à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

La Tuicacadémie narre l’absurde derby de Craiova et un peu de Liga I

Mardi 17 septembre 2013

Avant de vous conter le derby de Craiova, notre point hebdomadaire sur la grande Liga I Bergenbier.

Pandurii 2-1 Dinamo

Le Dinamo se pointait à Targu Jiu avec l’ambition de confirmer le 6-0 calé à l’U Cluj lors de la dernière journée. La nouvelle recrue Tucudean, revenu au pays, était titulaire tout comme les Français Durimel, en défense centrale, et Thicot en n°6.

Le Dinamo a fait une très bonne première mi-temps et c’est logiquement que les joueurs de Multescu menaient 0-1 après une superbe frappe de 25m de Matei. Mais vers l’heure de jeu, Grecu prenait un deuxième jaune et les locaux reprenaient les choses en main. Sur une erreur de marquage de Thicot, Momcilovici égalisa de la tête puis Eric marqua à la 86è d’une frappe du gauche dont il a le secret. Le Pandurii a bien préparé son entrée en Europa League contre le Dnipro alors que le Dinamo a montré des signes très encourageants pour la suite de la saison.

Steaua 5-0 Sageata

Que dire ? Le Steaua recevait un promu, le Steaua a écrasé le promu. Reghecampf avait fait souffler les internationaux Popa, Tanase, Pintilii et Georgievski. Malgré tout, il n’y a pas eu de match. Sous l’impulsion de Cristea (excellent), Iancu (le gamin a fait une MVila en sélection U21 cette semaine et Becali lui a filé 100 000€ d’amende) et de Stanciu, le secteur offensif du Steaua s’est régalé. A noter que pour son retour à Ghencea, Kapetanos a mis un doublé. Les Stelisti semblent fin prêts pour le match de LDC à Gelsenkirchen. Un adjoint de Mourinho, venu superviser, a déclaré après son départ à la mi-temps : « J’aurais mieux fait de venir superviser l’entraînement de la veille, il y avait certainement plus d’intensité ».

Depuis sa prison, Becali reste un grand bonhomme. Cette semaine, des intempéries ont sinistré beaucoup de villages dans le nord-est du pays. Depuis sa cellule, Becali a débloqué une aide financière et matérielle pour aider les populations de ces villages. Classe, non ?

Corona Brasov 1-2 Gaz Metan Medias

Encore une défaite pour le Corona. 1 nul et 6 défaites en 7 matchs. Même ce coup-ci, alors qu’ils menaient, ils ont réussi à perdre contre le Gaz Metan. A noter le superbe but d’Aymen Tahar d’une délicieuse lourde de 30m en lucarne. Né en Angleterre et formé à Sheffield United, l’ancien international U20 d’Algérie joue actuellement sa deuxième saison en Roumanie.

Petrolul 2–0 Concordia Chiajna

Le Petrolul a finalement gagné un match à domicile cette saison, après 3 nuls consécutifs ! Le score n’est que de 2-0 mais les joueurs de Cosmin Contra ont globalement dominé le match. Les deux buts ont été marqués par Pablo De Lucas sur un superbe coup-franc direct de 20m et par Ferebory Doré, l’ancien Angevin. Bon, il aurait certainement pu en mettre un ou deux de plus mais c’est déjà pas mal. Le Petrolul a un effectif assez complet cette saison et n’a pas l’Europe à jouer, cela pourrait être un vrai outsider.

Otelul Galati 0–4 Astra Giurgiu

Si le Petrolul est un outsider, que dire de l’Astra ? Ils ont à nouveau atomisé une défense adverse hier à Galati. 20 buts en 6 matchs, personne ne fait mieux en Roumanie bien entendu. Cependant, l’Astra a été bien aidé par le manque de cerveau de deux joueurs locaux : Costin et Paraschiv.

Les deux idiots ont sorti des tacles de bouchers aux 44è et 45è minutes, dont un superbe par derrière de Costin. Résultat : deux cartons rouges totalement justifiés. L’entraîneur Ionut Badea a déclaré après-match qu’il sanctionnerait les deux idiots. Reste que l’Astra est toujours impressionnant offensivement, même avec le départ de Fatai en Belgique et la mise à l’écart de Tembo.

U Cluj 0–0 CFR Cluj

Un autre derby se jouait ce week-end à Cluj, dans un contexte morose. L’U Cluj est dernier et a mangé 6-0 lors de son dernier déplacement sur le terrain du Dinamo. Le CFR est très décevant cette saison. Pour ce sommet régional, une petite affluence avait fait le déplacement : environ 6000 spectateurs. Malgré tout, l’ambiance était au rendez-vous au début.

Et puis les supporters se sont endormis pour se mettre au niveau des joueurs sur le terrain. Une purge. Pauvre Grigoras, comment le CFR peut jouer aussi mal ? Du côté de l’U, on espérait simplement se rassurer défensivement et ce fut chose faite. Pour être honnête, c’est même cette équipe qui aurait mérité de l’emporter, au vu des quelques occasions créées. Enfin, triste derby.

Viitorul 0–0 Botosani

Un match relativement faible. Il y a eu guère d’occasion dans cette partie si ce n’est une frappe en deux temps d’Axente repoussée sur sa ligne par un défenseur de Botosani. Le promu reste invaincu après 7 journées de championnat et trône avec ses 15 points, avant de recevoir le Steaua la semaine prochaine. Pour le Viitorul, 3 points après 6 journées : ça va être compliqué.

Ceahlaul 1–1 Brasov

Ceahlaul aurait sans doute pu l’emporter mais Golubovici s’est montré particulièrement maladroit. Résultat, alors que Canu a ouvert le score de la tête pour les locaux, Brasov a égalisé par l’intermédiaire de Romeo Surdu, qui vient juste de rentrer à Brasov après avoir pas mal bourlingué en Roumanie. Brasov se rassure un peu mais reste relégable tandis que le Ceahlaul reste proche des premières places.

Vaslui 1–0 Timisoara

Petit à petit, Vaslui remonte au classement. Avec une petite victoire contre le promu Timisoara et un but du Polonais Celeban, Vaslui démontre qu’il reste une bonne équipe du championnat. Du côté de Timisoara, troisième défaite de suite après un superbe début de saison. L’ensemble reste solide mais cela manque vraiment de qualité offensive. Les points grattés en début de saison vont être importants… Le match contre le Viitorul lors de la prochaine journée sera intéressant. D’ailleurs vouspourrez en lire plus sur le football à Timisoara dans la semaine.

j7

 

Le derby de Craiova : voyage au cœur de l’absurde

La saison dernière, j’avais écrit avec Surdu-Mutu un long papier sur l’Universitatea Craiova avec l’interview d’un supporter du club. A l’époque, le club n’avait plus participé à aucune compétition officielle depuis plus d’une saison, suite à des problèmes entre la fédération, la ligue et le président de l’U Craiova, Adrian Mititelu. Cette saison, tout le monde a été surpris de voir que ce ne sera finalement pas un mais deux clubs de Craiova qui vont évoluer dans un championnat roumain ; deux clubs qui se réclament de la tradition et de l’héritage de l’U Craiova, grand nom du football roumain.

Depuis la fin de saison dernière, il était clair que le FC Universitatea Craiova ferait son retour dans le panorama du football roumain avec Mititelu à sa tête. Le retour était acté pour la Liga II (deuxième division roumaine) mais pendant l’été, un mélodrame très roumain s’est organisé avec des acteurs de premier plan. En effet, suite à des conflits personnels, le Maire de Craiova Madame Olguta Vasilescu a décidé d’emmerder Mititelu. Comment ? En créant un deuxième club dans la ville : le CS Universitatea Craiova. Superbe, non ?

Par une manœuvre dont personne n’a réellement compris comment elle s’est déroulée, le CS U Craiova a réussi à obtenir une place en Liga II avec son célèbre voisin, alors que le club aurait logiquement dû repartir des divisions inférieures… Et cette semaine, c’était derby !

Le FC U Craiova a toujours évolué dans son mythique stade Ion Oblemenco à Craiova mais les haines personnelles vont tellement loin que le Maire a réussi un réel coup bas. En effet, le CS U Craiova s’est approprié le stade Oblemenco alors que le FC U a été obligé de s’exiler pour toute la saison à Severin, à environ deux heures de bagnole de là.

Pendant la semaine avant le derby, tout le monde promettait un match très tendu. Mititelu a envoyé un petit scud à Olguta en l’accusant d’avoir soudoyé la Fédération avec 2M€ pour obtenir une place en Liga II pour le CSU, ce à quoi cette dernière a répondu sur Facebook : « Oui, c’est vrai. La valise a été portée par un nain vert avec des antennes sur la tête. » C’est quand même un autre niveau que nos politiques français, non ?

Samedi, le match se déroulait donc à Severin. Deux heures avant le match, un réel embouteillage s’était formé à l’entrée de Severin (http://www.youtube.com/watch?v=2tJ7qFtwmpo#t=101). Ce sont finalement 9000 spectateurs qui étaient présents pour le match. Beau chiffre pour un match de Liga II joué aussi loin de Craiova ! Pour l’occasion, les dirigeants du FC U avaient renommé le stade de Severin Ion Oblemenco « parce que c’est là où joue le FC U Craiova ! ». Avant le match, le « Cantec pentru Oltenia », chant écrit par Paunescu et dédié à la région de Craiova, a été repris en cœur par tout le stade : au moins un atome crochu pour les deux clubs.

craiova1

Oblemenco, mythique

Je vais être honnête, j’ai regardé le match mais ça vaut pas le coup d’en faire un résumé. Les Bleus du FCU ont plutôt dominé le match sans se créer de grosses occasions si ce n’est une tête sur le poteau en première mi-temps. Le match a été très haché et la Ligue avait envoyé un des meilleurs arbitres du pays, Alexandru Tudor, pour être sûr que ça ne partirait pas en sucette. Le tout terminera par un triste 0-0.

craiova2

La plus belle occase du match

Du côté du FCU, on retiendra les performances du capitaine et défenseur central Madalin Ciuca dans un style très proche d’Heinze, de son compère en défense centrale Stéphane Acka et du milieu Saceanu. Enfin le duo offensif devrait faire mal cette saison avec le Viduka local, Ovidiu Stoianuf, associé à l’Australien Chris Baird. Il est très intéressant de voir que la plupart des joueurs qui sont venus jouer au FCU cet été avaient déjà porté les couleurs du club par le passé. L’attachement au maillot et au projet du club a un réel sens au FC Universitatea.

craiova3

Retour à la compét d’une des plus belles tribunes de Roumanie

Le spectacle a eu lieu dans les tribunes où les banderoles étaient de sortie dont la plus marquante des fans du FCU : « Il n’y a pas de rivalité entre nous et des putains. » Les supporters du FCU ont aussi brûlé une écharpe du CSU à la mi-temps. En fin de match, une bagarre générale a eu lieu sur le terrain quand les joueurs du CSU ont voulu saluer les spectateurs dont les supporters du FCU. Les joueurs et entraîneurs du FCU ont pris cela pour du sarcasme, sans doute à raison, et les ont poussé violemment… A la fin du match, l’entraîneur du FCU déclara : « Qu’est-ce qu’ils cherchent avec nos supporters ? Il n’existe qu’un Universitatea Craiova et c’est le nôtre ! »

craiova4

Le CSU chambre, le FCU s’énerve

Mais l’affrontement se déroulait également en tribune officielle. La femme de Mititelu a voulu en découdre avec un des dirigeants du CSU, Pavel Badea ancien de la maison FCU. Mititelu, dans un geste d’intelligence rare, a retenu sa femme mais il n’a pu retenir la mêlée causée par ses sbires autour du même Badea. Ce dernier a terminé la soirée sans son portefeuille et avec quelques sacs d’ordures lancés à son encontre.

craiova5

Mititelu, le chauve, protège Badea

Dimanche n’a pas été avare en bouleversements : Badea a proposé de fusionner les deux clubs et a déclaré qu’il était prêt à discuter avec Mititelu, même si ce dernier était un peu « trop impulsif »… Le soir, le FC Universitatea a balancé un nouveau communiqué : le bus officiel du club sera tous les jours à 13h et 14h devant le stade Ion Oblemenco, avec les joueurs qui tiendront une banderole blanche pour protester contre l’interdiction de jouer à Craiova.

Serez-vous surpris si je vous dis qu’Eugène Ionesco est né à environ 50km de Craiova ?

Tristan Trasca

Photos de Fanatik.ro et gsp.ro

 

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • Mèch Tuyot dit :

    sympa, bien arrangés, c’est beau de voir qu’avec un peu de discussion on peut arriver à des consensus

Laissez un commentaire