Clermont – AC Ajaccio (1-1) : I Sanguinari étaient aux 15 ans de l’Orsi Ribelli

Généralement, on vous raconte nos déplacements de trimards, en 106, avec un ou deux membres d’I Sanguinari. Mais aujourd’hui, à Clermont, c’était bien différent. Et pour cause, nous fêtions les 15 ans de l’Orsi Ribelli, avec environ… 250 supporters.

 

S’il fallait décrire simplement ce déplacement à Clermont-Ferrand, on dirait : « pas comme les autres ». Tout a vraiment commencé le vendredi. Perfettu part des alentours de Clermont-Ferrand où vit sa dame. Direction Paris, en 106. C’est dans la capitale qu’il troque sa splendide Peugeot pour un Renault Traffic 9 places. Car oui, les Sanguinari seront nombreux en Auvergne.

7h07 : arrivée devant le domicile de Vince Per Noi (le rendez-vous était prévu à 7h15)

7h17 : SMS de Vince Per Noi : « Je chie un coup et j’arrive ». La journée va être longue.

8h : départ de Porte d’Orléans avec Vince Per Noi, JB, Lucca, Thomas, Tony et Adrien

9h : premier arrêt de la journée pour le petit-déjeuner. Au menu : une Kro et un croissant.

10h40 : nous tenons le poivrot de la journée. Il est 10h40, Vince Per Noi en est à sa 4e bière. Il tangue.

13h30 : nous arrivons à destination, devant le parcage visiteurs encore vide.

13h35 : après une bière enfilée en deux temps trois mouvements, je me dirige vers le premier stadier que je rencontre. Je me présente à lui. « Ah, vous êtes un supporter d’Ajaccion* (sic) ? Vous êtes combien aujourd’hui ? 400 ? Non, c’est pas possible ! » Les stadiers, qui devraient être les premiers prévenus, ne sont donc pas au courant qu’on débarque en force au stade.

14h : on réussit à entrer dans le parcage et à bâcher avant l’effervescence.

14h30 : les quatre bus de supporters de l’Orsi Ribelli arrivent au stade. TOUT PEUT COMMENCER !

15h : chants, fumigènes, tifo, drapeaux, parcage plein… Tout est réuni pour un déplacement d’anthologie.

15h30 : la mi-temps n’est pas encore arrivée mais on sent que la buvette ne va pas tenir longtemps.

15h35 : la buvette est dévalisée : il n’y a plus de sandwichs.

15h36 : heureusement, j’ai réussi à choper le dernier. C’est donc l’heure du POINT BOUFFE !

Les + :

  • Le pain fariné
  • La boisson offerte pour tous les supporters venant d’Ajaccio

Les – :

  • la quantité, il n’y avait plus de jambon/beurre à 15h30 et plus de sandwichs du tout à 15h35.
  • La salade était en plastique, ou presque
  • Le poulet était en plastique, ou presque
  • Pas de frites
  • La bière sans alcool, merde

Note sur le guide Michelin/Perfettu des buvettes de Ligue 2 : 1,5/5. Absence totale (ou presque) de quantité et de qualité pour la buvette du Clermont Foot. Heureusement que l’accueil a été très bon.

16h50 : au mégaphone, Yves lance un « c’est fini, on n’égalisera pas, on l’a perdu ce match, mais c’est pas grave, on continue de chanter ! »

16h51 : Yoane Wissa obtient le pénalty que transforme Riad Nouri. C’est la folie dans le parcage !

16h52 : Fin du match et symbiose totale avec les joueurs qui viennent célébrer, chanter et offrir des maillots aux supporters.


17h et quelques : on se dirige vers la place Jaude pour chanter et manger. Mais surtout pour boire des bières.

17h30 : bières


18h : bières

18h15 : un sosie bourré de La Fouine mixé avec Thierry Henry s’invite auprès de l’Orsi Ribelli. Mémorable.

18h30 : bières

19h : bières

19h30 : bières


20h : bières

20h30 : bières

21h : bières


21h30 : bières

22h : et si on allait manger ? On est à Clermont, alors autant manger une spécialité culinaire du coin. On se dirige donc vers le Mcdo le plus proche. Sur la route, on croise d’autres supporters qui nous préviennent : « faites gaffe, il y en a qui ont pissé DANS le Mcdo ». Ok.

22h10 : on croise un type qui nous dit « Félicitations pour le match », on lui retourne le compliment et il nous répond « Oh vous savez, moi je m’en fous, je suis pour les Girondins. Et j’habite à Angoulême. » Le genre de mec qui pourrait vous raconter toute sa vie alors qu’on en a rien à foutre.

22h30 : bières

22h45 : il est l’heure de repartir en direction de Paris, après un déplacement mythique, un anniversaire très bien fêté et un match nul salvateur. Retour à la normale pour le prochain déplacement, à Saint-Amand les Eaux, en Coupe de France. Nous serons sans doute… 2 supporters.

Perfettu

Perfettu Erignacci De l'Aiacciu

2 Comments

  1. Putin bande de moules !
    Non mais prévenir le Blon c’est une option ?
    A croire que aucun académicien ne veux boire le coup avec le Blon…

  2. Ca devait être son déplacement le plus court de la saison, et le Perfettu a quand même réussi à en faire un trajet de 900 bornes. Une légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *