Alerte spoiler: les prévictions du groupe F

Fin du retard du service relecture avec les prévictions du dernier groupe.

Les prévictions de Nostradanus, groupe F :

Après avoir dégonflé la hype belge sans que je n’y sente le moindre effort, contrarié le mème de « l’année qui est enfin celle de l’Angleterre », rassuré vos nerfs avec la qualification française de dernière minute, puis maudit la Terre entière pour nous avoir offerte l’Espagne, je défais un autre mème qui n’a normalement besoin de personne pour se maintenir : Ronaldo nul dans les grandes compétitions.

Pour rappel, cliquez ici pour ma présentation, ma méthodologie et un aide-mémoire sur le sens des arcanes mineurs.

Pour les prévictions des groupes A, B, C, D, et E, cliquez sur les lettres correspondantes.

I) Les équipes
II) Les matchs
III) Résultats et classement final

I) Les équipes : Autriche, Hongrie, Portugal, Islande

L’Autriche.

Il paraît qu’il existe une hype autrichienne… À qui d’autre que moi se fie-t-on ? Voyons cela.


S: Alaba

Ah, pas mal, pas mal. Puisque mon tirage le confirme, je vous apporte mon aval : le Valet de Bâton en État d’esprit est un excellent signe, promesse d’une éclosion de créativité (pas encore en acte a priori). À voir si elle sera capable d’effectivement se libérer : le Huit d’Épée que l’on connaît bien désormais, pour être le mauvais aspect de l’équilibre associé au nombre 8, est une carte de restriction temporaire qui n’empêche pas, toutefois, des solutions inattendues. La Faiblesse est une lame très très bonne, difficile à interpréter comme un problème : le Trois de Coupe, symbole de bonne entente (3 est un nombre de croissance et de fertilité), semble vouloir dire qu’à trop se sentir entre amis, ils pourraient se ramollir comme en colonie de vacances. La Star, Alaba, parachève ce joli tirage avec un Quatre de Bâton, où ici le juste équilibre du 4 provient de la récolte de ce qu’on a justement semé : l’arcane promet récolte, prospérité et sens de la sécurité. Nul doute qu’Alaba arrive très bien préparé.

Tl;dr : L’Autriche est une très belle équipe en devenir, souffrant éventuellement d’une incapacité à se libérer ; son potentiel paraîtra peut-être bloqué face aux difficultés imposées par l’adversaire, mais ils seront capables de trouver des solutions inattendues (par accident ou bonne inspiration). Le groupe « vit bien », un peu trop même, et pourrait se relâcher. Alaba, lui, arrivera en pleine bourre.

La Hongrie.

Pour quelqu’un comme moi qui vit encore dans le passé (ah, les rosecruciens de la Renaissance, eux auraient reconnu mon talent…), la Hongrie est sympathique en tant que gloire d’antan. Puskas et Böhme, Kocsis et Paracelse, que des numéros Dix d’Épée dans ma team.


S: Dzsudzsak

On sait, grâce à l’As de Coupe renversé (déjà tiré ci et là) en État d’esprit, que la Hongrie semble plafonner et n’être plus capable de davantage de créativité, à cause de la fatigue ou du stress. Ils devront briller par d’autres atouts : le Cavalier d’Épée renversé, en Force, utilise sa finesse d’esprit au service de la fourberie. Mais attention car la Lune renversée (que je n’ai toujours pas déchirée, purée?), pour le peu que je fais semblant de comprendre (une fois n’est pas coutume, rassurez-vous), les met en garde contre les personnes peu sincères – l’hôpital qui se fout de la charité –, et contre les difficultés à distinguer les fantaisies et la réalité. Attention, donc, à ne pas se voir trop beau ?

La Star de l’équipe, Duda… Dsudza… Dszszdudack… (merde putain je ne peux plus changer de Star, quitte à ne pas savoir de qui il s’agit ? Quoique, le reste n’est pas plus lisible) bref, le capitaine, est fort avantagé avec son Pape, je crains d’avoir donc à le citer plusieurs fois : cet arcane majeur fait de lui un gage d’autorité et d’expérience.

Tl;dr : La Hongrie ne saura pas se montrer très créative, mais pourra miser efficacement sur la fourberie pour se tirer d’affaire. Cependant, attention à ne pas se laisser embarquer dans leurs songes, et méfiance à l’égard des mensonges et autres menaces cachées. À cet effet, Dzsudzsak (putain, je découvre la fonction copier-coller et elle déchire sa race, c’est bien au-delà de mes talents occultes… c’est le rêve nécromancien, la métempsychose réalisée et même déréalisée par le numérique… du pur spectre, hum… bon, vos regards perplexes m’oppressent, arrêtez par pitié, weirdos), Dzsudzsak, donc, sera un atout de choix, puisque Dzsudzsak (autant en profiter, maintenant) pourra faire parler toute son expérience et son autorité, apportant ainsi un vrai rôle stabilisant.

Le Portugal.

Ceux qui me lurent voici deux ans croient peut-être se souvenir que j’aime d’amour Cricri d’amour. Eh bien, de l’eau a coulé sous les ponts, plus encore que l’alcool qui coule sous mes moustaches, et elle coule de plus en plus vite après tant de débordements de rage ; j’ai gommé ce gominé merdeux de mon cœur. Certes, il est redevenu un petit con imbuvable et imbu de lui-même depuis qu’il a recommencé à gagner la Coupe d’Europe des Clubs Champions et, beaucoup plus important, le Ballon d’Or, mais je pouvais encore dompter ma haine. Non, depuis qu’il dit avoir eu une « vision » en finale 2016 de C1, je ne peux plus le supporter, ce connard reprend à son compte les lettres de noblesse de ma profession avec ridicule (et lui en tire luxure et argent, pendant qu’un charlatan honnête croupit au fond de sa cave). Est-ce qu’il avait aussi eu une « vision » quand il avait voulu tirer en dernier à l’Euro 2012 contre l’Espagne ? Enculé ! Je vais lui montrer ce que sont de vraies visions !


S: À votre avis ?

Tiens, j’avais pourtant truqué mon tira… hum, non rien. Je voulais me payer la Star de l’équipe, mais le Dix de Coupe est malheureusement magnifique, son Euro est déjà réussi : le 10 évoque la transcendance de la série en question, ici celle des Coupes, donc reflète ici un bonheur durable, une joie abondante, ainsi qu’une bonne coopération avec ses coéquipiers. Je me console en me disant que si l’effet se confirme, j’aurai eu raison (et vous l’aurez lu ici en premier, non dans une interview de ce tâcheron), et s’il s’infirme alors le Faux Ronaldo va puer le ridicule… Très très bien.

Ah, pardon, je suis un peu névrosé obsessionnel, j’avais oublié le reste de l’équipe : Roi d’Épée pour l’État d’esprit, ça déchire, la Reine d’Épée pour la Force, tout autant (et l’alliance avec le Roi amplifie tout cela), même leur Faiblesse (Cinq de Coupe) n’est pas si grave. Quoi, vous voulez plus de détails ? Vous êtes les premiers à me gaber quand je me plante, et vous voudriez que je m’expose davantage ? Purée.

Tl;dr : Tout déchire sa race, même le faux Ronaldo, avec un simple bémol sur la hargne nécessaire pour battre une équipe à l’énergie ; c’est bien vous voulez une médaille enculés ? Voilà je suis irrité.

L’Islande.

Voici bien la seule équipe au monde dont je connais tous les noms mais aucun joueur. Sigtorsson, Bjarnasson, Sigurdsson, etc : que des noms qui courent depuis la nuit des temps, en « son » en plus… Les footballeurs fondent une dynastie, là-bas ?


S: Gudjohnsen

J’ai choisi Gudjohnsen comme Star de l’équipe (c’est probablement une idée à la con, vu qu’il croule sous le poids des âges, mais après avoir eu l’idée de faire du tarot dans ma prime jeunesse, plus aucune connerie ne me fait frémir), et ce con se tape un arcane de merde : le Chariot renversé… ah tiens, mais ce n’était l’arcane que je voulais infliger à Cristiano Ron… ? Aha, ahaha, bref. Son talent sera gâché par l’absence ou l’excès de confiance en soi, donc mal utilisé, et le mènera à l’échec ; ce dont découleront de mauvaises attitudes et une perte de contrôle. Bref, il trinque avec une lame bien catastrophique de gros con frustré, qu’on aurait plutôt imaginée chez… Passons

Ce vieux briscard ne pourra donc pas compenser les manques de son équipe, dont l’État d’esprit démontre une période de gestation avec son lot d’inquiétudes ; ils sortent d’un long travail qui sera bénéfique sur le long terme, mais fatigant et source d’anxiété pour le moment (Sept de Deniers). Peut-être est-ce cela qui pèse sur leur Faiblesse, le Six de Deniers, symbole de cadeaux donnés et reçus ; vu le contexte, j’imagine qu’ils auront tendance à se relâcher après avoir marqué un but, pour un partage équitable des biens. Ils pourront tout de même compter sur leur Force, le Valet de Coupe, qui augmente leur intuition et fait germer des idées créatives.

Tl;dr : L’Islande est assez inquiète et travaille beaucoup pour arriver au niveau espéré. Elle saura jouer avec plus d’intuition et de créativité qu’on ne lui prêtait naguère, mais ce côté fantasque et cette fatigue pourraient avoir des conséquences au moment de devoir protéger leur avance au score. Leur doyen Gudjohnsen sera aux fraises.

La carte volte-faciale du groupe.

Le Deux de Deniers à l’envers invite à la prudence : il ne faut pas être impulsif, et penser avant d’agir. Attention également aux rôles non négligeables du mensonge et de la tromperie.

II) Les matchs :

Autriche-Hongrie.

Une évidence : l’Autriche perd. En effet, le Cinq d’Épée renversé désigne un conflit, conformément à la signature conflictuelle du nombre 5, logiquement tactique a priori (Épée oblige, d’autant plus que l’effet des Épées – air – et aussi des Coupes – eau – est renforcé par cette domination des éléments humides) mais plutôt sur le plan des roueries (grâce à la Force hongroise, ainsi qu’à la carte volte-faciale du groupe, voire en comptant la carte d’Atmosphère). Que l’arcane soit renversé signifie la défaite…

Pour mieux comprendre cette défaite, on lit les autres cartes : l’Atmosphère, le Cavalier de Coupe renversé, présage les problèmes émotionnels et/ou le manque de motivation ; j’y vois la confirmation du craquage autrichien face aux intrigues hongroises, sans plus d’éléments. La Hongrie est sous le signe de la Reine de Deniers, une besogneuse, ce qui donne un aspect du match ; et la carte volte-faciale du match est le Sept de Bâton à l’envers, augurant que celui qui hésite perd (7 lié aux illusions etc.). Je comprends donc que les fourberies hongroises font progressivement perdre le fil du match à l’Autriche, et cela paie à l’usure.

Synthèse : 0-1, donc victoire besogneuse de la Hongrie (fiable à 72%).

Portugal-Islande.

On voit deux couples Roi-Reine, donc en particulier deux Reines, augurant des trahisons, mais cela ne se marie pas très bien au reste du tirage donc j’ignore leur crêpage de chignons.

L’arcane d’Atmosphère annonce un match plus qu’approximatif, le Quatre de Bâton renversé annonçant les difficultés au travail causées par les collègues, où il faut sans cesse compenser les erreurs des autres. Le Portugal tire une excellente carte, l’As d’Épée, qui se marie d’autant mieux avec leur couple royal d’Épées, et annonce sans ambiguïté les succès.

C’est toujours agréable de tirer un arcane si clair, mais il reste à décrypter la manière : l’Islande tire le Roi de Coupe, donc un bonhomme charismatique et plein d’intuitions, ce qui est certes très très bon et pût assurer un meilleur sort à l’équipe sans cette Trinité d’Épées en face, mais ce n’est pas de chatte ; gageons qu’ils feront tout de même bonne figure. La carte volte-faciale du match, qui complète le couple royal de Coupes, annonce des intuitions géniales et j’y vois un but « venu d’ailleurs », plutôt côté islandais (vu qu’ils ont le Roi de Coupe).

Synthèse : Victoire du Portugal 3-2, match très plaisant où le Portugal impressionne, mais l’Islande produira de belles séquences avec notamment un but sorti de nulle part (fiable à 85%).

Islande-Hongrie.

L’issue du match semble déjà décidée avec la carte volte-faciale, le Monde, signe efficace d’accomplissement ; vu que la Hongrie est certaine de se qualifier en cas de victoire (alors qu’on ne peut pas proprement parler d’achèvement pour l’Islande en cas de victoire, même si cette dernière est nécessaire), cet arcane doit les concerner plus précisément. Et pourtant…

Pourtant, tout semble indiquer un tirage très en faveur de l’Islande : ils sont sous l’influence de l’Empereur, qui est évidemment un symbole de puissance et domination, tandis que les Hongrois ont tiré le Neuf d’Épée à l’envers, ce qui est à peu près le pire tirage que le tarot puisse réserver à la Hongrie (tout va de l’angoisse à la dépression en passant par le désespoir, avec toutefois une lumière au bout du tunnel). Le Cinq d’Épée, enfin, comme Atmosphère, est cette fois à l’endroit, mais signifie toujours une bataille, qui apporte un sens et limitation et peut indiquer des coups bas subis.

À ce compte là, il faut des cojones plus grosses et solides que celles en cristal de Di Mécouilles pour faire cette prédiction : l’Islande, en vertu de l’Empereur, va littéralement pilonner les cages des Hongrois qui en seront si désespérés qu’ils n’attendront que le sifflet de l’arbitre (Neuf d’Épée à l’envers). Mais, d’une part, la carte volte-faciale du groupe assure que leur Force (qu’on a traduite en rouerie) impactera l’issue du groupe. D’autre part, le Cinq d’Épée en Atmosphère démontre qu’il y aura une part belle aux coups bas. Enfin, le Monde assure clairement la complétion du destin d’une des deux équipes, donc la Hongrie devrait finir le match à 6 points. J’en déduis donc que l’Islande mettra la main sur le match et devrait même marquer (sentiment de domination de l’Empereur), tout en poursuivant sa main-mise, mais réussira l’exploit (bien aidé par sa Faiblesse) de se faire entuber par deux fois, sans que rien ne puisse le présager.

Synthèse : Il est étrange d’écrire cela, mais l’Islande se fera voler scandaleusement malgré une emprise absolue sur le match, qui les verra d’abord prendre le large. La Hongrie devrait gagner grâce à deux coups de pute décisifs qu’il m’est difficile d’imaginer. Victoire 2-1 pour la Hongrie (??% fiable, interpréter ce tirage est comme résoudre l’énigme de la lance qui perce tout bouclier contre le bouclier qui rompt toute lance).

Portugal-Autriche.

En espérant conclure sur des tirages plus simples : je veux prendre des vacances bien méritées (pour mater des matchs, par exemple).

Trois Valets sur le plateau, vous savez ce que cela veut dire ? Non, sérieusement, vous savez ? J’espère bien que non, il ne faudrait pas me mettre au chômage… Je vais donc vous expliquer, avant que vous ne me répondiez : cela ne veut rien dire d’intéressant du tout (événements sociaux, party hard, etc.). Avant de vouloir faire le malin en croyant discerner des structures, merci de laisser faire les professionnels.

Nous avons aussi une majorité d’Épées (air) et de Bâtons (feu), deux éléments chauds, donc… donc… donc encore rien, car il y a tout autant de Deniers, pour finalement ne pas avoir de tendance nette qui se dégage. La lassitude me gagne. C’est que, comme vous allez le voir, je n’ai pas grand chose à dire sur ce match, donc je brode.

L’Atmosphère du match sera royale, grâce au Roi de Bâton. D’accord, cela n’éclaire en rien… Ce personnage est l’interprétation phallique et virile du Bâton dans toute sa splendeur, c’est-à-dire un modèle d’énergie, de vitalité et d’intégrité, donc on peut assurer que le match se déroulera dans la bonne humeur. Les Moustachus sont sous l’influence du Valet d’Épée inversé, qui vient atténuer leur surpuissance aérienne héritée du couple royal d’Épées qu’ils ont tiré, en introduisant dans l’équipe un comportement infantile (le Faux Ronaldo?). Les Autrichiens ont tiré un personnage plus « gentil », avec le Cavalier de Deniers, un garçon patient et travailleur, bien que peu imaginatif ; enfin, le Valet de Deniers en carte volte-faciale accuse de petits gains et petites pertes ; comme la carte volte-faciale est censée indiquer un événement plutôt décisif, je ne crois pas pouvoir tirer grand chose de cette signification assez tiède. Bon courage pour déduire de tout cela l’issue de la rencontre !

Je vois simplement que l’Autriche étant plutôt bridée (carte de Faiblesse), tirant en plus un Cavalier de Deniers peu imaginatif, ne sera pas capable de prendre le dessus sur le Portugal, à plus forte raison. De l’autre côté, on a pointé la difficulté du Portugal à vaincre une équipe à l’énergie, alors même que l’Autriche est sous le signe d’un garçon patient et travailleur. Donc les deux équipes devraient être inoffensives.

Le comportement du Faux Ronaldo ne lui donnera rien de bon, puisque la carte volte-faciale du groupe n’accorde pas de faveurs aux attitudes irraisonnées. Aussi, je ne vois pas pourquoi il pleurnicherait s’il marquait, donc il devrait rester muet.

Synthèse : 0-0, dans un match d’une bonne ambiance et plutôt vif, malgré un Cristiano Ronaldo qui chouine auprès de qui veut l’entendre. Fiable à 61% (pfiouh, c’était dur de tirer quelque chose de ce match : un match plaisant pour le footballeur, mais une purge pour le taromancien).

Islande-Autriche et Hongrie-Portugal.

Les deux matchs de la dernière journée sont tirés simultanément, pour des raisons bien connues des amateurs de football. La carte volte-faciale d’un match pourra influencer l’issue de l’autre.

Commençons par Islande-Autriche, duel de bras cassés entre deux équipes à deux doigts de quitter le pandémonium français : le Valet de Deniers est cette fois à l’envers (synonyme de petites pertes), pour l’Atmosphère ; je m’attends donc à une victoire, le cas échéant, sur une marge étroite. Le Cavalier de Coupe islandais, à l’envers (incarne le sentiment d’être perdu ; le besoin d’être aidé ; la paresse), s’oppose au Huit de Bâton autrichien, lui aussi renversé (appel à la prudence, à l’action réfléchie et non soudaine, qui pourrait saboter tous les plans fomentés). Cela tombe bien pour l’Autriche, cela va dans le sens de la carte volte-faciale du groupe. Les Islandais ont, quand même, l’air davantage en peine, dommage car ils m’étaient sympathiques.

Synthèse : 1-0 pour l’Autriche, les Islandais sembleront perdus et les Autrichiens agiront très prudemment (88% fiable ; le match nul reste assez sensé).

Ceci étant dit, passons au match entre la Hongrie déjà qualifiée, et grosse surprise du groupe, contre un Portugal sous pression, qui a perdu des points en route, et doit faire le taf’ pour finir premier.

Aaaaaah, la Maison-Dieu ! Eh bien, je peux vous assurer que la Hongrie l’aura dans le cul lors de cette dernière journée, la Maison-Dieu étant l’arcane majeur symbolisant au mieux le shitstorm s’abattant sur la France en ce mois de juin ; des vagues d’épidémies ou des rats envahissant Paris ne parviendraient pas à exagérer ce que peut promettre la Maison-Dieu (surtout quand elle est à l’envers ; l’endroit permet quand même des lendemains chantants, ici avec leur qualification presque assurée), avec toujours cette idée qu’on ne peut absolument rien faire pour changer le cours des choses. Autrement dit, la Hongrie va se prendre un châtiment divin dans la gueule de la part du Dieu Ronaldo et de ses Séraphins… J’aimerais ajouter que « non je déconne », mais le tarot est formel.

Au cas où on serait trop inculte pour comprendre à quel point la Hongrie va se faire défoncer, la carte portugaise est le Six de Bâton, qui représente la victoire et le succès après la bataille (grâce à l’intuition et à la connaissance, nous dirons ici l’expérience), et la carte volte-faciale du match est l’Empereur, qui montre bien quel rouleau compresseur va passer sur le match. Je ne sais pas s’il vaut vraiment la peine de regarder l’Atmosphère, à savoir le Cinq d’Épée à l’envers, bon… Défaite après bataille de volontés, voilà, c’est ridicule.

Synthèse : Match à sens unique avec fiabilité maximale, les joueurs de la Hongrie vont se faire baiser par l’équipe du Portugal :

  • leurs pères ;
  • leurs mères ;
  • leurs grand-mères ;
  • leurs sœurs qui vont se faire péta dans le 92, au Bois-de-Boulogne avec Booba ;
  • etc., insérez votre gif favori de Gwen Tagrenmer.

J’espère être de la partie pour pénétrer ce joli monde (et même n’importe qui, je suis un peu désespéré et curieux ; si vous avez des numéros à m’envoyer en message privé… n’oubliez pas de mentionner aux intéressées mon Brésil-Croatie 2014, hein).

III) Résultats et classement final :

Résultats :

Autriche 0 – 1 Hongrie
Portugal 3 – 2 Islande
Islande 1 – 2 Hongrie
Portugal 0 – 0 Autriche
Islande 0 – 1 Autriche
Hongrie 0 – 5 Portugal

Classement final :

  1. Portugal : 7 pts
  2. Hongrie : 6 pts
  3. Autriche : 4 pts
  4. Islande : 0 pt

Nostradanus.

Nostradanus

Je tire les cartes plus vite que je ne tire vos mères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.