Strasbourg- Bordeaux (0-2): La Scapulaire Académie vampirise la Ligue 1

Poyet a organisé un gueuleton entre staff et joueurs. On ne joue peut-être pas la Coupe d’Europe mais à Bordeaux, le repas ligue.

Une question a taraudé nos dirigeants durant de longues semaines: de quelle manière relancer cette équipe à la dérive? En changeant d’entraîneur? Pourquoi pas. En apportant des réajustements à l’effectif ? Sans doute. En comptant sur le paranormal ? Peut-être aussi. Notre situation était si désespérée qu’ils ont eu recours aux trois à la fois.

Comme tout le monde le sait, Poyet a remplacé Gourvennec. Après Baysse, Méïté et le retour de Pablo, le club a enregistré l’arrivée de Martin Braithwaite. Ce n’était pas le Danois attendu. Willy Sagnol doit se sentir rassuré de savoir que les Scandinaves sont toujours les premiers ciblés lorsque l’on recherche des joueurs impliqués. Personnellement, et malgré des années passées à Toulouse, je l’ai toujours apprécié (faute avouée à moitié pardonnée). On a rapidement pu constater l’apport de Poyet et des recrues.

Quant au surnaturel: est-ce vraiment incongru de croire qu’il puisse jouer un rôle? Comment, alors, expliquer une telle transformation de l’équipe, en si peu de temps? Afin d’essayer de comprendre ce phénomène, je suis allé me cailler les miches m’imprégner de cette culture au Festival du film fantastique de Gerardmer. Verdict: plus c’est gros, mieux cela passe (on ne peut pas en dire autant dans tous les genres de cinéma). Maintenant, je vois clair. L’étrange nous accompagne sans que l’on ne s’en rende compte. Là où certains ne verront que des évènements étant considérés comme le fruit du hasard, d’autres auront la certitude qu’ils sont dus à une puissance mystique. Et ceux qui s’en sortiront le mieux ne seront pas toujours les individus les plus rationnels.

« Malcom, qu’est-ce que tu fais, tu jettes un sort aux Strasbourgeois? – Non, j’apprends l’allemand et l’anglais, au cas où, pour cet été… »

Pas convaincus? Alors, comment expliquer ceci: les canaris réalisent une moitié de championnat très intéressante et jouer à la Beaujoire leur réussit. Mi-janvier, le Gouvernement annonce l’abandon du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, situé près de Nantes. Quelques jours plus tard, Bordeaux vient s’imposer. Lyon vient de battre Paris et Monaco, enchaîne les succès à l’extérieur et se rend en Gironde. Mais Bocuse décède et l’OL s’incline. Ce samedi, j’accepte la proposition de Kiki, qui m’a demandé si je pouvais réaliser cette académie. Le jour même où ma femme a pensé à laver mes caleçons dans l’espoir d’une soirée en amoureux enfin réussie. Là, ce n’est pas le bon exemple mais à l’heure d’affronter Strasbourg, je n’ai pas pu m’empêcher d’espérer que le frigo du bar du Parlement Européen tombe en panne. On va voir si j’ai bien fait.

La composition

Costil (c)

Sabaly  –  Koundé  –   Pablo  –  Poundjé

Lerager

Méïté           Sankharé

Malcom                                De Préville

Laborde

Le match

La rencontre ne pouvait pas mieux débuter pour nos Girondins. Préville récupère le ballon dans les pieds de Mangane et vient se présenter face à Kamara. Le Bangourou boxe le ballon. Grimm veut dégager,  la sphère rebondit sur la boule droite de Sankharé, venu au pressing et finit dans la lucarne strasbourgeoise. Younousse congratule son scrotum et Bernard Montiel peut jouir de cette entame: le but videogag du jour est inscrit pas les « Beaurdelais » (0-1, 3e).

L’ouverture du score a semblé perturber les Alsaciens, à tel point que je me suis demandé si finalement, on n’avait pas réussi à rejouer un tour de Coupe de France contre des amateurs. Un terrain pourri, un briscard en défense centrale qui doit sa place à son CV plutôt qu’à son talent, des longs ballons à tout va et un attaquant rapide, technique mais sans intelligence de jeu. Avouez que cela porte à confusion.

Notre équipe est solide, à l’image de notre défense centrale et procède en contre, comme à son habitude. Mais la qualité du jeu proposé est moindre, comparé à la semaine dernière. La faute, en partie, à un Malcom beaucoup moins virevoltant et un Méïté plus transparent (eh oh, ça va, j’ai même pas fait exprès).

La pause est atteinte avec un but d’avance. Il y a plus d’actions en tribunes que sur la pelouse. Nous y reviendrons.

A la suite d’une énième relance ratée de Kamara (un gardien joue surtout avec ses mains mais il y a des limites à la décence), Malcom hérite du ballon sur le côté gauche. Il donne à Sankharé qui transmet à Préville. Celui-ci donne un amour de passe à Laborde. Tir croisé, break réalisé et bière décapsulée (0-2, 53e). Les 16es de finale nous tendent les bras!

Strasbourg va se montrer dangereux sur coup-franc mais les poteaux de la Meineau sont carrés et le ballon ressort. Bordeaux passe à cinq derrière avec l’entrée de Baysse. Cette défense a de la gueule et surtout, elle est composée de spécialistes. Pas d’un milieu qui dépanne et d’un jeune qui déconne.

En fin de match, dans la surface adverse, nous avons pu entrapercevoir le jeu « à la barcelonaise » espéré par le nouveau coach. Mais il reste du travail: des échanges à l’arrache pour finir par une frappe de Koundé… qui ressemble à une passe d’Otavio. L’intention était là, au moins.

Et que devient Costil, dans tout cela? Il éteint l’infime espoir de retour des Alsaciens. Ayant fait une croix sur le prochain Mondial, il fait un spécifique « sorties aériennes » dans le but d’intégrer prochainement la Patrouille Aérienne Française et assurer quand-même la défense nationale.

Score final: 0-2.

Pour résumer: trois tirs cadrés, deux buts dont un d’un testicule sur une passe décisive adverse, un poteau qui nous sauve, plus de ballons captés en un match par Costil que lors de ses vingt premiers matches et un vrai arrière gauche à notre disposition.

Tout ce qui nous a souri aurait joué en notre défaveur il y a peu. Cela est tellement gros qu’il est difficile d’y croire… Attendez un minute. « Cela est tellement gros »: ceci ne vous rappelle rien? Que Saint-Estèphe m’assoiffe si le jeûne m’abuse. Je n’ai pas de nouvelles du frigo du Parlement Européen mais il me semble que les députés logeant à Strasbourg ont bien du mal à relancer l’UE… Bordeaux revient d’entre les morts, c’est fantastique!

 

Les notes des 33

Benoît Costil 5/5
Costil Bravo! En bon capitaine, il s’est employé à rassurer l’équipage et diriger la manœuvre depuis l’arrière. S’il poursuit ainsi, nous pourrons espérer garder notre rythme de croisière. Mention spéciale pour sa sortie… médiatique et son point de vue concernant tribunes et supporteurs. Le sport, ça donne soif. Benoît, qu’est-ce que tu bois? Un petit ballon d’eau fraîche®?

Youssouf Sabaly 3/5
Peu, voire jamais pris à défaut, il a essayé d’apporter offensivement. A affirmé à plusieurs reprises être conscient d’évoluer en-dessous de son véritable niveau. C’est un bon début. Encore un effort et cela sera de l’histoire ancienne.

Jules Koundé 4/5
Encore un très bon match du jeunot, qui confirme qu’il faudra compter avec lui. Quel tacle sur Bahoken, qui filait au but! Il s’est aussi permis de monter dans les dernières minutes. Sa frappe loupée me rassure: il n’y aura que Crystal Palace sur lui l’été prochain, les cadors attendront encore un peu.

Pablo 3/5
Le nouveau boss a été solide dans les duels et son jeu de tête nous fait vraiment du bien. Mais attention à ces actions où il arrive en retard: on ne sortira pas toujours vainqueur du challenge « à dix contre onze on n’est pas des gonzes ».

Maxime Poundjé 5/5
Qu’avez-vous fait du vrai Poundjé? Ne me dites rien, je m’en fous, je préfère celui-là. Il va finir par ne plus être le point faible de l’équipe. Très belle performance avec beaucoup d’abnégation, des gestes techniques réussis et aucune relance pourrie. Je suis prêt à parier qu’ils lui ont demandé de pisser dans un bocal à la fin du match. On en viendrait presque à regretter sa suspension à venir contre Marseille. Incroyable mais vrai!

« Tu la vois, l’Angleterre, là-bas, tout au loin? Eh bien n’oublie pas qu’on passe par la Normandie pour y aller »

Lukas Lerager 3/5
Placé en six, il s’est battu comme un beau diable. Quand il est comme ça, je l’aime, c’est indéniable.

Soualiho Méïté 2/5
Le moins en vue des milieux. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers: bientôt le pull-over Méïté en vente à la boutique… Peut-être le contrecoup physique de l’enchaînement des matches? C’est à espérer. Pourvu que ça ne soit pas un relâchement du à sa bonne prestation face à Lyon.

Younousse Sankharé 4/5
Un but chanceux mais qui récompense un bon pressing. Un match sérieux, qu’il a fini à gauche, sécurisant le couloir. Petit bonhomme, c’est pas Zizou, mais c’est pas Toulalan non plus: il semble avoir digéré le départ de son mentor.

Malcom 2/5
Match pourri de sa part. Souvent à contre-temps de ses partenaires, il a eu tendance à trop porter le ballon. Et quelle occasion gâchée sur un contre! Pour couronner le tout, il a admis avoir voulu partir au mercato. Cela aurait été vachement courageux de sa part…. Heureusement, soit l’offre attendue n’est jamais venue, soit Martin les a posé sur la table. Dire qu’il y aura toujours des abrutis pour affirmer des conneries du genre « faute avouée, à moitié pardonnée ». Pour l’anecdote, Kamano a terminé le match à la place du Brésilien, juste histoire de constater qu’il n’a vraiment plus aucune chance d’être dans le onze.

Nicolas de Préville 3/5
Si son jeu comporte un certain déchet, on ne peut que louer sa combativité (et sa passe décisive). Ses sorties de balles soulagent énormément. A condition de ne pas s’empaler sur les défenseurs, comme le premier François venu. Baysse l’a remplacé et est venu s’installer aux côtés de Pablo et de Koundé. Une idée pour la suite?

Gaëtan Laborde 4/5
Un but qui vient récompenser un match plein, tout dans son registre. A vingt minutes de la fin, a cédé sa place à Braithwaite, qui a fêté sa première.

En face: Laurey grave

Les prestations des joueurs strasbourgeois se suivent et les résultats se ressemblent. Après une période où ils avaient enchainé quelques victoires (dont le match aller, putaing con), les voilà sur la mauvaise pente. Le nombre d’erreurs a de quoi inquiéter, de même que l’état de leur pelouse. Comme dit l’adage, si à la trentième journée t’es pas sauvé, t’as raté ta saison. Il est temps de remettre les pendules à l’heure.

Le bonus qui fâche

Les clichés sont utilisés par les incultes lorsqu’ils parlent de choses qu’ils ne connaissent pas. C’est ridicule et cela m’énerve. Quand deux Bordelais qui aiment la musique se rencontrent, que chantent-ils à votre avis? Si vous avez le courage d’aller jusqu’à la fin de la vidéo,  vous comprendrez.

Etre supporteur de Bordeaux n’est pas toujours simple. Etre fan de Noir Des non plus. Alors quand on est les deux à la fois, je ne vous raconte pas. Certains crimes restent malheureusement impunis.

Le bonus qui m’horripile

Un arrêté préfectoral a interdit le déplacement des ultras bordelais. Ceux-ci ont parcouru mille bornes par leurs propres moyens pour aller encourager leur équipe. Ils ne seront pas restés longtemps dans le stade car vite évacués par les CRS. J’espère qu’au commissariat, ils ont la télé, au moins. Menottés pour avoir voulu assister à un match. Il n’y a pas qu’au Moyen-Orient que les stades sont le théâtre de pratiques immondes. Il va falloir trouver une solution et vite. La solidarité entre supporteurs (merci Strasbourgeois) semble émerger. C’est un bon début.

Pour conclure

Quatre victoires en cinq matches: il faut se réhabituer à écrire dans un autre état d’esprit. Mais ce n’est pas désagréable. La semaine prochaine, vous retrouverez Kiki pour la déception d’Amiens (oui, je m’avance).
Je vous laisse, il faut que j’aille fermer ma porte, j’entends du bruit dehors. Cela doivent être mes espoirs enterrés qui reviennent d’outre tombe.

A bientôt (peut-être)

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

One Comment

  1. Mon petit nausée.

    Va falloir que tu fasses un truc avec ta boite mail …
    C’est un enfer pour le joindre.

    Sinon je t’envoie un telegraphe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *