Internazionale – Empoli F.C (2-0) : Questo è ripartito!!

Buongiorno a tutti !

Une semaine à ruminer, une semaine à tenter d’avaler une pilule aussi grosse qu’un ballon de foot, il m’en aura fallu du temps pour pondre l’académie contre la Juventus… Je ne dirai pas que tout est oublié, loin de là, mais il faut avancer. Pour avancer, il faut battre Empoli. Ce club, non loin géographiquement de Florence, est englué dans les profondeurs du classement, scotché à la 17ème place avec (tout de même) huit points d’avance sur Palerme, premier relégable. Mais méfiance. Oui méfiance car l’Inter vient d’enchaîner deux défaites consécutives, une en coupe d’Italie contre la Lazio (1-2) et contre la Juve (0-1). Néanmoins, je me dis qu’Empoli vient en victime toute trouvée et que l’Inter ne devrait pas avoir de mal à s’emparer des trois points.

Méfiance aussi parce que Pioli va devoir composer sans quatre de ses cadres. Icardi pour deux rencontres pour avoir, je cite, « tiré en direction de l’arbitre Rizzoli lors de Juventus – Inter », et Perisic pour son expulsion durant ce même match, Banega et Brozovic sont, quant à eux, blessés. Il va falloir sortir des fantômes des placards pour composer un onze de départ. Sans surprise, Pioli reproduit le même schéma que d’habitude, et sans surprise également Palacio, 87 ans, s’empare de la pointe de l’attaque. Eder prend la place de Perisic. D’Ambrosio monte d’un cran pour établir une défense à trois avec Miranda – Medel – Murillo. Candreva sera occupé à animer le flan droit de l’attaque de l’Inter. Au milieu, c’est du classique Gagliardini – Kondogbia, dans les buts Handanovic. En face, Empoli vient sans trop vouloir se livrer et propose un gros bloc défensif, une défense à plat composée de 4 joueurs et un milieu à 3 avec El Hadji dans le rôle de tampon entre la défense et l’attaque.

Les compositions :

Primo Tempo : 

9ème : Joao Mario au coup franc côté droit. Ça se bouscule dans la surface, c’est tiré, Palacio plus haut que tout le monde place sa tête, ça part sous la barre mais superbe claquette de Skorupski qui détourne en corner.

15ème : D’Ambrosio adresse une transversale vers Candreva pour changer l’orientation du jeu, Antonio contrôle et centre, Palacio à la retombée gagne son duel et prolonge le ballon, Eder à la réception… RETE RETE RETEEEEE DELL’INTER!!! EDER!!!! De la poitrine l’attaquant italien vient ici battre de près Skorupski et ouvre le score!!! Le plus dur est fait!!! 1-0!

19ème : Palacio récupère le ballon côté gauche, il temporise face à Laurini, trouve Eder qui voit Candreva au second poteau, centre, Candreva reprend de volée, au dessus. Très peu d’angle, frappe très compliquée, ça s’envole.

30ème : Eder à 25 mètres des buts côté gauche, pour Joao Mario à l’angle de la surface, le Portugais remise pour Eder qui le retrouve, Joao Mario lance D’Ambrosio dans la surface, passe en retrait à la limite de la ligne des 6 mètres, Palacio sur la trajectoire écarte les jambes et laisse passer la balle, Gagliardini, plein axe, arrive lancé, frappe à bout portant depuis le point de penalty, sauvetage miraculeux de Skorupski. Gagliardini a sans doute été géné par la montée rapide de Di Marco sur lui, il n’a pas pu ouvrir son pied comme il le voulait, mais superbe parade du portier d’Empoli. Toujours pas de but pour Gagliardini qui a toujours, depuis son arrivée à l’Inter cet hiver, un gardien qui sort l’arrêt du match sur sa tentative. Ça va venir. Très belle inspiration de Palacio, à noter.

35ème : Miranda depuis son camp, pour D’Ambrosio, le latéral trouve Eder sur le côté, face à face gagné contre Veseli, Eder excentré tente sa chance d’une frappe croisée, Skorupski s’envole et détourne. Candreva récupère, centre mais c’est dégagé.

Mi Temps!!! L’Inter mène 1-0, c’est mérité, Skorupski a sorti le grand jeu face à Gagliardini et Eder pour maintenir Empoli à flot pour un éventuel retour en seconde période. Attention pour l’Inter car grosse débauche d’énergie lors de ces 45 premières minutes, ça serait con de le payer en deuxième mi-temps.

Secondo Tempo :

50ème : Eder à l’entrée de la surface côté gauche se joue du défenseur, il déborde, centre en retrait, Gagliardini à la réception, reprend le ballon comme il vient, ça s’envole.

52ème : Offensive d’Empoli, Krunic dans l’axe s’approche de la défense de l’Inter, il transmet à Pucciarelli qui lui remet dans la course, Krunic se présente seul face à Handanovic, frappe, GRANDE SAMIR!!!!! Le Slovène, parfaitement sorti, détourne le ballon, ça revient dans les pieds de Maccarone qui tente sa chance, au dessus! Grosse occase d’Empoli, superbe sortie d’Handanovic qui préserve le maigre avantage au score.

53ème : Sur l’action qui suit la parade d’Handanovic, Eder, très bon aujourd’hui, hérite du ballon, il s’enfonce, voit l’appel de Candreva au second poteau, il centre de l’extérieur du pied à la Quaresma, Candreva à la finition??? RETEEEEEE RETEEEEEEEE RETEEEEEEEEEEEEEE RADDOPPIO DELL’INTER CON IL DESTRO!!!! ANTONIO CANDREVA!!! 2-0!! Le break est fait, Candreva reprend le ballon comme il vient et fusille Skorupski. L’Inter prend le large. Et comme ce but fait du bien, Empoli commençait à mettre le pied sur le ballon, il venait juste de se procurer une grosse occasion et Candreva jaillit comme pour le ramener à la réalité.

58ème : El Hadji, du centre du terrain, lance Maccarone dans l’axe et à la limite du hors jeu, l’avant centre tente de s’emparer du ballon, Handanovic sort à sa rencontre et gagne son duel en interceptant de la poitrine avant de se saisir du ballon.

76ème : Pucciarelli, côté droit, adresse un superbe centre en direction de Croce à hauteur du point de penalty excentré côté gauche, reprise de volée instantanée qui prend la direction de la lucarne opposée mais Handanovic, d’une belle envolée, détourne de la main opposée.

88ème : Ansaldi côté gauche a le temps de préparer son centre, c’est parti, Gagliardini arrive à toute blingue et reprend de la tête, superbe parade encore une fois de Skorupski. Ca ne veut décidément pas rentrer pour Gagliardini.

Fin du match, l’Inter reprend sa marche en avant et s’empare de la quatrième place avant le Lazio – Milan de lundi. Il était important de vite se ressaisir après deux défaites consécutives (coupe + Serie A) pour repartir dans une spirale positive. C’est chose faite, l’Inter s’impose 2-0 sans être particulièrement bon dans le jeu. L’addition aurait pu (dû) être plus corsée mais encore une fois les attaquants interistes ont dû faire face à un grand gardien en face. On commence à en avoir l’habitude de ces gardiens qui prennent des piles tous les week end mais qui sortent le grand jeu contre nous, aussi classique qu’un penalty pour la Juve.

Les notes : 

Handanovic 4/5 : Encore (je sais je me répète) un très bon Samir qui a su être là quand il le fallait. Il n’a pas eu énormément de travail mais les deux sauvetages qu’il réalise en seconde période font que l’Inter tient son avantage. Mieux encore, son premier face à face remporté a permis à l’Inter d’aller chercher le 2-0 quelques secondes plus tard. Décisif.

Miranda 3/5 : Juste, pas énormément de taf non plus, mais il a su dégager le ballon, être présent.

Medel 3/5 : Comme Miranda, il a contenu les rares offensives d’Empoli, notamment au retour des vestiaires. Sa présence fait toujours énormément de bien à la défense de l’Inter. Bien qu’il clame qu’il est un milieu avant tout, Pioli a raison quand il dit qu’il voit un défenseur en Medel.

Murillo 3/5 : Comme ses compères de la défense, il fut sobre. Un peu baloté par Maccarone suite à la parade d’Handanovic à la 52ème. Reprise de la tête suite à un corner qui passe pas loin de la transversale en première période.

Kondogbia 3+/5 : Solide, il a encore récupéré un bon paquet de ballon au centre du terrain, il a su également montrer qu’il en avait dans la chaussure avec quelques gestes sympathiques mais surtout efficaces.

Gagliardini 3+/5 : Il mérite tellement d’ouvrir son compteur but. Il a eu trois belles occasions dont notamment deux nettes que Skorupski détourne. Encore une fois gros volume de jeu au milieu de terrain, indispensable.

D’Ambrosio 3/5 : Je ne l’ai pas trouvé dégueulasse aujourd’hui, il reste quand même souvent en retard lors des contres de l’adversaire mais sa position un peu plus haute lui a permis d’être plus dangereux dans ses incursions. Sa passe en retrait pour Gagliardini aurait mérité d’être comptabilisée en passe décisive. Remplacé par Ansaldi à la pause.

Candreva 3+/5 : Encore du déchet dans le jeu de Candreva, des décisions pas toujours très judicieuses, mais il a permis à l’Inter de faire le break au moment où Empoli commençait à montrer les crocs, bienvenu donc.

Joao Mario 3/5 : Moins bon qu’à l’accoutumée, il reste quand même dangereux. Il pèse sur les défenses et sa capacité à accélérer le jeu fait que l’adversaire se méfie énormément de lui. D’ailleurs il a régulièrement des défenseurs qui montent rapidement sur lui quand il se présente aux abords de la surface.

Eder 4/5 : Un but, une passe décisive, très disponible et dangereux, Eder a peut être accompli son meilleur match cette saison. Remplacé par le jeune Pinamonti à la 80ème, auteur d’une frappe à ras de terre sans réel danger pour Skorupski.

Palacio 3/5 : Bon en première période en proposant des solutions sur toute la largeur de l’attaque de l’Inter, il a disparu ensuite en accumulant les mauvaises passes et mauvais placement. Il n’a pas réussi à se maintenir dans le tempo, souvent à côté de la plaque. Dommage. Il est rentré à la MAPAD peu avant le dernier quart d’heure, remplacé par Gabigol qui a réussi à faire plus de dribbles en 15 minutes que tous ses coéquipiers en 90.

Trois nouveaux points dans la besace, ils font du bien dans la quête à la Ligue des Champions. Je veux cette qualification, ça sera très dur car devant ça avance à chaque fois que l’Inter gagne, donc on les rattrape difficilement, mais n’oublions pas qu’on jouera Naples et Rome à la maison. D’ailleurs, le prochain match de l’Inter à Guiseppe Meazza sera un bouillant Inter – Roma. L’Inter est quatrième à 6 points du troisième Naples. Rendez vous dimanche prochain pour Bologne – Inter à 12h30.

« Comme vous pouvez le constater, l’éclaircie est revenue à l’Inter »

 

Forza Inter,

Baci Anali,

Diego.

 

 

 

 

Photo du profil de Diego

Diego

Ce qui ne me tue pas me laisse en vie

4 Comments

  1. Niveau foot je sais pas, mais niveau capacité pulmonaire y’a un vrai match entre ton Inter et le Porto d’Homerc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *