.

S : Verratti (oui je me suis fait avoir)

Sacré nom de nom, c’est compliquééééééé ! On dirait les colles posées par Zoroastre dans mon école de magie (BARRE) taromancie, j’avais toujours des notes de merde. Bon, le 9 de Bâton inversé de Verratti est au moins clair : perte de force, blessure. Evidemment, vous vous en foutez que je l’aie tiré il y a longtemps et donc je passe pour un con maintenant. La faiblesse maintenant ? Le 3 de Coupe, carte ultra-positive en principe (l’Angleterre l’a tirée aussi si vous vous rappelez), qui garantit le succès, la créativité, la vie sociale épanouie, donc si on doit vraiment trouver un défaut, ce serait que les joueurs s’entendent trop bien, et ne se disent pas tout ce qu’il faut sur le terrain.

Ouf, la force est plus facile à lire : le 6 de Coupe inversé indique qu’il faut couper le cordon avec le passé. Ici, l’interprétation est claire, la place à la jeunesse doit être laissée dans cette équipe. Je vais finir avec la carte la plus fumeuse, le Bateleur, qui aide à concrétiser les idées et les objectifs. Dans la suite des tirages, il est plus utile de considérer qu’il représente le coach Conte qui saura donc assez bien faire passer des plans de jeu.

Tl;dr : les cartes se perdent tout autant en conjectures sur le réel niveau de l’équipe italienne que de vulgaires journalistes sportifs. On peut juste dire que Verratti est blessé (no shit), et que Conte saura faire de bonnes stratégies.

La carte volte-faciale.

Le Cavalier de Deniers est ambitieux, et cette ambition passe par le travail et la ténacité.

Comme elle s’adresse à tout le monde, c’est l’équipe qui en voudra le plus qui passera (même si les cartes de l’Irlande semblent exclure cette combativité). Il faudra se battre jusqu’au bout pour se qualifier.

II) Les matchs

Irlande-Suède.

Beaucoup de Bâtons ici (un peu comme sur Horsjeu), donc beaucoup d’énergie et de puissance.

Ca va être amusant, vu qu’on a aussi la Justice inversée qui symbolise …l’injustice, fou hein ?

Pour les Irlandais c’est naze, le 3 d’Epée peut être vu comme un duel à trois (souvent appelé threesome dans le milieu), bilan c’est le bordel et la confusion règne, car chacun c’est que c’est très dur à organiser. Au contraire, les Suédois bénéficient d’une sacrée carte avec le 4 de Bâton inversé, qui indique une grande récolte et de la prospérité donc des buts vous l’aurez compris. Le facteur X du match résonne bien avec l’injustice, puisque c’est le Diable, il est donc facile de conclure que les Suédois joueront un sale tour à leurs adversaires à un moment et que l’arbitre n’y verra que du feu.

Tl;dr :L’Irlande est perdue alors la Suède déroule (aidée par l’arbitre en plus), c’est un 3-0 net et sans bavures pour eux (99% fiable, mettez votre PEL dessus, j’appelle votre banquier s’il le faut).

Belgique-Italie.

Encore une tannée à interpréter, je ne vous remercie pas messieurs. Pour les combinaisons on a deux reines donc médisance et rivalités, deux cavaliers dont on se fout (je fais ce que je veux) et plein de Coupes, ce qui accentue l’aspect émotionnel des cartes.

D’abord, l’Etoile inversée est le contraire absolu de son endroit, donc un espoir absolument éteint et un pessimisme très présent. Que cela peut-il bien signifier pour deux équipes en première journée de poules ? Je vous le demande. Une interprétation secondaire évoque un refus de laisser aller et une saturation, ce qui présage donc d’un match très tendu. Côté Belge, on regrettera sans doute grandement l’absence de Vincent Kompany puisque le 6 de Bâton (habitué de ces lignes), à l’envers, met en garde contre les difficultés au travail causées par un collègue, une bourde belge est donc de mise. Pour l’Italie, la Reine de Bâton est toujours aussi pénible à lire, donc on va garder son côté naïf et un peu facile à manipuler pour en conclure avec les cartes précédentes que la tension du match va mener un Italien à craquer, ce qui donnera un beau coup de main aux Belges. Le facteur X du match ne dit pas grand-chose de plus, restons-en là. Les deux équipes n’auront pas brillé, et c’est logiquement qu’on en déduit le 1-1.

Tl;dr : 1-1, match très tendu mené tôt par l’Italie sur une boulette belge, mais l’égalisation finit par arriver après qu’un Italien craque (31% fiable).

Italie-Suède.

Bon, les deux vieux amis représentés par les deux Cavaliers ne peuvent être que Zlatan et Thiago Motta. Est-ce important ? Non on s’en branle. Pour le jeu, ce sera bieng, le Cavalier d’Epée inspire des idées nouvelles, et on pense rapidement, pas comme avec ces cons d’Espagnols. Pour le reste, pas de doute ici : le 8 d’Epée Suédois, carte pénible comme beaucoup d’autres de la série, indique une restriction temporaire qui empêche de trouver des solutions aux problèmes qui se posent, et les soucis engendrés fatiguent énormément sur le plan mental (rappelons que les Epées sont liées à l’esprit et la raison). A l’opposé, le 10 de Bâton inversé est très positif, car il désigne la fin d’un travail dur, qui amène des responsabilités bienvenues, un succès partagé et globalement une grande générosité. La confirmation de cet écart de niveau évident est le 3 de Deniers inversé. Il augure à l’endroit du succès et d’une récompense, l’effet de l’inversion est ici temporel : si succès il y a (ce n’est pas sûr), il est pour l’instant complètement bloqué. Cela colle parfaitement avec la Suède qui serait qualifiée si elle gagne le match, et quasiment si elle fait nul. La conclusion est sans appel, l’Italie l’emporte, et on peut même connaître la manière : la force collective donnée par le 10 de Bâtons et exploitée par le Bateleur. Victoire nette, la Suède n’aura jamais trouvé la faille, donc un 2-0.

Tl;dr : 2-0 pour l’Italie, jamais inquiétée dans le match car très bien organisée. La Suède semblera impuissante.

Belgique-Irlande.

Beaucoup de Coupes encore une fois, donc l’émotion sera au rendez-vous. L’association de deux rois indique un partenariat de travail, probablement négatif car l’un d’eux est inversé. Il y a aussi un double 9 dont je n’ai rien pu tirer, parfois les cartes font la gueule. L’humeur du match est bien terne : le 5 de Coupe est une carte triste (dans l’idée qu’on a renversé la coupe et que leur contenu est gaspillé), évoquant de l’incompréhension, du désespoir, ou un idéal totalement trahi ou déçu. Maintenant, la Belgique est personnifiée par le Roi de Deniers inversé, qui n’a essentiellement aucune qualité : ennuyeux et brutal , il ne peut ou ne veut pas voir la raison (si quelqu’un pouvait transmettre à Wilmots…). L’Italie quant à elle hérite par un assez beau morceau de chance d’une carte d’Epée positive bien qu’à l’envers : en effet, le 8 est signe d’une libération, d’une confiance renouvelée, après un travail de réflexion intense qui n’a que peu à voir avec le hasard. Enfin, le facteur X est une carte horrible pour celui qui en hérite : peur, anxiété, oppression, même si on aperçoit faiblement un espoir, très très loin. Une des deux équipes flippera grandement pour la qualification, ceci est clair ! Vu les cartes de chacune, il ne peut s’agir que de la Belgique, eh oui, et les idéaux déçus seront probablement ceux du football (mais pas les miens, bien sûr), avec l’Irlande qui commet un énorme hold-up. Une victoire 1-0 est la conclusion naturelle de ce tirage.

Tl;dr:0-1, victoire irlandaise avec le hold-up parfait qui les relance et met la Belgique dans une belle merde ! Fiabilité 70%, parce que c’est comme ça.

Voici finalement les résultats de la dernière journée, je rappelle que les facteurs X de chaque match influent sur l’autre, étant donné qu’ils sont joués en simultané.

Italie-Irlande.

Bon, Le Mat et la Maison-Dieu, ce sera un match complètement dingue, aucun doute pour ça. Pour les combinaisons, les coupes et les bâtons, en grand nombre, s’atténuent mutuellement (laissant encore plus la place aux deux arcanes majeurs), le double 10 signifie qu’il y aura des coups de chance, et le reste on l’oublie. L’As de Coupe pour commencer annonce le début d’une phase très productive, apportant joie et accomplissements, donc il est clair qu’au moins une des deux équipes se qualifie sinon les deux. Le Mat vous l’avez déjà vu, on dit El Loco en espagnol, la prise de risques côté italien sera maximale et paiera. De l’autre côté, le chaos règne en maître, et le 10 de Bâtons met en garde contre le fardeau de l’ambition qui peut à la fois porter et trahir. Il est clair que l’Italie gagne vu sa carte, mais le reste se passe du côté irlandais : du chaos, de la chance, l’ambition qui peut se révéler déçue et provoquer un craquage, tout indique que les Irlandais commencent par mener 1-0 (et donc être qualifiés), avant que l’Italie parte à l’abordage contrairement à son jeu habituel, et que ça marche à la surprise générale, ce qui fera craquer psychologiquement les Irlandais dans leur grande largeur. L’Italie voguera vers sa première place tranquillement, le 3-1 est le score le plus probable.

Tl;dr : Ouverture du score chanceuse de l’Irlande qui verra la qualification de près, mais l’Italie, osant tout, inverse l’avantage et l’Irlande craque psychologiquement (expulsion possible), au final 3-1 pour nos rivaux transalpins, fiabilité 85%.

Suède-Belgique.

Ah, un double sept (dont un avec le Chariot), ça c’est intéressant : il désigne un équilibre des forces, on peut déjà presque conclure au nul directement. Cependant, vous aimez tant lire cette analyse détaillée que je vais argumenter plus avant. Tout est inversé, la qualité du match sera pauvre sauf miracle, et dans le détail c’est pire que ça : le Roi de Coupe dans cette position fuit ses reponsabilités, cherche des échappatoires donc aucune des deux équipes n’assume le rang qu’elle se prête. Le 4 de Coupe inversé pour la Suède indique la peur d’être seul, on va capillotracter et l’interpréter comme l’inquiétude d’être distancé par son concurrent direct à la qualification, qui est l’Irlande si on réfléchit. Pour la Belgique, le Chariot à l’envers, déjà tiré, est tout ce qui peut plomber cette équipe : arrogance, attitudes négatives, grosse perte de contrôle. Le facteur X évoque bien évidemment une injustice. Bon, tout ça est bel et bien bon, mais nous n’en savons pas assez pour savoir qui sera éliminé. J’ai demandé une carte d’éclaircissement sur la Justice pour savoir à qui elle s’adresse, mais elle se révèle ininterprétable aussi, ce qui est d’autant plus dommage que cette injustice prédite semble déterminer l’issue du groupe. Pour trancher, on va utiliser que le Chariot inversé est bien pire que le 4 de Coupes inversé, et donc la Belgique sera sans doute la plus mécontente de ce résultat, quant à l’injustice il est fort probable qu’elle empêche celle-ci de mener 1-0, et le match sombre ensuite dans un marasme sans fin, le nul étant criant une fois débrouillé ce problème.

Tl;dr : 0-0, les deux équipes se chient dessus dans ce match très mauvais, mais la Belgique aurait dû mener 1-0 sans une enculade arbitrale, ça finit à 0-0 (fiabilité 50%).

III) Résultats et classement final :

Irlande-Suède 0-3
Belgique-Italie 1-1
Italie-Suède 2-0
Belgique-Irlande 0-1
Italie-Irlande 3-1
Suède-Belgique 0-0

Classement final :

Italie 7 points
Suède 4 points
Irlande 3 points
Belgique 2 points

Nostradanus

Je tire les cartes plus vite que je ne tire vos mères.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.