Les Hors-séries de la Scapulaire Académie, épisode 1

« L’avantage, quand on bosse à deux sur la même tâche, c’est qu’  après on a deux fois plus de temps pour faire les à côtés ». Y a pas à dire, à la Scap’, ils savent s’organiser!

La Scapulaire Académie évolue.

Kiki et moi, nous nous sommes mis à écrire ensemble et je crois qu’on y prend goût. Cela arrivera encore certainement à l’avenir. Nous apprenons toujours à nous connaître mais cela n’empêche pas les idées d’arriver. Après une longue réflexion ayant duré au moins cinq minutes, on s’est rendu compte qu’il pourrait être utile de créer une nouvelle tribune lorsque des thématiques précises voulaient être abordées (une sorte de bonus, sans avoir besoin d’acheter le DVD). A partir de ce constat est née l’idée du Hors-série de la Scapulaire Académie.

Concertation entre Kiki et Nausée; et la lumière jaillit de ces deux têtes d’ampoule.

« Quoi de mieux qu’un Bordeaux-Marseille pour se relancer ? » se demandaient les uns.

« Quoi de mieux qu’un Bordeaux-Marseille pour lancer un hors-série ? » se demandaient les autres.

 

La période de gestation aura été d’une si courte durée qu’on ne sait pas encore quelle tête aura l’enfant. On pourra s’attendre à plusieurs évolutions. En attendant, nous vous livrons ici les premiers clichés du nouveau né:

 

BORDEAUX, UNE UNITÉ PSYCHIATRIQUE?

Les pathologies mentales touchent un nombre important de personnes et se déclinent sous plusieurs formes. Même si la chronicité est une des caractéristiques, il arrive qu’un évènement émotionnellement fort puisse faire décompenser un individu. Il a déjà été démontré l’influence du foot sur la psychologie des gens (par exemple, la France Black-Blanc-Beur). Voyons ce qu’un Bordeaux-Marseille, attendu comme LE match de l’année, a pu avoir comme conséquences du côté girondin…

 

Chez les supporters : Les prestations en dents de scie des Marine et Blanc sont vécues comme autant de phases émotionnelles bien distinctes dont l’intensité rappelle la psychose maniaco-dépressive.

Lorsque nous étions sur le podium, on s’est dit que tout était possible, que nous allions atteindre les hautes sphères du championnat. Rien ne pourrait nous arrêter. Puis les revers se sont enchaînés, entraînant par le fond les espoirs les plus fous. Plus aucune solution ne s’offrait à nous, nous nous sentions comme des moins que rien. On se sent au plus bas quand se dresse face à nous un nouvel obstacle, du nom de Marseille. Là, soit tu plonges, soit tu entames une remontée vers la surface… Pas le temps de tergiverser, Docteur De Préville ayant prescrit un médicament efficace rapidement mais malheureusement à demi vie de courte durée. La joie procurée a vite été atténuée par le score final. Dans la psychose maniaco-dépressive, le traitement préconisé est un thymorégulateur, qui a pour but d’atténuer l’intensité des émotions ambivalentes. Autant dire que ce résultat nul n’est peut-être pas une si mauvaise chose…

La tenue third n’est pas pratique, cette saison.

Chez les dirigeants : J’ai peur que la pathologie des dirigeants soit plus handicapante. Le diagnostic n’est pas encore posé, mais cela pourrait s’avérer grave, comme l’a signalé le psychiatre Deneux, cette bonne tête, dans le quotidien préféré des Français…

Monsieur de Tavernost, cet homme au grand chéquier, cet investisseur que rien n’arrête, a très mal vécu le match. Pour soulager sa détresse, il a mis en place un mécanisme de défense, le délire de persécution.

« Comment est-ce possible qu’avec tout l’argent dépensé, on ne puisse pas faire mieux que cela ? C’est un complot ! Et je sais qui en est le responsable ».

Ce persécuteur désigné est donc forcément l’arbitre. Cet homme en noir représentant l’autorité, muni d’un sifflet, d’oreillettes et de caméras est un agent infiltré employé par la Fédé pour contrecarrer les plans du diffuseur des Bleues.

 

La crise du patron était telle qu’un psychodrame s’est déroulé au stade…

« Monsieur de Tavernost, veuillez nous suivre à l’hôpital, vous avez décompensé.

– C’est l’arbitre qui aurait du compenser ! Tout est de sa faute ! Amenez-le moi, amenez-le moi ! Amenez-le, lui ! ».

C’est ainsi que le boss est parti faire un séjour de rupture…

Monsieur Martin, en bon proche de son maître Nicolas, s’est laissé envahir par les émotions débordantes. L’affaiblissement psychologique provoqué par l’issue de la rencontre a été déterminant. Il s’est imprégné du délire de Monsieur M6 tout en y ajoutant des éléments de sa propre expérience. Il semble atteint d’un trouble schizo-affectif. Pour lui, les persécuteurs sont les « cadres sup’ » (soient les arbitres) et il en oublie de mentionner les ouvriers, ces cols bleus au scapulaire qui ont failli dans la production. Quand il recouvrira ses esprits, il se rendra compte qu’un Président est le premier responsable des défaillances relevées dans son entreprise.

L’arbitre ne sait pas laissé démonté par la visite du boss girondin dans les vestiaires.

Chez les académiciens : Pour certains, les gens atteints de pathologie mentale sont des fous et non des malades. Nous le sommes sûrement.

Il faut être fou pour s’infliger certains matchs de Bordeaux. Il faut être fou, parfois, pour supporter les Girondins ou replonger dans cette rencontre quand on sait comment elle s’est terminée. Nous l’assumons. Oui, nous sommes fous… de notre club. Mais nous nous soignons.

L’écriture est une bonne thérapie, elle nous donne l’occasion de partager nos joies, nos peines. Nous espérons que cela puisse vous apporter quelque-chose, à vous aussi. En tout cas, nous, ça nous permet de ne pas décompenser. On a de la chance, car avec un arbitre pareil…

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais)
Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

2 Comments

  1. Je n’ai encore jamais eu l’occasion de supporter les Girondins mais je crois bien que je vais me laisser tenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *