Middlesbrough-Manchester United (1-3) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

Ce dimanche 19 mars, après leur qualification laborieuse en quart de finale de l’Europa League, nos séduisantes pépettes retrouvaient la Premier League, sur le terrain de Middlesbrough. On y jouait la 29è journée, et une énième occasion de quitter la 6è place du classement.


LES GAGNEUSES.

José continue son exploration aveugle des méandres brumeux de la défense à trois. En l’absence de Pogba blessé et Herrera suspendu, ce sont Michael Carrick et Marouane Fellaini qui occupent les rôles de double pivot, avec cette fois un peu plus de vitesse autour d’eux : Lingard fait son retour, Rashford remplace Ibrahimovic suspendu lui aussi, et Ashley fucking Young connaît lui aussi une extraction plus que surprenante de la naphtaline. Et pourquoi pas.

Comme on a pu le constater précédemment, ce système n’est pour l’instant pas mis en échec, puisqu’il permet d’écarter et de trouver la profondeur plus facilement que le 4-2-3-1 (synonyme de la plus grande tristesse footballistique, malgré les résultats qu’il a pu produire par le passé pour notre Mou).


LE MATCH.

D’entrée, les diablesses partent à l’assaut et tentent d’atteindre Rashford dans la profondeur. Ça marche à la 7è et le jeune attaquant se présente face à Valdès, mais ce dernier se couche vite et bien pour sortir le ballon.

Une occasion qui n’occulte cependant pas que le pressing ne prend pas vraiment, la possession revenant pour majeure partie à Middlesborough. Ces derniers, s’ils ne font pas grand chose du ballon, nous privent en revanche de l’opportunité d’en faire quoi que ce soit de lus qu’eux.

À la 23è, nos gagneuses s’offrent une double opportunité d’ouvrir le score, avec Rashford encore, puis Valencia, mais Valdès s’interpose encore, le gredin. Et quand ça veut pas, on recourt à de bonnes vieilles techniques éculées que l’on croyait abandonnées au fond des oubliettes du vangaalisme. Lingard puis Young remontent le ballon côté gauche, tandis que Fellaini va se placer tranquilou au second poteau. Le centre parfait du revenant trouve la tête du grand Belge : 1-0 (30è).

Un récit de cette première mi-temps se résumerait donc d’un côté au positif qu’on a vu du nouveau système quand des joueurs rapides y sont intégrés : plus direct, plus perforant, et un certain appétit pour le contre qui hérisse un peu le poil de plaisir. Du côté négatif, on sacrifie la récupération haute et la possession.

Le premier fait saillant de la deuxième mi-temps est fort réjouissant pour les amoureux de belles actions, mais fournit aussi un indice plutôt décisif sur le classement de Middlesbrough : cela commence par Bailly qui sort superbement un ballon de son camp et trouve Lingard qui se lance dans une chevauchée solitaire sans trouver la moindre résistance face à lui. Paisiblement, il se présente à l’entrée de la surface au milieu d’un groupe de joueurs adverses se contentant de le regarder sans l’attaquer, et probablement grisé par tout cet espace qui l’entoure, choisit la frappe : un missile qui part en lucarne et qui laisse Valdès impuissant, non ce n’est pas Scholes en demi finale de ligue des champions, mais ça fait plaisir tout de même. 0-2 (62è).

Mourinho, complètement enivré par ce score sans appel, se lance dans une nouvelle expérimentation en sortant Mata pour Rojo. Manière évidente de donner plus de créativité à une équipe qui comptait déjà une ligne arrière composée de trois golgoths, probablement…Pendant ce temps, derrière nos écrans, on se demande bien quel est le projet [placez ici une photo bien connue d’Emmanuel Macron].

Ne s’en laissant pas compter par ce genre de manœuvre confusionnante, Boro tente des choses à base de longs ballons et de centres, ce qui finit par pousser notre défense dans ses retranchements. Au jeu de celui qui craque le premier, c’est évidemment Smalling qui se distingue, en foirant un dégagement qui profite à Gestede : 1-2 (77è).

La partie vivote ensuite de manière intermittente, nos hôtes ne parvenant pas à enflammer le match jusqu’à l’égalisation. Nos quatre défenseurs, deux milieux défensifs et deux latéraux ne suffisant pas à assurer la victoire, Mourinho au top de la déconne choisit de faire entrer…Matteo Darmian à la place de Marcus Rashford. Allez savoir.

Fort heureusement, un homme ne semble pas atteint par ce syndrome sévère de repli aigu, et continue à presser même dans les dernières minutes du match. Cet homme, c’est Antonio Valencia, qui après avoir joué un contre dans les arrêts et perdu le ballon, poursuit son effort pour aller embêter Valdes. La glissade de ce dernier lui offre un but tout fait. 1-3 (93è).


LES NOTES.

De Gea 4/5 Ses arrêts sont toujours là, il ne faiblit pas. On commence à reparler du Real Madrid, sauf que cette fois, un échange avec Keylor Navas fait doucement rigoler et met tout le monde d’accord : personne ne peut remplacer Dave.

Bailly 4/5 Sans s’attarder sur sa virulence au marquage, il faut saluer sa lucidité au moment de relancer. Très clairement, il est de loin le meilleur de nos défenseurs dans cet exercice et en cela, il mérite amplement la place qui lui est accordée.

Smalling 3/5 Sa grande taille et son jeu de tête ont été utiles pendant le bombardement orchestré par Middlesbrough. En revanche, il est fautif sur le but, et paraît encore souvent absent quand le jeu accélère.

Jones 4/5 Sa vivacité dans le jaillissement et dans les duels laisse pantois quand on voit son gros corps. C’est même assez beau à regarder, dans un style très contemporain.

Valencia 5/5 On lui aurait proposé le brassard, mais le brassard lui-même a déclaré forfait, affirmant : « z’avez vu son bras ? J’ai pas les épaules ».

Carrick 3/5 Dans le plus grand des calmes, comme d’habitude capitaine.

Fellaini 4/5 Voilà le Feli qu’on aime, combatif, décisif. S’il entre dans sa bonne période annuelle, il choisit bien son moment.

Young 3/5 Semble toujours prêt à sortir du placard pour jouer ses vingt bonnes minutes par match.

Mata 2/5 S’il n’a pas ménagé ses efforts, il a été privé de ballons. Difficile de montrer quoi que ce soit en tant que tripoteur de chique, ainsi…

Lingard 4/5 Son but superbe tournerait la tête du premier quidam venu, mais il ne faut pas oublier à quel point il a connu du déchet, surtout en première mi-temps. Ceci dit, il a été le seul à porter le ballon et à donner de la verticalité à l’équipe.

Rashford 2/5 Sa première touche reste une œuvre d’art. Sa finition a en revanche été empêchée par la surveillance très particulière dont il a fait l’objet. Il a ensuite montré un peu de nonchalance, et perdu des ballons faciles.


SUBS.

Rojo NN Une entrée incompréhensible. On n’a même pas réellement saisi où il a joué.

Martial NN ça va revenir, mon bon Toto.

Darmian NN Une entrée plus qu’incompréhensible.

Le mois d’avril sera certainement ce qui se fait de mieux en terme de calendrier chargé, avec pas moins de huit matchs, dont deux en Europa League avec la réception de Chelsea entre les deux tours. Nous vous prions donc d’être indulgents si l’academy ne parvient pas à vous relater tous les matchs. On fait ce qu’on peut ! Bises inféranales.


Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

One Comment

  1. BOBBY / 5 On lui aurait proposé le brassard, mais le brassard lui-même a déclaré forfait, affirmant : « z’avez vu son missile ? J’ai pas led zépaules ».

    A titre informatif Mr CARLTON, les axxadémies seront susceptibles aussi de se trouver possiblement répertoriées dans les 11*.

    Je vous le propose à vous qui êtes toujours là. Quand dîtes(decheval) vous ? :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.