Saint-Etienne – Nîmes (2-0) : La Croc(r)o Académie foire ses bonnes résolutions

La Coupe de France ! Ses maillots bizarres, ses sponsors moches et ses « défaites encourageantes ».

 

 

MISE AU POINT

Salut les collègues, bonne année tardive avec la santé, la picole, le foutebole et tout le reste. Niveau bonnes résolutions, on attaque DIRECT : suite à une belle séance d’humiliation publique sur Touitteure la question suivante a été posée : pourquoi la « Crocro Académie » ?

     En reprenant l’acad’ en cours de saison, le dévoué serviteur de l’institution que je suis a récupéré l’appellation existante, pépouze, sans se poser davantage de questions. Il se trouve qu’en ce début d’année, une petite exploration des archives d’Horsjeu.net m’a permis de constater que le lancement officiel de l’acad’ nîmoise, en 2012 messieurs-dames (foutre, à l’époque notre capitaine c’était Benoît Poulain, un bien bel homme), s’était fait sous le nom plus compréhensible de « Croco Académie », le doublement du « r » n’étant intervenu que plus tard. Pour les nostalgiques aussi bien que pour les novices, on notera que l’objectif de l’acad’ était simple, noble, et assumé d’entrée :

Aussi, dans mon infini respect des traditions et des anciens, je propose donc au service relecture de repasser à l’appellation d’origine. Si ça ne vous convient pas, les mecs, vous pouvez toujours me rosser en 180 signes. Sinon, les Pailladins auront toujours leur mot à dire, la bise à eux :

LE MACHE

 

     Après avoir terminé l’année sur les chapeaux de roue, le Nîmes Olympique faisait sa rentrée le 7 janvier à Geoffroy-Guichard, pour les 32e de finale de la Coupe de France. La Coupe de France, messieurs, cette auguste compétition dans laquelle le NO a connu ses dernières vraies émotions. En attendant peut-être une belle conclusion pour une belle saison.

     Nous avions laissé les Crocos nîmois sur une belle victoire contre Clermont en clôture de la première partie de saison. L’équipe tourne bien, notre attaque marche sur l’eau. En face, les Verts vivent une belle saison de merde, avec 11 défaites de rang, valse des entraîneurs, conflits avec les supporters et tutti quanti. Une occasion pour taper une Ligain et partir d’un bon pied pour 2018, non ? Oui, mais ça c’était avant la 12e minute, moment où l’ami Boscagli décide de passer la tondeuse, la charrue, la moissonneuse, et tout reste, en se jetant comme un mort de faim sur Marco Da Silva. « Je le touche pas », semble se plaindre Olive quand l’arbitre lui montre une biscotte rouge. La réaction bien connue consistant à dire que tant que la jambe est pas cassée, c’est qu’y a pas faute. Fait chier, tiens. Autant dire qu’on se tire une balle dans le pied très tôt dans le match. Blaquart réorganise les troupes dans une sorte de 4-4-1-1 où Ripart se sacrifie pour la cause. C’est d’autant plus pénible que le reste de la partie est vraiment pas dégueu de la part des collègues, au moins en première période, avec une belle série d’occases sérieuses, même à 10 contre 11 : une lourde de Savanier claquée par Moulin et une grosse activité pour Del Castillo et Alioui.

            Communsymbole, la punition logique arrive à l’heure de jeu sur un coup-franc tiré par cette tête de con d’ex-Pailladin de sa mère de Rémy Cabella, bien repris par Beric. On est déjà quasi-sûrs de pas pouvoir revenir. Un deuxième but relativement anecdotique finalement, et voilà le NO sorti tristement de la CdF. Certes, on n’a pas démérité ; certes, « on peut nourrir des regrets »; certes, ce genre de match prouve qu’on peut se battre à armes égales avec des clubs de Ligain ; certes, cela ne remet pas en cause nos ambitions pour la montée. Certes. Toujours est-il que ça fait chier, voyez-vous.

Tu peux voir les images ici si tu veux.

 

LES COLLEGUES

 

Valette (1/5) :
Pas possible de lui reprocher le premier but. Le second, par contre, c’est discutable.

Boscagli (0/5):
Oui, ben un tacle aussi débile en début de match, tu refais plus ça, ducon.

Briançon (2/5) :
Vif comme un lamantin. Il vendange une belle occase sur coup-franc. Bon, avouons qu’elle était pas facile à reprendre.

Harek (1/5):
Il est assez vite apparu plus cuit qu’un touriste hollandais un 15 août au Grau-du-Roi. Remplacé par Cadamuro, qui se fait bouger comme un minime par Sertic sur le but stéphanois dans une sorte de remake du pauvre du Hummels-Varane de 2014.

Paquiez (2/5) :
De la bonne volonté, très peu pris en défaut défensivement.

Savanier (3/5) :
Sa qualité de frappe aurait pu nous faire croire à un exploit improbable. J’ai dit improbable. Une belle tatane de loin, un bon coup-franc qui aurait pu être décisif. Remplacé par Valls.

Valdivia (3/5) :
Pas dingue, mais j’ai bien aimé. De l’envie, de la castagne. Du football vrai.

Del Castillo (3/5) :
Très actif en première mi-temps, il a réussi à plusieurs reprises à créer du décalage dans la défense de Sainté, sans réussite finalement. Il a progressivement disparu après la pause.

Thioub (1/5) :
Un peu lourdaud, un peu emprunté,  il n’a jamais réussi à amener le danger. Remplacé par Alakouch, dont le retour est une bonne nouvelle, mais qui n’a pas pu apporter grand chose sur ce match.

Alioui (3/5) :
En l’absence de Bozok, il avait la lourde tâche d’assumer l’étiquette de meilleure attaque de Ligue 2. Pas de but, mais quelques situations chaudes.

Ripart (1/5) :
Titulaire en l’absence de Bozok, il n’a pas eu beaucoup d’occasions de se montrer, cantonné très tôt à un rôle ingrat de doublure de Boscagli. Boucher les trous et tenter d’attaquer quand même, même le grand Patrice Evra n’a pas réussi à le faire, c’est dire Si Maxime était dans la cagade.

 

ET SINON

 

En face : j’attends avec impatience de voir si les collègues de la Forez Académie vont nous faire une dédicace pour nous remercier de les avoir fait repartir du bon pied en 2018.

Les supporters (5/5) : Voilà qui fait plaisir : les rouges étaient bien présents dans le parcage à Geoffroy-Guichard.

 

 

Ajoutons à cela un dialogue entre groupes adverses pour faire passer un message à la Ligue, et on obtient une bien belle journée de foutebole. Bravo les gars.

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt les collègues. La bise,

Karoud

Karoud Fider

4 Comments

  1. Cher Karoud.
    Je crois surtout que le CM d’Horsjeu est un gros con. Il voulait dire « ça a toujours été la crocro » et il a bien sûr réussi à oublier la seule lettre qui importait. Pas la moitié d’un gros nullos.
    Et je le sais, parce que là, dans le cas qui nous intéresse, c’était moi qui gérait le compte horsjeu. Continue donc en tant que croco ou crocro, sens toi libre !

    • Superbe. Merci. Et sois pas si dur avec toi-même, c’est difficile à capter la différence Croco/Crocro. C’est un bon exercice pour les dyslekxitques

  2. Ah les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles…
    Les crocodiles sont des nimois,
    Les nimois sont des tarlouzes,
    Donc les crocodiles sont des tarlouzes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.